Modifié

L'arrestation d'un cardinal catholique à Hong Kong soulève l'indignation

Le cardinal Joseph Zen. [Isaac Lawrence - afp]
L'arrestation d'un cardinal catholique à Hong Kong soulève l'indignation / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2022
L'arrestation à Hong Kong d'un cardinal catholique de 90 ans en vertu de la loi sur la sécurité nationale a suscité jeudi l'indignation de la communauté internationale et accru l'inquiétude quant à l'aggravation de la répression dans le centre financier.

Le prélat à la retraite Joseph Zen, qui est l'un des plus éminents ecclésiastiques catholiques d'Asie, faisait partie d'un groupe de vétérans défenseurs de la démocratie arrêtés mercredi pour "collusion avec des forces étrangères".

La chanteuse Denise Ho, militante des droits LGBTQ, l'avocate Margaret Ng et l'universitaire Hui Po-keung ont également été interpellés, ce dernier à l'aéroport alors qu'il s'apprêtait à partir pour l'Europe où il avait obtenu un poste universitaire. Ils rejoignent plus de 180 Hongkongais arrêtés au nom de la drastique loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin en juin 2020.

Tous les quatre ont été arrêtés pour avoir participé à la gestion d'un fonds, aujourd'hui dissous, destiné à financer la défense des militants interpellés lors des immenses manifestations pro-démocratie qui ont secoué l'ancienne colonie britannique en 2019. Ils ont été libérés sous caution dans la soirée.

Le Vatican dans l'embarras

L’arrestation de Joseph Zen est hautement symbolique et promet de mettre le Vatican dans l’embarras, car le Saint-Siège a opéré un rapprochement controversé avec Pékin en 2018, en signant un accord secret avec le Parti communiste relatif entre autres au processus de nomination des évêques. L'objectif déclaré est de normaliser la vie des catholiques de Chine dans un contexte de répression croissant des minorités.

Pour l'heure, le Vatican a exprimé son inquiétude et indiqué "suivre l'évolution de la situation avec une extrême attention".

L'arrestation du cardinal a aussi provoqué une onde de choc au sein de la communauté catholique de Hong Kong qui, contrairement à ce qui se passe sur le continent, est libre de pratiquer sa foi sans contrôle de l'État.

Condamnations internationales

Plusieurs pays occidentaux ont par ailleurs accusé la Chine de vouloir mettre fin aux libertés qu'elle s'était pourtant engagée à respecter sur le territoire. Les Etats-Unis ont appelé Pékin "à cesser de viser ceux qui défendent Hong Kong". "La liberté d'expression (est) essentielle aux sociétés prospères et sûres", a déclaré à la presse la porte-parole de la Maison Blanche.

La ministre canadienne des Affaires étrangères a qualifié cette vague d'arrestations de "profondément inquiétante" et le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell a dit suivre ces arrestations avec une "grande inquiétude".

L'organisation de défense des droits Human Rights Watch a qualifié ces arrestations de "nouvelle déchéance choquante pour Hong Kong". "Même en considérant que la répression s'est aggravée récemment à Hong Kong, ces arrestations constituent une terrible et choquante escalade", a renchéri Amnesty International.

La Chine a de son côté fait part de sa "ferme opposition" à l'avalanche de critiques émanant de l'Occident. "Les personnes concernées sont soupçonnées de conspiration de collusion avec des pays étrangers ou des forces étrangères afin de mettre en danger la sécurité nationale, un acte de nature grave", a fait savoir le Bureau du commissaire, qui représente le ministère des Affaires étrangères de Pékin à Hong Kong.

>> Ecouter l'épisode du Point J consacré à la démocratie à Hong Kong:

Est-ce vraiment la fin de la démocratie à Hong Kong? [Keystone - Jérôme Favre]Keystone - Jérôme Favre
Hong Kong: la démocratie, c'est vraiment fini? / Le Point J / 13 min. / le 3 février 2022

afp/boi

Publié Modifié