Modifié

Pékin censure les critiques de l'OMS envers sa politique zéro Covid

Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a critiqué la stratégie chinoise dite "zéro Covid" [RTS]
Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a critiqué la stratégie chinoise dite "zéro Covid" / 19h30 / 22 sec. / le 11 mai 2022
Critiquée jeudi par le patron de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a qualifié sa politique sanitaire radicale en la qualifiant de "pas soutenable", la Chine a décidé de censurer toute référence à son discours, notamment sur les réseaux sociaux.

Alors que les restrictions liées au Covid-19 sont levées un peu partout dans le monde, la Chine, aux prises avec une flambée épidémique, continue d'imposer confinements stricts et quarantaines dès l'apparition de quelques cas.

Couplée à la quasi-fermeture des frontières et à une connectivité aérienne internationale réduite, cette politique suscite une exaspération croissante au sein de la population, notamment à Shanghai, dont les 25 millions d'habitants de l'agglomération, confinés depuis début avril, se plaignent de problèmes d'approvisionnement et craignent d'être envoyés dans des centres de quarantaine au confort aléatoire. L'effet de ces mesures drastiques se fait en outre sentir de plus en plus sur l'économie chinoise (lire encadré).

>> Lire aussi: Pékin et Shanghai renforcent encore leurs mesures de lutte contre le Covid

L'OMS inhabituellement critique envers la Chine

Cette politique n'est "pas soutenable", a déclaré mardi le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans des propos inhabituellement critiques envers la Chine. "Passer à une stratégie différente est très important", a-t-il ajouté.

>> Voir un extrait du discours du directeur de l'OMS, tandis que Shanghai est toujours en grande partie confinée:

L'OMS critique le zéro-Covid. [RTS]
L'OMS critique le zéro Covid / L'actu en vidéo / 58 sec. / le 11 mai 2022

Or, comme la stratégie du "zéro Covid" est fermement défendue par les plus hauts dirigeants du régime chinois, notamment le président Xi Jinping, les censeurs sont vite intervenus pour contrer la diffusion de ses propos. Sur le site de microblog Weibo, les mots-dièse #Tedros et #OMS ne donnaient ainsi plus aucun résultat mercredi.

Presse muette

Quant aux utilisateurs de l'ultrapopulaire réseau social WeChat, ils ne peuvent pas republier ou transférer un article du compte officiel de l'ONU, publié sur la plateforme et qui mentionne les critiques du patron de l'OMS. Discuter en ligne du sujet avec un de ses contacts ou envoyer sur son mur WeChat des captures d'écran d'articles ou de tweets mentionnant ces propos reste toutefois possible. "Je demande humblement: notre gouvernement va-t-il écouter les recommandations du directeur général de l'OMS?", écrit par exemple un utilisateur de Weibo.

>> Lire aussi: La population de Shanghai toujours en colère face à la politique anti-Covid des autorités

De son côté, la presse chinoise est restée muette. L'ex-rédacteur en chef du tabloïd nationaliste Global Times Hu Xijin, très influent sur internet, a toutefois jugé "sans importance" les critiques de l'OMS. "S'ils disent que la méthode chinoise n'est pas soutenable, ils devraient en avancer une qui soit plus efficace et soutenable. Mais ils n'en donnent aucune!", a-t-il écrit à ses 24 millions d'abonnés sur Weibo. "L'OMS n'assumera aucune responsabilité si la Chine assouplit (sa politique sanitaire) et si beaucoup de gens meurent".

Plus d'un million de décès redoutés

L'abandon de la politique du zéro Covid pourrait entraîner 1,55 million de morts dans le pays, estime une étude de chercheurs de l'université Fudan à Shanghai, qui ajoute toutefois qu'une politique de protection des personnes les plus vulnérables, avec accessibilité aux vaccins et thérapies antivirales notamment, pourraient être suffisante pour éviter de submerger le système de santé.

Cette étude a été publiée mardi dans la revue Nature, qui précise sur son site internet qu'elle fournit pour le moment une version non éditée en vue d'un accès rapide aux résultats, et que le manuscrit fera l'objet d'une nouvelle révision avant sa publication finale.

>> Bientôt 6 semaines de confinement total à Shanghai:

Bientôt 6 semaines de confinement total à Shanghai. Certains parlent de récession dans une ville qui génère à elle seule 4% du PIB chinois [RTS]
Bientôt 6 semaines de confinement total à Shanghai. Certains parlent de récession dans une ville qui génère à elle seule 4% du PIB chinois / 19h30 / 2 min. / le 11 mai 2022

ats/Vincent Cherpillod

Publié Modifié

L'OMS "irresponsable" selon la Chine

La Chine a fustigé mercredi les critiques selon elles irresponsables formulées par le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) contre sa stratégie "zéro-Covid".

"Nous espérons que les individus concernés pourront considérer la politique de la Chine face au Covid de manière objective et rationnelle et connaître les faits, au lieu de faire des remarques irresponsables", a réagi le ministère des Affaires étrangères par l'intermédiaire de son porte-parole Zhao Lijian.

Pékin dit accorder la priorité à la vie humaine et pointe du doigt les millions de décès provoqués par le Covid-19 dans les autres pays du monde, qui ont choisi pour la plupart de "vivre avec le virus".

Le coût économique du confinement chinois commence à se faire sentir

Les ventes de voitures en Chine - le premier marché automobile du monde - ont chuté de 47,6% sur un an en avril, sur fond de fermetures d'usines, de limitations de circulation et de réduction marquée de la consommation, autant de conséquences de la politique "zéro Covid" appliquée très rigoureusement par les autorités.

Sur les quatre premiers mois de l'année, la baisse atteint 12% par rapport à la période correspondante de l'an dernier, montrent les chiffres publiés mercredi par l'Association nationale des constructeurs automobiles.

Méga-usine de Tesla presque à l'arrêt

Chez le constructeur de voitures électriques Tesla, la chute des ventes a même atteint 98% en avril, le confinement imposé à Shanghaï ayant très fortement perturbé l'activité de sa "megafactory". Et les exportations de Tesla assemblées sur le site sont tombées à zéro le mois dernier.

>> Lire à ce sujet: La politique zéro Covid menace la croissance de l'économie chinoise

Mercredi, l'entreprise d'Elon Musk a toutefois pu expédier de Shanghaï 4767 voitures destinées à la Slovénie, son premier lot de véhicules exporté depuis la réouverture de l'usine le 19 avril, a rapporté le média Shanghai Observer.

Ces chiffres constituent la dernière illustration en date de l'impact marqué sur l'économie chinoise des mesures d'urgence décidées par Pékin pour tenter d'endiguer la reprise de l'épidémie de COVID-19.

>> Ecouter aussi le reportage du correspondant de la RTS en Chine sur le coût économique du confinement chinois et les difficultés concrètes de la population:

Un homme passe devant un officier de police à Shanghai, en Chine, le 9 mai 2022. [Alex Plavevski - EPA/Keystone]Alex Plavevski - EPA/Keystone
Le coût économique des confinements chinois / La Matinale / 3 min. / le 11 mai 2022