Banner Ukraine 11 mai [Keystone]
Publié Modifié

L'Ukraine demande qu'on lui "réserve" une place dans l'Union européenne

- Le Conseil des droits de l’homme est réuni jeudi à Genève pour une session extraordinaire consacrée à l’Ukraine. Les allégations d’exactions graves commises par la Russie à Boutcha et à Marioupol sont notamment au centre des débats.

- L'Ukraine a demandé jeudi qu'une place soit "réservée" pour son pays dans l'Union européenne, même si les négociations d'adhésion doivent durer longtemps.

- De leur côté, le président et la Première ministre de la Finlande se sont dit favorables jeudi à une adhésion "sans délai" à l'Otan. La décision du pays nordique serait annoncée dimanche à l'organisation.

- L'Ukraine va mener le premier procès pour crime de guerre lié à l'invasion russe, contre un soldat de 21 ans accusé d'avoir abattu un civil désarmé.

- Les autorités ukrainiennes ont revendiqué mercredi la reconquête de quatre villes près de Kharkiv, où la contre-offensive lancée par les troupes de Kiev contre l'armée russe pourrait préfigurer d'un changement de rapport de force dans l'est du pays.

Suivi assuré par la rédaction RTSinfo

08h00

Le suivi de la journée de jeudi

07h30

L'économie revit peu à peu à Boutcha, ville martyre

A l'ouest de l'Ukraine, d'où les forces russes se sont retirées il y a trois semaines, la vie reprend doucement son cours. Dans la ville martyre de Boutcha, en banlieue de Kiev, l'économie se remet en route.

>> Le reportage dans La Matinale:

Immeuble dévasté dans la ville ukrainienne de Boutcha, 05.04.2022. [Maurine Mercier - RTS]Maurine Mercier - RTS
L'économie revit peu à peu à Boutcha, ville martyre / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2022

07h00

La ville de Kherson sera-t-elle bientôt russe?

La ville ukrainienne de Kherson, dans le sud-est du pays, pourrait devenir russe. C’est du moins le souhait des autorités pro-russes de cette région occupée depuis le mois de mars. Elles ont clairement exprimé le souhait d’être annexées par la Russie mercredi, huit ans après la Crimée.

Tous les documents nécessaires à cette intégration seront prêts avant la fin de l’année. C’est ce qu’a fait savoir l’administration militaro-civile de la région de Kherson. Elle ne prévoit pas d’organiser de référendum, ce qui suscite des aigreurs au Kremlin.

>> Les précisions de La Matinale:

Les habitants de Kherson manifestent le 20 mars 2022. [Reuters]Reuters
La ville ukrainienne de Kherson pourrait bientôt devenir russe / La Matinale / 1 min. / le 11 mai 2022

Son porte-parole a tenu à préciser qu’il appartenait à la population de la région de choisir son destin, soulignant que des décisions aussi importantes devaient s’appuyer sur une base juridique claire et légitime, comme il pense que ce fut le cas pour la Crimée.

Un propos qui augure de ce qui pourrait se passer dans les territoires du sud de l’Ukraine si l'invasion par l'armée russe atteint ses objectifs. Au-delà des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, c’est tout ou partie du littoral ukrainien qui pourrait demander à rejoindre la Fédération de Russie, à l’instar de la Crimée.

06h30

L'agriculture ukrainienne entravée par le l'immense travail de déminage

La guerre en Ukraine a créé des scènes apocalyptiques, avec des villes et des villages entièrement détruits. Les conflits laissent aussi la place à un territoire truffé de mines et de restes d’explosifs de guerre. Les agriculteurs ukrainiens se retrouvent en première ligne face à cette menace dont l’ampleur est peut-être sans précédent.

Les autorités ukrainiennes estiment que près de la moitié du territoire est contaminé par des engins explosifs. Déminer prend du temps. Mais il y a urgence au moment où les agriculteurs doivent ensemencer leurs champs de blé et de céréales.

"Il y a une contamination massive de mines, qui impacte l’économie du pays, mais aussi toute la chaîne d’approvisionnement mondiale", explique Olena Kryvova, directrice adjointe pour l’Ukraine au sein de la Fondation suisse de déminage. "Quand les fermiers vont dans les champs avec leur tracteur et leurs machines, ils peuvent déclencher une mine qui va détruire leur équipement et aussi causer des morts. La situation sera encore plus dangereuse lorsque le blé et les céréales auront poussé et que ça deviendra difficile de localiser les mines", souligne-t-elle.

>> Les précisions de La Matinale:

La guerre en Ukraine déstabilise tout un pan de l'agriculture mondiale. [Genya Savilov - AFP]Genya Savilov - AFP
Les agriculteurs urkainiens en grande difficulté à causes des bombes abandonnées sur leurs champs / La Matinale / 1 min. / le 11 mai 2022

Plusieurs agriculteurs ont déjà perdu la vie alors qu’ils travaillaient sur leurs champs. Il y a les mines, mais aussi de nombreux engins explosifs disséminés sur le territoire. Dans cette Ukraine considérée comme le grenier de l’Europe, les opérations de déminages ne font que commencer.

"Le nombre de roquettes, de missiles utilisés en Ukraine est bien plus important que dans d’autres conflits, comme en Syrie ou au Moyen-Orient", indique Olena Kryvova. "Le niveau de contamination des sols par des engins explosifs est inimaginable. On ne peut pas nettoyer tout ça immédiatement. Les Ukrainiens vont devoir apprendre à vivre avec les mines pendant des décennies."

Le conflit, toujours en cours, complique aussi les opérations. La Fondation suisse de déminage a d’ailleurs dû suspendre temporairement ses activités sur le terrain en Ukraine.

04h00

La Finlande et la Suède seraient assurées d'adhérer à l'Otan en cas de candidature

La Finlande et la Suède pourraient déposer leurs candidatures à l'Otan dans les prochains jours. Selon cinq diplomates et responsables de l'organisation, les membres de l'alliance militaire devraient rapidement approuver leur adhésion, possiblement lors du sommet de Madrid prévu du 28 au 30 juin.

Les membres de l'Otan s'attendent à ce que la Finlande et la Suède déposent leurs candidatures pour adhérer à l'organisation, ont déclaré ces cinq personnes, citées sous couvert d'anonymat par l'agence Reuters. Si tel devait être le cas, ils ont assuré que ces deux candidatures seraient acceptées. "Il n'y a pas de calendrier fixé. Nous n'attendrons pas le sommet de Madrid si cela peut être fait avant", a déclaré un responsable de l'Otan.

Toutefois, la Finlande et la Suède ne bénéficieront pas de la clause de défense collective de l'Otan, selon laquelle une attaque contre un allié est une attaque contre tous, tant que les Parlements des 30 Etats membres n'auront pas ratifié la décision.

"Moment béni"

Le président finlandais Sauli Niinisto doit annoncer officiellement jeudi sa position sur la question. Une posture favorable sera considérée comme une candidature officielle d'Helsinki. En Suède, les sociaux-démocrates au pouvoir devraient trancher dimanche pour savoir s'ils décident ou non de rompre avec des décennies d'opposition à une adhésion à l'Otan.

Le président finlandais Sauli Niinisto et la Première ministre Suédoise Magdalena Andersson doivent décider dans les prochains jours s'ils décident d'adhérer à l'Otan en marge de la guerre en Ukraine. [Frank Augstein/Ritzau Scanpix - AFP]Le président finlandais Sauli Niinisto et la Première ministre Suédoise Magdalena Andersson doivent décider dans les prochains jours s'ils décident d'adhérer à l'Otan en marge de la guerre en Ukraine. [Frank Augstein/Ritzau Scanpix - AFP]

"S'ils ne le font pas maintenant, quand le feront-ils?", a déclaré l'un des diplomates, cité par Reuters. "C'est un moment béni: la Russie n'est pas en mesure d'attaquer" les pays nordiques, a estimé un autre.

De son côté, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov s'est abstenu mercredi de faire un commentaire sur la manière dont la Russie pourrait réagir.  "Nous observons avec la plus grande attention tout ce qui serait susceptible de modifier la configuration de l'alliance près de nos frontières", a-t-il déclaré. "C'est un sujet d'analyse très minutieux. Pour l'instant, nous ne pouvons pas en dire plus."

03h00

Un premier procès pour crimes de guerre à Kiev

Un soldat russe de 21 ans va être jugé pour crime de guerre en Ukraine. Ce sera le premier procès de ce type depuis le début de l'invasion, a annoncé mercredi la procureure générale de Kiev.

Le soldat russe est accusé d'avoir tiré avec une kalachnikov par la fenêtre d'une voiture dans laquelle il circulait, le 28 février, abattant un civil de 62 ans qui n'était pas armé. Selon un communiqué du bureau de la procureure, il a agi pour empêcher l'homme de témoigner dans une affaire de vol de voiture.Des corps enterrés dans la région de Boutcha où se sont produits de nombreuses exactions contre la population civile.  [Oleg Petrasyuk - Keystone]Des corps enterrés dans la région de Boutcha où se sont produits de nombreuses exactions contre la population civile. [Oleg Petrasyuk - Keystone]

L'accusé se déplaçait avec quatre autres militaires après l'attaque de leur convoi. Ils ont volé une voiture près du village de Chupakhivka. "L'un des soldats a ordonné à l'accusé de tuer un civil afin qu'il ne les dénonce pas", a expliqué la justice. "L'homme est mort sur place, à quelques dizaines de mètres seulement de chez lui".

Le soldat, placé en détention, risque un emprisonnement à vie s'il est reconnu coupable de crime de guerre et de meurtre avec préméditation. Le bureau du procureur a rendu publique une photo de l'accusé mais n'a pas indiqué les circonstances ayant conduit à son arrestation, ni ce qu'il était advenu des autres soldats présents au moment des faits présumés.

La Russie a été accusée à maintes reprises de commettre des crimes de guerre en Ukraine depuis le début de son offensive. Et parmi les près de six millions de réfugiés et les rescapés sur place, beaucoup racontent des faits de tortures, de viols ou d'agressions sexuelles et de destructions sans discernement.

21h00

Un mort dans une attaque en Russie depuis l'Ukraine

Une personne a été tuée et trois autres blessées dans le sud-ouest de la Russie après des bombardements provenant d'Ukraine, a annoncé mercredi le gouverneur russe de la région touchée.

Il a précisé que la situation était "la plus difficile" qu'ait connue sa région depuis que le président russe Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février.

Le gouverneur de la région de Belgorod a accusé l'Ukraine d'avoir visé le village de Solokhi, précisant qu'une maison avait été en partie détruite.

20h40

La Russie sanctionne des sociétés énergétiques occidentales

La Russie a imposé des sanctions contre plus de 30 sociétés de l'Union européenne, des Etats-Unis et de Singapour, en représailles contre les sanctions dont elle est frappée pour son offensive militaire contre l'Ukraine, selon un décret publié mercredi par le gouvernement.

La liste des sociétés sanctionnées comprend 31 compagnies, dont la plupart appartiennent à Gazprom Germania, la filiale allemande du géant gazier russe, que l'Etat allemand a placé sous son contrôle en raison de son importance stratégique.

Les sanctions concernent également EuRoPol GAZ S.A., le propriétaire de la partie polonaise du gazoduc Yamal-Europe.

19h35

Antonio Guterres juge important de maintenir le contact avec Moscou

Le secrétaire général des Nations unies a appelé mercredi à maintenir le contact avec la Russie de Vladimir Poutine pour sauver des vies en Ukraine et préparer la paix, même si aucun règlement pacifique du conflit ne se profile actuellement.

"Il est clair qu'à l'heure actuelle, il n'existe aucune chance d'un accord de paix ou d'un cessez-le-feu immédiat", a déclaré Antonio Guterres devant la presse à Vienne, où il se trouve pour une réunion de l'ONU.

Mais "cette guerre ne durera pas éternellement. Le moment viendra où les négociations de paix seront sur la table. Le moment viendra je l'espère, d'une solution au problème", a souligné le responsable de 73 ans, qui a proposé ses bons offices pour servir de médiateur.

19h30

Dans le cyber, l'ogre russe impressionne moins

Redoutée dans la guerre cyber, la Russie n'a pas utilisé ses armes numériques aussi efficacement que prévu face à l'Ukraine, mais les experts invitent à ne pas baisser la garde.

Mercredi matin, le vice-Premier ministre ukrainien Mykhaïlo Fedorov, en charge du numérique, a expliqué que la puissance russe dans le cyberespace s'était révélée bien inférieure aux attentes dans la guerre contre son pays.

"Le mythe de la force de la cyber-armée russe, dont le monde entier avait peur, a été battu en brèche", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à distance, à l'occasion d'une réunion d'experts en cybersécurité à Paris.

Pour Julien Nocetti, chercheur à l'Ifri (Institut français des relations internationales), le discours très optimiste de Mykhaïlo Fedorov traduit une stratégie constante des autorités ukrainiennes ces dernières semaines. Les Ukrainiens cherchent à démontrer que, pour les Russes, "faire peur était aussi important que d'avoir des capacités réelles", a-t-il ajouté.

18h30

Pourquoi les Etats-Unis vont-ils investir autant pour l'Ukraine?

Le Congrès américain a validé mardi un budget pharamineux de 40 milliards de dollars d'aide pour l'Ukraine. Pourquoi les Etats-Unis vont-ils investir autant pour l'Ukraine?

>> Les explications dans Forum:

Les Etats-Unis augmentent leur budget en faveur de l'Ukraine de manière colossale [RTS]
Les Etats-Unis augmentent leur budget en faveur de l'Ukraine de manière colossale / Forum / 2 min. / le 11 mai 2022

Pour Jean-Eric Branaa, spécialiste des Etats-Unis, maître de conférences à Paris 2, interrogé dans Forum, cet investissement massif permet aux Etats-Unis de montrer "qu'ils sont derrière leurs alliés. Il ne faut surtout pas se montrer faible en Ukraine". De plus, "défendre la démocratie" fait partie du programme de Joe Biden....

>> L'interview complète de Jean-Eric Branaa dans Forum:

Aide américaine pour l'Ukraine: interview de Jean-Eric Branaa [RTS]
Aide américaine pour l'Ukraine: interview de Jean-Eric Branaa / Forum / 5 min. / le 11 mai 2022

17h15

561 soldats de la Garde nationale tués depuis le début du conflit

Au total, 561 soldats de la Garde nationale ukrainienne, à laquelle appartient notamment le régiment Azov retranché dans l'aciérie d'Azovstal à Marioupol, ont été tués depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, a affirmé mercredi le chef de cette institution, Oleksiï Nadtotchy.

Il a précisé, durant un point presse diffusé en ligne, que 1697 membres de la Garde nationale avaient en outre été blessés.

Ce chiffre est un rare bilan donné par un responsable ukrainien des pertes militaires enregistrées depuis le début de la guerre, les ministères de la Défense ukrainien comme russe ne communiquant généralement pas sur leurs propres pertes.

Mi-avril, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait évalué à environ 2500 à 3000 le nombre de soldats ukrainiens morts.

16h40

Les réserves étrangères de la Banque centrale russe baissent

Les réserves en devises étrangères de la Banque centrale russe, qui atteignaient des records juste avant le début de l'offensive en Ukraine le 24 février, sont en train de baisser, selon les données publiées mercredi par cette institution.

Ces réserves - dont environ la moitié est gelée à l'étranger - ont baissé de 14 milliards de dollars en une semaine, s'établissant à 593,1 milliards le 29 avril.

Les sanctions occidentales avaient porté un coup dur et inattendu à Moscou en bloquant la partie de ces réserves détenue à l'étranger, soit environ 300 milliards de dollars, peu après le début du conflit en Ukraine.

16h15

Citoyens tchèques dans l'armée ukrainienne

Le président tchèque Milos Zeman a donné mercredi son feu vert à une centaine de citoyens tchèques pour aider l'armée ukrainienne à combattre les forces russes dans ce pays, a déclaré son porte-parole.

Autrefois farouchement prorusse, Milos Zeman a changé de position après l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Peu après, il a qualifié son allié de longue date, le président russe Vladimir Poutine, de "fou".

La loi tchèque interdit aux citoyens de ce pays de combattre à l'étranger.

16h00

Plus de 48'000 réfugiés ukrainiens en Suisse

Depuis le début de la guerre en Ukraine, 48'388 réfugiés de ce pays se sont enregistrés en Suisse. Ils sont 45'475 à avoir obtenu le statut de protection S, a indiqué mercredi sur Twitter le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Depuis mardi, 408 personnes supplémentaires ayant fui l'Ukraine ont été enregistrées dans les centres d'asile fédéraux. Et dans le même temps, 839 personnes ont obtenu le statut S.

15h40

Baisse de 25% du gaz russe transitant par l'Ukraine en Allemagne

Le volume de gaz russe acheminé en Allemagne dans un des principaux gazoducs transitant par l'Ukraine a diminué depuis mardi de 25%, a indiqué mercredi l'agence allemande gouvernementale chargée de l'énergie.

"En raison de la réduction du transit, les volumes de gaz acheminés vers l'Allemagne via l'Ukraine (par le gazoduc Megal) ont diminué de 25% par rapport" à mardi, a précisé cette agence sur son site internet, assurant toutefois que "ces volumes (étaient) actuellement compensés par des flux plus importants, notamment en provenance de Norvège et des Pays-Bas".

L'approvisionnement en gaz de l'Allemagne est donc "stable" en partie grâce à ces apports, assure l'agence gouvernementale.

Les livraisons de gaz russe à l'Europe via l'Ukraine sont en baisse pour la première fois depuis le début du conflit, fin février.

>> Les explications dans Forum:

Les livraisons de gaz russe en Europe via l'Ukraine sont perturbées [RTS]
Les livraisons de gaz russe en Europe via l'Ukraine sont perturbées / Forum / 1 min. / le 11 mai 2022

15h15

Les unis suisses accueillent des centaines d'étudiants ukrainiens

Plusieurs centaines de réfugiés ukrainiens se sont annoncés auprès de l'Université de Zurich (UZH) pour suivre des études en tant qu'hôtes. Une centaine ont été acceptés jusqu'ici. Beaucoup d'autres devraient suivre.

Les universités de Genève et de Lausanne annoncent également plusieurs centaines de demandes. A Fribourg, ce sont 17 étudiants ukrainiens qui sont immatriculés.

Le recteur de l'UZH Michael Schaepman a déclaré mercredi que la possibilité d'effectuer des études en tant qu'hôte est bien sûr fantastique à court terme. Mais il faut aussi une perspective à long terme.

14h30

L'Ukraine assure que son armée progresse autour de Kharkiv

Les autorités ukrainiennes ont revendiqué mercredi la reconquête de quatre villes près de Kharkiv, où la contre-offensive lancée par les troupes de Kiev contre l'armée russe pourrait préfigurer d'un changement de rapport de force dans l'est du pays.

Depuis qu'elle a renoncé à prendre la capitale ukrainienne fin mars, la Russie s'est reconcentrée sur la conquête du Donbass, dans l'est du pays.

Elle utilise la ville d'Izioum, près de Kharkiv, comme base arrière de son offensive venant du nord. La ligne de front située plus à l'est, le long des territoires des républiques séparatistes autoproclamées de Louhansk et Donestk, est puissamment fortifiée depuis le conflit de 2014.

Les soldats ukrainiens repoussent les Russes dans la région de Kharkiv, selon Kiev. [Jorge Silva - Reuters]Les soldats ukrainiens repoussent les Russes dans la région de Kharkiv, selon Kiev. [Jorge Silva - Reuters]

Sans chercher à prendre Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine avec 1,5 million d'habitants avant la guerre, en grande majorité russophones, l'armée russe l'a bombardée pendant des semaines avec des missiles, des roquettes et de l'artillerie.

Mais la contre-offensive lancée depuis plusieurs jours par l'armée ukrainienne a permis de desserrer l'étau sur la ville, a déclaré une porte-parole des forces de Kiev dans la région, en revendiquant la reconquête de quatre villes situées entre Kharkiv et la frontière russe, plus au nord.

L'armée russe s'emploie désormais à essayer d'empêcher les forces ukrainiennes de les repousser jusqu'à la frontière et de reprendre totalement le contrôle de la ville de Roubijné, a ajouté mercredi l'état-major ukrainien.

13h30

Quelque 30% des emplois perdus en Ukraine depuis le début de la guerre

Quelque 30% des emplois en Ukraine - soit 4,8 millions - ont été perdus depuis le début de la guerre déclenchée par la Russie et l'évolution dépend entièrement de la situation militaire, a prévenu mercredi l'Organisation internationale du travail (OIT).

"Les bouleversements économiques, couplés à des déplacements internes de grande ampleur et à des flux massifs de réfugiés, engendrent des pertes colossales en termes d'emploi et de revenu", souligne l'organisation dans ce premier rapport sur les conséquences de l'invasion russe sur le pays et le reste du monde.

13h25

Les séparatistes pro-russes n'auront plus "aucune retenue" à Marioupol

Denis Pouchiline, le dirigeant de la république populaire de Donetsk (Etat prorusse autoproclamé de l'est de l'Ukraine), a déclaré mercredi qu'il n'y avait plus de civils dans les sous-sols de l'usine Azovstal de Marioupol et que ses forces ne feraient plus preuve d'aucune retenue, a rapporté l'agence russe Tass.

"Les mains de nos unités ne sont par conséquent plus liées", a-t-il précisé. Ses forces participent à l'assaut contre l'aciérie fortifiée.

Toujours des civils selon l'Ukraine

L'Ukraine a indiqué mardi que l'armée russe continuait à bombarder massivement Azovstal, comme elle le fait depuis des semaines. Selon Kiev, une centaine de civils seraient encore réfugiés dans les tunnels qui s'enfoncent sous la gigantesque usine métallurgique, de même que de nombreux soldats blessés.

Dernier bastion tenu par les forces ukrainiennes à Marioupol, Azovstal est devenu un symbole de leur résistance face à l'offensive russe.

12h30

Vers une demande de rattachement de la région ukrainienne de Kherson à la Russie

Les autorités installées par Moscou dans la région ukrainienne de Kherson comptent demander à Vladimir Poutine une annexion, a indiqué mercredi un responsable régional pro-russe.

"Il y aura une demande pour intégrer la région de Kherson en tant que sujet à part entière de la fédération de Russie", a dit aux agences russes Kirill Stremooussov, chef adjoint de l'administration militaro-civile de Kherson, région conquise par l'armée russe durant l'offensive déclenchée par Moscou en février contre l'Ukraine.

La région de Kherson, située juste au nord de la Crimée annexée par Moscou en 2014, est essentielle pour approvisionner la péninsule en eau. Sa conquête, seule véritable succès militaire pour Moscou depuis le début de sa campagne, permet aussi de constituer un pont terrestre reliant la Crimée, la région séparatiste pro-russe de Donetsk et le territoire russe.

11h15

Baisse des livraisons de gaz russe en transit via l'Ukraine

Le volume de gaz russe transitant par l'Ukraine, importante voie pour les approvisionnements européens, apparaît en baisse mercredi car les combats dans l'est du pays avec l'armée russe empêchent selon Kiev le bon fonctionnement d'infrastructures gazières.

L'opérateur ukrainien des gazoducs GTSOU a indiqué mardi que la présence des forces russes près des installations de Sokhranivka et Novopskov dans la région de Lougansk ne permettait pas d'assurer le flot habituel de gaz et demandait le transfert de ces volumes vers un autre point de passage, à Soudja.

Dans la soirée, le géant gazier russe Gazprom avait démenti tout cas de "force majeur" et argué qu'il était impossible de dérouter les volumes.

Selon les chiffres publiés par GTSOU mercredi matin, les volumes passant par Sokhranivka sont tombés à zéro et ceux de Soudja sont prévus en hausse mais pas suffisamment pour compenser la baisse.

08h45

Le président Volodymyr Zelensky est-il toujours si populaire?

Si Volodymyr Zelensky est devenu un héros à l’échelle internationale, est-il toujours aussi populaire en Ukraine?

Les premières semaines du conflit, il était pratiquement impossible d’émettre la moindre critique à l'égard du président ukrainien. Avant la guerre, les Ukrainiens étaient pourtant souvent sceptiques et même parfois hostiles.

Aujourd'hui, la rhétorique de l'ancien acteur peut parfois agacer. En prononçant les mots "génocide" ou "Troisième guerre mondiale", plusieurs Ukrainiens considèrent que leur président en fait trop.

>> Le sujet de La Matinale:

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, photographié ici le 6 mai à Kiev. [Présidence ukrainienne - Keystone]Présidence ukrainienne - Keystone
Zoom - Le président Zelensky est-il toujours si populaire ? / La Matinale / 2 min. / le 11 mai 2022

08h00

De nombreux habitants reviennent à Kiev

Près des deux-tiers des 3,5 millions d'habitants de Kiev sont revenus dans la capitale ukrainienne, qui s'était vidée de la majorité de ses résidents au début de l'invasion russe le 24 février, a indiqué mardi le maire Vitali Klitschko.

Même s'il y a encore un couvre-feu, des barrages routiers, "si ces limitations ne vous font pas peur, vous pouvez effectivement revenir", a ajouté l'édile, qui jusqu'ici appelait les habitants à patienter.

Vitali Klitschko a souligné qu'il ne pouvait pas interdire aux habitants de Kiev de revenir dans la capitale, mais il a toutefois appelé à la prudence.

>> Le reportage à Kiev dans La Matinale:

Deux tiers des habitants de Kiev sont revenus dans la capitale ukrainienne. [Emilio Morenatti - Keystone/AP]Emilio Morenatti - Keystone/AP
Deux tiers des habitants de Kiev sont revenus dans la capitale ukrainienne / La Matinale / 1 min. / le 11 mai 2022

07h20

Un chien ukrainien renifleur de mines reçoit une médaille

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remis dimanche une médaille à Patron, un célèbre chien ukrainien renifleur de mines, ainsi qu'à son maître, en reconnaissance de leur dévouement.

Le Jack Russell terrier aurait détecté plus de 200 engins explosifs depuis le début de l'invasion russe. "Un merveilleux petit sapeur, Patron, aide non seulement à neutraliser des explosifs, mais enseigne aussi à nos enfants les règles de sécurité nécessaires dans les zones à risque", a déclaré Volodymyr Zelensky.

>> Les précisions dans La Matinale:

Patron aurait détecté près de 200 engins explosifs en Ukraine. [Efrem Lukatsky - Keystone/AP]Efrem Lukatsky - Keystone/AP
Un Jack Russel, chien démineur, médaillé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky / La Matinale / 1 min. / le 11 mai 2022

05h00

Un budget de 40 milliards pour l'Ukraine voté au Congrès américain

Le Congrès américain a validé mardi soir un budget pharamineux de 40 milliards de dollars d'aide pour l'Ukraine. Elle comprend notamment six milliards qui doivent permettre à l'Ukraine de s'équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne. Près de neuf milliards sont également prévus pour assurer la continuité des institutions démocratiques, ainsi qu'un large volet humanitaire.

"Avec ce programme d'aide, l'Amérique envoie au monde entier le signal de notre détermination inébranlable à soutenir le peuple courageux d'Ukraine jusqu'à la victoire" contre Moscou, a souligné  la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.

Soutien transpartisan

Ce paquet doit désormais être voté au Sénat, en fin de semaine ou en début de semaine prochaine, avant d'être promulgué par Joe Biden.

Le président américain réclamait depuis plusieurs semaines une rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars pour soutenir l'Ukraine contre l'invasion russe. Mais les dirigeants démocrates et républicains se sont mis d'accord pour aller encore plus loin, trouvant un compromis autour de cette enveloppe de 40 milliards, l'équivalent du PIB du Cameroun en 2020.

Fait rare dans un Congrès extrêmement divisé, ces mesures bénéficient d'un très large soutien transpartisan.

>> Les explications dans La Matinale:

Du matériel militaire est chargé dans un avion-cargo C-17 en vue de leur transport vers l'Ukraine, le vendredi 29 avril 2022, sur la base aérienne de Dover, dans l'État de New York. [AP Photo/Alex Brandon - Keystone]AP Photo/Alex Brandon - Keystone
Le Congrès américain vote une aide de 40 milliards pour l'Ukraine / La Matinale / 1 min. / le 11 mai 2022

04h00

Deux élus américains veulent faire de la Russie un "Etat terroriste"

Deux ténors du Sénat, le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Blumenthal, ont franchi une étape supplémentaire mardi dans la riposte américaine contre Moscou. Les deux hommes ont dévoilé une résolution commune qui exhorte le chef de la diplomatie américaine à inscrire la Russie sur la liste noire américaine des "Etats soutenant le terrorisme".

Quatre pays figurent aujourd'hui sur cette liste: Cuba, l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord.

00h00

Le déroulé de la journée de mardi

>> Le détail des événements lors de la journée de mardi: Vladimir Poutine n'a pas l'intention de se limiter au Donbass, estime Washington