Banner du 8 mai 2022 [Keystone]
Publié Modifié

Les derniers militaires ukrainiens retranchés à Marioupol excluent de se rendre

- Les militaires ukrainiens retranchés depuis de nombreuses semaines dans les galeries souterraines de l'immense aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance face à l'armée russe dans le port dévasté de Marioupol (sud-est) ont annoncé dimanche qu'ils excluaient de se rendre.

- Soixante personnes sont portées disparues après le bombardement samedi d'une école où elles se réfugiaient dans la région de Lougansk dans l'est de l'Ukraine, a indiqué dimanche le gouverneur régional Serguiï Gaïdaï.

- Le chef du groupe parlementaire du PLR Damien Cottier a été chargé de rédiger un rapport sur les crimes de guerre en Ukraine. Il dirige à Strasbourg la délégation suisse à l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, l'organe législatif de la Convention européenne des droits de l'homme, et il préside la commission des questions juridiques et des droits de l'homme.

- Le G7 dans son entier s'est engagé dimanche à interdire ou supprimer progressivement les importations de pétrole russe, a annoncé dimanche la Maison Blanche. Les Etats-Unis ont par ailleurs annoncé de nouvelles sanctions.

Suivi assuré par la rédaction RTSinfo

00h30

Le suivi des événements de lundi

>> Retrouvez ici en détail la suite des événements de lundi: Vladimir Poutine appelle l'armée russe "à défendre la patrie" lors de son discours du 9 mai

00h00

La Suisse doit en faire plus pour bloquer les avoirs russes, selon l'ONG Public Eye

L'ONG Public Eye a passé au crible 32 personnalités russes dont les avoirs cumulés atteindraient la somme de 293 milliards de francs. Elle demande que la Suisse applique de manière efficace les sanctions et qu'elle renforce sa lutte contre l’opacité financière et le blanchiment d'argent.

Le dossier de l'ONG montre comment les avantages de la place économique helvétique sont systématiquement utilisés par les oligarques russes: industrie offshore de pointe pour créer des sociétés-écrans, plateforme de négoce de matières premières qui échappe à la régulation, ou encore des lacunes dans la lutte contre le blanchiment d'argent et une opacité financière.

Public Eye a adressé lundi son enquête sous forme de jeu de cartes aux parlementaires fédéraux, alors que s'ouvre à Berne la session spéciale du Conseil national et qu'un grand défilé militaire se tient à Moscou.

>> Plus de détails: La Suisse doit en faire plus pour bloquer les avoirs russes, selon l'ONG Public Eye

23h35

Le Royaume-Uni impose de nouvelles sanctions commerciales contre la Russie

Le gouvernement britannique a annoncé dimanche un nouveau train de sanctions commerciales contre la Russie et la Biélorussie en raison de l'invasion de l'Ukraine, avec des interdictions d'exportation visant l'industrie russe et la hausse de tarifs douaniers, notamment sur le palladium.

"Cet important paquet de sanctions infligera encore plus de dommages à la machine de guerre russe", a déclaré la ministre du Commerce international, dans un communiqué.

Les tarifs douaniers vont augmenter de 35 points de pourcentage, notamment pour le platine et le palladium - utilisé dans l'industrie automobile - tandis que les interdictions d'exportation visent des biens destinés aux secteurs manufacturier et de machinerie lourde en Russie, comme le plastique, le caoutchouc ou des machines.

"La Russie est l'un des principaux pays producteurs de platine et de palladium et dépend fortement du Royaume-Uni pour exporter" ces produits, a souligné le gouvernement.

Ces sanctions portent sur 1,7 milliard de livres de biens en valeur (environ 2 milliards de francs), a précisé l'exécutif, portant à plus de 4 milliards de livres la valeur des biens visés par des sanctions commerciales depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Le Royaume-Uni a aussi sanctionné depuis l'invasion plus de 1'000 individus et plus de 100 entreprises.

23h30

Zelensky accuse la Russie d'avoir "oublié tout ce qui était important pour les vainqueurs" de 1945

"La Russie a oublié tout ce qui était important pour les vainqueurs de la Deuxième Guerre mondiale", a accusé dimanche soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à la veille des commémorations en Russie du 9 mai célébrant la victoire sur l'Allemagne nazie.

Volodymyr Zelensky a fustigé dans un message vidéo "de violents bombardements" dans plusieurs régions ukrainiennes, dont un ayant entraîné la mort de 60 personnes dans une école de l'est, "comme si ce n'était pas le 8 mai aujourd'hui, comme si demain n'était pas le 9, alors que le maître mot devrait être la paix pour tous les gens normaux".

L'Ukraine et le monde libre s'en souviendront

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, photographié ici le 6 mai à Kiev. [Présidence ukrainienne - Keystone]
Volodymyr Zelensky, président ukrainien

"L'Ukraine et le monde libre s'en souviendront", a-t-il lancé. Selon Volodymyr Zelensky, l'Ukraine "a montré qu'elle faisait partie du monde libre et d'une Europe unie" face à "l'indépendance de Moscou dans le mal et la haine, que tout le monde verra demain".

"L'armée russe ne serait pas elle-même si elle ne tuait pas", a encore accusé Volodymyr Zelensky.

21h20

Des civils évacués d'Azovstal à Marioupol sont arrivés à Zaporijjia

Plus de 170 civils de Marioupol, dont une quarantaine évacués de l'aciérie Azovstal dans ce port du sud-est ukrainien presque entièrement sous contrôle russe, sont arrivés dimanche soir à Zaporijjia, a constaté un journaliste de l'AFP.

Au total, 174 civils sont arrivés à bord de huit bus dans cette grande ville du sud-est de l'Ukraine "depuis l'enfer de Marioupol", a précisé dans la foulée sur Twitter la coordinatrice humanitaire des Nations unies pour l'Ukraine, Osnat Lubrani.

21h00

Avant le défilé militaire du 9 mai à Moscou

Remise de médaille très solennelle dimanche matin à Moscou: le ministre de la Défense Sergeï Choïgou a décoré un groupe d'officiers de l'armée tout juste rentrés du front ukrainien.

Les soldats sont salués comme des héros, à l'image de leur prédécesseurs du 9 mai 1945, qui ont donné le coup de grâce à l'Allemagne nazie. C'est leur souvenir qu'on s'apprête à célébrer demain à Moscou dans le cadre de la traditionnelle fête marquant la fin de la 2e Guerre mondiale.

>> Les précisions dans le 19h30:

Jean-Didier Revoin, correspondant à Moscou, fait état de l’ambiance qui règne en Russie à la veille d'une date historique clé dans l’histoire russe [RTS]
Jean-Didier Revoin, correspondant à Moscou, fait état de l’ambiance qui règne en Russie à la veille d'une date historique clé dans l’histoire russe / 19h30 / 51 sec. / le 8 mai 2022

Dans ses voeux du 8 mai, le président russe Vladimir Poutine a assuré que "comme en 1945, la victoire sera à nous", multipliant les comparaisons entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit en Ukraine.

A Moscou pourtant, si le public était déjà présent en nombre samedi à l'heure des répétitions générales, certains s'interrogent sur le sens de cette escalade verbale.

>> Le reportage du correspondant de la RTS Jean-Didier Revoin dans le 19h30:

Jean-Didier Revoin, correspondant à Moscou, fait état de l’ambiance qui règne en Russie à la veille d'une date historique clé dans l’histoire russe [RTS]
Jean-Didier Revoin, correspondant à Moscou, fait état de l’ambiance qui règne en Russie à la veille d'une date historique clé dans l’histoire russe / 19h30 / 51 sec. / le 8 mai 2022

20h30

Les régions russophones d'Ukraine suspendues aux célébrations du 9 mai

La date anniversaire du 9 mai, qui célèbre la victoire sur l'Allemagne nazie en 1945, laisse craindre le pire en Ukraine, comme une plus large offensive de la part de la Russie. Les frappes se sont intensifiées sur la ligne de front dans le Donbass samedi, où 60 personnes auraient été tuées dans une école qui servait de refuge pour les habitants d’un village près de Lougansk, qui serait encore sous le feu de l'artillerie russe.

>> Le reportage de l'envoyée spéciale Annabelle Durand dans le 19h30:

La date du 9 mai fait craindre le pire aux régions russophones d'Ukraine. Le commentaire d’Annabelle Durand, envoyée spéciale [RTS]
La date du 9 mai fait craindre le pire aux régions russophones d'Ukraine. Le commentaire d’Annabelle Durand, envoyée spéciale / 19h30 / 1 min. / le 8 mai 2022

La peur et l'incertitude dominent. Dans les régions russophones de Dnipro et de Kharkiv, chez les Ukrainiens qui sont liés à la Russie par leur passé soviétique, il y a beaucoup de colère, déjà depuis 2014 et l'annexion de la Crimée. Cette date, qui leur rappelait pourtant des souvenirs de famille, n'était plus célébrée. Désormais, les plus jeunes ne veulent plus parler le russe et s’ils avaient pu se rassembler, protester et provoquer Moscou, ils l'auraient fait.

>> Les précisions dans le 19h30:

La date du 9 mai fait craindre le pire aux régions russophones d'Ukraine. Le commentaire d’Annabelle Durand, envoyée spéciale [RTS]
La date du 9 mai fait craindre le pire aux régions russophones d'Ukraine. Le commentaire d’Annabelle Durand, envoyée spéciale / 19h30 / 1 min. / le 8 mai 2022

19h50

Vladimir Poutine responsable de crimes de guerre, dit Justin Trudeau à Kiev

Le président russe "Vladimir Poutine est responsable de ces odieux crimes de guerre", a déclaré dimanche le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Kiev, lors d'une conférence de presse commune avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Il devra rendre des comptes", a-t-il ajouté. Plus tôt, il s'est rendu dans la ville voisine d'Irpin, où l'Ukraine accuse la Russie d'un massacre de civils.

19h30

Plus de 47'000 réfugiés d'Ukraine enregistrés en Suisse

Depuis le début de la guerre en Ukraine, 47'411 réfugiés de ce pays se sont enregistrés en Suisse. Ils sont 43'539 à avoir obtenu le statut de protection S, a indiqué dimanche sur Twitter le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Sur le week-end, 515 personnes supplémentaires ayant fui l'Ukraine se sont enregistrées dans les centres d'asile fédéraux. Le nombre de personnes ayant obtenu le statut S a augmenté de 1246.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'attend à ce que 8,3 millions de personnes au total fuient l'Ukraine cette année. Actuellement, environ 5,8 millions ont quitté le pays. Il y a également 7,7 millions de déplacés en Ukraine même.

19h00

Damien Cottier va enquêter sur des crimes de guerre en Ukraine

Le chef du groupe parlementaire du PLR Damien Cottier a été chargé de rédiger un rapport sur les crimes de guerre en Ukraine. Il dirige à Strasbourg la délégation suisse à l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, l'organe législatif de la Convention européenne des droits de l'homme, et il préside la commission des questions juridiques et des droits de l'homme.

Cette commission a pour mission d’évaluer l’état des droits de l’homme dans les différents pays du monde, notamment lorsque des atteintes graves à ces droits sont observées, a expliqué Damien Cottier dimanche dans Forum. "Nous ne sommes pas des procureurs", a précisé le conseiller national neuchâtelois, qui résume le rôle de ce mandat par la collecte d’informations sur des accusations d'atrocités commises par les forces russes depuis le début de la guerre.

Ce travail se fait principalement à travers des contacts avec les autorités ukrainiennes, ainsi que des témoins sur place. Le rapport doit ensuite servir à tirer "des conclusions juridiques et politiques" sur le conflit, a encore déclaré le Neuchâtelois.

>> Les précisions de Damien Cottier dans Forum:

Un Suisse pour enquêter sur les crimes de guerre en Ukraine: interview de Damien Cottier (vidéo) [RTS]
Un Suisse pour enquêter sur les crimes de guerre en Ukraine: interview de Damien Cottier (vidéo) / Forum / 5 min. / le 8 mai 2022

18h35

Le G7 accuse Poutine de couvrir la Russie "de honte"

Alors que Vladimir Poutine s'apprête à célébrer lundi en grande pompe la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie, ses actions en Ukraine "couvrent la Russie et les sacrifices historiques de son peuple de honte", s'indignent dimanche les pays du G7 dans un communiqué commun.

Lors d'une réunion virtuelle à laquelle a participé le président ukrainien Volodymyr Zelensky, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de l'Italie, du Japon, et du  Royaume-Uni lui ont "répété (leur) engagement à prendre de nouvelles mesures pour aider l'Ukraine à s'assurer un avenir libre et démocratique", ainsi qu'à "se défendre et repousser de futurs actes d'agression", selon le texte publié à l'issue de la rencontre.

18h30

Les combattants retranchés de Marioupol refusent de se rendre

Les militaires ukrainiens retranchés depuis de nombreuses semaines dans les galeries souterraines de l'immense aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance face à l'armée russe dans le port dévasté de Marioupol (sud-est), ont annoncé dimanche qu'ils excluaient de se rendre.

Depuis plusieurs semaines, Marioupol est presque entièrement sous contrôle des Russes. Seule lui échappe l'immense aciérie Azovstal que l'armée russe pilonne sans relâche, en plus d'attaques importantes au sol à l'origine de violents combats.

De nombreux civils s'y trouvaient avec les combattants ukrainiens dans des conditions extrêmes, jusqu'à l'évacuation des dernières femmes civiles, des derniers enfants et personnes âgées samedi, selon Kiev.

La prise d'Azovstal permettrait à Moscou de revendiquer le contrôle total de Marioupol, port stratégique à la pointe sud du Donbass qui comptait près d'un demi-million d'habitants avant la guerre, mais qui a été quasiment entièrement détruite par deux mois de siège et de bombardements russes.

>> Le point sur la situation avec Maurine Mercier, envoyée spéciale de la RTS, dans Forum:

Les dernières forces ukrainiennes retranchées à Marioupol refusent de capituler (vidéo) [RTS]
Les dernières forces ukrainiennes retranchées à Marioupol refusent de capituler (vidéo) / Forum / 3 min. / le 8 mai 2022

18h15

Nouvelles sanctions des Etats-Unis

Washington a annoncé dimanche dans un communiqué de la Maison Blanche une nouvelle salve de sanctions contre la Russie, autour de deux axes majeurs: les médias ainsi que l'accès des entreprises et des grandes fortunes russes aux services de conseil et de comptabilité dont les Américains et les Britanniques sont les grands spécialistes mondiaux.

Les Etats-Unis vont sanctionner les chaînes de télévision Pervy Kanal, Rossiïa-1 et NTV. Il sera interdit à toute entreprise américaine de les financer par de la publicité ou de leur vendre des équipements.

Autre axe d'attaque de Washington: interdire la prestation de services "d'audit, de management, de conseil, de marketing, tous les services utilisés pour faire fonctionner des entreprises multinationales, mais aussi potentiellement pour contourner les sanctions ou dissimuler des richesses mal acquises", a dit la même source.

18h05

Le G7 s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

"Le G7 tout entier s'est engagé aujourd'hui à interdire ou supprimer progressivement les importations de pétrole russe", a annoncé dimanche la Maison Blanche dans un communiqué.

Cette décision "va porter un coup dur à la principale artère irriguant l'économie de (Vladimir) Poutine et le priver des revenus dont il a besoin pour financer sa guerre" contre l'Ukraine, affirme l'exécutif américain.

Son communiqué ne précise toutefois pas quels engagements exactement a pris chacun des membres du G7, à savoir l'Allemagne (qui en a la présidence cette année), le Canada, les Etats-Unis, la France, l'Italie, le Japon et le Royaume-Uni.

>> En lire plus: Les pays du G7 s'engagent à arrêter d'importer "progressivement" du pétrole russe

17h30

L'UE poursuit ses discussion sur l'embargo sur le pétrole russe

Des négociations se poursuivront en début de semaine entre les 27 Etats membres de l'UE pour lever les obstacles au projet d'embargo européen sur le pétrole russe, selon des sources diplomatiques. Le plan est freiné par plusieurs Etats membres, comme la Hongrie.

Les ambassadeurs des Vingt-Sept à Bruxelles se sont réunis dimanche sans parvenir encore à s'accorder sur la mise en oeuvre du sixième paquet de sanctions contre Moscou présenté mercredi par la Commission européenne.

Ce projet prévoit un embargo sur le pétrole russe d'ici à la fin de l'année dont la réalisation soulève des problèmes importants pour certains pays membres.

16h50

Jill Biden a fait une visite surprise en Ukraine

La Première dame des Etats-Unis Jill Biden s'est rendue en Ukraine dimanche à l'occasion d'une brève visite surprise, a annoncé son porte-parole, et a rencontré son homologue ukrainienne Olena Zelenska dans une école proche de la frontière slovaque.

"Je voulais venir pour la Fête des mères. Je pensais qu'il était important de montrer au peuple ukrainien que cette guerre doit s'arrêter", a-t-elle déclaré devant des journalistes, affirmant que "le peuple américain se tient aux côtés du peuple ukrainien".

Jill Biden se trouvait en Slovaquie cette semaine, notamment pour rencontrer des familles de réfugiés ukrainiens et son incursion en Ukraine avait été gardée secrète jusqu'au dernier moment.

16h40

La rock star Bono chante la paix dans le métro de Kiev

La rock star irlandaise Bono a fait l'éloge du combat de l'Ukraine pour la "liberté" lors d'un spectacle dans une station de métro du centre de Kiev, dimanche, où le leader de U2 a aussi prononcé sa propre prière "pour la paix".

Depuis le quai d'une station de métro de Kiev, l'icône du rock, âgée de 61 ans, a entonné les classiques de U2 "Sunday Bloody Sunday", "Desire" et "With or without you".

16h30

Justin Trudeau à Irpin dans la banlieue de Kiev

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est rendu dimanche à Irpin dans la banlieue de Kiev, ville dévastée par des combats intenses entre les armées ukrainienne et russe, avant son occupation en mars par les Russes, a annoncé le maire de la ville.

Justin Trudeau en discussion avec le maire d'Irpin, Oleksandr Markushyn. [Keystone]Justin Trudeau en discussion avec le maire d'Irpin, Oleksandr Markushyn. [Keystone]

"(Justin Trudeau) est venu à Irpin pour voir de ses propres yeux toutes les horreurs que les occupants russes ont faites à notre ville", a écrit Oleksandre Markouchine sur Telegram, accompagnant son message de photos prises avec Justin Trudeau dans la ville détruite.

16h20

Des opposants russes à la guerre condamnent la politique de Poutine

Des opposants à la guerre menée par la Russie en Ukraine se sont rassemblés dimanche sur la place des Nations, à Genève. Ils ont accusé le président russe Vladimir Poutine d'orchestrer la date du 8 mai, jour de la victoire sur l'Allemagne nazie, à des fins politiques.

D'immenses sacrifices ont été faits pour vaincre les armées d'Adolf Hitler et aujourd'hui, "les mêmes idées nazies" guident l'action de la Russie en Ukraine, a dénoncé Maria Sinitsyna-Rossen, qui s'exprimait devant un maigre auditoire. Par son intervention, Vladimir Poutine a détruit "la paix fragile"qui régnait en Europe.

Co-organisatrice du rassemblement, Maria Sinitsyna-Rossen a regretté que la date marquant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, qui tombe le 9 mai en Russie, ait été détournée par Vladimir Poutine. Par la volonté du président russe, ce jour sacré du souvenir a été transformé en une "horrible fête militariste".

16h00

Le "mal est de retour" en Europe, fustige le président Zelensky

Le "mal est de retour" en Europe, a déclaré dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky, comparant l'invasion de l'Ukraine par la Russie à l'agression des pays européens par l'Allemagne nazie, dans un discours de commémoration de la Deuxième Guerre mondiale.

"Des décennies après la Deuxième Guerre mondiale, les ténèbres sont retombés sur l'Ukraine et elle est à nouveau noire et blanche", dit M. Zelensky dans un enregistrement vidéo où il est filmé en noir et blanc devant des immeubles d'habitation détruits.

"Le mal est de retour, dans un uniforme différent, sous des slogans différents, mais avec le même objectif", a-t-il ajouté dans cette vidéo sous-titrée en anglais et présentant des images d'archives du dernier conflit mondial ainsi que des images en noir et blanc de l'invasion russe.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, photographié ici le 6 mai à Kiev. [Présidence ukrainienne - Keystone]Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, photographié ici le 6 mai à Kiev. [Présidence ukrainienne - Keystone]

Le dirigeant ukrainien compare les bombardements des villes européennes par l'Allemagne nazie à ceux de son pays par la Russie. Il accuse Moscou de mettre en oeuvre "une reconstitution sanglante du nazisme" en utilisant "ses idées, ses actions, ses mots et symboles" et de d'en répéter les "atrocités" tout en donnant des justifications "visant à attribuer à ce mal un but sacré".

"Cette année c'est de façon différente que nous disons +plus jamais ça!", c'est de façon différente que nous entendons ces mots. Ils résonnent de manière douloureuse, cruelle, sans point d'exclamation mais avec un point d'interrogation. Vous dites +plus jamais ça? Eh bien parlez-en donc à l'Ukraine", a lancé le président ukrainien. 

15h00

"Capituler n'est pas une option" pour les soldats ukrainiens retranchés dans Azovstal

Les militaires ukrainiens retranchés depuis de nombreuses semaines dans les galeries souterraines de l'immense aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance face à l'armée russe dans le port dévasté de Marioupol (sud-est) ont annoncé dimanche qu'ils excluaient de se rendre.

"Capituler n'est pas une option car notre vie n'intéresse pas la Russie. Nous laisser en vie ne leur importe pas", a déclaré Ilya Samoïlenko, officier du renseignement ukrainien au cours d'une conférence de presse diffusée par vidéo.

13h45

Des soldats ukrainiens toujours retranchés dans l'usine Azovstal

Les derniers combattants retranchés à Marioupol redoutent un assaut final à la veille de la commémoration à Moscou de la victoire contre l'Allemagne nazie, au moment où les frappes russes s'intensifient dans l'est de l'Ukraine.

A Marioupol, après moult appels et vaines tentatives ces dernières semaines, "nous avons évacué les civils d'Azovstal", a lancé le président Zelensky samedi soir dans son message quotidien, citant le nombre de 300 personnes exfiltrées. "Nous préparons désormais la seconde phase (...): les blessés et le personnel médical".

>> Le point de situation à Marioupol dans le 12h45:

Guerre en Ukraine: Femmes, enfants et personnes âgées ont évacué l’usine Azovstal à Marioupol [RTS]
Guerre en Ukraine: Femmes, enfants et personnes âgées ont évacué l’usine Azovstal à Marioupol / 12h45 / 1 min. / le 8 mai 2022

Selon Ievguenia Tytarenko, infirmière militaire, son mari, infirmier et membre du régiment Azov, et ses collègues occupent toujours l'usine. "De nombreux soldats se trouvent dans un état grave. Ils sont blessés et n'ont pas de médicaments. La nourriture et l'eau manquent aussi", dit-elle.

"Nos unités dans la zone de l'usine d'Azovstal continuent d'être bloquées", a relevé l'état-major ukrainien dans son bulletin matinal dimanche, évoquant des "opérations d'assaut russes" avec "le soutien de l'artillerie et des tirs de chars".

13h00

Des manifestations pro-russes attendues à Berlin

La Russie s'apprête à célébrer la victoire sur l'Allemagne nazie lors des traditionnelles commémorations du 9 mai. Cette année, en raison de la guerre en Ukraine, le contexte est particulier et donne lieu à des manifestations partout dans le monde.

A Berlin, plus de 50 manifestations sont annoncées à l'occasion des commémorations de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La plupart sont organisées par des activistes russophones et pro-Poutine. Les forces de l'ordre, qui redoutent les provocations, sont sur le qui-vive. Pas moins de 1500 policiers venus de tout le pays sont déployés à Berlin, où les manifestants n'auront pas le droit d'arborer de drapeaux russes ou ukrainiens, d'entonner des chants militaires ou de porter l'uniforme.

>> Les précisions dans le 12h30:

Des oeillets rouges déposés devant le mémorial soviétique au Tiergarten, à Berlin. Le 8 mai 2020 marque le 75e anniversaire de la capitulation du régime nazi. [DPA/Wolfgang Kumm - Keystone]DPA/Wolfgang Kumm - Keystone
Manifestations pro-Russes à Berlin à l’occasion des commémorations du 9 mai / Le 12h30 / 1 min. / le 8 mai 2022

12h40

Reportage dans le "corridor russe" entre le Donbass et la Crimée

Kiev redoute un assaut final de la Russie contre les derniers combattants assiégés à Marioupol.

Cette région du Donbass, hautement stratégique, était d'ailleurs l'un des objectifs de cette "opération militaire spéciale", comme l'appelle le Kremlin: créer une continuité territoriale entre les territoires pro-russes du Donbass et la Crimée, une sorte de corridor russe.

Un objectif désormais atteint, selon Moscou, qui souligne que cet état de fait est désormais irréversible.

>> Le reportage dans le 12h30 d'Anissa El Jabri qui a parcouru ce couloir aux côtés de l'armée russe:

Une colonne de chars des forces pro-russes dans les rues de Marioupol, le 21 avril 2022.  [Chingis Kondarov - Reuters]Chingis Kondarov - Reuters
Reportage dans le couloir russe entre le Donbass et la Crimée / Le 12h30 / 2 min. / le 8 mai 2022

12h30

"Comme en 1945, la victoire sera à nous", assure Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a assuré que "comme en 1945, la victoire sera à nous", multipliant les comparaisons entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit en Ukraine dans ses voeux du 8 mai.

"Aujourd'hui nos militaires, comme leurs ancêtres, se battent au coude à coude pour la libération de leur terre natale de la crasse nazie, avec la confiance que, comme en 1945, la victoire sera à nous", a affirmé Vladimir Poutine dans ses voeux adressés dimanche aux pays de l'ancien bloc soviétique ainsi qu'aux régions séparatistes de l'est de l'Ukraine.

"Aujourd'hui, le devoir commun est d'empêcher la renaissance du nazisme, qui a causé tant de souffrances aux peuples de différents pays", a-t-il ajouté, souhaitant "que les nouvelles générations soient dignes de la mémoire de leurs pères et grands-pères".

 Le président russe Vladimir Poutine, photographié ici le 27 avril 2022 à St-Petersbourg. [Alexander Demyanchu - AP/Keystone]Le président russe Vladimir Poutine, photographié ici le 27 avril 2022 à St-Petersbourg. [Alexander Demyanchu - AP/Keystone]

Dans ses voeux, Vladimir Poutine a par ailleurs multiplié les références non seulement aux soldats, mais également aux civils du "front intérieur", "qui ont écrasé le nazisme au prix d'innombrables sacrifices"

"Malheureusement, aujourd'hui, le nazisme relève à nouveau la tête", a déclaré le président russe, dans un passage destiné aux Ukrainiens. "Notre devoir sacré est d'empêcher les héritiers idéologiques de ceux qui ont été vaincus" dans ce que Moscou nomme la "Grande Guerre patriotique", de "prendre leur revanche".

Le président a souhaité "à tous les habitants de l'Ukraine - un avenir pacifique et juste".

11h20

60 disparus dans le bombardement d'une école dans l'est de l'Ukraine

Soixante personnes sont portées disparues après le bombardement samedi d'une école où elles se réfugiaient dans la région de Lougansk dans l'est de l'Ukraine, a indiqué dimanche le gouverneur régional Serguiï Gaïdaï.

Le village de "Bilogorivka a subi une frappe aérienne. Les bombes ont atteint l'école et, malheureusement, elle a été complètement détruite", a déclaré le gouverneur sur son compte Telegram.

"Il y avait au total 90 personnes. 27 ont été sauvées (...) Soixante personnes qui se trouvaient dans l'école sont très probablement mortes", a-t-il précisé.

L'école bombardée à Bilogorivka, près de Lougansk, servait de refuge à quelque 90 personnes. [Twitter]L'école bombardée à Bilogorivka, près de Lougansk, servait de refuge à quelque 90 personnes. [Twitter]

09h35

Le Parti socialiste propose d'aider l'Ukraine avec les avoirs des Russes sanctionnés

Le Parti socialiste exige que la Suisse non seulement gèle les avoirs des personnes et entreprises sanctionnées suite à l'assaut de la Russie en Ukraine, mais les exproprie aussi et remette leurs avoirs à l'Ukraine pour la reconstruction du pays, relate la SonntagsZeitung.

>> Plus d'informations dans notre article: Le PS veut utiliser les avoirs russes gelés pour reconstruire l'Ukraine

Une intervention parlementaire allant dans ce sens a été déposée. "La Suisse abrite un nombre supérieur à la moyenne de fortunes d'oligarques russes sanctionnés. Il est juste qu'elles profitent au pays qui est actuellement détruit par Vladimir Poutine", déclare dimanche dans le journal la coprésidente du PS Mattea Meyer.

05h00

A Azovstal, les derniers combattants ukrainiens résistent toujours

Avec de moins en moins de munitions et de nourriture, et des conditions de vie extrêmes, les derniers combattants ukrainiens retranchés dans l'usine Azovstal luttent toujours au moment où l'armée russe resserre son emprise sur cette dernière poche de résistance à Marioupol (sud-est).

Des détails sur la vie à l'intérieur et les combats en cours ont été donnés par Ievguenia Tytarenko, infirmière militaire, dont le mari, membre du régiment Azov, et ses collègues sont toujours dans l'usine.Le site de l'usine métallurgique d'Azovstal à Marioupol, le 5 mai 2022. [AP/Keystone]Le site de l'usine métallurgique d'Azovstal à Marioupol, le 5 mai 2022. [AP/Keystone]

"De nombreux soldats se trouvent dans un état grave. Ils sont blessés et n'ont pas de médicaments", explique Ievguenia, qui a pu maintenir le contact avec ses proches à l'intérieur. "La nourriture et l'eau manquent aussi", dit-elle.

"Je me battrai jusqu'au bout", lui a écrit son mari dans un SMS que l'AFP a pu consulter.

Depuis plusieurs semaines, Marioupol est presque entièrement sous contrôle des Russes. Seule lui échappe l'immense aciérie Azovstal que l'armée russe pilonne sans relâche, en plus d'attaques importantes au sol à l'origine de violents combats.

04h00

L'Ukraine au menu d'un G7 avec Volodymyr Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit participer dimanche à la réunion par visioconférence des dirigeants des grandes puissances du G7 pour discuter de la situation dans son pays, où le sort des derniers assiégés du port stratégique de Marioupol reste incertain.

"Le 8 mai est une date historique marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe qui a occasionné la terreur, la destruction et la mort", a déclaré vendredi la porte-parole du chancelier allemand Olaf Scholz, estimant que la guerre en Ukraine rendait "la cohésion du G7 (...) plus importante que jamais".

L'Allemagne assure cette année la présidence du G7 (également Canada, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Italie et Japon).

00h00

Le déroulé de la journée de samedi

>> Le détail des événements lors de la journée de samedi: Les derniers défenseurs de l'aciérie Azovstal continuent de résister aux forces russes