Modifié

La canicule provoque pénuries d'électricité et incendies en Inde et au Pakistan

L'Inde est confrontée à une canicule sans précédent et étouffe sous la chaleur. Le thermomètre frôle les 50 degrés dans certaines régions. [RTS]
L'Inde est confrontée à une canicule sans précédent et étouffe sous la chaleur. Le thermomètre frôle les 50 degrés dans certaines régions. / 19h30 / 2 min. / le 30 avril 2022
Des vagues de chaleur, culminant à plus de 40 degrés, touchent l'Inde et le Pakistan depuis plusieurs jours. Elles ont provoqué des pénuries d'eau et des coupures d'électricité. Des décharges ont également pris feu, rejetant des fumées toxiques dans l'atmosphère.

Au Pakistan, les températures ont culminé cette semaine à 48 degrés dans certaines zones du Sindh (sud), selon la Société météorologique du pays. Dans la mégalopole indienne de New Delhi, la température a atteint 43,5 degrés vendredi.

A Calcutta, dans l'est de l'Inde, après des malaises en série dans les transports en commun, de l'eau sucrée a été distribuée aux passagers. "Sans pluie depuis plus de 57 jours, Calcutta est en proie à la plus longue période de sécheresse de ce millénaire", a précisé le Centre météorologique régional.

"Il fait extrêmement chaud, c’est insupportable. Je ne me sens pas capable de faire quoique ce soit et dès que je travaille je suffoque, je transpire tellement. C’est vraiment insupportable", témoigne un habitant de New Delhi, interrogé samedi dans le 19h30.

Craintes pour les récoltes

Cette situation climatique extrême fait également craindre de mauvaises récoltes. Des centaines d'incendies ont par ailleurs réduit des forêts de pins en cendres, notamment autour de Dharamsala, la ville de l'Etat indien de l'Himachal Pradesh (nord) où réside le Dalaï Lama.

Normalement, à cette époque de l'année, les régions d'altitude de l'Etat sont habituées à de la pluie, de la grêle et même de la neige. Mais depuis deux mois, pas une goutte d'eau n'est tombée.

Pénurie d'électricité

Des mois de mars et d'avril exceptionnellement chauds ont aussi fait grimper la demande énergétique dans les deux pays. Les climatiseurs sont en particulier gourmands en électricité. Les centrales électriques manquent à présent de charbon pour répondre à la demande. Plusieurs villes pakistanaises ont ainsi subi jusqu'à huit heures de coupure de courant par jour la semaine dernière.

"La situation dans toute l'Inde est désastreuse", a déploré le ministre en chef de Delhi, qui a mis en garde contre de possibles coupures dans les hôpitaux et le métro de la capitale.

Les populations les plus vulnérables souffrent également beaucoup de cette canicule, à commencer par les sans-abris et les habitants des bidonvilles. Acheter un climatiseur est hors de prix et, parfois, seul un ventilateur leur offre un peu d’air.

Des canicules plus fréquentes

Les scientifiques affirment qu'en raison du changement climatique, les canicules sont plus fréquentes mais aussi plus sévères. Le mois de mars a été le plus chaud jamais enregistré depuis 1961, selon le bureau météorologique du Pakistan.

>> Lire aussi: Pour le GIEC, la capacité d'adaptation humaine est de plus en plus dépassée

En Inde, des températures record de 35,9 à 37,78 degrés ont été relevées dans le nord-ouest et le centre, a précisé Mrutyunjay Mohapatra, directeur général du département de météorologie. Il s'agit des températures les plus élevées jamais enregistrées depuis que le département a commencé à effectuer des relevés, il y a 122 ans.

>> Voir aussi l'interview de Dina Ionesco, manager de la convention cadre de l'ONU sur les changements climatiques, dans le 19h30:

Dina Ionesco, manager de la convention cadre de l'ONU sur les changements climatiques, évoque les défis du réchauffement [RTS]
Dina Ionesco, manager de la convention cadre de l'ONU sur les changements climatiques, évoque les défis du réchauffement / 19h30 / 3 min. / le 30 avril 2022

ami avec agences

Publié Modifié