Modifié

L'Otan va équiper l'Ukraine contre les menaces chimiques et nucléaires

Les pays occidentaux se sont réunis à Bruxelles aujourd'hui, en présence du président américain Joe Biden. [RTS]
Les pays occidentaux se sont réunis à Bruxelles aujourd'hui, en présence du président américain Joe Biden. / 19h30 / 2 min. / le 24 mars 2022
L'Otan a offert jeudi une nouvelle aide militaire à l'Ukraine et envoyé des renforts sur son flanc oriental, tandis que les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont imposé de nouvelles sanctions contre la Russie dans une démonstration d'unité des Occidentaux face à la guerre en Ukraine.

Trois sommets organisés jeudi par les Occidentaux à Bruxelles - Otan, G7 et Union européenne - n'ont, toutefois, sans doute pas été à la hauteur des attentes du président ukrainien Volodymyr Zelensky, lequel est en quête d'une assistance militaire et de sanctions contre Moscou bien plus conséquentes, un mois après l'invasion de son pays par les forces russes.

"Pour sauver les gens et nos villes, l'Ukraine a besoin d'une assistance militaire sans restriction. De même que la Russie utilise, sans restriction, tout son arsenal contre nous", a ainsi déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un message vidéo à l'attention des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance atlantique, réunis en sommet extraordinaire à huis clos.

Equipements de protection

"L'armée ukrainienne résiste depuis un mois dans des conditions inégales! Je répète la même chose depuis un mois maintenant", a souligné Volodymyr Zelensky.

Les pays membres de l'Otan ont convenu d'aider l'Ukraine à se protéger contre d'éventuelles attaques chimiques, biologiques ou nucléaires. Washington et ses alliés ont également commencé à discuter de la livraison de missiles antinavires qui pourraient aider l'Ukraine à desserrer l'étreinte russe autour des ports de la mer Noire.

Joe Biden a promis jeudi pour la première fois une "réponse" de l'Otan dans le conflit en Ukraine si la Russie y recourait à l'arme chimique.

>> Ecouter le sujet de Forum sur la journée à Bruxelles:

Sommet de l'OTAN à Bruxelles.  [EPA/Keystone - Filippo Attili]EPA/Keystone - Filippo Attili
Sommet des dirigeants européens sur la situation en Ukraine / Forum / 3 min. / le 24 mars 2022

Réponse de l'Otan en cas d'utilisation de l'arme chimique

De son côté, le président américain Joe Biden a promis jeudi pour la première fois une "réponse" de l'Otan dans le conflit en Ukraine si la Russie y recourait à l'arme chimique. Un risque jugé bien réel lors de sommets de l'alliance et du G7 réunis à Bruxelles après un mois de guerre.

"La nature de la réponse dépendra de la nature de cette utilisation", a déclaré Joe Biden à l'issue des sommets de l'Otan et du G7 à Bruxelles. "L'Otan n'a jamais, jamais été plus unie (...) Poutine obtient exactement le contraire de ce qu'il voulait en envahissant l'Ukraine", a-t-il assuré, mettant en garde à nouveau la Chine contre tout soutien à Moscou qui pourrait mettre en jeu "son avenir économique".

Poutine devra rendre des comptes pour le G7

La réunion de l'Otan a été suivie par un sommet du G7 à Bruxelles. Les pays du G7 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Canada, Japon, Allemagne et Italie) ont assuré jeudi qu'ils "ne ménageraient pas leur efforts" afin que le président russe Vladimir Poutine "rende des comptes" pour l'invasion de l'Ukraine, prévenant qu'ils n'hésiteraient pas à adopter de nouvelles sanctions.

"La population russe doit savoir que nous n'avons aucun grief à son égard", ont-ils cependant assuré à l'issue d'une réunion tenue à Bruxelles.

"C'est le président Poutine, son gouvernement et ses partisans, y compris le régime de Loukachenko en Biélorussie qui imposent cette guerre et ses conséquences aux Russes", ont affirmé les pays du G7.

Les sept grandes puissances se sont par ailleurs inquiétées d'une montée de la "répression à l'encontre du peuple russe" et ont déploré les efforts entrepris par le Kremlin "pour priver les citoyens russes d'accès à une information non biaisée via de la censure".

>> Les explications d'Isabelle Ory dans le 19h30:

Isabelle Ory fait le point sur la rencontre entre les dirigeants des pays occidentaux à Bruxelles. [RTS]
Isabelle Ory fait le point sur la rencontre entre les dirigeants des pays occidentaux à Bruxelles. / 19h30 / 1 min. / le 24 mars 2022

Nouvelles sanctions

Sur le front économique, les pays du G7 et de l'Union européenne vont sanctionner toute transaction impliquant les réserves d'or de la Russie, pour éviter que Moscou ne contourne ainsi les mesures d'isolement financières prises par les Occidentaux, a annoncé jeudi la Maison Blanche.

"Nous voulons fermer toute possibilité pour la Russie d'utiliser son or pour soutenir sa devise", le rouble, a expliqué un haut responsable américain lors d'un échange avec la presse, soulignant que Moscou disposait d'un stock d'or "considérable", et que le métal précieux représentait quelque 20% des réserves totales de la Russie.

Washington a aussi annoncé jeudi de nouvelles sanctions financières contre la Russie, visant le monde politique, des oligarques et l'industrie de défense.

>> Ecouter aussi les explications de Jordan Davis, correspondant de la RTS à Washington, sur l'arrivée de Joe Biden à Bruxelles:

Le président américain Joe Biden est arrivé mercredi à Bruxelles. [Evan Vucci - Keystone]Evan Vucci - Keystone
Joe Biden est arrivé en Europe, plusieurs sommets au programme / La Matinale / 2 min. / le 24 mars 2022

ats/vajo/lan

Publié Modifié

Le mandat de Jens Stoltenberg à la tête de l'Otan prolongé d'un an

Les dirigeants de l'Otan réunis en sommet extraordinaire à Bruxelles ont décidé jeudi de prolonger le mandat du Norvégien Jens Stoltenberg à la tête de l'Alliance jusqu'au 30 septembre 2023 en raison de la guerre en Ukraine, a annoncé ce dernier sur Twitter.

"Je suis honoré par la décision des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Otan de prolonger mon mandat de secrétaire général jusqu'au 30 septembre 2023", a-t-il écrit.

Initialement Jens Stoltenberg (63 ans) devait quitter son poste à l'automne pour prendre à la date du 1er décembre la tête de la banque centrale norvégienne, institution où il a été nommé en février. Mais l'invasion russe de l'Ukraine il y a un mois est venue bousculer cet agenda.

>> Lire aussi: Après l'Otan, Jens Stoltenberg prendra la tête de la Banque de Norvège

"Alors que nous sommes confrontés à la plus grande crise de sécurité depuis une génération, nous sommes unis pour maintenir notre Alliance forte et nos citoyens en sécurité", a ajouté Jens Stoltenberg sur Twitter après la décision des 30 pays membres de l'Otan de le reconduire pour une année supplémentaire.

Le responsable social-démocrate dirige l'Alliance atlantique depuis octobre 2014. Auparavant il a été Premier ministre en Norvège en 2000-2001 puis de nouveau plus longuement entre 2005 et 2013.

Pour la Banque de Norvège, des solutions transitoires, avec un possible intérim de la vice-présidente à la tête de l'institution, sont à l'étude, selon le gouvernement norvégien.