Le suivi en Ukraine. [Keystone/Reuters]
Publié Modifié

"Pas de progrès sur un cessez-le-feu" lors des discussions russo-ukrainiennes en Turquie

- Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a regretté jeudi l'absence de progrès sur un cessez-le-feu dans son pays, lors des entretiens avec son homologue russe Serguei Lavrov dans le sud de la Turquie. Les discussions vont se poursuivre.

- Au moins 35'000 civils ont été évacués mercredi de plusieurs villes ukrainiennes assiégées, a annoncé le président de l'Ukraine Volodymyr Zelensky. Des couloirs humanitaires ont pu être mis en place à Soumy, à Enerhodar et dans des zones proches de la capitale Kiev.

- Les Etats-Unis ont définitivement rejeté la proposition de la Pologne de livrer à l'armée américaine ses avions MiG-29 pour ensuite les remettre à l'Ukraine, a annoncé mercredi le Pentagone.

- Alors que la ligne de front était encore il y a cinq jours à une centaine de kilomètres au nord-est de Kiev, des colonnes de chars russes ne se trouvaient plus mercredi qu'à une quinzaine de kilomètres du centre de la capitale ukrainienne.

- La Chaîne du Bonheur, associée à la SSR, a récolté mercredi plus de 51 millions de francs en faveur des victimes de la guerre en Ukraine au cours d'une journée spéciale. Le total des dons destinés à l'Ukraine dépasse désormais les 80 millions.

Suivi assuré par la rédaction RTSinfo

14h45

La suite de la journée de jeudi

>> Retrouvez en détails la suite des événements de jeudi, à partir de 15h00: La moitié de la population de Kiev a fui depuis le début de l'invasion russe

14h25

Comme d'autres, McDonald's a suspendu ses activités en Russie

Après Nike et Apple, c’est au tour de McDonald's d’annoncer l'arrêt de ses activités en Russie. De nombreux amateurs ont donc profité d’un dernier écart mercredi, juste avant que l’enseigne de restauration rapide ne ferme officiellement ses portes dans le pays.

"Le conflit en Ukraine et la crise humanitaire en Europe ont causé des souffrances indicibles à des personnes innocentes. En tant que système, nous nous joignons au monde entier pour condamner l'agression et la violence et prier pour la paix", a déclaré Christopher Kempczinski, PDG de l'entreprise.

Symbole d'ouverture vers l'Occident

Un signal important pour la société américaine qui compte plus de 800 restaurants et emploie plus de 62'000 personnes en Russie. L'entreprise assure que les salaires continueront d'être versés. Plus que des chiffres, il s'agit également d'un symbole fort de l'ouverture de la Russie vers l'Occident qui s'en va.

Le premier McDonald’s a ouvert ses portes en 1990 à Moscou sur la place Pouchkine. La foule est désormais bien loin. Ce retrait sonne comme un retour en arrière pour le plus grand regret de la population. "C'est très triste. Toutes les entreprises occidentales font de même. C'est un symbole des temps nouveaux, on va rester isolés", témoigne une Russe jeudi dans le 12h45.

Tout comme McDonald's, la chaîne de café américaine Starbucks annonce aussi la fermeture de ses succursales en Russie. Au total, 250 entreprises étrangères auraient déjà ralenti ou stoppé leurs activités dans le pays depuis le début des combats.

>> Le sujet du 12h45:

McDonald's suspend à son tour ses activités en Russie, [Gene J. Puskar - AP]
Comme McDonald's, de nombreuses enseignes internationales cessent leurs activités en Russie en signe de protestation / 12h45 / 1 min. / le 10 mars 2022

14h00

Le chef de la diplomatie européenne dénonce un "crime de guerre odieux"

Le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, a qualifié jeudi de "crime de guerre odieux" le bombardement russe d'un établissement abritant une maternité et un hôpital pédiatrique à Marioupol en Ukraine, qui a fait trois morts, dont une fillette, et 17 blessés.

"Marioupol est assiégé (...) Les attaques aériennes contre des quartiers résidentiels et le blocage des convois d'aide (vers la ville) par les forces russes doivent cesser immédiatement", a déclaré Josep Borrell sur Twitter, rappelant la "nécessité" d'organiser des corridors humanitaires.

13h30

La moitié de la population de Kiev a déjà fui

La moitié de la population de l'agglomération de Kiev a fui depuis le début de l'invasion russe en Ukraine le 24 février, a annoncé jeudi le maire de la capitale ukrainienne Vitali Klitschko.

"D'après nos informations, un habitant de Kiev sur deux a quitté la ville. Aujourd'hui, un peu moins de deux millions d'habitants s'y trouvent", a-t-il affirmé à la télévision ukrainienne.

Des gens évacués de zones situées autour de la capitale ukrainienne arrivent à Kiev avant de quitter la ville. [Vadim Ghirda - Keystone/AP Photo]Des gens évacués de zones situées autour de la capitale ukrainienne arrivent à Kiev avant de quitter la ville. [Vadim Ghirda - Keystone/AP Photo]

Plus de 2,3 millions d'Ukrainiens ont quitté le pays

Le rythme d'arrivée des réfugiés qui fuient les combats en Ukraine s'est légèrement accéléré ces dernières 24 heures, plus de 160.000 personnes ayant franchi la frontière, portant leur total à plus de 2,3 millions, selon le dernier décompte de l'ONU publié jeudi.

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 2'316'002 réfugiés venant d'Ukraine sur son site internet dédié vers 11h00 GMT. Ce sont 160'731 de plus que lors du précédent pointage.

La barre des deux millions a été franchie mardi, seulement 12 jours après le début du conflit, faisant dire à Filippo Grandi, le Haut-commissaire aux réfugiés, que c'est le flux le plus rapide sur le continent européen depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Les autorités et l'ONU s'attendent à ce que le flot s'intensifie encore, avec les évacuations de certains centres urbains.

Les couloirs humanitaires ouverts mercredi ont permis d'évacuer 35'000 personnes des villes et localités assiégées par l'armée russe, ont indiqué les autorités ukrainiennes mercredi soir.

12h45

Trois journaux nordiques vont traduire leurs articles en russe

Trois grands journaux nordiques ont annoncé jeudi la traduction en russe d'une partie de leurs articles sur la guerre en Ukraine, afin de pouvoir atteindre le public en Russie et contrer la "propagande" du Kremlin.

"Notre but est de donner aux Russes accès à une couverture non partisane et fiable", écrivent les rédacteurs en chef des quotidiens de référence Politiken (Danemark), Dagens Nyheter (Suède) et Helsingin Sanomat (Finlande) dans une tribune commune.

"La tragédie ukrainienne ne doit pas être communiquée au public russe par des canaux de propagande", plaident-ils, en dénonçant la récente fermeture "des derniers médias audiovisuels indépendants en Russie, la radio Echo de Moscou et la chaîne de télévision d'opposition Dojd.

De nombreux médias étrangers ont également décidé de suspendre leurs activités en Russie après l'adoption par la Douma d'une loi sanctionnant lourdement toute "information mensongère" après l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

13h05

Les universités suisses réagissent à l'invasion de l'Ukraine

La communauté scientifique réagit à l'invasion de l'Ukraine. La Conférence des recteurs des Hautes écoles a fait connaître sa position jeudi matin. Elle recommande à ses membres de réexaminer, voire de suspendre leurs collaborations avec leurs partenaires russes.

C’est une prise de position publiée vendredi dernier par l’Union russe des recteurs qui pose problème. Un tiers des recteurs l’ont signée. Selon eux, il est très important de soutenir leur pays, leur armée et leur président qui a pris une décision nécessaire. En rappelant que les universités ont toujours été un pilier de l'État, les recteurs russes appellent à se rassembler autour de Vladimir Poutine.

Pour Yves Flückiger, président de Swissuniversities et recteur de l’Université de Genève, cette prise de position est incompatible avec les valeurs que l'association faîtière entend défendre dans les coopérations internationales. Mais il faut soutenir selon lui les scientifiques russes qui souffrent de cette crise.

Swissuniversities ajoute qu’elle entend aussi protéger les chercheurs ukrainiens et russes qui travaillent dans les universités suisses et qui défendent les mêmes valeurs que les siennes.

>> Le sujet du 12h30:

Swissuniversities recommande de réexaminer voire suspendre les collaborations avec la Russie. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Swissuniversities recommande de réexaminer voire suspendre les collaborations avec la Russie / Le 12h30 / 1 min. / le 10 mars 2022

12h25

Odessa se prépare à une offensive russe

Odessa attend une offensive russe. La ville portuaire, située sur la mer Noire, au sud de l'Ukraine, craint de subir une arrivée par la mer, un débarquement. Pour se préparer à y faire face, la côte se militarise.

Sur les plages d'Odessa, des centaines de volontaires raclent et ramassent du sable pour remplir des sacs de protection, destinés à être utilisés dans toute la ville. "La victoire sera à nous. Un débarquement, ce serait un suicide pour eux", lance un des volontaires, un architecte habitué de l'endroit, dans un reportage de l'émission Tout un monde diffusé jeudi.

Le patron des lieux estime que 300'000 sacs ont été préparés depuis le début de la guerre avec le sable des plages alentour. "Nous avons chaque jour 300 volontaires qui viennent travailler ici. Nous en refusons parfois", raconte-t-il.

Les Ukrainiens redoutent un débarquement des Russes par la mer, explique une officière de l'armée, "car ils ont acheminé des bateaux avec une grande capacité pour lancer des missiles et des navires plus légers pour débarquer".

>> Le reportage de Tout un monde:

Les villes portuaires d’Odessa et de Marioupol représentent un intérêt stratégique majeure.  [STRINGER / AFP - AFP]STRINGER / AFP - AFP
Les plages d'Odessa attendent l'armée russe: reportage des envoyés spéciaux de Radio France / Tout un monde / 3 min. / le 10 mars 2022

12h15

"Crimes de guerre" selon le Premier ministre espagnol

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a qualifié jeudi de "crimes de guerre" le bombardement d'hôpitaux par les forces russes en Ukraine, où une maternité a été touchée mercredi à Marioupol, faisant trois morts, dont une fillette, et 17 blessés.

"Nous voyons comme ils sont en train de bombarder des hôpitaux. Ils s'attaquent précisément à la société civile de manière indiscriminée, violant clairement les droits humains et très probablement commettant des crimes de guerre, et ces crimes de guerre ne peuvent rester impunis", a déclaré M. Sanchez lors d'une visite dans un centre d'accueil pour réfugiés ukrainiens à Pozuelo de Alarcon, près de Madrid.

C'est pourquoi "l'Espagne et d'autres pays soutiennent l'enquête de la Cour pénale internationale pour que ces actes criminels ne restent pas impunis", a ajouté le Premier ministre socialiste.

11h30

Simplification des procédures d'entrée au Royaume-Uni

Le gouvernement britannique a annoncé simplifier à partir de la semaine prochaine la procédure d'entrée au Royaume-Uni pour les Ukrainiens fuyant leur pays en guerre, après de nombreuses critiques sur la complexité des démarches.

"À partir de mardi, je peux annoncer que les Ukrainiens titulaires d'un passeport n'auront plus besoin de se rendre dans un centre de demande de visa pour donner leurs données biométriques avant de venir au Royaume-Uni", a déclaré jeudi la ministre de l'Intérieur Priti Patel à la chambre des Communes.

Elle a précisé qu'ils pourront obtenir en ligne la permission de venir et fourniront leurs données biométriques une fois au Royaume-Uni.

Changement de cap

"Cela signifie que les centres de demande de visa en Europe pourront concentrer leurs efforts sur l'aide aux Ukrainiens sans passeports", a-t-elle ajouté.

C'est un changement de cap pour le gouvernement qui était sous pression de l'opposition, de députés conservateurs, ainsi que des gouvernements ukrainien et français, pour simplifier le système de regroupement familial qui permet aux réfugiés ukrainiens de rejoindre des proches au Royaume-Uni.

11h10

Pas de progrès pour un cessez-le-feu

Les chefs de la diplomatie russe et ukrainienne ont échoué jeudi à s'accorder en Turquie sur un cessez-le-feu en Ukraine lors de leur première rencontre depuis le début de l'invasion russe, au lendemain du bombardement d'un hôpital pédiatrique dans la ville assiégée de Marioupol qui a tué trois personnes, dont une fillette.

Le ministre russe Sergueï Lavrov et l'Ukrainien Dmytro Kuleba ont campé sur leurs positions lors de cet entretien, le premier à ce niveau depuis le 24 février, sous les auspices de leur homologue turc Mevlut Cavusoglu à Antalya (sud), station balnéaire prisée des touristes russes.

Les pourparlers ont débuté à Antalya en Turquie entre les ministres des Affaires étrangères russe Sergeï Lavrov (g.) et ukrainien Dmytro Kuleba (d.), sous le patronage du ministre turc Mevult Cavusoglu (c.). [Cem Ozdel - Turkish Foreign Ministry/AFP]Les pourparlers ont débuté à Antalya en Turquie entre les ministres des Affaires étrangères russe Sergeï Lavrov (g.) et ukrainien Dmytro Kuleba (d.), sous le patronage du ministre turc Mevult Cavusoglu (c.). [Cem Ozdel - Turkish Foreign Ministry/AFP]

"Nous avons évoqué un cessez-le-feu mais aucun progrès n'a été accompli en ce sens", a déclaré Dmytro Kuleba à la presse, ajoutant cependant qu'il "espérait" pouvoir poursuivre la discussion avec son homologue.

"L'Ukraine ne se rendra pas"

Selon Dmytro Kuleba, son homologue russe Serguei Lavrov lui a assuré que la Russie "allait continuer (son) agression jusqu'à ce que nous acceptions leur demande de capituler".

"Aujourd'hui, j'ai entendu que le cessez-le-feu était lié, par la Fédération de Russie, au respect des exigences posées par le président Poutine à l'Ukraine", a-t-il déclaré. Mais "l'Ukraine ne s'est pas rendue, ne se rend pas et ne se rendra pas", a-t-il martelé face aux journalistes.

"La Russie veut poursuivre le dialogue"

De son côté, Sergueï Lavrov a que dit que la Russie voulait poursuivre le dialogue avec l'Ukraine, mais estimé que le "format russo-ukrainien en Biélorussie", qui se tient à un niveau de représentation inférieur, n'avait "pas d'alternative".

Trois sessions de pourparlers entre négociateurs russes et ukrainiens ont déjà eu lieu en Biélorussie, pays allié de la Russie, depuis le début de l'invasion, qui ont abouti à plusieurs cessez-le-feu locaux et à l'ouverture de corridors humanitaires pour évacuer des civils de villes assiégées.

Mais la Russie a été à plusieurs reprises accusée d'avoir violé ces accords.

>> Le sujet du 12h30:

Les chefs de la diplomatie russe et ukrainienne se font face à Antalya (Turquie) lors de cette première rencontre depuis le début du conflit. [Cem Ozdel - Keystone - Turkish Foreign Ministry - AP]Cem Ozdel - Keystone - Turkish Foreign Ministry - AP
Première rencontre entre les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien à Antalya en Turquie / Le 12h30 / 2 min. / le 10 mars 2022

11h05

Nouvelles sanctions britanniques contre des oligarques

Le gouvernement britannique a annoncé jeudi de nouvelles sanctions contre sept oligarques russes, dont le propriétaire du club de Chelsea Roman Abramovitch et son ancien partenaire commercial Oleg Deripaska, en représailles à l'invasion russe de l'Ukraine.

Le propriétaire du club de football subit un gel de ses avoirs, une interdiction de transactions avec des particuliers et des entreprises britanniques et une interdiction de voyager.

Le gouvernement précise que "compte tenu de l'impact significatif que les sanctions d'aujourd'hui auraient sur le club de football de Chelsea et de leurs répercussions potentielles, le gouvernement a publié ce matin une licence autorisant la poursuite d'un certain nombre d'activités liées au football à Chelsea".

Plus de 200 personnes sanctionnées

"Les sanctions d'aujourd'hui montrent une fois de plus que les oligarques et les kleptocrates n'ont pas leur place dans notre économie ou notre société. Avec leurs liens étroits avec Poutine, ils sont complices de son agression", a déclaré dans un communiqué la ministre des Affaires étrangères Liz Truss à propos de l'invasion russe de l'Ukraine.

Le Royaume-Uni a déjà sanctionné plus de 200 des personnes, entités et filiales les plus importantes de Russie depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

11h00

Trois victimes dans le bombardement mercredi d'un hôpital pédiatrique

Trois personnes, dont un enfant, ont été tuées dans le bombardement russe d'un hôpital pédiatrique à Marioupol (est) mercredi, a annoncé jeudi la mairie de cette ville portuaire.

"Trois personnes ont péri, dont une fillette", a indiqué la municipalité sur Telegram. Le précédent bilan publié la veille par les autorités faisait état de 17 personnes blessées.

Une quatrième personne a été tuée dans un raid jeudi matin, a ajouté la municipalité dans un communiqué séparé.

Le Kremlin s'interroge

Le Kremlin a indiqué jeudi qu'il allait interroger son armée sur le bombardement d'une maternité de la ville ukrainienne assiégée de Marioupol.

"Nous allons obligatoirement nous renseigner auprès de nos militaires, car nous, comme vous, n'avons pas une information claire sur ce qu'il s'est passé, et a priori, les militaires nous donneront des informations", a indiqué lors d'un briefing à la presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Moscou dément cibler les infrastructures civiles et accuse les forces ukrainiennes de se servir de celles-ci comme de boucliers humains.

>> Le sujet du 12h45:

Trois personnes dont une fillette tuées dans le bombardement de l'hôpital pédiatrique de Marioupol [RTS]
Trois personnes dont une fillette tuées dans le bombardement de l'hôpital pédiatrique de Marioupol / 12h45 / 2 min. / le 10 mars 2022

10h45

Entre 5000 et 30'000 personnes attendues à Berne

Le canton de Berne a annoncé jeudi être prêt à accueillir, à héberger et à prendre rapidement en charge des réfugiés en provenance d'Ukraine. Sur la base d'évaluations, le Conseil-exécutif estime qu'entre 5000 et 30'000 personnes arriveront dans le canton d'ici la fin de l'année.

Comme les hommes âgés de 18 à 60 ans ne sont pas autorisés à quitter l'Ukraine, ce sont avant tout des femmes et des enfants qui fuient leur pays. La prise en charge initiale dans le canton de Berne est donc fortement axée sur cette frange de la population.

Réflexion pour la scolarisation

La Direction de l'instruction publique et de la culture collabore avec les communes pour que les enfants réfugiés puissent être scolarisés dans les meilleurs délais, souligne le canton de Berne. Il s'agira aussi de soutenir les mineurs non accompagnés.

Les autorités reçoivent continuellement des offres d'hébergement de la part de personnes privées. Les citoyens peuvent transmettre sur un formulaire mis en ligne leurs propositions d'hébergement ou d'autres offres d'aide comme des services d'interprétation. Jeudi, plus de 180 propositions étaient parvenues par ce canal.

10h55

Le canton de Genève propose un soutien psychologique aux réfugiés

Les réfugiés, en Suisse, doivent bénéficier d'un soutien psychologique, estime le canton de Genève, qui attend l'arrivée de 15'000 personnes sur son territoire. Pour les encadrer, il va renforcer le programme santé-migrants des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Cet investissement est indispensable à long terme, selon le conseiller d'Etat Mauro Poggia.

>> L'interview de Mauro Poggia dans La Matinale:

Le canton de Genève propose un soutien psychologique aux réfugiés [Martial Trezzini - KEYSTONE]Martial Trezzini - KEYSTONE
Le canton de Genève renforce son programme santé-migrants des HUG pour accueillir les réfugiés urkainiens / La Matinale / 52 sec. / le 10 mars 2022

10h35

La culture doit être préservée de la politique, estime Nadia Sikorsky

Nasha Gazeta est le premier quotidien suisse en langue russe. Fondé il y a quinze ans, il est toujours accessible en Russie. Un fait "surprenant", selon sa rédactrice en chef, Nadia Sikorsky.

Interrogée jeudi dans La Matinale sur une potentielle montée en puissance d'un racisme "anti-russe", la journaliste confie ne pas être personnellement confrontée à ce problème. "Je ne pense pas qu'il y a ait une russophobie héritée de la période soviétique. Mais la Russie reste mystérieuse pour beaucoup de personnes", confie-t-elle.

Et d'ajouter: "J'ai été très surprise par la réaction brutale de certains organisateurs culturels en Suisse et surtout ceux étroitement liés avec l'argent et les musiciens russes". Une réaction qu'elle qualifie de "retournement de veste" et "d'absurde". "La musique doit être universelle. Il y a encore des domaines qui nous unissent. La culture devrait être préservée de la politique. Mais aujourd'hui, ce n'est plus le cas", regrette Nadia Sikorsky.

>> Ecouter l'interview de Nadia Sikorsky dans La Matinale:

L'invitée de La Matinale - Nadia Sikorsky, rédactrice en cheffe du quotidien russophone NashaGazeta.ch [RTS]
L'invitée de La Matinale - Nadia Sikorsky, rédactrice en cheffe du quotidien russophone NashaGazeta.ch / La Matinale / 9 min. / le 10 mars 2022

10h30

Des pourparlers russo-ukrainiens ont commencé en Turquie

Les chefs de la diplomatie russe et ukrainienne se rencontrent jeudi en Turquie pour la première fois depuis le début de l'invasion russe en Ukraine le 24 février, des pourparlers qui interviennent au lendemain du bombardement d'un hôpital pédiatrique dans la ville assiégée de Marioupol dans lequel trois personnes, dont une fillette, ont trouvé la mort.

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba, tous deux arrivés à Antalya (sud), station balnéaire prisée des touristes russes, ont débuté jeudi matin leur entretien sous la médiation du chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu.

Des responsables de Kiev et Moscou se sont déjà rencontrés à plusieurs reprises mais c'est la première fois que la Russie, de plus en plus isolée par les sanctions occidentales qui la visent, a dépêché un ministre pour des discussions sur cette crise, qui a débuté il y a deux semaines exactement.

Les pourparlers entre Kiev et Moscou ont jusqu'à présent abouti à plusieurs cessez-le-feu locaux et à l'ouverture de corridors humanitaires pour évacuer des civils de villes assiégées, mais la Russie a été à plusieurs reprises accusée d'avoir violé ces accords.

10h15

Les scientifiques russes sont de plus en plus isolés

A cause de la guerre en Ukraine, le monde académique occidental prend ses distances vis-à-vis de la Russie. Les chercheurs russes se retrouvent de plus en plus isolés.

L’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) notamment a décidé cette semaine de suspendre ses futures collaborations avec la Russie et de suspendre son statut d’observateur.

Pourtant, même pendant la Guerre froide, le CERN et son équivalent russe, l’institut de recherche nucléaire à Doubna, avaient maintenu une collaboration scientifique intense.

Vendredi, des dizaines de recteurs d’université russes ont signé une déclaration en soutien à l’offensive russe en Ukraine. "C’est une tâche fondamentale pour nous, disent-ils, d’enseigner le patriotisme à nos élèves et de soutenir notre président". Suite à cette lettre, douze universités russes ont été suspendues par l’Association des universités européennes.

>> Le sujet de La Matinale:

Le monde académique occidental prend ses distances avec la Russie. [Salvatore di Nolfi - KEYSTONE]Salvatore di Nolfi - KEYSTONE
Le monde académique occidental prend ses distances avec la Russie / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2022

09h55

Une quarantaine de réfugiés ukrainiens sont arrivés à Alle

Les réfugiés ukrainiens continuent à arriver en Suisse. Ils sont désormais plus de 1300, et les cantons s'organisent. Dans le Jura notamment, où les autorités ont mis sur pied une cellule de crise afin de coordonner toutes les actions de solidarité lancées par des bénévoles. Le but est de gérer l’accueil d’urgence notamment.

Mercredi, une quarantaine de réfugiés sont arrivés à Alle, en Ajoie, à l’initiative d’un groupe de bénévoles dont fait partie Sandra Vallat. Elle était à bord de l’autocar qui a fait l’aller et retour du Jura à la frontière ukraino-polonaise.

"Dans le bus, on sentait que tout le monde avait hâte d'arriver. Ils étaient joyeux et ont applaudi quand nous avons passé la douane", témoigne-t-elle.

>> L'interview de La Matinale:

Sandra Vallat lors de l'arrivée de réfugiés ukrainiens à Alle (JU). [Cédric Adrover  - Keystone]Cédric Adrover - Keystone
Des réfugiés ukrainiens sont accueillis notamment à Alle dans le Jura / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2022

09h40

Les psychologues ukrainiens demandent de l'aide à la Suisse

Les psychologues ukrainiens ont récemment sollicité la Suisse ainsi que d'autres pays pour soutenir la population civile, victime de la guerre, a expliqué jeudi Stephan Wenger, psychothérapeute et co-président de la Fédération suisse des psychologues, dans La Matinale.

La psychologie d'urgence est particulièrement sollicitée en Ukraine. "On nous demande essentiellement de la formation en ligne. Mais aussi des supervisions et des protocoles pour que l'assistance psychologique puisse s'élargir à tout le pays", explique Stephan Wenger.

Si une ligne d'assistance de santé psychique existe en Ukraine, le pays réfléchit déjà à des dispositifs pour l'après-guerre. "L'Ukraine entend notamment fonder un centre national qui permettra de digérer sur le plan psychique l'impact du conflit."

Comportements irrationnels

Mais les Ukrainiens ne sont pas les seuls à subir l'impact psychologique de la guerre. "En Suisse aussi, ce conflit réactive nos angoisses. On voit des gens qui nous ressemblent perdre leurs proches", analyse Stephan Wenger.

Si le psychothérapeute n'observe pas encore une aggravation notable des troubles liés au conflit, il note une augmentation des comportements irrationnels chez les personnes déjà victimes d'angoisses. "Certains commencent à faire des provisions ou à se renseigner sur les abris de protection civile."

>> Ecouter l'interview de Stephan Wenger dans la Matinale:

Aider et soutenir psychologiquement les Ukrainiens: interview de Stephan Wenger, psychothérapeute [RTS]
Aider et soutenir psychologiquement les Ukrainiens: interview de Stephan Wenger, psychothérapeute / La Matinale / 8 min. / le 10 mars 2022

09h25

La flambée du prix des carburants pèse sur les transporteurs suisses

La guerre en Ukraine pèse également sur les entreprises de transports suisses, à cause de la flambée des prix du carburant. Elles doivent donc augmenter leurs prix, alors que le secteur souffre déjà d'une pénurie de chauffeurs.

Depuis que les prix à la pompe ont dépassé les 2 francs par litre, le secteur des transports de marchandises est sous pression. D'autant plus qu'un camion a besoin de 400 litres pour faire le plein et que ces véhicules roulent au diesel, carburant dont le prix au litre flirte avec les 2,50 francs.

Les camions à hydrogène ont un potentiel d’avenir. Mais ils ne sont pas encore assez nombreux pour pouvoir faire une différence.

>> Le sujet de La Matinale:

L'augmentation du prix des carburants pèse sur les entreprises de transports suisses [STEPHANIE LECOCQ - EPA]STEPHANIE LECOCQ - EPA
L'augmentation du prix des carburants pèse sur les entreprises de transports suisses / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2022

09h05

Les horlogers suisses interrompent leurs activités avec la Russie

Les principaux acteurs de l'horlogerie suisse interrompent leurs activités commerciales avec la Russie. Les marques de Swatch Group - Omega, Longines et Tissot entre autres - ont suspendu leurs exportations, fermé également leurs boutiques, en tout cas momentanément. Décisions similaires du côté du groupe Richemont, propriétaire notamment de Cartier, Piaget, Vacheron Constantin ou encore Jaeger-Lecoultre.

Les exportations horlogères suisses vers la Russie ont représenté 18,8 millions de francs en janvier, selon les douanes suisses, soit 1,1% du secteur.

>> Le sujet de La Matinale:

Les principaux acteurs de l'horlogerie suisse interrompent leurs activités avec la Russie. [Anthony Anex - KEYSTONE]Anthony Anex - KEYSTONE
Le marché russe représente à peine plus d'1% des exportations horlogères suisses / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2022

08h35

L'ONU engluée dans une crise de communication

L'ONU se retrouve engluée dans une crise de communication suite à des révélations de l'Irish Times. Le quotidien irlandais a dévoilé des courriels internes dans lesquels le personnel des Nations unies est invité à ne pas utiliser les termes de "guerre" ou d'"invasion". A la place, il faudrait privilégier l'"offensive" ou l'"opération militaire".

La fuite révélée par l'Irish Times a glacé tellement de diplomates qu'ils ont défilé toute la journée pour demander des explications au secrétaire général Antonio Guterres et son équipe. Voir les fonctionnaires internationaux être invités à se censurer "pour leur devoir de réserve" a provoqué une levée de boucliers.

Les deux courriels ont été émis par les bureaux de Bruxelles et celui du Programme des Nations unies pour le développement, le PNUD, de New York., et ils conseillaient de ne pas utiliser les mots de "guerre" ou d'"invasion", mais de leur préférer "offensive" ou "opération militaire", alors que justement la Russie affirme ne pas avoir envahi l'Ukraine, mais simplement mener une "opération militaire spéciale".

Après avoir nié, l'ONU a admis que ces communications existaient bien: des "erreurs" des cheffes de ces antennes locales. Mais cela ne refléterait pas la position officielle des Nations unies. Habitués à faire preuve d'une extrême précaution par rapport aux régimes autoritaires, certains fonctionnaires internationaux ont, semble-t-il, pris des réflexes d'autocensure.

>> Le sujet de La Matinale:

L'ONU se retrouve engluée dans une crise de communication. [Mary Altaffer - AP]Mary Altaffer - AP
Des directives de communication à l'ONU sur la guerre en Ukraine font débat / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2022

08h10

En Ukraine, la production agricole est paralysée par la guerre

Dans l'ouest de l'Ukraine, actuellement épargné par l'armée russe, les fermes et les entreprises alimentaires font de leur mieux pour faire face à une situation d'approvisionnement de plus en plus difficile, comme en témoigne une agricultrice interviewée sur Arte. "L'armée russe a bombardé la ferme d'un de nos clients", indique-t-elle.

L'Ukraine étant un grenier pour l'Europe, ces difficultés de production auront aussi des répercussions chez nous. D'ailleurs les prix du maïs et du blé ont déjà pris l'ascenseur.

>> L'interview d'une agricultrice dans La Matinale:

En Ukraine, la production agricole est paralysée par la guerre. [Maxym Marusenko - AFP]Maxym Marusenko - AFP
La production agricole ukrainienne est paralysée par la guerre / La Matinale / 47 sec. / le 10 mars 2022

08h00

Les 27 Etats membres de l'UE se réunissent à Versailles

L'Union européenne s'active sur le front diplomatique. Les dirigeants des 27 pays membres se retrouvent jeudi au Château de Versailles pour un sommet exceptionnel, "le sommet du sursaut européen" dit l'Elysée.

L'objectif consiste à poser les fondations d'une Europe plus souveraine et à renforcer le modèle économique de l'Union. Car cette guerre fait ressortir les faiblesses de l'Europe, tant sur le plan de la défense que sur celui de l'économie, trop dépendante. C'est un moment décisif pour l'Europe, a dit notamment le Premier ministre belge, Alexander De Croo.

>> Le sujet de La Matinale:

Les 27 Etats de l'Union européenne se réunissent au château de Versailles en sommet sur l'Ukraine. [Sameer Al-DOUMY - AFP]Sameer Al-DOUMY - AFP
L'Ukraine au centre des discussions du sommet européen de Versailles / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2022

06h45

Pourparlers russo-ukrainiens jeudi en Turquie

Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba sont arrivés en Turquie, pour la première rencontre jeudi à ce niveau depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Des responsables de Kiev et Moscou se sont déjà rencontrés à plusieurs reprises mais c'est la première fois que la Russie a dépêché un ministre pour des discussions sur cette crise.

Dmytro Kuleba a indiqué dans une vidéo sur Facebook que ses attentes étaient "limitées" car la Russie maintient une campagne de bombardements brutale et un siège des grandes villes. Il a déclaré que le succès des pourparlers dépendrait "des instructions et des directives données à Lavrov" par le Kremlin.

Ces discussions illustrent les efforts du président turc Recep Tayyip Erdogan de jouer un rôle de médiation depuis le début de la crise.

>> Le point sur les derniers événements dans La Matinale:

Une maternité a été bombardée à Marioupol. [Evgeniy Maloletka - AP]Evgeniy Maloletka - AP
Le point sur la situation en Ukraine / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2022

05h00

Premier vote au Congrès américain: 14 milliards de dollars pour l'Ukraine

Les élus de la Chambre des représentants ont adopté mercredi soir un nouveau budget américain qui comprend une enveloppe pharamineuse de près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne. Le texte, qui comprend un volet économique et humanitaire, mais aussi des armes et des munitions pour Kiev, doit désormais être voté au Sénat avant d'être promulgué par Joe Biden.

Ces fonds doivent permettre à Kiev de protéger son réseau électrique, combattre les cyberattaques et s'équiper en armes défensives. Le paquet comprend également plus de 2,6 milliards de dollars d'aide humanitaire et plus d'un milliard de dollars soutenir les réfugiés fuyant l'Ukraine.

"Nous allons continuer à soutenir le courageux peuple ukrainien qui se bat pour son pays", a assuré Joe Biden sur Twitter. Cette enveloppe comprend aussi plus de 6,5 milliards de dollars pour le Pentagone, qui serviront notamment au déploiement de troupes dans la région. Des fonds sont aussi alloués pour financer la riposte contre Moscou, à commencer par les sanctions contre des oligarques russes.

04h15

Sony suspend ses expéditions de PlayStation vers la Russie

Sony a annoncé mercredi avoir suspendu toutes les expéditions de consoles PlayStation et de jeux vidéo à destination de la Russie. Le géant japonais de l'électronique rejoint ainsi un nombre croissant d'entreprises se désengageant du pays après l'invasion russe de l'Ukraine.

"Nous avons suspendu toutes les expéditions de jeux et de consoles, le lancement de Gran Turismo 7 et les opérations du PlayStation Store en Russie", a déclaré l'entreprise sur Twitter. Sony a aussi rappelé son annonce d'un don de 2 millions de dollars au haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés et à l'organisation Save the Children pour soutenir les victimes de cette guerre.

Des entreprises mondiales comme McDonald's, Coca-Cola, Ikea, Adidas ou Chanel ont annoncé le gel provisoire de leurs activités en Russie. Microsoft, le rival américain de Sony dans le secteur du jeu vidéo, avait lui-même déclaré la semaine dernière qu'il suspendait les "nouvelles ventes" de ses produits et services dans le pays.

02h55

35'000 civils évacués mercredi de villes ukrainiennes

Au moins 35'000 civils ont été évacués mercredi de plusieurs villes ukrainiennes assiégées, a annoncé le président de l'Ukraine Volodymyr Zelensky. Des couloirs humanitaires ont pu être mis en place à Soumy, à Enerhodar et dans des zones proches de la capitale Kiev.

Des civils évacués de la ville d'Irpin, le 9 mars 2022. [Mikhaïl Palinchak - Keystone]Des civils évacués de la ville d'Irpin, le 9 mars 2022. [Mikhaïl Palinchak - Keystone]

Le dirigeant a dit espérer la poursuite des évacuations jeudi, avec l'ouverture de trois autres couloirs humanitaires à partir des villes de Marioupol, assiégée depuis neuf jours, de Volnovakha (sud-est) et d'Izioum (est).

Les évacuations sont intervenues après un accord mercredi entre Moscou et Kiev sur l'ouverture de corridors humanitaires, offrant un espoir aux civils piégés dans des villes bombardées.

Plus de 5000 personnes avaient été évacuées la veille de Soumy, une ville de 250'000 habitants proche de la frontière russe. Mais des évacuations depuis la ville portuaire de Marioupol avaient échoué à plusieurs reprises ces jours derniers, Kiev et Moscou s'accusant mutuellement de ces échecs.

01h45

Le FMI entérine une aide d'urgence de 1,4 milliard de dollars pour l'Ukraine

Le FMI a approuvé mercredi une aide d'urgence d'un montant de 1,4 milliard de dollars en faveur de l'Ukraine qui est confrontée "à une très grave crise humanitaire et économique" depuis l'invasion du pays par l'armée russe.

"Les besoins de financement sont importants, urgents et pourraient augmenter considérablement à mesure que la guerre se poursuit", a réagi la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. Elle a aussi prévenu que l'Ukraine allait connaître une "profonde récession" cette année.

L'aide d'urgence doit permettre au gouvernement de "répondre aux besoins urgents de la balance des paiements résultant des effets de la guerre et fournira un soutien essentiel à court terme", estime le Fonds monétaire international.

Il espère en outre que cette aide jouera le rôle "de catalyseur" auprès d'autres partenaires financiers. L'Ukraine, l'un des pays les plus pauvres d'Europe, bénéficiait déjà d'un programme d'aides de la part du FMI.

00h10

L'UE ne va pas pouvoir se passer du gaz russe

La ministre française de la Transition écologique Barbara Pompili, qui s'exprimait au titre de la présidence française du Conseil de l'UE, a fait valoir mercredi à New York que les 27 pays de l'Union européenne ne pourront pas imposer d'embargo complet sur leurs importations d'hydrocarbures russes, comme l'ont décrété les Etats-Unis. Elle a néanmoins promis des "mesures très lourdes, puisque d'ici la fin de l'année [on doit] réussir à se passer des deux tiers de nos importations" de gaz russe.

"Le président Biden a dit lui-même que la situation aux Etats-Unis et en Europe n'était pas comparable et qu'il n'entendait pas nous demander de prendre le même genre de décision", a-t-elle aussi fait remarquer.

"Cette crise géopolitique va durer et c'est pour cela [...] que prendre des mesures qui auraient un impact très lourd tout de suite sur nos économies risque de déstabiliser nos sociétés", a encore averti la ministre française de la Transition écologique, pour qui "on ne peut pas passer de 40% à rien en cinq minutes".

00h00

Zelensky dénonce un "crime de guerre" à Marioupol

Le bombardement par la Russie mercredi d'un hôpital pédiatrique dans le port stratégique de Marioupol en Ukraine représente un "crime de guerre", a estimé le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un message vidéo.

"Aujourd'hui est le jour qui définit tout. Qui est de quel côté. Des bombes russes sont tombées sur un hôpital et sur une maternité à Marioupol (...) Les bâtiments sont détruits. A ce stade il y a 17 blessés. Les débris sont en train d'être fouillés", a-t-il notamment dit.

Hôpital vide et transformé en base de tirs selon Moscou

"Le bombardement aérien est la preuve finale qu'un génocide d'Ukrainiens est en train de se produire (...) Nous n'avons jamais et n'aurions jamais commis un crime de guerre comme cela dans les villes de Donetsk ou Lougansk ou aucune région", a-t-il déclaré en référence à deux villes de l'est de l'Ukraine tenues par les séparatistes prorusses.

A Moscou, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a pour sa part affirmé lors d'un point presse que des "bataillons nationalistes" ukrainiens avaient fait partir les patients et le personnel de l'hôpital pour l'utiliser comme base de tirs.

>> Les précisions du 19h30 :

A Marioupol, les frappes russes contre un hôpital pédiatrique ont fait au moins 17 blessés, selon les autorités ukrainiennes [RTS]
A Marioupol, les frappes russes contre un hôpital pédiatrique ont fait au moins 17 blessés, selon les autorités ukrainiennes / 19h30 / 1 min. / le 9 mars 2022

23h55

La mairie de Marioupol décompte plus de 1200 civils tués en 9 jours

Les neuf jours de siège russe sur le port stratégique de Marioupol, dans le sud de l'Ukraine, ont fait un total de 1207 morts parmi les civils, a indiqué mercredi soir la mairie sur sa chaîne Telegram. La ville subit de violents bombardements de l'armée russe, qui ont notamment touché mercredi un hôpital pédiatrique.

"Neuf jours. Neuf jours de blocus de Marioupol. (...) Neuf jours - 1207 civils de Marioupol tués. Neuf jours de génocide de la population civile", indique la mairie sur sa chaîne. Port clé ukrainien sur la mer d'Azov, cette ville industrielle comptait plus de 450'000 habitants avant le début de l'invasion russe le 24 février.

Interrogée par l'AFP, la présidence ukrainienne a confirmé ces informations: "Nous n'avons pas le chiffre exact, mais le chiffre provisoire est juste", a-t-elle indiqué.

23h10

Washington rejette définitivement un transfert d'avions de combat polonais

Les Etats-Unis ont définitivement rejeté la proposition de la Pologne de livrer à l'armée américaine ses avions Mig-29 pour ensuite les remettre à l'Ukraine. C'est ce qu'a annoncé mercredi le Pentagone.

Un MiG-29 de l'armée de l'air polonaise photographié en 2013. [Michael Walczak  - Keystone/EPA]Un MiG-29 de l'armée de l'air polonaise photographié en 2013. [Michael Walczak - Keystone/EPA]

Après un échange mercredi entre le ministre américain de la Défense Lloyd Austin et son homologue polonais, le porte-parole du Pentagone John Kirby a affirmé lors d'une conférence de presse que Washington ne "soutenait pas le transfert d'avions de combat supplémentaires à l'armée de l'air ukrainienne à l'heure actuelle".

"Nous jugeons que l'ajout d'appareils à l'inventaire ukrainien n'est pas susceptible de changer de manière importante l'efficacité de l'armée de l'air ukrainienne vis-à-vis des capacités russes" dans les airs, a-t-il ajouté.

En outre, "les services de renseignement estiment que le transfert (d'avions) Mig-29 à l'Ukraine pourrait être perçu comme une surenchère (au conflit) et pourrait entraîner une réaction russe importante qui augmenterait la perspective d'une escalade militaire avec l'Otan", a déclaré John Kirby.

23h00

Plus de 50 millions de dons pour l'Ukraine

En collaboration avec la SSR, la Chaîne du Bonheur a organisé mercredi une journée nationale de solidarité en faveur de la population ukrainienne. L'événement visait à répondre à l'ampleur de la crise humanitaire et au formidable élan de solidarité qui s'élève en Suisse. Au total, 51,5 millions de francs ont été récoltés durant cette journée.

"Nous sommes extrêmement impressionnés par la solidarité que la population suisse a exprimée envers les Ukrainiens au cours des derniers jours", a expliqué Miren Bengoa, directrice de la Chaîne du bonheur, dans un communiqué.

>> Plus de détails dans notre article: Plus de 50 millions récoltés lors de la journée de solidarité pour l'Ukraine

>> Revoir l'émission spéciale de la RTS sur la guerre en Ukraine:

Une soirée pour l'Ukraine [RTS]
Une soirée pour l'Ukraine / Infrarouge / 123 min. / le 9 mars 2022

22h55

Retour sur les évènements de mercredi

Revivez en détail les événements de mercredi: Des blindés russes à une quinzaine de kilomètres du centre de Kiev