Modifié

Le gouvernement néerlandais décide de la réouverture des bars et restaurants - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Les bars et restaurants pourront finalement rouvrir aux Pays-Bas. [Michael Kooren - reuters]
Les bars et restaurants pourront finalement rouvrir aux Pays-Bas. [Michael Kooren - reuters]
Le gouvernement néerlandais, mis sous pression, a annoncé mardi la réouverture sous conditions des bars, restaurants et lieux culturels aux Pays-Bas. Les restrictions sanitaires contre le Covid-19 y étaient parmi les plus strictes d'Europe.

PAYS-BAS - Réouverture des bars et restaurants

Aux Pays-Bas, les bars, lieux culturels et autres restaurants pourront finalement rouvrir, à certaines conditions. Le gouvernement, qui était mis sous pression depuis plusieurs semaines, a annoncé cette décision mardi.

"Nous faisons aujourd'hui un grand pas pour déconfiner davantage les Pays-Bas", a déclaré le Premier ministre Mark Rutte au cours d'une conférence de presse à La Haye, ajoutant que le gouvernement prenait un "risque" face à un nombre record de nouveaux cas de contamination.

Les magasins et les coiffeurs avaient été autorisés à rouvrir le 15 janvier, tandis que les bars, restaurants, musées et théâtres avaient dû rester fermés, suscitant la colère d'une partie de la population. Certains musées se sont transformés en salon de beauté le temps d'une journée en signe de protestation.

"Nous recherchons en conscience les limites de ce qui est possible, en raison des grandes tensions et des appels à l'aide de ces derniers jours", a expliqué Mark Rutte.

ROYAUME-UNI - Enquête de police contre Boris Johnson

L'étau se resserre sur Boris Johnson: la police s'est saisie du scandale du "Partygate" et a ouvert une enquête sur plusieurs fêtes à Downing Street pendant les confinements qui risque de coûter son poste au Premier ministre britannique.

La cheffe de la Metropolitan Police de Londres Cressida Dick a annoncé que ses agents enquêtaient actuellement sur un certain nombre d'"événements" à Downing Street, résidence du Premier ministre et Whitehall, rue qui accueille la haute administration, au sujet de "violations potentielles des règles liées au Covid-19".

La "Met" était jusqu'à là critiquée pour son silence suite aux révélations qui se succèdent ces dernières semaines sur des "garden parties", pots de départ ou fête d'anniversaire tenus au plus haut du pouvoir et qui ont ulcéré les Britanniques contraints par la loi à l'époque de restreindre drastiquement leurs contacts.

Dernière révélation en date: l'organisation d'une fête organisée par sa future épouse Carrie dans la salle du conseil des ministres à l'occasion de son anniversaire le 19 juin 2020 après-midi, lors du premier confinement.

Boris Johnson compte "coopérer pleinement" avec la police, "quelle que soit la manière dont cela sera demandé", a déclaré mardi à la presse un porte-parole du dirigeant conservateur.

Royal Mail supprime 700 emplois

Le groupe de logistique britannique Royal Mail prévoit de supprimer environ 700 postes d'encadrement pour baisser ses charges après que le variant Omicron a entraîné 15'000 absences et des coûts de centaines de millions de livres. "Avec la progression d'Omicron, les absences ont représenté le double des niveaux pré-Covid", note le directeur général Simon Thompson, dans un communiqué publié mardi.

Les absences, qui ont atteint jusqu'à 15'000 personnes début janvier, sur un total de 137'000 personnes, ont désorganisé certains services postaux, précise-t-il.

ALLEMAGNE - Lourde facture pour l'économie

La facture du coronavirus est salée pour l'économie allemande: l'Institut d'économie de Cologne, proche du patronat, estime à 350 milliards d'euros (362 milliards de francs) les pertes enregistrées par la première économie européenne. Pour ces experts, la principale raison de cette perte est la baisse brutale de la consommation des ménages: les diverses mesures de confinement, les restrictions concernant l'accès aux commerces, les inquiétudes des Allemands quant à leur emploi, tous ces facteurs ont fait chuter la consommation de 270 milliards d'euros en deux ans.

A cela s'ajoute le fait que les entreprises allemandes ont réduit, quand elles n'ont pas suspendu temporairement, leurs investissements. Victimes de difficultés d'approvisionnement, elles ont vu aussi leurs exportations chuter. "Il faudra des années à l'économie allemande pour récupérer", estime l'institut de Cologne.

Un espoir cependant: que le variant Omicron fasse passer la pandémie au statut d'épidémie, une situation sanitaire donc moins difficile à contrôler, et qui n'entraverait plus autant la machine économique allemande.

>> Le sujet de La Matinale:

L'économie allemande paie un lourd tribut à la pandémie. [Daniel Roland - AP]Daniel Roland - AP
La facture du Covid-19 est salée pour l'économie allemande / La Matinale / 1 min. / le 25 janvier 2022

DANEMARK - Probable levée des restrictions

Le Danemark devrait annoncer mercredi la levée de toutes les restrictions liées au Covid-19 d'ici la fin du mois, a rapporté mardi le quotidien Jyllands-Posten en citant plusieurs sources. Le journal danois rapporte que ce changement se fonde sur les recommandations d'un groupe d'experts qui conseille en outre de supprimer la classification du Covid-19 comme maladie constituant une menace critique pour la société.

Selon Jyllands-Posten, la Première ministre Mette Frederiksen devrait annoncer cette levée des restrictions lors d'un point de presse mercredi soir. Son cabinet n'a pas souhaité commenter l'article du quotidien danois.

UNION EUROPEENNE - Voyages assouplis

Les Vingt-Sept ont convenu mardi de mieux coordonner les règles applicables aux déplacements au sein de l'Union européenne (UE) et de ne pas imposer de restrictions aux détenteurs d'un certificat sanitaire européen, comme certains pays l'ont fait face à l'émergence d'Omicron.

Pusieurs pays, dont l'Italie, exigent que les voyageurs, même vaccinés ou guéris du Covid, présentent des tests négatifs pour entrer sur leur territoire. "Les voyageurs en possession d'un certificat Covid numérique de l'UE en cours de validité ne devraient pas être soumis à des restrictions supplémentaires à la libre circulation", indique le Conseil de l'UE dans un communiqué.

Lors d'une réunion à Bruxelles, les ministres des Affaires européennes ont adopté une nouvelle recommandation - un acte non contraignant juridiquement - pour coordonner leurs mesures en matière de libre circulation.

JAPON - Restrictions étendues à d'autres régions

Le Japon devrait élargir mardi le nombre des régions concernées par des mesures sanitaires strictes destinées à lutter contre l'épidémie de coronavirus, alors que la propagation du variant Omicron a entraîné une hausse record des contaminations. Un panel d'experts conseillant le gouvernement a recommandé le renforcement des restrictions sanitaires dans 18 régions supplémentaires, dont les préfectures d'Osaka et de Kyoto dans l'ouest du pays, à compter de jeudi jusqu'au 20 février.

Il est attendu que le gouvernement valide dans la journée cette décision, de même que le prolongement jusqu'au 20 février de ces mesures dites de "quasi-urgence" dans trois régions. Déjà en vigueur dans 16 préfectures, les mesures devraient ainsi concerner plus de 70% des régions japonaises. Elles permettent aux autorités locales d'imposer des heures de fermeture avancées aux restaurants et bars et d'interdire la vente d'alcool.

Le Japon a enregistré lundi plus de 44'000 nouvelles contaminations au coronavirus, selon un décompte rapporté par la télévision publique NHK.

ILES DU PACIFIQUE - Confinements prolongés

Les îles Samoa et Salomon ont prolongé leurs confinements mardi face à une pandémie de Covid-19. Celle-ci continue de s'aggraver dans les nations insulaires isolées du Pacifique, qui avaient jusque-là été épargnées par le virus.

Le Premier ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, a déclaré lundi soir que la capitale Honiara était touchée par le coronavirus et a prolongé le confinement de quatre jours dans l'espoir d'endiguer la contagion à l'échelle nationale.

Jusqu'à la semaine dernière, le pays de 700'000 habitants n'avait enregistré aucun décès et seulement 31 cas depuis le début de la pandémie. Mais près de 300 nouveaux cas ont été confirmés depuis, et les chiffres réels pourraient être bien plus élevés dans un contexte de capacité de test limitée.

Autres nations insulaires touchées

D'autres nations du Pacifique connaissent des accélérations similaires. L'archipel de Kiribati, où aucun cas n'avait été enregistré depuis le début de la pandémie, a déclaré un confinement après que des dizaines de passagers d'un vol en provenance des îles Fidji, le premier à atterrir sur cet archipel depuis la réouverture des frontières, eurent été testés positifs au Covid-19.

A Palau, qui compte un peu plus de 18'000 habitants, le nombre de cas a doublé pour atteindre près de 600 en trois jours. Les Samoa ont prolongé un confinement national jusqu'à jeudi soir après que les cas liés à un vol de rapatriement en provenance d'Australie la semaine dernière eurent continué à augmenter. La Nouvelle-Zélande a également renforcé les restrictions sanitaires depuis que le variant Omicron a commencé à s'y propager.

Les Tonga, qui se remettent difficilement de l'éruption volcanique et du tsunami dévastateurs de ce mois-ci, ont été jusque-là épargnées par le virus. Mais les autorités australiennes ont révélé mardi que 23 cas avaient été détectés parmi l'équipage du navire militaire HMAS Adelaide, qui se dirige vers la capitale Nuku'alofa avec des équipements de secours.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié

Les chiffres de la pandémie dans le monde

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 5'602'767 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi mardi à midi par l'AFP à partir de sources officielles.

En valeur absolue, les pays qui ont enregistré le plus de morts depuis janvier 2020 sont les Etats-Unis avec 868'512 décès, le Brésil (623'356), l'Inde (490'462), et la Russie (327'448).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

Pfizer-BioNTech teste un vaccin

L'alliance Pfizer-BioNTech a débuté le recrutement pour un essai clinique qui vise à tester leur vaccin qui vise spécifiquement le variant Omicron. Le patron du laboratoire américain Pfizer, Albert Bourla, avait déclaré début janvier que le géant pharmaceutique pourrait être prêt à demander les autorisations du nouveau vaccin dès le mois de mars.

Si les données actuelles indiquent que les doses de rappel du vaccin original protègent contre les formes graves d'Omicron, l'entreprise préfère agir par excès de prudence, a estimé la responsable des vaccins chez Pfizer, Kathrin Jansen, dans le communiqué. "Nous reconnaissons l'importance d'être prêt dans le cas où cette protection diminuerait avec le temps, et d'aider à faire face à Omicron et d'autres variants dans le futur", a-t-elle déclaré.

Pour le PDG de l'entreprise allemande BioNTech Ugur Sahin, la protection du vaccin initial contre les formes légères ou modérées du Covid-19 semble disparaître plus rapidement contre Omicron.

"Cette étude prend place dans le cadre de notre approche scientifique qui vise à élaborer des vaccins ciblés contre les variants qui parviennent à développer des niveaux de protection similaires face à Omicron, comme pour les variants apparus plus tôt, mais avec une plus longue durée de protection", a-t-il détaillé.

L'essai clinique implique 1420 personnes âgées de 18 à 55 ans. L'essai n'inclut pas de personnes de plus de 55 ans car le but de l'étude est de relever la réponse immunitaire des participants, et non d'estimer l'efficacité du vaccin, a indiqué un porte-parole de Pfizer.