Modifié

Les forces russes entament leur retrait du Kazakhstan

Les émeutes qui ont éclaté au Kazakhstan ont poussé au déploiement d'une force militaire régionale pilotée par la Russie. [Russian Defense Ministry Press Service - afp]
Les forces russes entament leur retrait du Kazakhstan / Le Journal horaire / 20 sec. / le 13 janvier 2022
Le contingent militaire mené par la Russie a débuté jeudi son retrait du Kazakhstan. Il y avait été dépêché après des émeutes meurtrières ayant marqué un tournant pour cette ex-république soviétique d'Asie centrale.

Une cérémonie solennelle de départ réunissant des soldats de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire menée par Moscou, s'est déroulée dans la matinée à Almaty, principale ville kazakhe, selon des journalistes de l'AFP.

"L'opération du maintien de la paix est finie (...), les tâches ont été accomplies", s'est félicité, à cette occasion, le général russe Andreï Serdioukov, commandant de ce contingent comprenant 2030 soldats russes, bélarusses, arméniens, tadjiks et kirghizs, déployés au Kazakhstan le 6 janvier.

Ils ont commencé jeudi à remettre aux forces de l'ordre kazakhes les infrastructures et bâtiments dont ils assuraient la sécurité depuis plusieurs jours. Leur départ doit s'achever avant le 22 janvier, selon l'OTSC et les autorités kazakhes.

>> Lire: Le président kazakh annonce le départ prochain des soldats russes

"Agression terroriste étrangère"

Par ailleurs, l'aéroport d'Almaty, fermé depuis la semaine dernière après avoir été saccagé, a accueilli jeudi son premier vol civil.

Le Kazakhstan a été secoué la semaine dernière par des violences jamais vues depuis son indépendance en 1991. Elles ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés, poussé au déploiement du contingent militaire et amené à l'arrestation d'au moins 12'000 personnes. Jusque-là, le Kazakhstan se targuait de sa stabilité.

>> Les explications de l'émission Tout un monde:

Des manifestants réunis à Kyzylorda, au Kazakhstan. [Sputnik - afp]Sputnik - afp
Décryptage de la crise généralisée et des violences au Kazakhstan / Tout un monde / 6 min. / le 7 janvier 2022

Les émeutes ont été qualifiées d'agression "terroriste" étrangère par le président Kassym-Jomart Tokaïev qui n'a toutefois pas fourni de preuves concrètes en ce sens. Contestable, c'est ce positionnement qui lui a permis d'appeler à la rescousse des militaires étrangers, et qui a reçu le soutien du président russe Vladimir Poutine et des autres pays de la région.

>> Les enjeux géopolitiques décryptés par le 19h30:

Les puissances exercent leur jeu influence dans le cadre des troubles au Kazakhstan, à quatre jours de la rencontre de Genève [RTS]
Les puissances exercent leur jeu influence dans le cadre des troubles au Kazakhstan, à quatre jours de la rencontre de Genève / 19h30 / 2 min. / le 8 janvier 2022

afp/jop

Publié Modifié