Modifié

Augmenter le prix de l'alcool pour réduire la consommation, le pari irlandais

Des jeunes buvant de la bière en Irlande. [Artur Widak / NurPhoto - afp]
Le prix de l'alcool prend l'ascenseur en Irlande / La Matinale / 1 min. / le 7 janvier 2022
L'Irlande tente un pari pour réduire la consommation d'alcool dans le pays: augmenter les prix. Depuis le début de la semaine, le prix des boissons alcoolisées a changé pour que chaque gramme d’alcool coûte au moins 10 centimes. Il faut ainsi débourser deux fois plus pour s'offrir une bière.

Les autorités irlandaises ont introduit des mesures fortes en vue de préserver la jeune génération du pays, la plus alcoolisée d'Europe. Outre les hausses de prix, les promotions alléchantes ont disparu des rayons alcool des supermarchés.

Alors, forcément, le passage en caisse devient tout de suite beaucoup plus douloureux et nombre de consommateurs et consommatrices font part de leur colère.

"Cela n'arrêtera personne de boire"

"Les packs sont beaucoup plus chers. C'était environ 24 euros pour 24 bières et maintenant c'est 43 euros. Je ne suis pas d'accord, c'est juste plus de stress et plus d'argent, ça ne nous influencera pas du tout", témoigne Matthew, étudiant de 19 ans, vendredi dans La Matinale.

"Cela enlève tout le fun. Je suis déjà fauché, alors c'est pas cool. Cela n'arrêtera personne de boire. J'imagine qu'on va devoir le voler maintenant", ajoute Josh, 19 ans également.

A cause de son petit budget, Emma songe carrément à arrêter ses études pour aller gagner sa vie: "Pour une soirée, l'apéro coûte maintenant 40 euros. Et puis on sort en boîte de nuit. Donc la soirée revient quasiment à 100 euros. C'est un luxe que personne ne va pouvoir se payer! Se sociabiliser fait partie des études, alors si on ne peut plus le faire, on ne voudra plus aller à l'université."

Ruée en Irlande du Nord?

De leur côté, certains vendeurs craignent que les consommateurs ne se ruent en Irlande du Nord, à une heure de route de Dublin, là où la mesure n'a pas encore été appliquée.

Mais Eunan McKinney, porte-parole de l'association Action alcool en Irlande, ne croit pas à ce scénario: "L'alcool est déjà beaucoup moins cher en Irlande du Nord qu'en République d'Irlande alors le consommateur moyen va au plus pratique. Comme ça a été le cas dans d'autres pays comme le Canada, on constatera une baisse des ventes d'alcool, puisque le prix a une influence sur la prise de décision de l'acheteur. C'est un changement générationnel comme on a eu pour le tabac."

Selon ses projections, cette nouvelle mesure pourrait faire baisser la consommation des plus gros buveurs de 15%.

Reportage radio: Laura Taouchanov

Adaptation web: Frédéric Boillat

Publié Modifié