Modifié

L'ex-chancelier autrichien Sebastian Kurz rebondit en Californie

Sebastian Kurz. [Ronald Zak - Keystone ]
Sebastian Kurz se recycle dans la Silicon Valley / La Matinale / 1 min. / le 31 décembre 2021
L’ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui a quitté son poste en octobre, se trouve actuellement en Californie où, à 35 ans, il débute une nouvelle carrière dans le monde de la finance en travaillant pour un milliardaire conservateur.

Sebastian Kurz avait démissionné début octobre après l'ouverture d'une enquête pour corruption à son encontre par le parquet financier autrichien. Le chancelier conservateur estimait alors qu'il était "irresponsable de glisser vers des mois de chaos ou d'impasse" en raison de ces soupçons (voir encadré).

Début décembre, l'ancien "enfant prodige" de la politique autrichienne avait annoncé qu'il quittait la politique, précisant qu'un nouveau chapitre de sa vie s'ouvrait, sans donner de précisions.

>> Lire aussi: L'ex-chancelier autrichien Sebastian Kurz quitte la vie politique

Dans la société du milliardaire Peter Thiel

On apprend désormais que Sebastian Kurz tente une nouvelle aventure en travaillant pour le milliardaire américain Peter Thiel. L'ex-dirigeant sera chargé de la stratégie globale de la société d’investissement Thiel Capital à San Francisco, qui appartient au riche homme d'affaires.

Peter Thiel n’est pas un inconnu: c’est lui qui a fondé avec Elon Musk le système de payement en ligne Paypal, et il a placé l’argent ainsi gagné dans de jeunes startups intéressantes comme par exemple Facebook. Et c’est en vendant ses parts de Facebook en 2012 qu’il a gagné son premier milliard. Il a par ailleurs soutenu la campagne électorale de Donald Trump avec des dons qui ont dépassé le million de dollars.

L'homme d'affaires américain a convaincu Sebastian Kurz de venir travailler avec lui et entend profiter de ses contacts internationaux, notamment en Europe de l'Est, où l'ancien chancelier sera chargé de lui ouvrir des portes. Tous les deux sont conservateurs et partagent une vision similaire de la société. Peter Thiel semble persuadé qu’il pourra lui faire gagner beaucoup d’argent.

Une ascension fulgurante et une chute brutale

Né en 1986 d'un père technicien et d'une mère enseignante, Sebastian Kurz a connu une carrière fulgurante avant une chute brutale. Il devient secrétaire d'Etat à seulement 24 ans, avant même d'avoir achevé son cursus de droit. Il est ensuite nommé ministre des Affaires étrangères à 27 ans avant de devenir chancelier en 2017. A 31 ans, il est alors le plus jeune chef de gouvernement au monde.

Il devait alors sa popularité à son opposition à l'accueil des réfugiés et à des promesses de baisses massives d'impôts pour les classes moyennes. A une Autriche prospère mais déstabilisée par l'afflux migratoire, le jeune dirigeant propose la fermeture des frontières.

La coalition qu'il avait formée avec l'extrême droite s'était effondrée en 2019 lorsque son allié s'était retrouvé au coeur d'une affaire de corruption. De nouvelles élections lui avaient permis de retrouver son poste jusqu'à sa démission en octobre.

>> Revoir le sujet du 19h30 sur les soupçons de corruption contre Sebastian Kurz:

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz empêtré dans une affaire de corruption [RTS]
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz empêtré dans une affaire de corruption / 19h30 / 1 min. / le 9 octobre 2021

Sujet radio: Lucien Giordani

Adaptation web: Frédéric Boillat avec afp

Publié Modifié

Soupçons de détournements

Le scandale entourant Sebastian Kurz a éclaté en octobre, lorsque plusieurs lieux, dont la chancellerie et le ministère des Finances, ont été perquisitionnés dans le cadre d'une enquête portant sur des soupçons de détournement de fonds publics entre 2016 et 2018.

Ce détournement présumé avait pour but de financer la parution de sondages falsifiés et une couverture médiatique élogieuse à l'égard de Sebastian Kurz dans les médias d'un influent groupe de presse autrichien, Österreich.

En échange, ce dernier était récompensé via l'achat de lucratifs encarts publicitaires, selon les éléments du parquet.

Sebastian Kurz a toujours clamé son innocence. Il a expliqué avoir été "usé" par les accusations du parquet, qu'il rejette et qui ont "entamé son enthousiasme". "Je ne suis ni un saint ni un criminel, je suis un être humain avec des forces et des faiblesses", déclarait-il.

>> Lire aussi: Sous enquête pour corruption, le chancelier autrichien Sebastian Kurz démissionne