Modifié

La cité utopique indienne d'Auroville lutte contre un projet de déboisement

La cité communautaire d'Auroville est située près de Pondicherry, en Inde. [Punit Paranjpe - AFP]
La cité utopique d’Auroville, en Inde, se révolte contre un projet de déforestation / La Matinale / 1 min. / le 15 décembre 2021
La population de la cité utopique d’Auroville, en Inde, se révolte depuis dix jours contre un projet de déforestation ordonné par le gouvernement. La résistance s'organise pour défendre une biodiversité particulière.

Auroville a été fondée en 1968 dans le sud de l'Inde, avec comme objectif de créer une communauté du futur et d'établir une nouvelle harmonie avec l’environnement. Elle jouit maintenant d’une forêt très riche, mais la nouvelle administration essaie de faire passer en force le tracé d’une route circulaire et a commencé à déboiser.

Des dizaines de résidents, indiens comme occidentaux, se placent sur le chemin des bulldozers, au coeur de la forêt. Mais ils sont violemment repoussés par des hommes de main, comme le montre le reportage du correspondant de la RTS Sébastien Farcis. Et les arbres tombent.

La nouvelle administratrice d'Auroville, nommée par New Delhi, affirme que ce tracé respecte les plans initiaux de la ville. Mais les habitants soutiennent qu’il faut les adapter et faire passer la route par une zone non boisée.

"Une biodiversité absolument étonnante"

"On a ici une biodiversité absolument étonnante", explique un Aurovilien qui souhaite garder l'anonymat. "C'est vraiment la richesse d'Auroville d'avoir pu, pendant cinquante ans, développer cette forêt (…) En matière de CO2, l'Inde étant très polluante, elle devrait plutôt protéger ses forêts que les détruire", poursuit-il. "Pour nous, c'est indispensable de garder ce trésor biologique".

Le tribunal environnemental régional, saisi par des résidents, vient de reconnaître le risque potentiel de cette déforestation. Les juges ont empêché toute nouvelle coupe d’arbres, jusqu’à vendredi. Ils demandent aux autorités de prouver que ces travaux sont légaux et justifiés.

oang

Publié Modifié