Modifié

Joséphine Baker, première femme noire à entrer au Panthéon français

Résistante, militante anti-raciste et première artiste noire célébrée en France, Joséphine Baker a fait son entrée au Panthéon. [RTS]
Résistante, militante anti-raciste et première artiste noire célébrée en France, Joséphine Baker a fait son entrée au Panthéon. / 19h30 / 1 min. / le 30 novembre 2021
La Franco-Américaine Joséphine Baker est devenue mardi la première femme noire à entrer au Panthéon, "temple laïc de la République" française et dernière demeure des grandes figures françaises.

Cette entrée rend hommage à sa vie incroyable d'artiste de music-hall, résistante et militante antiraciste. Son cénotaphe (tombeau ne contenant pas le corps), porté par des aviateurs, est entré au Panthéon devant 8000 spectateurs, selon le palais de l'Elysée, avant d'être installé dans un des caveaux de la crypte.

La dépouille de l'artiste demeurera au cimetière marin de Monaco, non loin de la tombe de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie.

>> Relire aussi notre grand format: Joséphine Baker entre au Panthéon

Emotion de neuf de ses enfants

Sous l'oeil attentif et ému de neuf de ses enfants adoptés, de nombreux politiques, artistes et citoyens, l'icône des années folles, née en 1906 aux Etats-Unis avant d'adopter la nationalité française, est devenue ainsi la sixième femme sur 80 personnages illustres à être accueillie dans cet édifice néo-classique au coeur de Paris, et dont le fronton proclame "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante".

"Ma France, c'est Joséphine", a lancé le président français Emmanuel Macron, qui a salué une "héroïne de guerre, combattante, danseuse, chanteuse", une "Noire défendant les Noirs mais d'abord, une femme défendant le genre humain".

Images de sa vie

Sur la façade de l'édifice laïc, des images de sa vie ont été diffusées, sous des applaudissements nourris du public qui a entendu, une nouvelle fois, retentir la voix de l'artiste se présentant comme "une personne adoptée par la France". Et quand un journaliste de l'époque lui demande pourquoi avoir fait le choix de la Résistance contre l'occupation nazie, Joséphine Baker répond sobrement: "Pour défendre la personne", "la dignité humaine".

Son entrée au Panthéon intervient 46 ans après sa mort, le 12 avril 1975 à l'âge de 68 ans, trois jours après avoir fêté ses noces d'or sur la scène. Elle rejoint ainsi les "panthéonisés" français, pour la plupart hommes d'Etat, héros de guerre ou écrivains: Victor Hugo, Emile Zola, le résistant Jean Moulin, Marie Curie...

>> Le portrait de Joséphine Baker dans le 19h30

Portrait de l'artiste Joséphine Baker, disparue il y a 46 ans. [RTS]
Portrait de l'artiste Joséphine Baker, disparue il y a 46 ans. / 19h30 / 2 min. / le 30 novembre 2021

Née dans la misère aux Etats-Unis, la jeune femme fuit la ségrégation et s'installe en France. Elle ravit le tout Paris en dansant le Charleston, seins nus, dans un déchaînement de batterie-jazz. Au cabaret des Folies Bergère, la "Vénus d'ébène" se joue des fantasmes coloniaux en se produisant vêtue d'une simple ceinture de bananes, aux côtés d'une panthère vivante.

La première chanson qu'elle interprète, "J'ai deux amours, mon pays et Paris", en 1930 au Casino de Paris, la consacre.

Naturalisée française en 1937 à la faveur d'un mariage avec un industriel juif, la star met son talent musical à contribution dès les premiers mois du conflit pour divertir les soldats français sur le front. Et profite des réceptions auxquelles elle est conviée dans les ambassades et les pays étrangers pour recueillir du renseignement.

>> Ecouter aussi l'interview de Jean-François Staszak, chercheur à l’Université de Genève et spécialiste en géographie culturelle.

 

L’artiste Joséphine Baker fait son entrée au Panthéon: interview de Jean-François Staszak [RTS]
L’artiste Joséphine Baker fait son entrée au Panthéon: interview de Jean-François Staszak / Forum / 5 min. / le 30 novembre 2021

afp/jpr

Publié Modifié