Modifié

Le naufrage d'un navire de migrants au large de Calais fait près de 30 morts

Des migrants interceptés par les autorités britanniques alors qu'ils tentaient de traverser la Manche (image d'archives). [Société nationale de sauvetage en mer - AFP]
Emmanuel Macron: "La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière" / La Matinale / 1 min. / jeudi à 06:34
Le naufrage mercredi au large de Calais d'une embarcation qui transportait des migrants tentant de gagner la Grande-Bretagne a fait au moins 27 victimes, selon un nouveau bilan du ministère de l'Intérieur. A Londres, Boris Johnson a convoqué une réunion de crise.

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron avait dans un premier temps annoncé un bilan de 31 morts, mais celui-ci a été revu à la baisse par le ministère de l'Intérieur.

Ce drame, qualifié de "tragédie" par le Premier ministre Jean Castex, est le plus meurtrier depuis l'envolée en 2018 des traversées migratoires de la Manche, face au verrouillage croissant du port de Calais et du tunnel sous la Manche emprunté jusque-là par les migrants tentant de rallier l'Angleterre.

Une cinquantaine de personnes se trouvaient à bord de l'embarcation qui était partie de Dunkerque, a indiqué une source proche du dossier.

"Mes pensées vont aux nombreux disparus et blessés, victimes de passeurs criminels qui exploitent leur détresse et leur misère", a écrit Jean Castex dans un message publié sur Twitter, en assurant suivre "la situation en temps réel".

Quatre passeurs arrêtés

Le Premier ministre tiendra jeudi matin une réunion interministérielle sur les traversées de migrants dans la Manche. "La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière", a affirmé de son côté le président français Emmanuel Macron. Il a aussi réclamé une réunion d'urgence des ministres européens "concernés par le défi migratoire" et assuré que tout serait mis en oeuvre pour retrouver et condamner les responsables du drame.

Selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, quatre personnes soupçonnées d'être des passeurs ont d'ores et déjà été arrêtées.

Réunion de crise à Londres

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a de son côté convoqué une réunion de crise "sur la situation dans la Manche", a annoncé son porte-parole.

Avant ce naufrage, le bilan des décès depuis le début de l'année s'élevait à trois morts et quatre disparus. En 2020, six personnes ont trouvé la mort et trois autres ont été portées disparues. Quatre décès ont été recensés en 2019.

Les opérations de sauvetage se poursuivaient en fin d'après-midi. Le parquet de Dunkerque (Nord) a annoncé à l'AFP l'ouverture d'une enquête pour "aide à l'entrée au séjour irrégulier en bande organisée" et "homicide involontaire aggravé".

Selon la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, trois hélicoptères et trois bateaux participent aux recherches.

Des migrants débarquant sur une plage de Dungeness, en Grande-Bretagne, le 24 novembre 2021. [Ben STANSALL - AFP]Des migrants débarquant sur une plage de Dungeness, en Grande-Bretagne, le 24 novembre 2021. [Ben STANSALL - AFP]

Nombreuses tentatives en 2021

Les tentatives de traversées migratoires de la Manche à bord de petites embarcations ont doublé ces trois derniers mois, avait mis en garde vendredi dernier le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, Philippe Dutrieux, dans un entretien avec l'AFP.

Au 20 novembre, 31'500 migrants avaient quitté les côtes depuis le début de l'année et 7800 migrants avaient été sauvées, avait-il affirmé. Une tendance, avait-il remarqué, qui n'a pas baissé malgré les températures hivernales. Selon Londres, 22'000 migrants ont réussi la traversée sur les dix premiers mois de l'année.

Londres et Paris sont convenus de renforcer leur coopération pour tenter de tarir ces départs après une montée de tension dans le sillage de l'arrivée le 11 novembre de 1185 migrants sur les côtes anglaises, un record.

afp/nr

Publié Modifié