Modifié

Le G20 s'accorde sur un objectif de réchauffement climatique à 1,5 degré

Une centrale à charbon côtoie une rangée d'éoliennes, à Drax en Angleterre. [John Giles - AP/Keystone]
Le G20 s'accorde sur un objectif de réchauffement climatique à 1,5 degré / Le Journal horaire / 33 sec. / le 31 octobre 2021
Les dirigeants du G20 se sont entendus dimanche sur un objectif de limitation du réchauffement climatique à 1,5 degré au-dessus des niveaux pré-industriels, selon le projet de communiqué final, consulté par l'AFP.

Le G20 réaffirme l'objectif de l'accord de Paris, à savoir "maintenir l'augmentation moyenne des températures bien en dessous de 2 degrés et poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5 degré au-dessus des niveaux pré-industriels". Mais il va un peu plus loin en ajoutant: "Conserver (l'objectif de) 1,5 degré à portée nécessitera des actions et des engagements significatifs et efficaces de tous les pays".

L'accord trouvé porte sur un "langage plus fort" que celui de l'accord de Paris de 2015, ont indiqué à l'AFP deux sources participant aux négociations.

L'objectif de l'Accord de Paris est de maintenir le réchauffement "bien en deçà" de +2°C, si possible à +1,5°C, par rapport à l'ère pré-industrielle, un plafond qui est de facto devenu l'objectif prioritaire depuis.

Milieu du siècle

L'enjeu principal est de savoir quels moyens concrets les pays engagent pour respecter cet objectif, ce qu'ils sont souvent réticents à indiquer, déplorent les ONG.

Car selon la dernière évaluation de l'ONU qui prend en compte les nouveaux engagements d'une majorité des pays signataires, le monde se dirige toujours vers un réchauffement "catastrophique" de +2,7°C. Ou au mieux +2,2°C si on prend en compte les promesses souvent "vagues" de neutralité carbone pour le milieu du siècle.

"Le milieu du siècle" est précisément la formulation retenue par le G20 dans le document final. Un horizon moins précis que la date de 2050 voulue notamment par la présidence italienne du G20, "mais tout à fait significatif, considérant la diversité des pays qui participent au G20", selon la présidence française.

Engagement formel

L'Accord de Paris évoque l'objectif d'"équilibre" entre émissions et absorption des gaz à effet de serre "au cours de la deuxième moitié du siècle".

Sous la pression de l'ONU, de plus en plus de pays s'engagent pour cette neutralité carbone, la plupart pour 2050, quelques-uns pour 2060 ou 2045: La Chine et la Russie, par exemple, se sont fixé 2060, l'Australie et la France 2050.

En excluant les simples promesses, 49 pays représentant 57% des émissions mondiales, dont l'ensemble des membres de l'UE et les Etats-Unis, ont pris cet engagement de façon formelle, selon le dernier rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement.

>> Ecouter l'analyse du 12h30 sur les enjeux climatiques avant le G20:

 

Le G20 2021 se déroule du 30-31 octobre. [Ludovic Marin - EPA/Keystone]Ludovic Marin - EPA/Keystone
G20: Quel place pour le climat avant la COP26? / Le 12h30 / 1 min. / le 30 octobre 2021

>> Lire aussi: Ultime feu vert des dirigeants du G20 à la grande réforme fiscale

Publié Modifié

Coup de frein aux centrales au charbon

Les pays du G20 se sont entendus pour arrêter cette année de subventionner de nouveaux projets de centrales électriques au charbon à l'étranger, selon un projet de communiqué final consulté par l'AFP.

"Nous mettrons fin à l'octroi de financement public à l'international pour de nouvelles entrales électriques au charbon d'ici la fin de 2021", indique le texte, qui ne donne pas d'objectif en revanche pour l'abandon du charbon au niveau national.