Modifié

Nouvelle flambée des cas au Royaume-Uni - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Covid: Le Royaume-Uni fait face à l’émergence d’une nouvelle mutation du virus [RTS]
Covid: Le Royaume-Uni fait face à l’émergence d’une nouvelle mutation du virus / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2021
Le Royaume-Uni est confronté à une nouvelle flambée épidémique. Il a passé jeudi la barre des 50'000 cas de Covid-19 par jour, l’un des taux les plus élevés au monde. Les autorités surveillent de près un sous-variant du Delta.

ROYAUME-UNI - Augmentation inquiétante des cas

Le Royaume-Uni est confronté à une nouvelle flambée épidémique. Il a passé jeudi la barre des 50'000 cas de Covid-19 par jour, l’un des taux les plus élevés au monde.

Grâce au vaccin, le nombre de décès ne s’est pas envolé comme l’hiver dernier, mais il y a quand même chaque semaine entre 700 et 900 personnes qui meurent de la maladie outre-Manche. Avec l’arrivée de l'hiver, ces chiffres font craindre une nouvelle crise dans les hôpitaux.

Variant "AY4.2"

Les autorités sanitaires britanniques ont par ailleurs indiqué vendredi avoir placé sous surveillance un sous-variant du Delta, qui semble plus transmissible mais pas plus dangereux.

Le variant "AY4.2" représentait la semaine dernière 6% des cas au total au Royaume-Uni, a précisé dans son bulletin hebdomadaire la UK Health Security Agency, qui l'a classé comme "variant en cours d'investigation". Il ne représente donc pas en l'état un "variant inquiétant".

>> Le point sur la situation au Royaume-Uni dans le 12h30:

Un centre de dépistage à Londres. [Andy Rain - EPA/Keystone]Andy Rain - EPA/Keystone
Le Royaume-Uni fait face à une flambée des cas de coronavirus / Le 12h30 / 1 min. / le 22 octobre 2021

THAILANDE - Ouverture aux touristes vaccinés de plus de 40 pays

Les voyageurs vaccinés en provenance de plus de quarante pays seront autorisés à se rendre en Thaïlande sans être obligés de se soumettre à une quarantaine à partir du 1er novembre, a annoncé jeudi le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha. La Suisse en fait partie.

L'allongement de la liste des pays et des territoires dont les ressortissants seront acceptés en Thaïlande répond à la nécessité urgente de "stimuler le secteur du tourisme et des autres secteurs économiques [qui lui sont] liés", a déclaré le Premier ministre. "Nous devons aller plus vite, car si on attend que tout soit parfait, ce sera trop tard", a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Outre ceux des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la Chine, les touristes vaccinés en provenance de pays européens comme la France et l'Allemagne seront autorisés à visiter la Thaïlande à condition de présenter un test PCR négatif. La Suisse figure également sur la liste.

Test à l'arrivée

A leur arrivée en Thaïlande, les voyageurs devront subir un autre test pour le Covid-19 et rester isolés pendant une seule nuit dans un hôtel agréé par le gouvernement en attendant les résultats, avant d'être autorisés à poursuivre librement leur périple. "Le risque existe que le nombre des personnes contaminées augmente, mais c'est un risque que nous avons accepté", a souligné Prayut Chan-O-Cha.

La Thaïlande a enregistré l'année dernière sa pire performance économique en plus de deux décennies, perdant environ 50 milliards de dollars de recettes touristiques.

FRANCE - Faible rebond automnal des cas

C'est la fin de deux mois de repli du Covid-19 en France. L'épidémie connaît un petit rebond automnal qui n'affole en l'état ni les médecins ni le gouvernement, mais pousse ce dernier à rester intransigeant quant au maintien du pass sanitaire.

"On assiste à une tendance à la hausse" des cas liés au Covid-19, a résumé vendredi le ministre de la Santé Olivier Véran sur les chaînes BFMTV et RMC. Mais il s'agit d'une "petite poussée, pas une vague épidémique", a-t-il tout de suite relativisé, estimant qu'une forte reprise du Covid-19 n'était pas "le plus probable".

Renforts médicaux en Nouvelle-Calédonie

L'armée française va dépêcher une quarantaine de soignants et logisticiens dans l'archipel français de Nouvelle-Calédonie pour faire face à la flambée de Covid-19, a annoncé vendredi le gouvernement, dans un communiqué.

L'archipel du Pacifique est confronté à une violente première vague de coronavirus, qui a fait 245 morts depuis début septembre et qui jette le trouble sur l'organisation du référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, prévu le 12 décembre.

CHINE - Dépistage massif à Pékin

La ville de Pékin va tester une partie de ses habitants après quelques cas de Covid-19 en banlieue de la capitale chinoise liés à un groupe de touristes, a rapporté vendredi un média d'Etat.

La Chine maintient une politique sanitaire qui vise le "zéro infection", au prix d'un strict suivi des déplacements et d'une limitation draconienne des entrées sur son territoire. Le pays asiatique recense malgré tout régulièrement des cas sporadiques.

La Chine a ainsi enregistré ces derniers jours quelques dizaines de malades, tous liés à un couple de personnes âgées ayant participé à un voyage organisé. Selon les autorités sanitaires, quatre personnes ont été testées positives à leur retour à Pékin. Toutes s'étaient rendues en Mongolie intérieure où le nouveau foyer a été détecté.

En réaction, quelque 35'000 personnes du district de Changping où elles résident, dans le nord-ouest de Pékin, vont être testées elles-aussi, a rapporté l'agence officielle Chine nouvelle. Le calendrier n'a pas été précisé.

NOUVELLE-ZELANDE - Objectif de vaccination de 90%

La Nouvelle-Zélande a fixé un objectif de vaccination de 90% vendredi pour mettre fin aux confinements, tandis que la Première ministre Jacinda Ardern a dévoilé un plan d'ouverture malgré l'emprise tenace du variant Delta.

"Nous ne pouvons pas demander aux personnes vaccinées de rester à la maison pour toujours", a déclaré Jacinda Ardern, faisant passer son objectif de l'élimination complète du Covid-19 à la minimisation de sa propagation dans la communauté en intensifiant la vaccination. Environ 86% des Néo-Zélandais éligibles ont reçu leur première dose de vaccin et 68% sont complètement vaccinés.

Jacinda Ardern a assuré que la nouvelle politique donnerait de l'espoir à près de deux millions de résidents d'Auckland qui ont été soumis à des restrictions draconiennes pendant neuf semaines.

AUSTRALIE - Melbourne célèbre la fin de sa longue série de confinements

Les habitants de Melbourne ont profité vendredi de la réouverture de la ville après l'une des plus longues séries de confinements au monde, pour se rendre dans les bars, restaurants ou chez le coiffeur.

Des personnes boivent un verre dans un très fréquenté de Lygon Street, à Melbourne, le 22 octobre 2021. [William West - AFP]Des personnes boivent un verre dans un très fréquenté de Lygon Street, à Melbourne, le 22 octobre 2021. [William West - AFP]

"Comme le disent mes enfants, il y a une "grosse ambiance" aujourd'hui", a plaisanté le Premier ministre de l'État de Victoria Dan Andrews. "J'essaie de ne pas avoir l'air d'un père larmoyant, mais je suis fier, sacrément fier de cet État", a-t-il ajouté avant d'inciter les gens à "sortir" et à "se faire une coupe de cheveux, commander un repas ou payer un coup à un ami".

Depuis le début de la pandémie, les cinq millions de Melbournais ont dû rester enfermés chez eux pendant plus de 260 jours au total. Mais maintenant que 70% des personnes éligibles à Melbourne et dans l'État de Victoria sont entièrement vaccinées, les restrictions qui ont débuté le 5 août sont levées.

Au total, six confinements ont eu raison de cette ville autrefois bouillonnante, qui s'est longtemps enorgueillie de sa scène artistique dynamique et de sa culture des cafés.

RUSSIE - Le Kremlin blâme les Russes pour l'échec de la vaccination

Le Kremlin a reconnu vendredi l'échec de sa campagne de vaccination anti-Covid en comparaison à l'Europe, mais a pointé du doigt la responsabilité de la population, en pleine vague épidémique meurtrière. La Russie a enregistré vendredi de nouveaux records quotidiens de décès et de contaminations, avec 1064 morts et 37'141 infectés recensés.

"Nous sommes dans une situation pire que toute une série de pays européens en ce qui concerne la vaccination. Et du coup, avec l'essor de variants plus agressifs, plus de gens tombent malade, c'est la réalité du moment", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, dans un rare aveu que Moscou gère moins bien la pandémie que ses rivaux occidentaux.

A peine un tiers des Russes se sont fait vacciner depuis décembre, sur fond de méfiance à l'égard des vaccins développés dans le pays. Pour Dmitri Peskov, l'Etat n'est pas en cause, mais plutôt sa population. "Le problème, c'est la prise de conscience des citoyens", a-t-il dit, alors qu'il n'est lui-même pas vacciné, arguant avoir des niveaux d'anticorps trop élevés après avoir contracté la maladie en mai 2020.

UKRAINE - Record de décès et contaminations pour le 2e jour consécutif

L'Ukraine a enregistré vendredi un record de nouvelles contaminations et de décès dus au Covid-19 pour la deuxième journée consécutive alors que la capitale, Kiev, s'apprête à réintroduire des restrictions strictes.

Selon les chiffres du gouvernement, 23'785 nouvelles infections ont été recensées ces dernières 24 heures et 614 personnes sont mortes dans cette ex-république soviétique, dont le système de santé manque cruellement de ressources.

La ville de Kiev pourrait ordonner vendredi la fermeture des restaurants, théâtres et autres lieux publics à moins que leurs employés ne soient vaccinés.

IRAN - Reprise des prières collectives à Téhéran après 20 mois d'arrêt

L'Iran, pays le plus touché du Moyen-Orient par la pandémie de Covid-19, a autorisé les fidèles à assister aux prières du vendredi à Téhéran, a rapporté vendredi l'agence de presse iranienne Isna. Une première en près de 20 mois.

Des centaines de fidèles étaient ainsi présents dans la salle de prière de l'Université de Téhéran, portant des masques et respectant un mètre de distanciation physique, pendant que des employés vaporisaient les lieux avec des produits désinfectants, a constaté un photographe de l'AFP.

Fermées progressivement dans toute la République islamique dans les semaines ayant suivi l'annonce des premiers cas de Covid-19 en février 2020, les mosquées avaient été autorisées à rouvrir leurs portes pendant le ramadan (25 avril au 24 mai 2020), mais uniquement dans les zones les moins affectées par le virus et pas dans la capitale.

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié

Les chiffres de la pandémie dans le monde

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 4'926'579 morts dans le monde depuis son apparition fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP vendredi à la mi-journée. Plus de 242'393'310 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 733'218 décès pour 45'301'092 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 604'679 morts et 21'697'341 cas, l'Inde avec 453'042 morts (34'143'236 cas), le Mexique avec 285'669 morts (3'772'556 cas), et la Russie avec 228'453 morts (8'168'305 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 607 décès pour 100'000 habitants, suivi par la Bosnie (344), la Macédoine du Nord (337), le Monténégro (327), la Bulgarie (327) et la Hongrie (315).

>> Le suivi de l'évolution de l'épidémie: Le coronavirus en chiffres et en cartes

Le vaccin de Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer-BioNTech est efficace à 90,7% pour prévenir les formes symptomatiques de la maladie chez les enfants âgés de 5 à 11 ans. C'est ce qu'a affirmé l'entreprise vendredi dans un document soutenant sa demande d'autorisation pour cette tranche d'âge aux Etats-Unis.

Ces nouvelles données ont été publiées sur le site de l'Agence américaine des médicaments (FDA), dont un comité consultatif doit se réunir mardi pour étudier cette demande d'autorisation.

"L'efficacité du vaccin contre les formes symptomatiques confirmées du Covid-19 au moins 7 jours après la deuxième dose (...) était de 90,7%", a écrit Pfizer dans ce document.

Il s'agit des résultats d'une étude portant sur environ 2250 enfants de 5 à 11 ans, dont plus de 1500 ont reçu le vaccin et 750 un placebo. Les participants ont été suivis sur au moins deux mois après les injections.