Modifié

Un Jésuite en grève de la faim à Calais pour dénoncer le sort des migrants

Des migrants à Calais en octobre 2021. [Christophe Ena - AP Photo/Keystone]
RTSreligion - Un Jésuite en grève de la faim à Calais pour dénoncer le sort des migrants / La Matinale / 2 min. / le 22 octobre 2021
Un Jésuite et deux militants associatifs font grève de la faim dans une église de Calais pour dénoncer le sort des migrants et migrantes. Ils exigent notamment la suspension du démantèlement des abris de fortune construits à la hâte à l’approche de l’hiver, a indiqué jeudi le Père Philippe Demeestère.

Ce sont la destruction d'un grand lieu de vie où se trouvaient 1000 migrants, le fait que les distributions de nourriture ne peuvent plus se faire nulle part ou encore l’augmentation du nombre de personnes à l’hôpital suite à des violences policières qui ont amené le prêtre septuagénaire à entreprendre une grève de la faim dans l’église Saint-Pierre de Calais il y a une semaine. Il est accompagné dans sa démarche par un couple de trentenaires, Anaïs Vogel et Ludovic Holbein.

Leur décision fait aussi suite au décès d'un jeune Soudanais, mort percuté par un camion dans lequel il cherchait à monter pour se rendre en Angleterre. Et selon le Père Philippe Demeestère, une deuxième personne vient de mourir de la même manière.

Les trois militant-e-s entendent bien tenir tête aux autorités, dans un climat français toujours plus tendu envers l'immigration. [Sylvain Lefevre - AFP]Les trois militant-e-s entendent bien tenir tête aux autorités, dans un climat français toujours plus tendu envers l'immigration. [Sylvain Lefevre - AFP]Les trois grévistes se sont connus dans un atelier où ils gravaient sur des plaques de bois commémoratives les noms de centaines de réfugiés décédés en tentant d’atteindre les côtes britanniques. Des plaques qu'ils affichaient ensuite dans le centre-ville de Calais pour éveiller les consciences.

Faire corps avec les exilés

La grève de la faim représente l’acte de protestation ultime quand on a le sentiment de ne pas être entendu. Et pour le Jésuite, il s’agit aussi de faire corps avec les exilés de façon très concrète jusqu'à "risquer sa peau", comme eux. "Nous disons ainsi par notre action que les migrants sont des êtres humains faits de la même chair que tout un chacun", dit-il.

Les trois grévistes mettent donc clairement au défi les autorités d'aller jusqu'au bout pour faire valoir leur point de vue qui dit stop à la péjoration selon eux inhumaine de la situation des réfugiés, et à la criminalisation des démarches de fraternité.

Durcissement des attitudes contre les migrants

Les grévistes ont trois revendications claires. Il y a d'une part la suspension des expulsions quotidiennes durant la trêve hivernale. D'autre part l'arrêt de la confiscation des tentes et effets personnels des migrants. Et enfin, l'ouverture d’un "dialogue citoyen raisonné" entre autorités publiques et associations non mandatées par l’Etat.

>> Lire aussi: Les conditions de vie des migrants se sont dégradées à Calais

Pour le gréviste Ludovic, il s'agit juste de faire en sorte que les gens ne se retrouvent pas à dormir sous la pluie à même le sol. Une demande basique mais qui cristallise toujours les fronts à Calais, où la question migratoire est souvent récupérée dans un contexte de pré-campagne électorale avec un durcissement des attitudes à l'égard des réfugiés, explique le Père Demeestère.

Selon un rapport de Human Rights Observers, 1058 expulsions de lieux de vie informels ont eu lieu à Calais et à Grande-Synthe en 2020. Au cours de ces démantèlements, près de 5000 tentes et bâches et plus de 1150 sacs de couchage ont été saisi par les forces de l’ordre. Ce matériel est régulièrement détruit de même que les vêtements, téléphones portables et documents administratifs.

>> Sur le même sujet: Plus de mille interceptions sur la route migratoire de la Manche en deux jours

Gabrielle Desarzens/jord

Publié Modifié