Modifié

La France versera 100 euros aux personnes gagnant moins de 2000 euros par mois

Le Premier ministre Jean Castex a fait son annonce au 20h de TF1. [Ludovic Marin - AFP]
La France versera une "indemnité inflation" de 100 euros aux personnes gagnant moins de 2000 euros par mois / Le Journal de 22h30 / 22 sec. / le 21 octobre 2021
Une "indemnité inflation" de 100 euros sera versée automatiquement à chaque Française et Français qui gagne moins de 2000 euros nets par mois à partir de décembre, a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex sur TF1, face à la hausse des prix de l'énergie et des carburants.

Cette indemnité sera versée automatiquement et en une seule fois, sans aucune démarche nécessaire, aux salariés (dès fin décembre), fonctionnaires (janvier), indépendants, chômeurs ou retraités ("un peu plus tard"), soit à 38 millions de personnes au total, afin de répondre à la hausse des prix des carburants et autres produits. Une mesure "qui se voit", a insisté le Premier ministre.

Un total de 3,8 milliards d'euros

Le chef du gouvernement a mis en parallèle ce montant de 100 euros, pour contrecarrer l'inflation en général, à une somme de 80 euros qu'il assimile à la facture, en moyenne, de la hausse des carburants sur l'année.

C'est la solution "la plus juste, la plus efficace", a estimé Jean Castex, qui s'applique aux automobilistes et aux autres, à ceux qui vont travailler en voiture ou pas.

Malgré cette dépense supplémentaire de 3,8 milliards d'euros, qui sera tirée du budget général de l'Etat, le Premier ministre a assuré que la France tiendrait ses engagements en matière de déficit public.

afp/asch

Publié Modifié

Décision critiquée

Jeudi soir, la droite a raillé, à l'image de Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, "un nouveau chèque en bois financé par la dette".

Les écologistes, qui plaidaient pour la mise en place d'un chèque énergie, ont déploré qu'il n'y ait "aucune solution de moyen terme pour limiter la dépendance à la voiture."

Marine Le Pen continuait, de son côté, à défendre "sa proposition de faire baisser immédiatement la TVA de 20 à 5,5% sur les carburants, mais aussi sur le gaz, le fioul domestique et l'électricité, selon un communiqué de son parti, le Rassemblement national.