Modifié

Des coupures de courant mettent la Chine et son économie à rude épreuve

Une centrale électrique au charbon à Nanjing en chine le 21 septembre 2021. [Chinatopix - AP/Keystone]
La Chine souffre d’importantes coupures d’électricité / La Matinale / 3 min. / le 29 septembre 2021
Du charbon plus rare, des limitations environnementales et des usines à plein régime: la Chine fait face à des coupures de courant qui pourraient freiner sa croissance économique.

Offre en baisse et demande en hausse: les coupures se généralisent, pénalisant des millions de foyers ainsi que de nombreuses usines, dont des fournisseurs de grandes entreprises mondiales.

Cette crise énergétique menace la croissance chinoise. De nombreuses usines chinoises et étrangères ont vu leur approvisionnement coupé. Beaucoup ont reçu l'ordre de réduire leur rythme de production au moment où la demande s'intensifie avec la réouverture de l'économie mondiale et l'approche de Noël.

Coupures imposées à l'industrie

À l'approche de la saison froide, la pénurie inquiète les autorités. Lors d'une réunion la semaine dernière, le gouvernement a appelé à "stabiliser les prix des matières premières afin de garantir l'approvisionnement en électricité et en gaz naturel pendant l'hiver".

Au cours des derniers mois, au moins 17 régions, représentant 66% du PIB du pays, ont imposé des coupures d'électricité sous une forme ou sous une autre, mais visant principalement l'industrie, selon la banque de données Bloomberg Intelligence.

Alors que le pays dépend à 60% du charbon pour sa production électrique, l'approvisionnement en houille est réduit par un embargo que Pékin a de facto imposé l'an dernier aux importations australiennes, dans le cadre des tensions bilatérales entre les deux pays.

Parallèlement, le gouvernement a édicté des limites aux émissions polluantes des industriels dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.

>> Relire aussi: La Chine impose des mesures antidumping sur le vin australien

Usines à plein régime

Mais avec la reprise économique mondiale, nombre d'usines chinoises tournent à plein régime. Résultat, la demande d'électricité a dépassé au premier semestre ses niveaux d'avant la pandémie, selon l'Administration nationale de l'énergie.

Quant aux prix du charbon, ils ont atteint en septembre des niveaux record. Et l'industrie chinoise comme étrangère est pénalisée.

Le taïwanais Unimicron Technology, fournisseur d'Apple, a ainsi révélé que ses sites dans deux régions de Chine continentale devaient stopper leur production de dimanche jusqu'à jeudi. Un sous-traitant du fabricant américain de voitures électriques Tesla a reçu un ordre similaire.

"Jamais rien vécu de tel"

Interrogé dans La Matinale, le président de la chambre de commerce européenne en Chine, Jörg Wuttke, est très remonté: "En 30 ans en Chine, je n'ai jamais rien vécu de tel. Cette crise part d'un bon sentiment. C'est lié à la politique qui vise à atteindre la neutralité carbone en 2060. Mais cette politique est précipitée."

Et de poursuivre: "Sous pression, les mines de charbon ont diminué leur production. En l'absence d'alternatives énergétiques, cette diminution du charbon sur le marché a fait exploser les prix. Les producteurs d'électricité perdent de l'argent, le charbon étant devenu plus cher que l'électricité produite. Résultat: ils coupent les turbines, et on se retrouve aujourd'hui dans la panade."

En résumé, la volonté politique de limiter la production de charbon a engendré une augmentation du prix de cette ressource cruciale. Problème: le pouvoir a verrouillé le prix de l'électricité à un niveau très bas, ce qui empêche les producteurs de la vendre plus cher.

Car malgré la forte demande, le coût mirobolant du charbon ne les incite pas à produire. Les producteurs finiraient par perdre de l'argent.

Face à ce contexte, plusieurs banques internationales ont abaissé leur prévision de croissance économique: dans une note publiée mardi, l'américaine Goldman Sachs dit tabler désormais sur 7,8% pour la Chine cette année contre 8,2% auparavant, du fait des "importantes pressions" sur les industries lourdes.

Nord-est particulièrement touché

Dans les villes, les coupures se généralisent. À Pékin, les services d'alimentation en électricité ont annoncé des suspensions de service dans les prochains jours dans certains quartiers, évoquant des "travaux d'entretien" qui seraient sans lien avec la pénurie. Ces coupures pourront durer 10 heures dans certains cas.

Mais c'est la "ceinture de la rouille", dans le nord-est du pays, avec ses milliers de cimenteries et d'usines sidérurgiques énergivores, qui semble parmi les régions les plus affectées.

Dans une usine du Liaoning, 23 ouvriers ont été hospitalisés d'urgence pour une asphyxie au monoxyde de carbone, les ventilateurs ayant cessé de fonctionner à la suite d'une coupure de courant, a rapporté la télévision nationale.

Dans la capitale provinciale, Shenyang, des vidéos montrent des automobiles avançant dans l'obscurité, sans éclairage public ni feux de circulation.

Sujet radio: Michaël Peuker

jfe avec agences

Publié Modifié