Modifié

Fin du télétravail pour 3,2 millions d'Italiens - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Les 3,2 millions d'employés des administrations publiques italiennes devront tous reprendre le chemin du bureau. [Roberto Silvino - AFP]
Les 3,2 millions d'employés des administrations publiques italiennes devront tous reprendre le chemin du bureau. [Roberto Silvino - AFP]
Les employés des administrations publiques en Italie devront retourner sur leur lieu de travail à compter du 15 octobre. En Norvège, quasiment toutes les restrictions mises en place en mars 2020 ont été levées.

ITALIE - Plus de télétravail dans l'administration publique

Les 3,2 millions d'employés des administrations publiques italiennes devront tous reprendre le chemin du bureau à compter du 15 octobre, a prévenu samedi leur ministre de tutelle. Le télétravail ne sera plus qu'une option pour des cas spécifiques.

Les employés des administrations publiques, à commencer par "les employés des guichets et des bureaux", devront a priori tous renoncer au télétravail. Celui-ci sera seulement une option dans des cas très spécifiques en train d'être négociés avec les syndicats, a spécifié Renato Brunetta, ministre de l'Administration publique en Italie.

"Le télétravail pourra se faire seulement s'il améliore les services et l'efficacité de l'administration", précise le ministre, qui se montre dubitatif sur sa véritable performance dans les services publics. Il note en outre que la présence au bureau relancera la consommation dans les villes.

Pour rappel, le gouvernement a récemment décidé de généraliser à partir du 15 octobre l'obligation sur le lieu de travail du pass sanitaire qui sera exigé aussi bien dans le secteur public que privé.

IRLANDE - Plus de quarantaine pour les touristes

L'Irlande a mis fin samedi à la quarantaine obligatoire de deux semaines imposée depuis mars aux visiteurs entrant dans le pays pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Le ministre de la Santé irlandais Stephen Donnelly a annoncé dans un communiqué "le retrait, à compter d'aujourd'hui, de tous les pays restants inscrits sur la liste officielle des États" dont les ressortissants étaient soumis à une quarantaine de 14 jours à l'hôtel à leur arrivée en Irlande.

En plus des ressortissants des États désignés par le gouvernement irlandais, les voyageurs qui ne pouvaient présenter de test PCR négatif au covid-19 étaient également soumis à la quarantaine.

NORVÈGE - Retour à la normale

La Norvège a levé samedi quasiment toutes les restrictions mises en place en mars 2020 pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. L'avancée de la vaccination permet au gouvernement de prendre cette décision. Plus de 90% de la population adulte a reçu au moins une dose.

"Le moment est venu de retourner à une vie normale. Le moment est venu de revivre, pour ainsi dire, comme nous le faisions avant que la pandémie nous touche", a déclaré la Première ministre Erna Solberg vendredi lors d'une conférence de presse.

A compter de samedi, le nombre de personnes participant à des événements publics et privés n'est plus plafonné, la règle du mètre de distance est levée, de même que les quelques restrictions encore en place dans les bars et restaurants. Les poignées de mains sont désormais aussi possibles.

FRANCE - Un niveau de décès "jamais atteint" en Guyane

"Jamais la Guyane n'avait enregistré autant de décès et d'admissions en réanimation" depuis le début de l'épidémie de Covid-19, a alerté vendredi le bulletin épidémiologique de santé publique France. Lors des sept derniers jours, "21 Guyanais ont succombé au Covid-19".

Une hausse des hospitalisations dues au Covid-19 en pédiatrie est constatée depuis trois semaines. Les moins de 20 ans représentent 9% des hospitalisations, le double de leur taux en 3e vague.

Sous forte crispation d'une partie de la population et de personnels soignants opposés à la vaccination obligatoire, les directions et chefs de service des trois hôpitaux de la région, où sont actuellement admis 130 patients pour Covid-19 dont 31 cas sévères, ont mis en garde mercredi contre le risque généralisé de "tri des patients".

Mobilisation en baisse contre le pass

Des milliers de personnes ont à nouveau manifesté samedi en France contre le pass sanitaire mis en place par le gouvernement pour contrer l'épidémie de Covid-19, onzième acte d'une mobilisation hebdomadaire, en baisse toutefois depuis plusieurs semaines.

A Paris, où quatre cortèges étaient prévus, quelques milliers de manifestants se sont élancés en début d'après-midi dans les rues. Au total, entre 60'000 et 80'000 personnes devaient se mobiliser à travers 185 cortèges dans toute la France, marquant un net fléchissement par rapport au début du mouvement, entamé mi-juillet.

Elles étaient 80'000 il y a une semaine, 121'000 le samedi précédent et 237'000 le 7 août.

ÉTATS-UNIS - La campagne de rappel lancée

Quelque 60 millions d'Américains sont désormais éligibles pour recevoir une troisième dose de vaccin anti-Covid de Pfizer, six mois après leur deuxième injection, s'est félicité vendredi Joe Biden.

Les autorités sanitaires américaines ont finalement recommandé cette dose de rappel pour trois catégories de population: les personnes de 65 ans et plus, celles entre 18 et 64 ans présentant des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie (diabète, obésité...), ainsi que celles qui sont très exposées au coronavirus dans le cadre de leur travail ou de leur lieu de vie.

"Allez faire votre rappel", a demandé lors d'une allocution le président américain de 78 ans, précisant qu'il se plierait lui-même à l'exercice. Il a prédit que tous les Américains pourraient à terme recevoir un rappel, "dans un futur proche".

BRÉSIL - La première dame crée la polémique

Michelle Bolsonaro s'est fait vacciner aux Etats-Unis. [Mateus Bonomi - AFP]Michelle Bolsonaro s'est fait vacciner aux Etats-Unis. [Mateus Bonomi - AFP]Michelle Bolsonaro, l'épouse du président brésilien Jair Bolsonaro, s'est fait injecter un vaccin anti-Covid-19 cette semaine à New York en marge de l'assemblée générale de l'ONU. Elle a été accusée de saper la crédibilité de la campagne de vaccination au Brésil.

"Recevoir le vaccin est une décision personnelle. Mon épouse, par exemple, a décidé de se faire vacciner aux Etats-Unis. Moi, non", a dit le chef d'Etat d'extrême droite dans un entretien publié par la revue Veja.

Certains politiques et infectiologues, interrogés par le média en ligne G1, ont critiqué la décision de la première dame en estimant qu'elle a "méprisé" la campagne de vaccination menée par le système public brésilien.

"D'abord, il faut la féliciter de s'être fait vacciner. Le vaccin sauve, elle a bien fait, 10 sur 10", a dit le sénateur Omar Aziz. D'un autre côté, "0 sur 10, parce que le vaccin injecté aux Etats-Unis est le même qu'au Brésil. Alors, elle aurait pu se faire vacciner ici. Montrer aux Brésiliens qu'elle se vaccine pourrait donner un bon exemple. Là oui, on aurait vu un vrai patriotisme, pas un patriotisme de pacotille."

INDE - Exportation de huit millions de doses en octobre

L'Inde exportera huit millions de doses de vaccin contre le coronavirus d'ici la fin du mois d'octobre, après avoir levé son interdiction d'envoyer des doses à l'étranger, a déclaré samedi un haut responsable du ministère des affaires étrangères.

Le Premier ministre Narendra Modi a fait cette promesse lors d'un sommet avec les dirigeants des Etats-Unis, du Japon et de l'Australie à Washington vendredi.  La plupart des vaccins iront à des nations de la région Asie-Pacifique, où ces pays cherchent à contrer l'influence croissante de la Chine, a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Narendra Modi a déclaré que l'Inde fournirait huit millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson, qui est fabriqué sous licence par la société indienne Biological-E.

RTSinfo et les agences

Publié Modifié

Les chiffres de la pandémie dans le monde

La pandémie de coronavirus a fait au moins 4'725'638 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP vendredi à la mi-journée.

>> Le suivi de l'évolution de l'épidémie: Le coronavirus en chiffres et en cartes

Sur la journée de jeudi, 10'235 nouveaux décès et 517'024 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 3159 nouveaux morts, la Russie (828) et le Mexique (748).

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 684'357 décès devant le Brésil avec 592'964 morts, l'Inde avec 446'368 morts, le Mexique avec 274'139 morts et la Russie avec 202'273 morts.

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS