Modifié

La pandémie recule dans le monde, une première depuis deux mois - Le suivi du Covid dans le monde

La pandémie continue de faire des dégâts dans le monde, mais la situation s'est améliorée cette semaine. [Prakash Singh - AFP]
La pandémie continue de faire des dégâts dans le monde, mais la situation s'est améliorée cette semaine. [Prakash Singh - AFP]
La pandémie a largement reculé la semaine dernière dans le monde pour la première fois en plus de deux mois, selon des données publiées mardi soir par l'OMS. En France, l'obligation vaccinale pour les professionnels et professionnelles du soin entre en vigueur mercredi.

D'après les données publiées mardi soir par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Genève, un ralentissement de la pandémie a été observé dans toutes les régions du monde. Moins de quatre millions de nouvelles infections ont été identifiées sur une semaine, ce qui correspond à un recul d'environ 13%.

Le continent américain enregistre la baisse la plus importante. L'Europe est en revanche la région où la situation s'est le moins améliorée, avec 5% de nouveaux cas en moins sur une semaine.

En termes de décès aussi, une embellie est observée mais elle n'a pas atteint toutes les zones. Au total, près de 63'000 personnes ont succombé au coronavirus, soit une baisse de 7% sur une semaine. L'amélioration la plus significative a été identifiée dans une partie de l'Asie. En revanche, le nombre de victimes a augmenté en Afrique et aussi dans le Pacifique occidental.

Le variant Delta continue d'atteindre de nouvelles zones, six en une semaine. Il est désormais présent dans 180 pays ou territoires. Les autres variants avancent moins. Au total, plus de 4,6 millions de personnes ont succombé depuis le début de la pandémie. Près de 230 millions ont été infectées.

>> Le suivi de l'évolution de l'épidémie: Le coronavirus en chiffres et en cartes

Etats-Unis - Le pic de la quatrième vague pourrait être bientôt atteint

La dernière vague de coronavirus aux Etats-Unis, dominée par le variant Delta, pourrait bientôt atteindre son pic, estiment des épidémiologistes. Mais des experts mettent en garde contre toute complaisance, et s'attendent à ce que le virus fasse désormais partie de la vie quotidienne pour plusieurs années.

La moyenne sur sept jours des cas quotidiens était lundi à son plus haut niveau, le taux d'augmentation diminue et les cas sont à la baisse dans la plupart des Etats, selon les données de l'organisation Covid Act Now. Mais plus de 1800 personnes meurent chaque jour et environ 100'000 restent hospitalisées après être tombées gravement malades.

Bhakti Hansoti, professeure associée en médecine d'urgence à l'université Johns Hopkins, se dit "un peu hésitante" face à ces bonnes nouvelles, car la possible émergence de variants inquiétants ainsi que l'arrivée de l'hiver pourraient conduire à une nouvelle augmentation des cas. "À moins que nous tirions les leçons de la quatrième vague", souligne-t-elle.

Les autorités font désormais face au défi de la vaccination et de la désinformation, qui touche énormément d'Américains. Car de son côté, Angela Rasmussen, virologue à l'Université de la Saskatchewan au Canada, estime qu'il n'est pas certain que la 4e vague soit terminée. Il est donc crucial d'augmenter le nombre de personnes vaccinées. Aujourd'hui, 63,1% de la population éligible de plus de 12 ans est entièrement vaccinée, soit 54% de la population totale.

FRANCE - L'obligation vaccinale entre en vigueur dans le milieu des soins

L'obligation vaccinale contre le Covid-19 est entrée en vigueur pour 2,7 millions de travailleurs et travailleuses en France. Les réfractaires qui ne peuvent justifier d'une première injection, d'une contre-indication vaccinale ou d'une contamination récente "ne peuvent plus exercer leur activité" dès mercredi. Les domaines de la santé, de l'aide aux personnes ainsi que les pompiers sont concernés. Pour les salariées et salariés concernés, cela doit se traduire par la suspension immédiate du contrat de travail, sans rémunération, mais sans licenciement automatique.

Les estimations sur le nombre de personnes concernées varient selon les sources. D'après Santé publique France, 89,3% des soignants et soignantes ont reçu au moins une dose. Mais les milieux syndicaux craignent qu'une baisse du personnel, même faible, ne crée le chaos dans un système de santé déjà sous pression.

>> Plus de détails: L'obligation vaccinale entre en vigueur dans les secteurs des soins en France

UE - Effort supplémentaire pour la vaccination des pays pauvres

L'Union européenne va donner 200 millions de doses supplémentaires de vaccins contre le Covid-19 aux pays pauvres d'ici mi-2022, s'ajoutant aux 250 millions de doses déjà promises, a annoncé mercredi Ursula von der Leyen.

"C'est un investissement solidaire et c'est aussi un investissement dans la santé mondiale", a déclaré la présidente de la Commission européenne devant le Parlement européen, soulignant que, si dans l'Union européenne plus de 70% des adultes sont vaccinés, ce taux reste extrêmement bas dans les pays pauvres.

Mardi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déploré l'"abandon" de l'Afrique par les pays les plus riches, précisant que seuls deux pays africains ont atteint l'objectif de la vaccination de 40% fixé pour fin décembre. Sur les près de 6 milliards de doses administrées jusqu'à présent, seules 2% ont été injectées dans ce continent, dont moins de 3,5% des 1,3 milliard d'habitantes et habitants sont entièrement vaccinés.

"Cela ne nuit pas seulement aux populations africaines, cela nous nuit à tous", a affirmé le chef de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le décalage n'est pas dû à l'incapacité de l'Afrique de piloter la vaccination, mais à l'inégalité de l'approvisionnement, explique-t-il.

>> Les chiffres de la vaccination en Suisse et dans le monde: La vaccination contre le Covid-19 en chiffres et en cartes

ROYAUME-UNI - Rappel du vaccin recommandé

Le gouvernement britannique a annoncé mardi qu'une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 serait proposée dès la semaine prochaine aux plus de 50 ans et aux soignants, espérant éviter un nouveau confinement cet hiver.

Les personnes âgées de 16 à 49 ans souffrant de problèmes de santé les rendant particulièrement vulnérables au Covid-19 et les adultes en contact avec des personnes immunodéprimées sont également ciblées par ce programme de rappel.

>> Lire aussi: L'OMS réitère son opposition aux doses de rappel – Le suivi du Covid-19 dans le monde

CHINE - Le nombre de contaminations double dans le sud-est

Le nombre de nouvelles contaminations au Covid 19 a plus que doublé dans la province du Fujian, dans le sud-est de la Chine, ont annoncé les autorités sanitaires, contraintes d'instaurer des mesures de restriction, notamment sur les déplacements, pour limiter la propagation du virus.

La Commission nationale de la santé a enregistré 152 nouvelles contaminations locales en cinq jours, poussant également plusieurs villes à émettre des avertissements aux voyageurs à l'orée d'une saison touristique importante. Ces cas ont en effet été enregistrés dans trois villes du Fujian, dont Xiamen, un important centre touristique et de transport peuplé de cinq millions d'habitants.

Ces contaminations surviennent avant la semaine de vacances correspondant à la fête nationale chinoise, le 1er octobre, une période très touristique.

Emirats arabes unis - Preuve d'immunité exigée à l'expo universelle de Dubaï

Les visiteurs et visiteuses de l'Exposition universelle de Dubaï de plus de 18 ans devront être vaccinés ou présenter un test PCR négatif réalisé dans les 72 heures, ont annoncé mercredi les organisateurs de l'évènement, à deux semaines de son lancement.

Expo 2020, qui avait été reportée l'année dernière en raison de la pandémie, se tiendra du 1er octobre au 31 mars dans la cité-Etat du Golfe espérant attirer 20 millions de touristes étrangers. Les détenteurs de billets pourront se faire tester gratuitement dans divers sites de Dubaï. Reem Al-Hashemy, directrice général d'Expo 2020, a qualifié cette mesure de "responsable" et "nécessaire".

AMÉRIQUE LATINE - Un tiers des enfants en surpoids à cause de la crise

Un tiers des enfants et adolescents, âgés de 5 à 19 ans, souffrent de surpoids en Amérique latine et dans les CaraïUn enfant en surpoids au Mexique. [Alexandre Meneghini/AP - Keystone]Un enfant en surpoids au Mexique. [Alexandre Meneghini/AP - Keystone]bes, où la pandémie de coronavirus exacerbe les difficultés d'accès à une alimentation de qualité pour les mineurs, a averti lundi l'Unicef.

Pour l'agence des Nations unies pour l'enfance (Unicef), l'obésité infantile est causée par le manque d'activité physique, ainsi que par la consommation d'aliments ultratransformés et de boissons sucrées, faciles d'accès, bon marché et qui font l'objet d'intenses campagnes publicitaires.

Des facteurs que la crise sanitaire liée au coronavirus a aggravés: "Pendant ces 18 mois de pandémie, il a été beaucoup plus difficile pour les familles de manger sainement", a relevé Jean Gough, directrice de l'Unicef pour l'Amérique latine et les Caraïbes. "Des mères et des pères ont perdu leurs revenus et les prix des aliments ont augmenté".

VATICAN - Le pape tance les cardinaux "négationnistes"

Le pape François a lancé une pique mercredi aux cardinaux "négationnistes" ne souhaitant pas se faire vacciner, en faisant allusion à son principal opposant qui a récemment contracté le Covid-19.

"Dans le collège cardinalice, il y a quelques négationnistes. L'un d'eux, le pauvre, a attrapé le virus", a déclaré le souverain pontife dans l'avion qui le ramenait d'un voyage apostolique en Slovaquie. Ce petit pays d'Europe centrale de 5,4 millions d'habitants compte seulement la moitié de la population adulte vaccinée.

Sans le nommer, François faisait allusion au cardinal américain ultra-conservateur Raymond Burke, l'un de ses plus farouches adversaires au sein de l'Eglise catholique. Ce dernier avait contracté le Covid-19 au mois d'août et dû un temps être hospitalisé aux Etats-Unis.

RTSinfo et les agences

Publié Modifié

Les chiffres dans le monde

La pandémie de coronavirus a fait près de 4,65 millions de morts dans le monde depuis son apparition officielle en Chine fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'afp mercredi à la mi-journée. L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

Sur la journée de mardi, 10'589 nouveaux décès et plus de 565'00 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 2392 personnes décédées, le Mexique (1047) et la Russie (792).

Les États-Unis restent le pays le plus touché avec 663'936 décès devant le Brésil (587'797), l'Inde (443'213), le Mexique (269'016) et le Pérou (198'840), selon les chiffres officiels.

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS