Modifié

Cinquante ans après sa création, Greenpeace marque toujours les esprits avec ses actions

Le 15 septembre 1971, les militants écologistes organisaient leur première action contre les essais nucléaires américains. L'ONG inventait alors une nouvelle façon de communiquer avec des actions coup de poing. [SVEN HOPPE - KEYSTONE]
Cinquante ans après sa création, Greenpeace marque toujours les esprits avec ses actions / La Matinale / 1 min. / le 15 septembre 2021
Greenpeace a 50 ans. Le 15 septembre 1971, les militants écologistes organisaient leur première action contre les essais nucléaires américains. L'ONG inventait alors une nouvelle façon de communiquer avec des actions coup de poing.

Durant ces cinquante années, Greenpeace s'est diversifiée et répandue à travers le monde. L'organisation est aujourd'hui présente dans 55 pays. Selon sa propre description, elle "lutte contre les contaminations chimiques, pour la protection de la diversité génétique, pour les forêts et pour les océans".

Le Rainbow Warrior, bombé par les services secrets français, menait une action contre les essais nucléaires de la France dans le Pacifique Sud. [Greenpeace, Miller, HO - AP Photo/Keystone]Le Rainbow Warrior, bombé par les services secrets français, menait une action contre les essais nucléaires de la France dans le Pacifique Sud. [Greenpeace, Miller, HO - AP Photo/Keystone]Si l'ONG mène des actions non-violentes, elle a parfois déclenché des réactions véhémentes des Etats. Le 10 juillet 1985, notamment, le Rainbow Warrior, amarré à Auckland en Nouvelle-Zélande, est coulé dans le port suite à deux explosions alors qu'il devait aller protester contre les essais nucléaires français dans le Pacifique

L'affaire est révélée par les médias et le Premier ministre français Laurent Fabius reconnaît la responsabilité de la France: "Ce sont des agents de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure, n.d.l.r.) qui ont coulé ce bateau."

Des critiques de Prix Nobel

Grâce à l'affaire "Rainbow Warrior", Greenpeace a gagné en importance et a continué ses actions, malgré les critiques, par exemple, celles du Canadien Patrick Moore. Il faisait partie de l'association en 1971. Il reproche aujourd'hui à Greenpeace "d'être plus anticapitaliste et antiglobalisation qu'en faveur de l'écologie".

Les critiques viennent des scientifiques également. Plus de 100 Prix Nobel ont déploré, il y a trois mois, l'opposition de Greenpeace aux organismes génétiquement modifiés (OGM). Malgré ces reproches, Greenpeace levait en 2020 plusieurs centaines de millions d'euros de dons.

Philéas Authier/vajo

Publié Modifié