Publié

"La montée de l’individualisme, défi majeur de nos démocraties"

Geopolitis [RTS]
Le virus de la colère / Geopolitis / 26 min. / le 19 septembre 2021
Partout à travers le monde, la colère gronde face aux nouvelles restrictions sanitaires anti-Covid. En France, aux Etats-Unis ou en Grèce, des manifestations, parfois violentes, rassemblent de farouches opposants de tous bords. Un phénomène que l’essayiste François Cherix apparente à la montée de "l’égo-cratie".

"C'est un régime totalitaire. Le contrôle total du citoyen par l'Etat avec ce pass sanitaire", "Je suis anti-pass sanitaire, c'est une discrimination, c'est inadmissible." Voilà le type de revendications qui réunit entre 100’000 et 200’000 personnes tous les samedis dans des dizaines de villes françaises depuis mi-juillet. Des cortèges disparates qui vont de l’extrême droite à l’extrême gauche, entre antivax purs et durs, conspirationnistes ou encore vaccinés criant à la dictature. Tous protestent contre une atteinte aux libertés fondamentales et l’instauration d’une société à deux vitesses.

"Les minorités protestataires, comme les antivax ou les gilets jaunes, pratiquent toujours le renversement des valeurs, le renversement de l'histoire. Ils se prétendent en dictature, alors qu'ils bénéficient largement de la démocratie", affirme François Cherix, auteur du "Crépuscule du récit révolutionnaire", invité dans Géopolitis.

Ce conseiller en stratégie et communication et membre du Parti socialiste suisse évoque l’exemple de l’étoile jaune arborée par certains manifestants en France. Une démarche "obscène", selon lui,qui "procède d’un double renversement": "Ces personnes disent au fond, ‘nous sommes des victimes au même titre et à même niveau que des personnes qui ont été assassinées dans les camps’ (…) Il y a aussi une banalisation de la Shoah qui consiste à dire, ‘la Shoah ce n'était pas beaucoup plus grave que ce que nous subissons du fait des mesures sanitaires’."

Fracture sociale et violences

Cette poussée de colère gagne de nombreuses villes européennes, américaines ou australiennes, et dégénère parfois en affrontements avec la police ou en violences. Une révolte surtout dirigée contre les gouvernements, mais aussi contre les institutions sanitaires et les médias. Le 22 août, deux employés d’un centre de vaccination ont été attaqués en Californie. A Montpellier, cet été, des manifestants anti-pass sanitaire ont pris à partie un pharmacien qui effectuait des tests de dépistage dans la rue, en le traitant de "collabo" et en attaquant sa tente. A Milan fin août, un stand du parti gouvernemental Cinque Stelle a été pris pour cible lors d’une rassemblement "no green pass". Et un journaliste de La Repubblica a été violemment frappé par un manifestant.

Avec ses millions de morts, avec ses drames humains et économiques, la pandémie intensifie les tensions sociales et politiques. "Elle est extraordinairement révélatrice des tensions qui habitent nos sociétés", poursuit François Cherix. L’essayiste pointe au sein de ces mouvements protestataires l’affirmation d’un individualisme exacerbé, "ma personne, ma personnalité, mon corps, ma liberté", au détriment de l’intérêt général. C’est ce qu’il appelle "la montée de l'égo-cratie", lorsque l’unité et le collectif sont délaissés au profit d’une "addition de 'je' antagonistes qui ne se retrouvent que dans la volonté de protester et de renverser le système."

Ce qui est inquiétant, c’est que la Suisse ne s’en inquiète pas.

François Cherix: "Les antivax pratiquent le renversement des valeurs" [RTS]
François Cherix

En Suisse aussi, l’extension du passeport vaccinal crée une vague d’indignation, comme en attestent jeudi soir à Berne les incidents survenus devant le Palais fédéral. "Ce qui est inquiétant, c’est que la Suisse ne s’en inquiète pas", dit-il. "Une Suisse déjà structurellement, naturellement très divisée, morcelée - culture, langue, démocratie directe etc. Si elle est plongée de surcroît dans une société atomisée et égo-cratique, elle va avoir énormément de difficultés à construire du consensus et de l'intérêt général."

Recherche de coupables

Dans ces cortèges prospèrent aussi certaines théories complotistes. En Italie, fin juillet, une manifestante comparaissait notamment le vaccin à un "cheval de Troie", prétexte pour inoculer un produit néfaste dans le sang. "La réponse complotiste est totalement délirante, mais elle fonctionne de manière extraordinaire, parce qu'elle apporte un confort mental tout à fait appréciable", souligne François Cherix.

Ces mouvements protestataires prennent aussi pour cible certaines communautés. Les Asiatiques, au début de la crise, ont été accusés de propager le virus. Aux Etats-Unis, les crimes de haine ciblant des personnes asiatiques ont augmenté de 70% l’an dernier par rapport à 2019, selon le FBI.

La communauté juive est aussi la cible récurrente des mouvements conspirationnistes. En France, des pancartes antisémites ont fait leur apparition lors de certaines manifestations anti-pass sanitaire. Sur les réseaux sociaux, les contenus en français prenant les Juifs pour cible ont été multipliés par 7 et ceux en allemand par 13 en comparaison avec la période pré-Covid. L’Allemagne a enregistré l’an dernier son plus haut niveau d’actes antisémites depuis le début des recensements de la police en 2000.

Le fossé Nord-Sud

A l’autre bout du monde, c’est le manque de vaccins et de moyens pour lutter contre la pandémie qui crée la révolte. Comme en Thaïlande, alors que le pays est submergé par les nouveaux cas de Covid-19 et que seulement 18% de la population est complètement vaccinée. A titre de comparaison, dans les pays riches début septembre, le taux de vaccination complète atteint en moyenne les 60%.

Au Brésil aussi, des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour réclamer la destitution de Jair Bolsonaro, qui n’a cessé de minimiser la crise sanitaire alors que le pays est le deuxième le plus endeuillé du monde.

"C’est tout à fait révélateur", commente l’écrivain suisse. "Dans les sociétés pauvres, la population demande l'accès aux soins, l'accès au vaccin, l'accès à la santé publique. Et puis, dans nos sociétés privilégiées, c'est la revendication individualiste qui émerge. (…) Je pense que c'est une évolution qui est complètement sous-estimée et qui est un des défis majeurs de nos démocraties", conclut François Cherix.

Jules Lorenzi, Mélanie Ohayon

Publié