Modifié

Tous les collaborateurs de Berne et leurs familles ont quitté Kaboul ou sont en sûreté

La Suisse termine ses rapatriements depuis l'Afghanistan (vidéo) [RTS]
La Suisse termine ses rapatriements depuis l'Afghanistan (vidéo) / Forum / 2 min. / le 24 août 2021
Tous les collaborateurs de Berne et leurs familles proches ont réussi à quitter Kaboul ou se trouvent dans la partie sécurisée de l'aéroport de la capitale afghane, a indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis devant les médias.

Au total, 292 personnes avec un lien avec la Suisse ont été évacuées, a précisé le conseiller fédéral. Et 66 se trouvent encore sur l'aéroport afghan. "L'une des plus grandes opérations d'évacuation de la Suisse est presque terminée", a encore déclaré le chef de la diplomatie suisse.

Le charter de Swiss envoyé dans la capitale ouzbek Tachkent est revenu dans la nuit de lundi à mardi avec 141 collaborateurs et collaboratrices locaux du bureau de coopération suisse à Kaboul et leurs familles proches, ainsi que 78 ressortissants allemands, suédois et afghans, a complété le Tessinois.

>> Le suivi de la situation en Afghanistan ce mardi: Le délai du 31 août est trop court pour les évacuations à Kaboul, alertent les pays d'Europe

Quinze Suisses encore sur place

Pour l'instant, il n'est pas prévu d'envoyer un autre avion suisse sur place, a précisé Ignazio Cassis. Quinze Suisses sont encore en Afghanistan. Il s'agit de personnes qui n'ont pas pu ou pas voulu se rendre à l'aéroport, a-t-il ajouté.

L'ambassade de Suisse à Islamabad, compétente pour l’Afghanistan, maintient un contact régulier avec eux. La Suisse "travaille sans relâche" pour que ces personnes puissent également quitter le pays, a souligné le Département fédéral des affaires étrangères dans un communiqué.

Les familles pas séparées

Les personnes rapatriées font partie du contingent de réfugiés habilités à participer au programme de réinstallation du Haut commissariat pour les réfugiés, a expliqué le secrétaire d'Etat aux migrations Mario Gattiker. "C'était la manière la plus simple et la moins bureaucratique de les faire venir en Suisse."

A leur arrivée, ils ont passé les contrôles habituels à l'aéroport et effectué un test Covid-19. Deux d'entre eux étaient positifs. Ils ont immédiatement été placés en isolement. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a également procédé à un contrôle. Aucun élément problématique n'est apparu. Si nécessaire, un troisième contrôle pourra être effectué ultérieurement.

En tant que réfugiés, les personnes évacuées n'ont pas besoin de déposer une demande d'asile, a précisé Mario Gattiker. Elles ont été réparties par famille dans les centres d'enregistrement de la Confédération, où elles devraient rester plusieurs semaines avant de rejoindre les hébergements cantonaux. Après cinq ans, elles pourront transformer leur permis B en permis de résidence.

Situation "très préoccupante"

Le DFAE indique encore que la situation humanitaire en Afghanistan reste "très préoccupante", avec plus de 18 millions de personnes dépendant de l'aide humanitaire, et que "le niveau élevé de la violence contribue de manière significative à la détresse de la population afghane et augmente le nombre de personnes déplacées cherchant sécurité et protection"

"Face à cette détresse, la Suisse a l’intention de poursuivre ses engagements également dans le contexte actuel", poursuite le département, qui dit examiner plusieurs appels de grandes organisations internationales en vue d'aider au mieux les Afghanes et les Afghans.

Sur le plan diplomatique, Berne est toujours prête à offrir ses bons offices, a assuré Ignazio Cassis. Que ce soit en tant qu'Etat-hôte ou pour faciliter les discussions entre les parties. "La discussion avec les talibans est possible. Pour bâtir des ponts, c'est même nécessaire."

>> Le point avec Nadia Boehlen, porte-parole d'Amnesty Suisse:

Session spéciale pour le Conseil des droits de l'homme des Nations unies concernant l'Afghanistan: Réaction de Nadia Boehlen (vidéo) [RTS]
Session spéciale pour le Conseil des droits de l'homme des Nations unies concernant l'Afghanistan: Réaction de Nadia Boehlen (vidéo) / Forum / 7 min. / le 24 août 2021

ats/boi

Publié Modifié

Une pétition plaide pour l'accueil de 5000 Afghans

L'admission à titre de réfugiés d'au moins 5000 personnes en provenance d'Afghanistan est demandée dans une pétition adressée au Conseil fédéral. Plus de 23'000 signatures ont été remises mardi à la Chancellerie fédérale à Berne.

Compte tenu de sa longue tradition humanitaire, la Suisse devrait jouer un rôle de pionnier et réveiller la communauté internationale, indique le texte.

Une catastrophe humanitaire se profile en Afghanistan. La Suisse a encore le temps de faciliter le transfert humanitaire d'autres demandeurs d'asile vers la Suisse, a déclaré Lucas Tschan, l'initiateur de la pétition. Une attention particulière devrait être accordée aux femmes et aux filles, qui perdront sans doute tous leurs droits dans un avenir proche.

La collecte des signatures avec le soutien de Campax a été réalisée en une semaine.