Modifié

L'une des figures de la contestation en Biélorussie jugée à Minsk

Maria Kolesnikova lors d'un rassemblement de l'opposition à Minsk, juste avant la présidentielle du 09.08.2020. [Tatyana Zenkovich - EPA/Keystone]
L'une des figures de la contestation en Biélorussie jugée à Minsk / Le Journal horaire / 1 min. / le 4 août 2021
Le procès de Maria Kolesnikova, opposante à la réélection contestée du président Loukachenko en 2020, s'est ouvert mercredi en Biélorussie. Elle avait choisi la prison plutôt que l'exil et risque une peine de douze ans de réclusion.

En septembre dernier, Maria Kolesnikova avait déchiré son passeport au moment de franchir la frontière avec l’Ukraine, rendant ainsi impossible son expulsion décidée par le pouvoir biélorusse.

>> Lire: L'opposante biélorusse Maria Kolesnikova arrêtée à la frontière ukrainienne

Avec Svetlana Tikhanovskaya et Veronika Zepkalo, elle est l’une des trois grandes figures qui ont incarné l’opposition à la réélection d’Alexandre Loukachenko à la présidence en 2020.

Appel à entamer le dialogue avec le peuple

Inculpée pour conspiration visant à prendre le pouvoir par des moyens anticonstitutionnels et pour atteinte à la sécurité nationale, elle est jugée à huis clos à Minsk en compagnie de son avocaz. ETous deux encourent une peine de 12 ans de prison.

Mais l'opposante dit ne pas en être effrayée. La semaine dernière encore, elle appelait le régime à cesser de lutter contre le peuple et à entamer un nouveau dialogue avec lui.

Les autorités biélorusses n’ont pourtant aucunement l’intention de lâcher du lest: il y a un mois, Viktor Babariko, candidat à la présidentielle dont elle dirigeait la campagne avant son arrestation, a été condamné à 14 ans de prison.

>> Lire: L'opposant biélorusse Viktor Babaryko condamné à 14 ans de prison

Et ces dernières semaines, le régime décuple ses efforts pour punir les participants et les organisateurs de la contestation de l'an dernier.

Affaires en cascade

Dernière affaire en date, le directeur d'une ONG aidant des opposants, Vitali Chychov, a été retrouvé pendu mardi en Ukraine. Son organisation a immédiatement accusé Minsk d'assassinat, alors que la police ukrainienne évoquait soit un suicide, soit un homicide camouflé en suicide.

>> Lire: Un militant d'opposition biélorusse est retrouvé pendu en Ukraine

Ce drame est intervenu peu après un incident aux Jeux olympiques de Tokyo avec la sprinteuse bélarusse Krystsina Tsimanouskaya, menacée d'un rapatriement forcé pour avoir critiqué sa fédération sur les réseaux sociaux. Elle a dit craindre d'être emprisonnée dans son pays.

Le régime bélarusse est aussi accusé d'avoir détourné en mai un vol commercial en prétextant une alerte à la bombe afin d'arrêter le dissident Roman Protassevitch qui se trouvait à bord.

Jean-Didier Revoin/afp/oang

Publié Modifié