Modifié

Vaccination obligatoire contre le Covid-19 pour le personnel soignant en France

Centre de vaccination dans un gymnase de Saint-Maur-des-Fossés, en région parisienne. [Bertrand Gay - AFP]
Emmanuel Macron annonce un tour de vis sanitaire pour exhorter à la vaccination / La Matinale / 1 min. / le 13 juillet 2021
La France impose de se vacciner contre le Covid-19 à tous les personnels des établissements de santé, soignants ou non, et les personnes au contact des personnes vulnérables, a annoncé lundi le président Emmanuel Macron, lors de sa 8e intervention télévisée depuis le début de la crise.

La vaccination sera rendue obligatoire "sans attendre" pour les personnels de santé, mais aussi tous les employés dans les hôpitaux, les maisons de retraites, les établissements pour handicapés ou encore les bénévoles travaillant au contact des personnes âgées et fragiles, y compris à domicile.

"Ils auront jusqu'au 15 septembre pour se faire vacciner", et des sanctions seront appliquées ensuite, a déclaré le président français dans une allocution, exposant les mesures pour tenter d'endiguer la propagation du variant Delta.

"Nous devons aller vers la vaccination de tous les Français, car c'est le seul chemin vers un retour à la vie normale", a-t-il martelé, indiquant qu'il se posait même la question d'une vaccination obligatoire pour tous, en cas d'aggravation de la situation.

"Une nouvelle course de vitesse est engagée" contre le variant delta, déjà responsable d'une "forte reprise épidémique" en France et dans le monde, a-t-il insisté en appelant à un "été de mobilisation pour la vaccination".

Les personnels soignants qui ne seront pas vaccinés au 15 septembre ne pourront plus travailler et ne seront plus payés, a annoncé lundi sur LCI le ministre de la Santé Olivier Véran.

>> Ecouter aussi les explications d'Olivier Véran dans La Matinale:

Pass sanitaire généralisé

Le président français a résumé l'idée générale ainsi: "faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous", avant d'annoncer la généralisation du pass sanitaire, un dispositif qui permet de vérifier qu'une personne est vaccinée ou non contaminée.

"Le pass sanitaire s'appliquera dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraite établissements médico-sociaux, mais aussi dans les avions, trains et cars pour les longs trajets, là encore, seuls les vaccinés et les personnes testées négatives pourront accéder à ces lieux", a déclaré Emmanuel Macron, qui a ajouté qu'il serait aussi imposé dans une dizaine de jours pour les lieux de loisirs et culture comme les cinémas par exemple.

Le pass sanitaire conditionnerait l'accès aux salles de spectacle et aux cinémas à partir du 21 juillet, et aux cafés, restaurants, centres commerciaux ou encore aux trains et avions à partir du 1er août.

Cette extension nécessite le vote d'un texte de loi et sa promulgation, a-t-il précisé.

Tests PCR payants

Quant aux tests PCR, gratuits en France depuis le début de l'épidémie, ils ne seront plus remboursés à partir de cet automne s'ils ne sont pas prescrits sur ordonnance, a déclaré Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a également annoncé qu'une campagne de rappel des personnes vaccinées les premières, en janvier et février, allait démarrer à partir de "début septembre". "Les rendez-vous pourront être pris dès les premiers jours de septembre", a-t-il ajouté.

L'allocution télévisée du président a été suivie par un total de 22,4 millions de téléspectateurs sur l'ensemble des chaînes qui la retransmettaient, selon des données de Médiamétrie communiquées mardi.

afp/vajo

Publié Modifié

Boom des rendez-vous pour la vaccination

Dans la foulée de l'intervention d'Emmanuel Macron, plus de 900'000 Français ont pris rendez-vous lundi soir sur le site Doctolib pour se faire vacciner contre le Covid-19. Le chiffre est sans précédent pour la plateforme.

Interrogé par RMC, le directeur général de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau, a précisé mardi matin que le site de prise de rendez-vous médicaux en ligne avait enregistré 7,5 millions de connexions en quelques minutes après l'allocution.

Selon la Direction générale de la santé, environ 40% des Français, soit 27,3 millions de personnes, ont reçu jusqu'ici deux doses de vaccin.

Ces pays qui ont choisi d'imposer la vaccination contre le Covid-19

L'obligation vaccinale pour tous les adultes est rare:

  • Tadjikistan Un décret gouvernemental oblige tous les citoyens de plus de 18 ans à se faire vacciner, sans donner de détails supplémentaires et sans préciser dans quelles conditions l'obligation allait être appliquée.
  • Turkménistan Depuis le 7 juillet, la vaccination est obligatoire pour "toutes les personnes de plus de 18 ans sans contre-indications médicales".
  • Vatican Depuis le 8 février, le vaccin est obligatoire pour les habitants du plus petit Etat au monde et les employés qui y travaillent. Les sanctions peuvent aller théoriquement jusqu'au licenciement pour les récalcitrants.

Plusieurs pays ou territoires ont instauré l'obligation vaccinale pour certaines catégories de population:

  • Grèce La vaccination sera obligatoire à compter du 1er septembre pour les soignants. La vaccination sera aussi obligatoire à partir du 16 août pour les personnes travaillant dans les maisons de retraite
  • Italie Un décret-loi du 25 mai oblige les médecins et personnels de santé à se faire vacciner, sous peine de ne plus pouvoir exercer au contact de personnes. Cette obligation a été attaquée en justice par 300 soignants italiens et une audience est prévue le 14 juillet.

>> Réécouter le sujet de La Matinale:

En Italie, 300 soignants ont déposé plainte contre l'obligation de vaccination. [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]Jean-Christophe Bott - KEYSTONE
En Italie, 300 soignants saisissent la justice contre l'obligation vaccinale / La Matinale / 1 min. / le 6 juillet 2021

  • Royaume-Uni Le gouvernement a annoncé le 16 juin qu'il allait rendre obligatoire la vaccination complète contre le coronavirus pour toutes les personnes travaillant dans les maisons de retraite anglaises, y compris le personnel non-médical comme les coiffeurs, esthéticiennes et bénévoles qui devront avoir été complètement vaccinés d'ici octobre s'ils veulent continuer à y travailler. La mesure doit encore être approuvée par le Parlement.
  • Russie Si le président Vladimir Poutine s'oppose à une obligation au niveau national, le maire de Moscou a décrété le 16 juin la vaccination obligatoire des employés du secteur des services.Depuis, d'autre entités locales, dont Saint-Pétersbourg et sa région, ont pris des mesures similaires.
  • Kazakhstan Le pays a ordonné le 1er juillet la vaccination obligatoire de la plupart des employés qui ont des contacts avec d'autres personnes. Ceux qui refusent l'injection se verront interdire d'interagir avec les clients ou avec d'autres personnes.
  • Fidji L'archipel du Pacifique a rendu obligatoire la vaccination des employés du public comme du privé. Les fonctionnaires devront prendre des congés s'ils n'ont pas reçu leur première injection au 15 août et risquent d'être renvoyés si la deuxième ne leur est pas administrée avant le 1er novembre. Dans le privé, les employés devront avoir reçu leur première dose au 1er août.
  • Etats-Unis San Francisco a annoncé fin juin qu'elle allait demander à ses quelque 35'000 employés de se faire vacciner, sous peine de sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu'au licenciement.

Dans certains pays, l'obligation n'est pas formelle mais les restrictions pour les non-vaccinés sont telles qu'elles s'apparentent à une quasi-obligation:

  • Arabie saoudite Le royaume a annoncé le 18 mai que la vaccination serait obligatoire à partir d'août pour entrer dans les établissements gouvernementaux et privés, y compris les lieux d'enseignement et de divertissement, ainsi que dans les transports en commun. Seuls les employés vaccinés dans les secteurs public et privé pourront retourner sur leur lieu de travail.
  • Pakistan Depuis le 1er juillet, la province du Baloutchistan, dans le sud-ouest du Pakistan, interdit aux personnes non vaccinées d'entrer dans les services publics, les parcs, les centres commerciaux et les transports en commun. Ailleurs dans le pays, les fonctionnaires de la province du Sind qui refusent d'être vaccinés ne seront plus payés, tandis que la province du Penjab a menacé de couper le téléphone à ceux qui refuseront l'injection.