Publié

L'île grecque de Tilos est désormais autonome en énergie verte

Le petit territoire de l'île grecque de Tilos est désormais autonome en énergie verte [RTS]
Le petit territoire de l'île grecque de Tilos est désormais autonome en énergie verte / 12h45 / 1 min. / le 27 juin 2021
Du soleil et du vent, il n'en fallait pas plus à l'île touristique grecque de Tilos pour se passer du pétrole et devenir quasi-autonome en énergie verte, possédant ainsi sa propre centrale électrique hybride. Pionnier, le projet devrait s'adapter, à terme, à d'autres îles qui veulent s'en inspirer.

Dans la quiétude de Tilos, l'éolienne s'ébroue lentement face à la mer argentée pendant que le soleil brûlant frappe la colline tapissée de panneaux photovoltaïques. L'île verte du Dodécanèse, la pionnière, quasi-autonome en énergie, veut "donner l'exemple" à ses petites soeurs grecques, dont certaines prennent déjà le relais.

"C'est l'avenir de ne plus dépendre du pétrole", s'exclame Vassilis Oikonomou, dans son café bar du port. Comme la plupart des 780 habitants de Tilos, le quadragénaire se félicite que son "île soit autonome" pour ne plus "dépendre des îles alentours" en énergie.

Pionnière en Méditerranée

La première centrale électrique du pays est hybride car elle combine plus d'une source d'énergie renouvelable, le vent et le soleil. [Aris Messinis - afp]La première centrale électrique du pays est hybride car elle combine plus d'une source d'énergie renouvelable, le vent et le soleil. [Aris Messinis - afp]Dans l'archipel du Dodécanèse, face aux côtes turques, cette terre reculée de 65 km2 est la première de Méditerranée à produire la quasi-totalité de son électricité à partir d'énergies renouvelables, grâce à 11 millions d'euros de fonds européens et 4 d'investisseurs privés grecs.

Reliée par un câble sous-marin à l'île voisine de Kos, Tilos est "100% indépendante énergétiquement la majorité du temps, mais au pic de la saison touristique, on est plutôt à 70%", reconnaît l'édile.

"Il s'agit officiellement de la première centrale hybride qui produit et stocke de l'énergie. Elle est hybride parce qu'elle combine plus d'une source d'énergie renouvelable, le vent et le soleil", se félicite dans le 12h45 Spyros Aliferis, ingénieur d'Eunice Energy, spécialiste grec des renouvelables qui a fourni l'éolienne et les panneaux solaires.

Avec ses panneaux d'une capacité de 400 kilowatts et son éolienne d'une puissance de 800 kW, "le projet fonctionne parfaitement depuis deux ans", estime l'ingénieur, en désignant les batteries de stockage. "C'est l'exemple qu'une petite île peut fonctionner uniquement avec des énergies renouvelables", poursuit-il.

Un modèle pour d'autres îles

Tilos a remporté cette semaine le 3e prix européen de la meilleure transition énergétique après des îles danoise et espagnole. "Tilos a donné l'exemple et c'est la solution pour les petites îles de notre pays", s'enorgueillit la maire de Tilos, Maria Kamma. "Tous les habitants sont gagnants, le coût de l'énergie est réduit et il y a moins de coupures électriques qu'avant", dit-elle.

D'autres projets du même acabit sont d'ailleurs en pourparlers, notamment sur l'île d'Astypaléa et celle de Chalki, où des financements européens et privés, dont des fonds de constructeurs automobiles qui font débat, y sont prévus.

L'île d'Astypaléa espère par exemple atteindre "70% de ses besoins énergétiques d'ici 3 à 4 ans", explique le vice-ministre grec des Affaires étrangères Kostas Fragkogiannis, initiateur du projet gouvernemental. Sur cette terre en forme de papillon, à cheval entre l'archipel du Dodécanèse et celui des Cyclades, les quelque 1300 insulaires doivent à terme être débarrassés des générateurs diesel qui alimentent encore leurs foyers et être dotés d'éoliennes et de panneaux solaires.

Mais à la différence de Tilos, le projet de 10 millions d'euros, dont 6 de fonds gouvernementaux, prévoit de passer à une circulation automobile tout électrique, en partenariat avec l'allemand Volkswagen. Au pied de la citadelle vénitienne et des petites maisons blanches qui dévalent vers le port, on trouve déjà des bornes de rechargement pour les premières voitures électriques.

Le parti d'opposition Syriza a critiqué cette "campagne publicitaire" de Volkswagen sur la "scène exotique" d'Astypalea. "Ce n'est pas une île Volkswagen", insiste le vice-ministre, "tous les constructeurs automobiles peuvent s'impliquer et vendre leurs propres véhicules". L'homme politique assure qu'"il n'y aura pas d'exclusivité, ni à Astypaléa ni à Chalki".

ats/fgn

Publié