Modifié

Le policier qui a tué George Floyd condamné à 22 ans et demi de prison

Condamnation historique aux États-Unis: 22 ans de prison pour Derek Chauvin, le policier blanc qui a tué George Floyd [RTS]
Condamnation historique aux États-Unis: 22 ans de prison pour Derek Chauvin, le policier blanc qui a tué George Floyd / 19h30 / 2 min. / le 26 juin 2021
Le policier blanc Derek Chauvin a été condamné vendredi à 22 ans et demi de prison pour le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd le 25 mai 2020. Cette lourde peine reflète l'impact planétaire du drame.

Le juge Peter Cahill a souligné "reconnaître la peine profonde et énorme endurée par la famille Floyd", mais a juré ne pas avoir fondé sa décision sur "l'émotion ou la sympathie". "Je ne me suis pas non plus fondé sur l'opinion publique, je ne cherche pas à envoyer un message", a-t-il dit.

"Le tribunal vous condamne à la détention pour une période de 270 mois, soit dix ans de plus que la peine" prévue par le barème du Minnesota, a déclaré le juge Peter Cahill, treize mois jour pour jour après la mort du quadragénaire noir à Minneapolis.

La lecture de la sentence contre Derek Chauvin pour le meurtre de George Floyd [RTS]
La lecture de la sentence contre Derek Chauvin pour le meurtre de George Floyd / L'actu en vidéo / 1 min. / le 25 juin 2021

Le barème des peines dans le Minnesota recommande douze ans et demi de prison pour un meurtre. Mais le juge Cahill avait retenu, avant l'audience, plusieurs facteurs aggravants. En étouffant George Floyd avec son genou, Derek Chauvin "a abusé de sa position de confiance et d'autorité" et a agi "avec une grande cruauté", avait-il écrit.

Coincé 9 minutes sous le genou

George Floyd, un Afro-Américain âgé de 46 ans, est mort en mai 2020 après avoir été maintenu au sol pendant plus de neuf minutes par Derek Chauvin, mains menottées dans le dos et un genou du policier blanc appuyé sur son cou alors qu'il disait ne plus pouvoir respirer.

La scène avait été filmée par des passants et massivement partagée sur les réseaux sociaux. Elle avait relancé la question raciale aux Etats-Unis et dans le monde, contribuant au regain du mouvement Black Lives Matter.

Condoléances présentées

Avant le verdict, Derek Chauvin avait présenté ses "condoléances" à la famille. L'agent de 45 ans, qui est incarcéré dans une prison de haute sécurité depuis qu'il a été reconnu coupable de ce meurtre, s'exprimait pour la première fois publiquement depuis le drame qui a bouleversé l'Amérique.

"A cause de questions légales en suspens, je ne suis pas en mesure de faire une déclaration formelle à ce stade mais, brièvement, je tiens à présenter mes condoléances à la famille Floyd", a-t-il dit, sans exprimer ni excuses ni regrets.

agences/lan

Publié Modifié

Le dossier judiciaire se poursuit

Le dossier judiciaire ne s'arrête pas avec cette condamnation: les trois collègues de Derek Chauvin seront jugés en mars 2022 pour "complicité de meurtre" par la justice du Minnesota.

En parallèle, les quatre hommes devront aussi affronter un procès devant la justice fédérale qui les a inculpés pour "violation des droits constitutionnels" de George Floyd.

Des avis partagés sur un verdict "historique"

"Historique", mais insuffisant: les avis étaient partagés vendredi sur la condamnation du policier blanc Derek Chauvin à 22 ans et demi de prison pour le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd.

L'avocat de la famille Floyd, Ben Crump, a salué une décision "historique", qui "fait franchir à la famille Floyd et à notre nation un pas de plus vers la réconciliation en leur permettant de tourner la page et en désignant des responsables".

A la Maison Blanche, le président démocrate Joe Biden a jugé le verdict "juste".

Derek Chauvin risquait jusqu'à 40 ans de réclusion pour avoir tué George Floyd le 25 mai 2020 à Minneapolis, en maintenant son genou sur son cou pendant près de dix minutes.

Tout en affirmant qu'il s'agissait "de la plus lourde peine jamais infligée" à un policier dans le Minnesota, le révérend Al Sharpton, figure de la lutte pour les droits civiques a déclaré qu'il ne s'agissait pas là "d'une justice".

"La justice aurait été que George Floyd soit en vie" et qu'il y ait eu "des peines comme celle-là avant", a-t-il ajouté.

La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU a déclaré que ce "rare moment où la police doit affronter les conséquences des meurtres qu'elle a commis ne représente pas la justice".

"La justice ne se résume pas à une seule phrase ou à un seul verdict."