Modifié

Le Portugal freine son déconfinement face à un rebond des cas - Le suivi de la pandémie dans le monde

A Lisbonne, cafés, restaurants et commerces verront à nouveau réduits leurs horaires et leur capacité d'accueil. [Pedro Fiuza / NurPhoto - AFP]
A Lisbonne, cafés, restaurants et commerces verront à nouveau réduits leurs horaires et leur capacité d'accueil. [Pedro Fiuza / NurPhoto - AFP]
Confronté à une recrudescence de l'épidémie de coronavirus due au variant Delta, le gouvernement portugais a décidé d'interrompre la levée progressive des restrictions sanitaires dans l'ensemble du pays, et même de les resserrer dans la ville de Lisbonne.

La pandémie de coronavirus a fait au moins 3'893'974 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 602'837 décès. Suivent le Brésil, qui compte 507'109 morts, l'Inde (391'981), le Mexique (231'847) et le Pérou (191'073).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> L'incidence du Covid-19 en Europe:

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS

PORTUGAL - Le déconfinement ralenti, la capitale rétrogradée

Confronté à une recrudescence des cas de Covid-19 liée au variant Delta, le Portugal a décidé d'interrompre la levée progressive des restrictions sanitaires dans l'ensemble du pays, et même de les resserrer dans la ville de Lisbonne.

La capitale portugaise et la station balnéaire d'Albufeira, dans la région de l'Algarve, sont deux des trois municipalités du pays où les cafés, restaurants et commerces verront à nouveau réduits leurs horaires et leur capacité d'accueil.

L'interdiction des déplacements entre la région du grand Lisbonne et le reste du pays pendant le week-end sera maintenue en tant que "mesure de contention du variant Delta". Les personnes munies du certificat sanitaire européen, adopté par le Portugal jeudi, ou d'un test négatif pourront néanmoins se déplacer librement.

Avec environ 130 nouveaux cas pour 100'000 habitants sur 14 jours, le Portugal affichait jeudi le taux d'incidence le plus élevé des 27 pays de l'Union européenne. Jeudi, le pays a détecté un peu plus de 1500 nouveaux cas en 24 heures, qui restent ainsi à leur plus haut niveau depuis la fin février.

ESPAGNE - Retour à la normale dans les stades

Le gouvernement espagnol a approuvé le "retour à la normale" pour la présence de public dans les stades du championnat d'Espagne de football et de basketball, a annoncé la ministre de la Santé Carolina Darias à l'issue du Conseil des ministres.

"On revient donc à la normale quant à l'affluence du public", a précisé la ministre, ce qui signifie qu'il y aura donc du public pour la reprise de la saison de football et de basketball en août, alors que la saison 2020-2021 s'est terminée à huis clos dans la plupart des stades.

Seules quelques rares enceintes (Villarreal et Valence en foot, notamment) ont pu accueillir des supporters durant les deux dernières journées de Liga, mi-mai.

FRANCE - La vaccination ralentit, Jean Castex réagit

Jean Castex a déploré jeudi la baisse du nombre de premières doses de vaccin injectées chaque jour, exhortant à "faire beaucoup mieux", lors d'un déplacement dans les Landes où un "plan d'action renforcé" va être déployé en raison d'un regain de l'épidémie de Covid.

"Nous vaccinons 200'000 personnes par jour" en primo-injection, "c'est trop peu", a regretté le Premier ministre. "On a fait beaucoup mieux, on doit faire beaucoup mieux", a-t-il ajouté depuis Mont-de-Marsan, appelant "solennellement" les soignants à se faire vacciner.

ROYAUME-UNI - Assouplissement des restrictions concernant les voyages

Le gouvernement britannique a indiqué jeudi que les restrictions entourant les déplacements à l'étranger allaient être assouplies cet été pour les personnes totalement vaccinées contre le Covid-19 au Royaume-Uni malgré la flambée actuelle des contaminations.

Les voyageurs arrivant au Royaume-Uni de la plupart des destinations favorites des Britanniques (Espagne, Grèce, Italie, France) doivent subir une quarantaine et se soumettre à plusieurs tests à leurs frais, représentant des centaines d'euros de dépenses supplémentaires pour une famille et provoquant la colère des professionnels du tourisme.

Mercredi, lors d’une journée d'action nationale, ces derniers avaient sommé le gouvernement d’assouplir les restrictions pour sauver ce qui reste de la saison estivale.

Dans un communiqué le ministère des Transports a précisé s'attendre à ce que cet assouplissement se déroule "par phases, en commençant par les résidents britanniques". Ils devront toujours passer un test avant leur départ et deux jours après leur retour, précise le ministère, "et tout résultat positif sera séquencé pour continuer à gérer le risque d'importation de variants".

>> Le reportage de La Matinale sur les restrictions draconiennes imposées aux voyageurs:

Des représentants de l'industrie du voyage participent à une manifestation lors de la "Journée d'action pour le voyage" devant les Chambres du Parlement, à Londres, en Grande-Bretagne, le 23 juin 2021. [EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA - Keystone]EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA - Keystone
Au Royaume-Uni, les restrictions imposées aux voyageurs continuent d’être draconiennes / La Matinale / 2 min. / le 24 juin 2021

FINLANDE - Inquiétude après des cas chez des supporters de football

Les autorités finlandaises ont exprimé leur inquiétude après la détection de près d'une centaine de cas chez des supporters de retour au pays après avoir assisté à un match de l'Euro de football à Saint-Pétersbourg en Russie.

La Première ministre et l'autorité sanitaire chargé de l'épidémie ont appelé les Finlandais étant revenus au pays après la défaite contre la Belgique lundi à tous se faire tester.

Les autorités locales voisines de la frontière entre la Finlande et la Russie ont recensé 86 cas lors des tests pratiqués aux postes douaniers, et tous les tests n'ont pas encore été analysés. Du fait de l'encombrement et des embouteillages provoqués mardi par le retour de quelque 3000 supporters, les gardes-frontières finlandais ont dû laisser entrer près de 800 personnes sans les tester, notamment dans des cars, selon les médias locaux.

RUSSIE - Pics depuis janvier, une situation jugée "explosive"

Plus de 20'000 nouvelles contaminations et 568 décès ont été recensées en 24 heures en Russie, selon les chiffres publiés par le gouvernement, des pics depuis fin janvier dus au variant Delta. Au total, 20'182 nouvelles infections ont été recensées à travers le pays dont 8598 à Moscou, épicentre de cette nouvelle vague épidémique.

La capitale russe a enregistré 92 décès en une journée, un record depuis le début de la pandémie, selon l'agence de presse publique Tass.

BRESIL - Nouveau record de contaminations, 3e vague confirmée

Le Brésil a battu mercredi un nouveau record d'infections au Covid-19, avec 115'228 nouveaux cas recensés en 24 heures, selon le dernier bilan du ministère de la Santé, confirmant l'arrivée d'une troisième vague. Le bilan officiel fait aussi état de 2392 nouveaux décès, portant le total à 507'109. Le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé au monde en chiffres absolus, derrière les Etats-Unis qui déplorent plus de 600'000 morts.

Le plus grand pays d'Amérique latine, avec ses 212 millions d'habitants, comptabilise un total de 18'169'881 cas confirmés, selon les chiffres officiels, considérés comme largement sous-estimés par les spécialistes.

Le nombre d'infections quotidiennes est en hausse constante depuis plus d'un mois et la moyenne de décès tourne autour des 2000 par jour depuis la semaine dernière.

CHINE - Les frontières barricadées pendant un an

Les frontières chinoises resteront fermées pendant encore au moins un an, selon des sources proches du gouvernement citées par le Wall Street Journal. Barricadée derrière une grande muraille sanitaire, Pékin limite drastiquement les entrées sur son territoire depuis le début de la pandémie. Objectif: éviter une nouvelle vague d’infections. Malgré la vaccination de ses habitants, la Chine persiste et signe dans sa politique de tolérance zéro face au virus.

Les quarantaines strictes, le contrôle social extrême, les tests massifs ont permis aux autorités de contenir le virus. La politique du "zéro-cas-Covid" est devenue synonyme de compétence et de bonne gouvernance pour le pouvoir qui brandit ce résultat pour renforcer sa légitimité. Les Chinois louent aujourd'hui une gestion perçue comme la plus efficace du monde.

Un temps en retard en matière de vaccination, les autorités ont en outre accéléré le rythme. En début de semaine, Pékin annonçait avoir injecté plus d’un milliard de doses à sa population, soit un tiers des doses inoculées à l’échelle planétaire. Le pays vise un taux de vaccination de 70 à 80% d'ici la fin de l’année.

Malgré cette couverture vaccinale, la Chine reste fermée, ce qui reflète les doutes quant à l'efficacité des vaccins chinois. On les sait moins efficaces. Ce que confirment les données issues de nombreux pays qui recourent à ces produits: le virus continue de s'y propager malgré la vaccination.

>> Le sujet de La Matinale:

Un journaliste étranger se soumet à un test pour le coronavirus dans un hôtel de quarantaine à Pékin le 4 mars 2021 en marge de la session annuelle des "deux Assemblées" parlementaires chinoises. [AP Photo/Andy Wong - Keystone]AP Photo/Andy Wong - Keystone
Face au Covid, la Chine maintient ses frontières fermées / La Matinale / 1 min. / le 24 juin 2021

JAPON - L'empereur inquiet pour les JO

L'empereur du Japon Naruhito semble préoccupé de l'éventualité que les Jeux olympiques de Tokyo, qui doivent s'ouvrir le 23 juillet prochain, soit à l'origine d'une nouvelle flambée de l'épidémie de Covid-19 dans l'archipel, selon l'agence de presse japonaise Kyodo, qui cite un responsable de l'agence de la Maison impériale.

Alors que l'archipel est confronté à une nouvelle vague épidémique, de nombreux Japonais craignent de voir la situation empirer en marge des Jeux.

THAILANDE - Secteur touristique sceptique face à un plan de relance

Les professionnels du tourisme en Thaïlande se montrent sceptiques quant à l'efficacité du programme qui doit être lancé la semaine prochaine pour relancer ce secteur vital, à l'arrêt depuis la pandémie de coronavirus.

Les conditions d'entrée draconiennes, notamment la quarantaine obligatoire de 14 jours dans un hôtel agréé, mises en place depuis l'an dernier ont fait plonger le nombre d'étrangers se rendant dans le royaume. Et l'économie enregistre ses pires performances depuis la crise financière asiatique de 1997.

Pour tenter de relancer la machine, le gouvernement thaïlandais a donné son feu vert à un projet pilote, baptisé "Sandbox" (bac à sable), qui doit permettre à partir du 1er juillet aux touristes vaccinés contre le Covid-19 de séjourner, sans effectuer de quarantaine, 14 jours à Phuket (sud) avant de pouvoir circuler librement dans le reste du pays.

RTSinfo.ch et les agences

Publié Modifié

La troisième vague menace d'être la pire en Afrique, avertit l'OMS

La troisième vague des cas de Covid-19 se propage plus rapidement en Afrique et frappe plus fort sur un continent confronté à une pénurie des vaccins, a alerté jeudi le bureau régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En Afrique, "la troisième vague prend de la vitesse, se propage plus vite, frappe plus fort", a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS) pour l'Afrique. "Avec une augmentation rapide du nombre de cas et des rapports de plus en plus nombreux de maladies graves, la dernière vague menace d'être la pire à ce jour en Afrique", a-t-elle averti lors d'une conférence de presse virtuelle.

Selon l'OMS, les cas de Covid-19 ont augmenté pendant cinq semaines consécutives depuis le début de la troisième vague le 3 mai 2021. Au 20 juin - jour 48 du début de cette troisième vague -, l'Afrique avait enregistré environ 474'000 nouveaux cas, soit une augmentation de 21% par rapport aux 48 premiers jours de la deuxième vague.

Des experts rassurent sur les problèmes cardiaques chez des jeunes vaccinés

Il existe un lien "probable" entre les vaccins contre le Covid-19 de Pfizer et de Moderna et de rares cas d'inflammations au niveau du coeur chez des adolescents et de jeunes adultes, ont estimé mercredi des experts américains, mais les bénéfices de ces remèdes "surpassent" toujours largement les risques encourus.

Les autorités sanitaires américaines travaillent malgré tout à actualiser leurs recommandations pour ces vaccins, notamment en conseillant de suspendre l'administration de la seconde dose pour les personnes développant, après la première, une myocardite, c'est-à-dire une inflammation du muscle cardiaque.

"Les faits sont clairs: il s'agit d'un effet secondaire très rare, et la plupart des cas sont légers, les individus guérissant souvent d'eux-mêmes ou avec un traitement minime", ont rassuré de nombreux responsables sanitaires dans une déclaration transmise mercredi par le ministère américain de la Santé.