Modifié

Le créateur de l'antivirus McAfee s'est suicidé dans sa prison en Espagne

John McAfee, le créateur américain du célèbre logiciel antivirus portant son nom, s'est suicidé mercredi dans une prison en Espagne, où un tribunal venait d'ordonner son extradition aux Etats-Unis qui l'accusent de fraude fiscale. [C.M. GUERRERO - KEYSTONE]
Le créateur de l'antivirus McAfee s'est suicidé dans sa prison en Espagne / Le Journal horaire / 20 sec. / le 24 juin 2021
John McAfee, le créateur américain du célèbre logiciel antivirus portant son nom, s'est suicidé mercredi dans une prison en Espagne, où un tribunal venait d'ordonner son extradition aux Etats-Unis qui l'accusaient de fraude fiscale.

Cet homme d'affaires de 75 ans a été retrouvé mort dans sa cellule de la prison Brians 2, située près de Barcelone. "Apparemment il s'est suicidé", a expliqué une porte-parole des autorités pénitentiaires de Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, sans fournir de détails.

Une porte-parole de la section catalane du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), un organe indépendant notamment chargé de nommer les juges, a confirmé de son côté que John McAfee avait été retrouvé mort dans sa cellule, apparemment après un suicide, autour de 19h00 (17h00 GMT).

Après avoir fait fortune avec son antivirus dans les années 1980, John McAfee était devenu un gourou des cryptomonnaies grâce auxquelles il affirmait gagner 2'000 dollars par jour et était suivi par près d'un million de personnes sur Twitter.

Arrêté en octobre 2020

Il avait été arrêté en octobre 2020 à l'aéroport de Barcelone, juste avant d'embarquer à bord d'un avion à destination d'Istanbul, au lendemain de la publication par un procureur américain d'un acte d'accusation le visant notamment pour avoir omis de déclarer des millions de dollars de revenus issus de la promotion de cryptomonnaies.

Il avait alors été placé en détention provisoire. Selon la justice américaine, John McAfee a aussi dissimulé des biens, notamment immobiliers, un yacht et une voiture en les mettant au nom d'autres personnes.

Les autorités américaines avaient émis un mandat d'arrêt via Interpol et demandé son extradition. Il risquait de se voir infliger une peine allant jusqu'à trente ans de prison.

Le feu vert donné en Espagne par un tribunal, l'Audience nationale, à son extradition pouvait encore faire l'objet d'un recours judiciaire et cette mesure devait aussi être approuvée par le gouvernement espagnol.

Plus de 11 millions de revenus

Selon la demande d'extradition américaine déposée en novembre, et citée dans la décision du tribunal, John Mc Afee a gagné plus de 11 millions de francs (12 millions de dollars) entre 2014 et 2018, mais il n'a jamais effectué de déclaration de revenus.

La décision du tribunal espagnol ne faisait en revanche référence qu'à des infractions commises entre 2016 et 2018.

Dans un tweet du 16 juin, John McAfee avait souligné que les autorités américaines pensaient qu'il avait des cryptomonnaies "cachées". "J'aurais aimé que cela fût vrai, avait-il poursuivi. Tout ce qu'il me restait a été saisi (...) Je n'ai rien. Pourtant, je ne regrette rien."

afp/vajo

Publié Modifié