Le suivi du sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine. [RTS]
Publié

Joe Biden arrive à Genève et rencontre Guy Parmelin

- Le président américain Joe Biden a rencontré le président de la Confédération Guy Parmelin et le conseiller fédéral Ignazio Cassis mardi en fin d'après-midi à l'hôtel Intercontinental.

- "La Suisse est convaincue qu'un dialogue constructif s'impose entre les grandes puissances pour que les défis de notre époque puissent être relevés", a déclaré Guy Parmelin après la rencontre, évoquant une discussion "très chaleureuse" entre les deux délégations.

- L'avion de Joe Biden s'est posé à Cointrin peu après 16h20 et le chef d'Etat a été accueilli par les officiels suisses sur le tarmac, en premier lieu Guy Parmelin, Ignazio Cassis et le président du Conseil d'Etat genevois Serge Dal Busco.

- La ville de Genève vit un quasi état de siège à la veille de la rencontre entre Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine, dans un contexte politique tendu. Quartiers bouclés, trafic perturbé, espace aérien fermé, le sommet entre les deux présidents mobilise des ressources importantes pour garantir la sécurité.

- Plus de 35 ans après Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan, c'est une rencontre bien différente qui aura lieu entre les présidents américain et russe. Les relations entre leurs deux pays sont au plus bas depuis 30 ans, et les attentes pour ce sommet sont modestes. Des terrains de dialogue sont néanmoins possibles: le désarmement, le nucléaire iranien, le retour des ambassadeurs à Washington et Moscou ou la lutte contre le réchauffement climatique.

- La RTS, sur mandat de l'Union Européenne de Radiodiffusion (UER), produit l'intégralité des images officielles de cet événement géopolitique historique. Elle proposera des émissions spéciales en TV et sur le web mardi de 15h45 à 18h30 et mercredi à partir de 11h30 (horaires à confirmer). En radio, les émissions d'actualité se consacreront largement à l'événement en direct de Genève. Enfin, le site et l'app RTSinfo proposent un suivi minute par minute des événements.

Suivi assuré par Katharina Kubicek et Frédéric Boillat

07h00

Le suivi de la journée de mercredi

21h30

Et maintenant... Poutine

Concrètement, Joe Biden va désormais passer la nuit à l'hôtel Intercontinental, alors que Vladimir Poutine doit arriver à l'aéroport de Genève mercredi en fin de matinée.

Les deux présidents vont ensuite se déplacer vers la villa La Grange, en limousine ou en hélicoptère. Puis le sommet devrait débuter vers 13h environ. Il est difficile de dire pour combien de temps, mais les discussions pourraient durer jusque vers 17h30 ou 18h.

>> Les précisions de Laurent Burkhalter dans le 19h30:

À la veille du sommet Biden-Poutine, Laurent Burkhalter détaille le déroulement de la journée. [RTS]
À la veille du sommet Biden-Poutine, Laurent Burkhalter détaille le déroulement de la journée. / 19h30 / 1 min. / le 15 juin 2021

Les deux chefs d'Etat donneront ensuite des conférences de presse séparées.

Vladimir Poutine rencontrera également le président de la Confédération Guy Parmelin et le conseiller fédéral Ignazio Cassis, pour parler notamment d'économie et de défense.

Durant toute la journée, la ville de Genève sera presque figée, avec une circulation fortement perturbée sur une large zone et même interdite au cœur de la Rade.

Et cette soirée, une journaliste de CNN a repéré Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères: il est allé manger en face de l'île Rousseau, sur la terrasse de l'hôtel des Bergues.

21h15

Deux hommes aux parcours très différents

Après cette première journée axée sur l'arrivée de Joe Biden et la rencontre avec les autorités suisses, le plat principal arrive ce mercredi avec le sommet proprement dit entre Joe Biden et Vladimir Poutine.

Outre le côté politique, cette réunion est aussi la rencontre de deux personnalités aux parcours et aux profils très différents, entre Poutine l'ancien agent du KGB à l'ascension fulgurante, et Biden le vétéran des arcanes du Sénat américain.

>> Le portrait croisé des deux hommes dans le 19h30:

Portraits croisés de Biden et Poutine, deux présidents aux styles et valeurs diamétralement opposés. [RTS]
Portraits croisés de Biden et Poutine, deux présidents aux styles et valeurs diamétralement opposés. / 19h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

21h00

Yves Rossier: pour les Etats-Unis, l'enjeu principal reste la Chine

Interrogé dans le 19h30, Yves Rossier, ancien ambassadeur en Russie et ancien secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, estime que s'il est important que cette rencontre se passe à Genève, le choix était assez limité, car jamais les Russes ne se rendraient dans un pays de l'Otan.

>> La première partie de l'interview d'Yves Rossier dans le 19h30:

Yves Rossier:"le but du président américain est de s'assurer que les Russes ne rentrent pas totalement dans le camp de la Chine" [RTS]
Yves Rossier:"le but du président américain est de s'assurer que les Russes ne rentrent pas totalement dans le camp de la Chine" / 19h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

Pour l'ancien ambassadeur à Moscou, l'objectif n'est pas le même pour les deux présidents: pour Joe Biden, l'adversaire principal est la Chine et il est important de s'assurer que les Russes ne rentrent pas totalement dans le camp de Pékin et d'avoir un certain calme en Europe pour se concentrer sur l'enjeu chinois. Les Russes, eux, ont déjà gagné du fait que le sommet a eu lieu en tête-à-tête et non par exemple au sein du G7.

>> La deuxième partie de l'interview d'Yves Rossier:

Yves Rossier: "La Russie est déçue par la désunion de l'Europe." [RTS]
Yves Rossier: "La Russie est déçue par la désunion de l'Europe." / 19h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

Yves Rossier estime par ailleurs que la Russie a vécu un vrai traumatisme durant le XXe siècle et que Vladimir Poutine est très vite devenu populaire parce qu'il a rétabli l'ordre. En outre, si les conditions de vie demeurent spartiates, elles sont meilleures que celles que beaucoup de Russes ont vécues jusqu'ici.

>> La troisième partie de l'interview d'Yves Rossier:

Yves Rossier: "Vladimir Poutine est un interlocuteur plutôt agréable même pour un petit ambassadeur sans importance..." [RTS]
Yves Rossier: "Vladimir Poutine est un interlocuteur plutôt agréable même pour un petit ambassadeur sans importance..." / 19h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

20h40

Une rencontre importante pour la Suisse

Grâce à son statut d'hôte du sommet Biden-Poutine, la Suisse a droit à une rencontre tant avec Joe Biden, mardi, qu'avec Vladimir Poutine, mercredi. Représentées par Guy Parmelin et Ignazio Cassis, les autorités suisses ont accueilli le président américain sur le tarmac et ont pu s'entretenir directement avec lui durant 45 minutes.

>> Retour sur cette rencontre dans le 19h30:

Rencontre au plus haut niveau entre la Suisse et les États-Unis à la veille du sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine. [RTS]
Rencontre au plus haut niveau entre la Suisse et les États-Unis à la veille du sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine. / 19h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

Les journalistes accrédités n'ont pu pénétrer que quelques secondes dans la salle où se trouvait Guy Parmelin et Joe Biden avant leur rencontre, le temps de les voir échanger une poignée de mains et plaisanter ensemble. Mais ce moment a été très bref, très contrôlé et sous haute sécurité.

>> Les précisions de Valérie Gillioz dans le 19h30:

Valérie Gillioz: "c'est l'occasion de créer une relation directe, qui peut déboucher sur des collaborations" [RTS]
Valérie Gillioz: "c'est l'occasion de créer une relation directe, qui peut déboucher sur des collaborations" / 19h30 / 1 min. / le 15 juin 2021

20h20

Retour sur une journée intense

Genève et la Suisse sont le centre du monde durant deux jours. Dès l'arrivée d'Air Force One sur le tarmac genevois, ce sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine a encore gagné en importance.

>> Le déroulement de la journée dans le 19h30:

Arrivée solennelle du président américain Joe Biden à Genève à bord de l'Air Force One. [RTS]
Arrivée solennelle du président américain Joe Biden à Genève à bord de l'Air Force One. / 19h30 / 1 min. / le 15 juin 2021

Le dispositif sécuritaire est énorme autour du président américain et il permet de prendre la mesure de l'événement. Il était ce mardi impossible de s'approcher de l'hôtel Intercontinental, entouré par des agents de sécurité en nombre, suisses ou américains.

>> Les précisions de Flore Amos dans le 19h30:

Flore Amos: "Le dispositif sécuritaire énorme nous fait prendre conscience de la présence de Joe Biden" [RTS]
Flore Amos: "Le dispositif sécuritaire énorme nous fait prendre conscience de la présence de Joe Biden" / 19h30 / 1 min. / le 15 juin 2021

>> Lire aussi: Avions de chasse, formation et accord commercial évoqués durant la rencontre entre Biden et Parmelin

20h05

Une démonstration de puissance et un message à Vladimir Poutine

Interrogé dans Forum, l'ancien diplomate américain Brett Bruen estime que cette arrivée en grande pompe de Joe Biden à Genève est aussi l'occasion de faire une démonstration de puissance devant les yeux du monde entier. "C'est aussi pour envoyer un message à Poutine, qu'il va rencontrer le président des Etats-Unis, à savoir une puissance militaire, sécuritaire et diplomatique", ajoute-t-il.

>> L'interview de Brett Bruen dans Forum:

Pour celui qui est aussi président du Global Situation Room à Washington, Joe Biden va utiliser chaque moyen à sa disposition pour envoyer son message à Poutine, que ce soit les mots ou la démonstration de force.

Brett Bruen estime que la rencontre avec Guy Parmelin et Ignazio Cassis est une opportunité pour Joe Biden de chercher les chemins par lesquels les deux pays pourraient collaborer. "Joe Biden veut construire son plan global et la Suisse pourrait jouer un rôle important en tant qu'endroit de rencontre pour les dirigeants mondiaux. C'est un moment important pour la Suisse pour nouer une relation proche avec l'administration Biden", conclut-il.

>> Le point dans le 19h30 sur la logistique impressionnante des Américains:

Les présidents Biden et Poutine ne lésinent pas sur la sécurité pour venir à Genève. [RTS]
Les présidents Biden et Poutine ne lésinent pas sur la sécurité pour venir à Genève. / 19h30 / 1 min. / le 15 juin 2021

19h40

"Très important pour Genève", selon Serge Dal Busco

En poste depuis seulement deux semaines, le président du Conseil d'Etat genevois Serge Dal Busco était sur le tarmac de Cointrin pour accueillir Joe Biden. Interrogé dans Forum, il n'a pas révélé ce qu'ils s'étaient dits, mais lui a souhaité une cordiale bienvenue. L'élu genevois s'est dit impressionné de voir le président américain parler à chacun les yeux dans les yeux.

"C'est très important que tout cela se passe à Genève (...) car c'est un endroit que des personnalités de très haut rang choisissent pour venir discuter, en particulier dans une situation un peu tendue. Ils ont choisi de le faire à la sortie d'une période durant laquelle les échanges internationaux n'ont pas été très développés", estime Serge Dal Busco.

>> L'interview de Serge Dal Busco dans Forum:

Le conseiller d'Etat y voit une "grande symbolique d'un retour à la normalité, également dans le domaine des discussions internationales". A ses yeux, cela montre l'importance de la Genève internationale, qui a dû rester en retrait durant la pandémie de Covid-19.

"Cela fait un certain nombre de jours que l'on travaille à tous les niveaux pour que ce sommet soit une réussite, avec les deux délégations", a encore précisé Serge Dal Busco, qui estime que la Suisse a un vrai savoir-faire en la matière, "avec discrétion, retrait, modestie, au service des autres".

>> Retour sur la journée des autorités genevoises:

Le président du Conseil d'État genevois, Serge Dal Busco, a eu l'honneur d'accueillir Joe Biden sur le tarmac de l'aéroport. [RTS]
Le président du Conseil d'État genevois, Serge Dal Busco, a eu l'honneur d'accueillir Joe Biden sur le tarmac de l'aéroport. / 19h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

>> Voir aussi les réactions des résidents genevois:

Les perturbations liées au sommets suscitent des réactions contrastées de la part des résidents genevois [RTS]
Les perturbations liées au sommets suscitent des réactions contrastées de la part des résidents genevois / 19h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

19h30

Petite manifestation d'opposants russe à Plainpalais

Quelques dizaines d'opposants à Vladimir Poutine, issus de la diaspora russe, se sont rassemblés, mardi, en fin de journée, sur la Plaine de Plainpalais, à Genève, pour dire tout le mal qu'ils pensent du maître du Kremlin à la veille de sa rencontre avec le président américain Joe Biden.

Les manifestants ont demandé la libération des prisonniers politiques en Russie, notamment celle d'Alexey Navalny. Ils ont dénoncé la répression violente que subissent les personnes qui s'opposent à Vladimir Poutine. Selon eux, le président russe représente une menace "pour la sécurité européenne et américaine".

Un des manifestants portait un masque de Vladimir Poutine et a fait le spectacle devant les nombreux médias présents. Torse nu, arborant des tatouages tels que les lettres KGB ou encore le marteau et la faucille, il distribuait les faux billets et avait toujours à portée de main une fiole de poison Novitchok ou un flacon de polonium.

>> Les précisions du 19h30:

Réunis sur la place de Plainpalais, une poignée de manifestants et d'activistes ont dénoncé les agissements de Vladimir Poutine. [RTS]
Réunis sur la place de Plainpalais, une poignée de manifestants et d'activistes ont dénoncé les agissements de Vladimir Poutine. / 19h30 / 1 min. / le 15 juin 2021

19h20

Le tweet de Guy Parmelin

Sur Twitter, Guy Parmelin a encore indiqué que les deux deux délégations avaient aussi évoqué "comment nos pays peuvent, par leurs échanges bilatéraux, contribuer à la solution des grands défis actuels".

19h10

Avions de chasse, formation professionnelle et accord commercial

Devant la presse, Guy Parmelin et Ignazio Cassis ont évoqué les thèmes qui ont été évoqués et ceux qui ont été passés sous silence.

Le président de la Confédération a ainsi annoncé la volonté de Berne et Washington de tenter de réviser un accord sur la formation professionnelle d'ici la fin de l'année.

Autre question économique, Guy Parmelin a rappelé les pourparlers exploratoires sur un accord commercial. "Nous verrons dans les prochaines semaines ou les prochains mois" si ceux-ci peuvent avancer, a-t-il dit. L'innovation a également été au centre du cadeau suisse au président américain, un "objet de haute technologie qui fonctionne à l'énergie solaire".

Il y a quelques mois, Joe Biden avait provoqué l'émoi en qualifiant la Suisse de "paradis fiscal". Les deux pays semblent s'être rabibochés sur ce volet. "Les mots de paradis ont été prononcés, mais pas fiscal", a affirmé Guy Parmelin, relevant que son pays n'est plus considéré comme un "paradis fiscal" sur la scène internationale.

Joe Biden lui a par ailleurs rappelé la disponibilité des deux avions de chasse américains dans la course suisse à l'achat de nouveaux appareils militaires.

Les bons offices évoqués

Le chef de l'Etat américain a à nouveau remercié la Suisse pour sa représentation des intérêts américains en Iran. Selon le conseiller fédéral Ignazio Cassis, le canal humanitaire lancé par Berne pour faciliter la livraison de médicaments dans ce pays, malgré les sanctions, "n'est pas suffisamment utilisé". Joe Biden a promis de "soutenir davantage" ce dispositif.

Côté bons offices, les présidents américain et russe devraient aborder mercredi lors de leur sommet un potentiel échange de prisonniers. Comme la Suisse représente aussi les intérêts russes en Géorgie, Berne est "toujours prête à apporter une aide pour un échange de détenus", surtout pour des pays pour lesquels elle garantit un mandat de puissance protectrice, a encore relevé Ignazio Cassis. Mercredi, le conflit au Haut-Karabakh devrait être mentionné par la Suisse auprès des Russes.

18h45

Une discussion "chaleureuse", selon Guy Parmelin

Guy Parmelin et Ignazio Cassis se sont présentés devant la presse après leur rencontre avec Joe Biden. Le président de la Confédération a indiqué que le ton avait été "très chaleureux" durant cette rencontre. La formation professionnelle, les avions de chasse et évidemment le sommet de mardi avec Vladimir Poutine ont notamment été abordés.

>> Revoir la conférence de presse de Guy Parmelin et Ignazio Cassis:

Sequence [RTS]
La conférence de presse de Guy Parmelin et Ignazio Cassis / L'actu en vidéo / 25 min. / le 15 juin 2021

L'impact du sommet entre le chef de l'Etat américain et Vladimir Poutine "est important pas seulement pour la Suisse, mais pour le monde entier", a déclaré le président de la Confédération à la presse. Il a souhaité un dialogue "constructif" entre les deux puissances pour que les défis actuels, en pleine pandémie, puissent être relevés par la communauté internationale.

"Cette rencontre souligne le rôle de la Suisse sur le plan international comme plateforme d'échange pour les Etats", a de son côté souligné le ministre des Affaires étrangères et vice-président de la Confédération Ignazio Cassis.

A côté du rôle de la Genève internationale à se développer pour devenir un pôle de gouvernance numérique, la discussion a surtout porté sur les bons offices, et en particulier sur son rôle de médiatrice entre les Etats-Unis et l'Iran, a fait savoir Ignazio Cassis. "Les Etats-Unis nous ont une fois de plus remerciés pour ce rôle", a-t-il indiqué.

>> Les précisions de Forum sur cette rencontre:

18h15

Sergueï Lavrov est arrivé à Genève

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivé à l'aéroport de Genève, et est route pour rejoindre l'hôtel Mandarin Oriental, au centre-ville de Genève, non loin de la place Bel-Air.

18h10

La poignée de main entre Joe Biden et Guy Parmelin

Ce n'est que plus tard que les deux présidents se sont prêtés au jeu de la poignée de mains, tout sourire.

La poignée de main entre le président américain Joe Biden et le président de la Confédération Guy Parmelin, le 15 juin 2021 à l'hôtel Intercontinental à Genève. [Patrick Semansky - AP/Keystone]La poignée de main entre le président américain Joe Biden et le président de la Confédération Guy Parmelin, le 15 juin 2021 à l'hôtel Intercontinental à Genève. [Patrick Semansky - AP/Keystone]

17h40

La session photo entre Guy Parmelin et Joe Biden

Pas de poignée de main, mais des sourires: Guy Parmelin et Joe Biden ont posé quelques courts instants devant les objectifs des photographes, juste avant leur discussion en bilatérale. L'entretien doit avoir lieu en anglais.

Photocall de la réunion [RTS]
Photocall de la réunion / L'actu en vidéo / 1 min. / le 15 juin 2021

>> Les précisions de Valérie Gillioz qui a pu assister à ce court moment de presse:

Gillioz [RTS]
Les précisions de Valérie Gillioz / L'actu en vidéo / 2 min. / le 15 juin 2021

17h33

La réunion entre Joe Biden et Guy Parmelin sur le point de commencer

La rencontre en bilatérale entre le président américain et le président de la Confédération est sur le point de commencer.

17h15

Les manifestations cantonnées à la plaine de Plainpalais

Pendant le sommet Poutine-Biden, toutes les manifestations en ville de Genève sont soumises à permission et ne peuvent se passer comme d'habitude sur la place des Nations. Les rassemblement doivent obligatoirement se faire sur la plaine de Plainpalais et doivent être fixes, et non en mouvement.

Les Tigréens ont manifesté à Plainpalais, à Genève, à l'occasion de la visite du président Biden.  [RTS]Les Tigréens ont manifesté à Plainpalais, à Genève, à l'occasion de la visite du président Biden. [RTS]

Après une manifestation de Tigréens, venus d'Europe entière pour faire entendre les revendications de leur peuple en Ethiopie auprès des présidents hôtes de Genève, un groupe de soutien à l'opposant russe Alexeï Navalny va investir la place à 18h.

Un graffiti représentant l'opposant russe Alexeï Navalny, le 14 juin 2021 à Genève. [Fabrice Coffrini - AFP]Un graffiti représentant l'opposant russe Alexeï Navalny, le 14 juin 2021 à Genève. [Fabrice Coffrini - AFP]

16h55

Le cortège se déplace vers l'Intercontinental

La Cadillac de Joe Biden et la voiture emmenant les conseillers fédéraux Guy Parmelin et Ignazio Cassis ont ensuite fait route entre l'aéroport et l'hôtel Intercontinental. Ils y sont arrivés quelques minutes plus tard et y sont entrés avant une rencontre prévue vers 17h30.

16h40

Poignées et mots échangés avec la délégation

Après dix minute d'attente avant qu'il ne sorte de l'avion, le président Biden a pris le temps de serrer les mains et échanger quelques mots, sur un ton de plaisanterie, avec chaque membre de la délégation qui l'attendait sur le tarmac.

Sortie de Joe Biden à Cointrin [RTS]
Sortie de Joe Biden à Cointrin / L'actu en vidéo / 1 min. / le 15 juin 2021

Joe Biden est ensuite entré dans "The Beast", sa Cadillac présidentielle qui se dispute avec celle Vladimir Poutine le titre de "voiture la plus sécurisée du monde", pour se rendre à l'hôtel Intercontinental.

Joe Biden et Guy Parmelin sur le tarmac de Cointrin. [Denis Balibouse - Keystone]Joe Biden et Guy Parmelin sur le tarmac de Cointrin. [Denis Balibouse - Keystone]

16h29

Les officiels s'avancent sur le tarmac

Le président de la Confédération Guy Parmelin, le conseiller fédéral Ignazio Cassis, le président du Conseil d'Etat genevois Serge Dal Busco et la maire de Genève Frédérique Perler sont notamment présents pour recevoir Joe Biden sur le tarmac de Cointrin.

16h23

Air Force One s'est posé à Cointrin

Air Force One s'est posé sur le tarmac de Cointrin. Il manoeuvre actuellement pour se positionner pour la sortie du président Biden.

L'arrivée de Air Force One à l'aéroport de Genève [RTS]
L'arrivée de Air Force One à l'aéroport de Genève / L'actu en vidéo / 1 min. / le 15 juin 2021

16h20

"Tout le pouvoir américain est à Genève"

"Toute la Maison Blanche est actuellement à Genève", explique Philippe Mottaz, journaliste spécialiste des Etats-Unis, dans l'émission spéciale de la RTS. Avec 1500 personnes qui voyagent avec le président Biden, "toutes les fonctionnalités du pouvoir américain, le centre du pouvoir américain, sont à Genève".

16h13

Un Air Force s'est posé à Cointrin

Un des Boeing Air Force de la flotte présidentielle américaine a atterri sur le tarmac à Genève. Traditionnellement, ce modèle est celui réservé aux membres de la délégation.

Air Force One vole actuellement au-dessus de Morges, et devrait arriver d'une minute à l'autre à Genève.

16h10

Le ballet des Super Puma s'est déplacé vers l'aéroport

Le Super Puma de l'armée continue de tourner au-dessus de Genève, mais cette fois-ci aux abords de l'aéroport.

En parallèle, un Ilyushin de la flotte présidentielle russe tourne au-dessus du lac de Neuchâtel, forcé d'attendre les avions présidentiels américains?

16h05

Trafic perturbé autour de l'aéroport

La police genevoise annonce d'importantes perturbations entre l'aéroport de Cointrin et la place des Nations.

16h00

La carte des points-clés du sommet Biden-Poutine

15h45

Ambiance bon enfant aux alentours de l'aéroport

Aux abords de l'aéroport de Genève, l'ambiance est presque à la fête: les représentants et représentantes de la presse côtoient les "spotters", qui attendant les avions avec leurs gros objectifs, entre des familles venues avec la glacière pour assister au spectacle. Verra-t-on Air Force One, la Cadillac de la cavalcade présidentielle?

"C'est du show à l'américaine", se réjouit la journaliste de la RTS Annabelle Durand, postée sur place.

Les nombreuses voitures de la délégation américaine, dont deux limousines, sur le tarmac de Cointrin. [Martial Trezzini - Keystone]Les nombreuses voitures de la délégation américaine, dont deux limousines, sur le tarmac de Cointrin. [Martial Trezzini - Keystone]

15h35

Emission spéciale sur RTS2 à 15h45

15h15

Joe Biden a embarqué à Bruxelles, destination Genève

Joe Biden embarque à bord d'Air Force One à Bruxelles, destination Genève. [Patrick Semansky - AP/Keystone]Joe Biden embarque à bord d'Air Force One à Bruxelles, destination Genève. [Patrick Semansky - AP/Keystone]

15h10

Pas d'accueil protocolaire pour Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine ne souhaite pas d'accueil protocolaire à l'aéroport de Genève à son arrivée mercredi, a appris la RTS. Il n y aura donc pas les représentants du canton et de la ville Genève pour l'accueillir, contrairement au dispositif prévu pour Joe Biden.

15h00

Une tente énorme pour accueillir la presse

Une tente gigantesque a été érigée entre le parc La Grange et le lac, pour accueillir le centre des médias, et les 1240 journalistes chargés de couvrir le sommet Biden-Poutine.

Côté parc, les parois ouvertes permettent un point de vue avec le lieu de la rencontre des deux chefs d'Etat, la villa La Grange, en toile de fond.

Nicolas Bideau, directeur de Présence Suisse, se dit impressionné par les efforts déployés pour faire "cohabiter" les délégations russe et américaine: "Ça me rappelle Berlin séparée en deux."

14h50

Exercice militaire dans la Rade

Des militaires s’entraînent à passer d’un bateau à l’autre au milieu de la Rade. Les groupes d'intervention, aussi sur l'eau, mettent en place les derniers détails de leurs stratégies avant l'arrivée des hôtes.

14h40

Guy Parmelin et Ignazio Cassis sont arrivés à Genève

L'"Air Force One" de la Suisse a atterri à Cointrin. A son bord, le président de la Confédération Guy Parmelin et le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis.

14h30

Arrivée de Vladimir Poutine mercredi à 12h30

Selon des informations communiquées par le Kremlin et relayées par la Tribune de Genève, Vladimir Poutine arrivera à Genève mercredi à 12h30. À 13h, il rencontrera Guy Parmelin à la villa La Grange. S'ensuivra une photo commune avec les présidents américain et suisse.

Dans l'après-midi, des discussions sont prévues avec Joe Biden, en compagnie des chefs de la diplomatie Antony Blinken et Sergueï Lavrov, ainsi que des négociations entre les délégations.

Des conférences de presse seront tenues par chaque partie séparément.

Vladimir Poutine aura encore un entretien avec Guy Parmelin, avant de retourner à l'aéroport.

13h55

Le protocole des fleurs a opté pour "neutralité et discrétion"

Pour organiser un événement d'une telle ampleur, chaque détail a son importance... Jusqu'au choix de la couleur et du type de fleurs qui orneront la villa La Grange. Une trentaine d'arrangements ont été commandés.

Car la diplomatie est aussi une histoire de fleurs, et préparer les assemblages est un travail d'expert. Adeline Philippe, fleuriste du protocole, doit jouer sur le caractère des plantes. "Il existe des fleurs actives, ou des fleurs passives. Au niveau des fleurs actives, on aura les delphiniums et les gueules de loups, les fleurs passives seront plutôt rondes et dodues, comme les hortensias", explique-t-elle dans le 12h45.

Changement de dernière minute

Chercher l'équilibre et trouver les bonnes couleurs: en général, il s'agit de celles des drapeaux. Mais tout peut changer très vite.

"On m'avait donné un code couleur, qui était bleu, rouge et blanc. Et hier soir, au final, on a décrété qu'il était plus adapté de partir sur des couleurs plus légères, comme le blanc et le vert."

Blanc et vert, pour neutralité et discrétion. Il a donc fallu trouver en urgence de nouvelles fleurs. D'habitude, les locales suffisent, mais cette fois-ci elles ont été boudées. Les couleurs n'étaient pas les bonnes.

>> Le reportage du 12h45:

Le choix des fleurs qui ornent la villa La Grange ne doit rien au hasard. Les explications de la fleuriste du protocole [RTS]
Le choix des fleurs qui ornent la villa La Grange ne doit rien au hasard. Les explications de la fleuriste du protocole / 12h45 / 2 min. / le 15 juin 2021

13h50

Une Genève aux allures de camp retranché

Aux abords du parc La Grange où se tiendra la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine mercredi, c'est la veillée d'arme. Les policiers sont en reconnaissance du terrain. Ici, la ville ressemble un peu à un camp retranché, tout comme les abords de l'hôtel Intercontinental.

Dès mercredi, tous les quais de la ville seront fermés à la circulation des véhicules et piétons. Les baignades aux bains des Pâquis seront interdites, et certains restaurants seront obligés de fermer.

>> Le récit dans le 12h45:

Genève s'active à la préparation du sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine [RTS]
Genève s'active à la préparation du sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine / 12h45 / 1 min. / le 15 juin 2021

13h45

Coups de pression dans la presse en amont de la rencontre

A quelques heures de leur poignée de main historique à Genève, les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine se sont invectivés par voie de presse. Leurs déclarations en disent long sur l'état du rapport de force diplomatique entre leurs deux pays.

>> L'analyse dans le 12h45:

À la veille de leur rencontre à Genève, Joe Biden et Vladimir Poutine s'invectivent par voie de presse [RTS]
À la veille de leur rencontre à Genève, Joe Biden et Vladimir Poutine s'invectivent par voie de presse / 12h45 / 2 min. / le 15 juin 2021

13h40

Drapeaux au vent

Signe de l'arrivée imminente des présidents Joe Biden et Vladimir Poutine, les drapeaux américain et russe ont été hissés à la mi-journée en ville de Genève.

13h30

Et pendant ce temps, dans les airs...

Pendant tout la matinée, un Super Puma de l'armée suisse a fait sa ronde dans les airs au-dessus du lieu de la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine.

13h20

Un premier avion de la flotte américaine à Cointrin

Un premier VC-32A s'est posé à l'aéroport de Genève. Il s'agit de la version militaire/VIP du Boeing 757 généralement utilisé par le Secrétaire d'Etat ou le président américains lorsque les aéroports sont trop petits.

On apprend dans la foulée que la conseillère fédérale Viola Amherd se rendra à 14h sur la base aérienne de Payerne.

13h10

Le désarroi des chauffeurs de taxi

Rues bloquées, quartiers entiers bouclés: les déplacements en ville de Genève sont rendus compliqués pendant ces jours de sommet.

Rencontrés devant la gare, des chauffeurs de taxi disent leur désarroi. "Si avec le sommet, on arrive à faire une course pendant ces deux jours, c'est déjà bien. Heureusement qu'il y a les assurances perte de gain et les aides de l'Etat!", lance l'un d'eux.

13h00

Que peut attendre la Suisse de Joe Biden et Vladimir Poutine?

Que peut attendre la Suisse des entrevues de ses conseillers fédéraux avec Joe Biden et Vladimir Poutine?

"Le fait d'avoir l'oreille du président et de signaler les points d'intérêt facilitera ensuite le travail des diplomates", explique le diplomate Thomas Greminger, anciennement à la tête de l'OSCE et nouveau directeur du Geneva Center for Security Policy, dans le 12h30. "Du point de vue temps, c'est assez serré, on pourra donc signaler ce qu'il y a à l'agenda de notre côté, mais pas plus."

>> L'interview de Thomas Grminger dans le 12h30:

Le Lucernois Thomas Greminger n'a pas été réélu au poste de secrétaire général de l'OSCE [Martin Divisek - Keystone]Martin Divisek - Keystone
Que peut espérer la Suisse de la venue de Joe Biden? Interview de Thomas Greminger / Le 12h30 / 1 min. / le 15 juin 2021

Dans un tel contexte, avec de bonnes relations, la délégation suisse pourrait également thématiser sur des sujets plus sensibles, comme les droits humains et le développement des institutions démocratiques en Russie, selon le diplomate.

"Mais on peut aussi juste présenter Genève, la Suisse, comme endroit de dialogue. Ce serait un message fort par rapport au président russe", estime Thomas Greminger.

12h40

Le déroulement des événements après l'arrivée de Joe Biden

L'avion de Joe Biden arrivera à 16h15 à l'aéroport de Cointrin. On en sait un peu plus sur le protocole d'accueil.

Le président américain sera attendu sur le tarmac par le président de la Confédération Guy Parmelin, mais aussi par les autorités locales, notamment le président du Conseil d'Etat genevois Serge Dal Busco, et la maire de Genève Frédérique Perler.

A 17h30, Joe Biden tiendra une séance avec Guy Parmelin, avant de passer la nuit à l'hôtel Intercontinental, situé dans le quartier des Nations.

>> Les précisions dans le 12h30:

Le président américain Joe Biden. [Alex Brandon - Keystone/AP Photo]Alex Brandon - Keystone/AP Photo
Joe Biden attendu par Ignazio Cassis et Guy Parmelin à Genève mardi après-midi / Le 12h30 / 2 min. / le 15 juin 2021

Les curieux pourront assister à l'arrivée de l'avion présidentiel Air Force One, mais uniquement de loin. Les accès visuels du tarmac ont été limités au maximum pour des raisons de sécurité. Même les bâtiments administratifs situés près de la tour de contrôle de l'aéroport ont subi des mesures drastiques de sécurité, selon la Tribune de Genève. Il sera donc très difficile aux curieux de voir les deux Boeings présidentiels ailleurs que dans les airs.

Vladimir Poutine, lui, ne viendra que mercredi. Le président russe ne passera pas de nuit en Suisse, contrairement à son ministre des Affaires étrangères Sergeï Lavrov, qui arrive en début d'après-midi. On ne sait pas encore à quelle heure Vladimir Poutine atterrira à Genève. Ce pourrait être en fin de matinée. Il prendra ensuite la route de la villa La Grange, sur la rive gauche genevoise, pour y rencontrer Joe Biden. A l'issue du sommet, le président russe rencontrera Guy Parmelin avant de rentrer dans son pays. Joe Biden devrait, lui, quitter la Suisse vers 17h.

12h20

Conférence de presse prévue à 17h30

La rencontre entre Joe Biden et la délégation suisse sera suivie d'une conférence de presse à 18h30. Protocole oblige, l'écartement des micros est déjà réglé au millimètre.

 

11h10

La "beautiful Geneva" sous les objectifs

La météo y est pour beaucoup: les journalistes du monde entier découvrent une Genève radieuse, la plage des Eaux-Vives baignée de soleil et un lac étincelant... Plus efficace que la plus coûteuse des campagnes de promotion touristique?

10h50

La tournée de Joe Biden vue de l'intérieur

"Joe Biden sait qu'il est très attendu sur ce rendez-vous avec le président russe Vladimir Poutine", souligne Jérôme Cartillier, correspondant de l'AFP à la Maison Blanche, qui suit la tournée européenne du président américain depuis l'intérieur. "Il a envoyé lundi un message de fermeté. Il dit clairement qu'il va poser ses lignes rouges et qu'il fera passer son message avec beaucoup de clarté", a-t-il détaillé mardi dans l'émission Tout un monde.

Les deux camps n'attendent pas de grands résultats de cette rencontre, rappelle Jérôme Cartillier. "C'est tout de même un test pour Joe Biden, pour voir, dans l'adversité, quel type de résultats il peut obtenir dans un déplacement à l'étranger". Joe Biden cherche à établir une relation plus stable et prévisible avec la Russie, "alors que Vladimir Poutine cherche à peu près tout l'inverse", note Jérôme Cartillier. "C'est tout l'enjeu et la difficulté de cette rencontre".

>> L'interview de Jérôme Cartillier dans Tout un monde:

Jérôme Cartillier. [DR]DR
La tournée européenne de Joe Biden vue de l'intérieur: interview de Jérôme Cartillier / Tout un monde / 9 min. / le 15 juin 2021

Le journaliste français relève le "contraste absolument saisissant" d'attitude entre Joe Biden et son prédécesseur Donald Trump: "C'est d'autant plus vrai en déplacement, car Donald Trump était encore plus imprévisible et tempétueux dans les déplacements, car il rencontrait beaucoup de monde".

Sur la manière dont Joe Biden a préparé cette tournée européenne, Jérôme Cartillier cite la porte-parole du président, qui a répondu: "Il se prépare depuis 50 ans". Selon le journaliste, ce n'est pas complètement faux, car il est depuis plus de 50 ans en politique. Il a notamment passé 35 ans au sénat et 8 ans comme vice-président à la Maison Blanche. "Il a beaucoup voyagé dans ces deux fonctions-là et il aime beaucoup la diplomatie et ces atmosphères de sommet".

Dans sa relation avec les journalistes qui le suivent, Joe Biden est "un peu le roi de la petite aparté", confie Jérôme Cartillier. "En repartant de Londres, il nous a raconté que la reine lui faisait un peu penser à sa maman".

10h40

Le timing se précise

Le timing des événements de ce mardi se précise: la Maison Blanche a annoncé que Joe Biden arriverait à Genève à 16h15, et rencontrerait le président de la Confédération Guy Parmelin à 17h30.

10h00

Genève s'est barricadée pour accueillir les deux chefs d'Etat

La rencontre au sommet, mercredi, entre le président russe Vladimir Poutine et le président des Etats-Unis Joe Biden représente pour la police cantonale genevoise un défi sécuritaire de taille XXL.

Même si Genève a l'habitude d'accueillir des chefs d'Etat, cette rencontre au sommet représente un énorme défi logistique et sécuritaire.

>> Lire aussi: Les présidents ne voyagent pas léger, surtout le président des Etats-Unis

Pour la police genevoise, l'ambition n'est pas seulement de garantir que cette rencontre internationale se déroule sans accroc. Il faudra aussi minimiser son impact sur la population et assurer également le maintien des prestations sécuritaires de base. Afin de mener à bien cette mission, les forces de police disposent de nombreux soutiens.

Des grillages et des barbelés sont installés autour du parc La Grange à Genève en vue de la rencontre Biden-Poutine. [Martial Trezzini - Keystone]Des grillages et des barbelés sont installés autour du parc La Grange à Genève en vue de la rencontre Biden-Poutine. [Martial Trezzini - Keystone]

Circulation fortement perturbée mercredi

Les restrictions de circulation seront importantes lors de la journée du 16 juin. La police genevoise conseille vivement à la population de limiter ses déplacements, privilégier le télétravail, de ne pas utiliser ses véhicules privés, sauf en cas de nécessité impérative, et d'emprunter les transports publics.

Une ligne d'information (0800 902 456) répond aux questions concernant la mobilité de lundi à mercredi.

>> La zone (en jaune) où la circulation sera fortement perturbée:

La zone (en jaune) où la circulation sera fortement perturbée le 16 juin. [Police genevoise]La zone (en jaune) où la circulation sera fortement perturbée le 16 juin. [Police genevoise]

>> Lire: Zones fermées, trafic perturbé: Genève se barricade en vue du sommet Biden - Poutine

Offre de transports publics maintenue mais perturbations prévues

Les Transports publics genevois (TPG) indiquent prévoir de fortes perturbations sur leur réseau en marge du sommet. "Dans ces conditions, le Léman Express s'annonce comme une alternative possible de transports publics pour tout déplacement impératif", relève le transporteur.

Les TPG maintiennent la totalité de leur offre, mais annoncent des difficultés dès lundi. Il faudra faire avec des retards, des changements de parcours, voire des suppressions de courses.

Toutes les lignes qui circulent à proximité de lieux qui feront l'objet d'une intense activité sont concernées. Il s'agit de Genève Aéroport, la Place des Nations, la gare de Cornavin, et le quartier des Eaux-Vives. Des collaborateurs des TPG seront présents à ces endroits névralgiques pour renseigner les usagers.

>> Revoir le sujet du 19h30 sur les préparatifs à J-3:

Sommet Biden - Poutine: derniers préparatifs à Genève à J-3 [RTS]
Sommet Biden - Poutine: derniers préparatifs à Genève à J-3 / 19h30 / 2 min. / le 13 juin 2021

Rade de Genève fermée mercredi

Le pourtour de la rade de Genève sera fermé aux pétions et aux véhicules le mercredi 16 juin de 4h à 24h. Est aussi concernée la route de Frontenex, qui ne sera accessible que sur justificatif de domicile ou attestation de l'employeur.

>> La zone fermée le 16 juin de 4h à 24h:

Le pourtour de la rade de Genève sera fermée aux pétions et aux véhicules le mercredi 16 juin de 4h00 à 24h00 [Police genevoise]Le pourtour de la rade de Genève sera fermée aux pétions et aux véhicules le mercredi 16 juin de 4h00 à 24h00 [Police genevoise]

Vient s'ajouter une zone située autour de l'hôtel Intercontinental dans laquelle il ne sera pas possible de passer du 15 juin à 6h au 17 juin à 6h.

>> La zone fermée du 15 juin à 6h au 17 juin à 6h:

La zone située autour de l'hôtel Intercontinental sera fermée du 15 juin à 6h au 17 juin à 6h. [Police genevoise]La zone située autour de l'hôtel Intercontinental sera fermée du 15 juin à 6h au 17 juin à 6h. [Police genevoise]

Près de 95% des effectifs totaux de la police cantonale sont mobilisés, soit environ 2000 personnes, a précisé le lieutenant-colonel François Waridel, chef des opérations de la police genevoise. Les forces de l'ordre sont épaulées par 900 renforts des polices de tous les cantons, sans oublier la protection civile et les agents municipaux.

Des soldats et soldates sur les quais à Genève pour préparer le sommet Biden-Poutine. [Fabrice Coffrini - AFP]Des soldats et soldates sur les quais à Genève pour préparer le sommet Biden-Poutine. [Fabrice Coffrini - AFP]

La police genevoise reçoit aussi l'appui de l'armée qui mobilise 1000 hommes pour ce sommet. Les forces aériennes apportent un appui subsidiaire et protègent l'espace aérien qui est temporairement réduit du 15 au 17 juin dans un rayon de 50 kilomètres et jusqu'à 6000 mètres (lire encadré).

L'armée assure également un soutien logistique au sol et sur le lac et engage un bataillon sur le site de l'aéroport. Les soldats sont en charge de la protection des ambassades et des missions diplomatiques. Un dispositif de défense sol-air a été déployé sur le territoire du canton.

>> Revoir le sujet du 19h30 sur les préparatifs à J-4:

A 4 jours du sommet Biden-Poutine, Genève règle la logistique pour redorer son blason de ville internationale. [RTS]
A 4 jours du sommet Biden-Poutine, Genève règle la logistique pour redorer son blason de ville internationale. / 19h30 / 2 min. / le 12 juin 2021

>> Lire aussi: La RTS, productrice exclusive des images du sommet Biden-Poutine

09h45

Des retombées économiques importantes pour Genève

Le sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine est une publicité inestimable et une carte de visite très précieuse pour Genève. "Ce que nous valorisons le plus dans cet événement, ce sont les retombées indirectes et médiatiques pour la destination. Nous serons sur tous les écrans dans le monde entier. Quand on sait qu'une publicité d'une dizaine de secondes sur CNN coûte 200'000 à 250'000 francs, la retombée est très sensible", explique le directeur de Genève Tourisme Adrien Genier, mardi au micro de La Matinale.

Et d'ajouter: "Les lieux choisis sont idéaux pour nous. Cela se passera au bord du lac avec une vue sur le jet d'eau. On ne pourra donc pas dire que cela se passe n'importe où dans le monde. Non, c'est à Genève. Et on verra la ville sous ses meilleurs angles."

Nous serons sur tous les écrans dans le monde entier. Quand on sait qu'une publicité d'une dizaine de secondes sur CNN coûte 200'000 à 250'000 francs, la retombée est très sensible

Tourisme estival: l'interview d'Adrien Genier, directeur de Genève Tourisme [RTS]
Adrien Genier, directeur de Genève Tourisme

Genève pourrait ainsi se repositionner sur la carte mondiale des grands organisateurs de congrès, inexistants depuis plus d'un an. "Le fait d'avoir un événement de cet ampleur avec ce rayonnement augmente énormément la crédibilité et cela rassure les organisateurs et les participants de congrès à venir chez nous", note Adrien Genier.

L'impact pourrait même se mesurer sur le tourisme de loisirs, qui n'est pourtant pas la spécialité de Genève, puisque le cadre de la rencontre, une maison de maître, dans un parc magnifique face au lac, serait susceptible de donner des idées de vacances aux nombreux téléspectateurs qui suivront l'événement en Suisse et ailleurs dans le monde.

>> Les explications dans La Matinale:

Accord des partis gouvernementaux sur le projet de budget 2021 à Genève. [Valentin Flauraud - Keystone]Valentin Flauraud - Keystone
Le sommet Biden-Poutine aura des retombées économiques / La Matinale / 1 min. / le 15 juin 2021

09h30

Questions économiques au coeur de la rencontre Joe Biden et Guy Parmelin

Mardi soir, le président des Etats-Unis Joe Biden et le président de la Confédération Guy Parmelin se rencontreront à Genève.

>> Lire aussi: Joe Biden rencontrera Guy Parmelin et Ignazio Cassis à Genève

Si Donald Trump et son administration s'étaient montrés intéressés à conclure un accord de libre-échange avec la Suisse, les intentions en la matière de son successeur, Joe Biden, ne sont pas vraiment connues.

La rencontre entre les deux chefs d'Etat sera donc l'occasion pour la délégation suisse de sonder le président américain. "Nous n'avons plus la possibilité d'avoir un accord-cadre avec l'Union européenne. Un accord de libre-échange avec les Etats-Unis est donc un dossier très important pour notre économie. Il faut en parler", estime la conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter (Le Centre/BL), interrogée mardi dans La Matinale.

Revenir sur la mention de "paradis fiscal"

Pour son collègue Roger Köppel (UDC/ZU), Guy Parmelin devra revenir sur les propos de Joe Biden, qui a comparé la Suisse à un paradis fiscal: "Ce n'est pas acceptable que Joe Biden ou d'autres Etats, avec beaucoup de dettes exercent des pressions sur la Suisse pour changer son système fiscal. C'est une attaque contre sa souveraineté et son indépendance."

>> Relire: Joe Biden qualifie la Suisse de paradis fiscal, Ueli Maurer réagit calmement

Toutefois, il faut s'attendre, très probablement, à de simples déclarations, sans réelles avancées sur ces dossiers commercial et fiscal.

>> Les explications dans La Matinale:

Guy Parmelin assure ne pas aller à Bruxelles pour jouer les Boris Johnson. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Enjeux de la rencontre entre Joe Biden et et Guy Parmelin / La Matinale / 1 min. / le 15 juin 2021

Invité de La Matinale, Martin Naville, directeur de la chambre de commerce Suisse/Etats-Unis, rappelle de son côté qu'il s'agira surtout d'une rencontre de courtoisie. Rien de très concret n'en sortira selon lui, car Joe Biden ne vient pas visiter la Suisse, mais il vient rencontrer Vladimir Poutine. "La rencontre avec Parmelin et Cassis sera vraiment une visite diplomatique, de politesse", tempère-t-il.

>> Voir l'interview de Martin Naville dans La Matinale:

Martin Naville commente la venue de Joe Biden en Suisse (vidéo) [RTS]
Martin Naville commente la venue de Joe Biden en Suisse (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 7 min. / le 15 juin 2021

09h15

Les enjeux de la rencontre

Plus de 35 ans après Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan, c'est une rencontre bien différente qui aura lieu mercredi entre Vladimir Poutine et Joe Biden à Genève. Les relations entre leurs deux pays sont au plus bas depuis 30 ans, et les attentes pour ce sommet sont modestes.

>> Voir notre Grand format sur la relation Etats-Unis - Russie: Etats-Unis - Russie, une diplomatie sous stress-test

Pourtant, il y a quelques sujets sur lesquels les deux hommes pourraient se mettre d'accord. Vu l'état des relations, ce face-à-face permettra déjà à chacun d'énoncer les lignes rouges à ne pas franchir. Ce qui n'est pas négligeable, pour éviter toute escalade, ou mêmes des accrochages dans des pays tiers où les deux armées sont impliquées, comme en Syrie.

>> Les précisions dans La Matinale:

Sommet Biden - Poutine à Genève filmé par la RTS. [photo-montage]photo-montage
Sommet Biden-Poutine: les grands dossiers abordés / La Matinale / 3 min. / le 14 juin 2021

"Bien sûr, il ne s'agit pas d'une liste formelle", explique Dmitri Trenin, directeur du centre Carnegie à Moscou. "Mais Vladimir Poutine a dit il y a quelques jours que toute adhésion de l'Ukraine à l'Otan serait inadmissible, tout comme le déploiement de bases militaires américaines sur le territoire ukrainien."

D'autres écueils à éviter pourraient être l'affaire Navalny, la situation en Biélorussie, les questions de cybersécurité, les tentatives d'interférence sur le processus politique ou encore certaines méthodes d'espionnage, des sujets qui pourraient constituer des différends trop importants. Un dialogue semble possible en revanche sur le nucléaire iranien, le retour des ambassadeurs à Washington et Moscou, la lutte contre le changement climatique, voire sur la Corée du Nord.

>> Lire aussi: Vladimir Poutine espère que Joe Biden sera "moins impulsif" que Donald Trump

>> Voir l'analyse des enjeux de la rencontre dans le 19h30:

Sommet Biden-Poutine - désaccords multiples entre USA et  Russie: peu de progrès en vue analyse Tristan Dessert. [RTS]
Sommet Biden-Poutine - désaccords multiples entre USA et Russie: peu de progrès en vue analyse Tristan Dessert. / 19h30 / 1 min. / le 14 juin 2021

Joe Biden étant un homme issu de la Guerre froide, un dossier comme celui du désarmement nucléaire pourrait également être abordé. Dès janvier, le démocrate a prolongé avec Vladimir Poutine un des seuls traités encore existants. Le New Start pour la réduction des armes stratégiques avait été conclu sous Obama (et donc sous la vice-présidence Biden), il est prolongé pour cinq ans, le temps de rédiger un nouvel accord. Cette impulsion pourrait être donnée à Genève.

>> Le sujet du 19h30 sur les tensions attendues entre Joe Biden et Vladimir Poutine:

Sommet Biden-Poutine: les dernières déclarations des 2 présidents laissent présager un face-à-face tendu. [RTS]
Sommet Biden-Poutine: les dernières déclarations des 2 présidents laissent présager un face-à-face tendu. / 19h30 / 1 min. / le 12 juin 2021

09h00

La villa La Grange, un écrin du XVIIIème siècle pour la rencontre

Une vue de la villa La Grange à Genève, lieu de la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine. [Martial Trezzini - Keystone]Une vue de la villa La Grange à Genève, lieu de la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine. [Martial Trezzini - Keystone]

A Genève, les préparatifs à la villa La Grange, qui accueille mercredi le sommet, ont été menés tambour battant. Tout devait être ripoliné et adapté pour ces hôtes de marque et leurs délégations.

>> Lire: Le parc La Grange se prépare pour la rencontre Biden-Poutine à Genève

La bibliothèque de la villa La Grange, pièce dans laquelle est prévue la rencontre entre les président Biden et Poutine. [Fabrice Coffrini - AFP]La bibliothèque de la villa La Grange, pièce dans laquelle est prévue la rencontre entre les président Biden et Poutine. [Fabrice Coffrini - AFP]

Les employés de la municipalité ont travaillé d'arrache-pied pendant plus d'une semaine pour que le parc soit impeccable. Les prairies ont été fauchées pour des raisons de sécurité, les bordures taillées, les massifs désherbés, du gazon de placage était prêt pour les retouches. Du goudron provisoire a été posé pour accéder à une zone de parcage créée pour les véhicules des délégations en parallèle à l'allée centrale qui descend vers la Villa La Grange.

Lustre trop bas

Autour de cette bâtisse édifiée entre 1768 et 1773 s'est déployé un véritable ballet de semi-remorques, camionnettes et voitures diplomatiques noires. De nombreux corps de métiers étaient à pied d'oeuvre, du cuisiniste à l'électricien en passant par des grosses sociétés audiovisuelles. La protection civile est aussi présente en nombre.

Une équipe décharge du matériel audio-visuel à la villa La Grange, le 11 juin 2021. [Fabric Coffrini - AFP]Une équipe décharge du matériel audio-visuel à la villa La Grange, le 11 juin 2021. [Fabric Coffrini - AFP]

"Des changements ont été faits dans toutes les pièces", explique Evelyne Chatelain, intendante de la Villa La Grange depuis 28 ans. Dans la salle à manger où la délégation suisse devrait accueillir ses hôtes, le lustre a par exemple dû être réhaussé, la hauteur initiale risquant de gâcher un point de vue.

Les quatre salles d'eau de la Villa ont été rénovées et les lavabos changés. La cinquième salle d'eau, qui date du XVIIIe siècle, n'a pas été touchée, même si une délégation aurait voulu que l'eau courante soit installée dans cette pièce historique.

>> Voir le reportage du 19h30 sur place avec la cheffe du protocole:

Sommet Biden-Poutine: gros stress test pour le protocole genevois face aux revendications américaines et russes. [RTS]
Sommet Biden-Poutine: gros stress test pour le protocole genevois face aux revendications américaines et russes. / 19h30 / 3 min. / le 14 juin 2021

Pas d'argenterie

Il a aussi fallu évacuer toute l'argenterie à la demande d'une délégation, explique Evelyne Chatelain, qui est rompue à l'accueil des VIP. En effet, cette villa La Grange léguée à la Ville de Genève au début du XXe siècle par son dernier propriétaire, William Favre, est destinée à accueillir des hôtes de marque.

Une employée s'affaire dans une pièce de la villa La Grange à Genève. [Martial Trezzini - Keystone]Une employée s'affaire dans une pièce de la villa La Grange à Genève. [Martial Trezzini - Keystone]

Des mesures de protection patrimoniale des œuvres qui se trouvent dans l'édifice ont été prises. Une soixantaine d'objets, principalement des meubles et des livres, ont été sortis de la villa La Grange pour être entreposés dans un dépôt sécurisé. Il s'agit non seulement de les préserver mais aussi de libérer de l'espace.

Un système de climatisation a pu être installé dans cette bâtisse classée en utilisant les grilles d'aération d'origine au sol. La climatisation est ainsi invisible et assure une température entre 18 et 19 degrés idéale pour les échanges diplomatiques et la conservation des œuvres.

Des retouches

L'extérieur de la villa La Grange a aussi été entièrement rafraîchi. A côté de la maison, des ouvriers ont construit une énorme tente blanche qui devrait accueillir la conférence de presse à l'issue du sommet.Un peintre fait des retouches sur les dorures de la villa La Grange. [Fabrice Coffrini - AFP]Un peintre fait des retouches sur les dorures de la villa La Grange. [Fabrice Coffrini - AFP]

Les coûts des rénovations et des adaptations liées au sommet seront pris en charge par Berne, selon Sami Kanaan, magistrat de la Ville de Genève. La Confédération devrait notamment payer pour indemniser les exploitants de la guinguette du parc qui a dû fermer.

>> Revoir aussi le sujet du 19h30 sur le retour de la Genève internationale:

Effacée pendant la pandémie, la Genève internationale revient en force avec la rencontre Biden-Poutine [RTS]
Effacée pendant la pandémie, la Genève internationale revient en force avec la rencontre Biden-Poutine / 19h30 / 2 min. / le 9 juin 2021

08h30

Il y a plus de 35 ans, Reagan rencontrait Gorbatchev

Il y a 36 ans, en pleine Guerre froide, la rencontre à Genève entre les présidents américain Ronald Reagan et soviétique Mikhaïl Gorbatchev est aujourd'hui relatée dans les livres d'Histoire. Elle est considérée par de nombreux spécialistes comme les prémices de la fin de la Guerre froide.

>> Les coulisses diplomatiques de la rencontre Reagan-Gorbatchev en 1985:

USA - URSS [RTS]
Les coulisses diplomatiques: la rencontre à Genève entre Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev (1985) - www.genevevision.ch / L'actu en vidéo / 7 min. / le 29 avril 2021

Le 19 novembre 1985, l'ambiance est des plus fraîches à Genève. Entre les deux superpuissances, l'heure n'est plus à la détente: l'URSS a envahi l'Afghanistan quelques années plus tôt, les Etats-Unis soutiennent la résistance afghane. La course aux armements a repris. Et en 1983, Ronald Reagan a qualifié l'URSS d''Empire du Mal".

Cette première rencontre entre le président américain et le nouveau dirigeant soviétique ne s'annonçait pas des plus amicales. Leur premier entretien en tête-à-tête devait durer 15 minutes. Pourtant, la rencontre s'éternise…

>> En archives, le récit d'une rencontre hors du commun:

Ce jour-là, le 19 novembre 1985, la première rencontre Reagan-Gorbatchev [RTS]
Ce jour-là, le 19 novembre 1985, la première rencontre Reagan-Gorbatchev / Geopolitis / 2 min. / le 24 février 2019

Reagan racontera plus tard qu'il avait voulu créer les conditions d'une relation personnelle. Il rappelle à Gorbatchev leurs points communs, notamment leurs origines rurales. Sur le fond, les discussions portent essentiellement sur la façon de freiner la course aux armements.

Les deux dirigeants restent fermes et aucun ne prend d'engagement concret. Mais ils s'entendent sur un principe général, et promettent de se revoir.

Restée dans les annales de l'Histoire, cette image reflète la détente qui a pu s'instaurer entre les présidents Reagan et Gorbatchev lors de leur rencontre à Genève en 1985. [Ann Ronan Picture Library - AFP]Restée dans les annales de l'Histoire, cette image reflète la détente qui a pu s'instaurer entre les présidents Reagan et Gorbatchev lors de leur rencontre à Genève en 1985. [Ann Ronan Picture Library - AFP]

Deux ans plus tard, un traité d'élimination des missiles nucléaire à moyenne portée sera signé. Avec le recul, la rencontre de Genève est vue comme le début d'une nouvelle phase de détente et de dialogue.

>> Le 19h30 revient sur l'impact du sommet pour la Genève internationale:

En 1985, la rencontre entre Ronald Reagan et Mikahil Gorbatchev à Genève marquait le début de la fin de la Guerre froide. [RTS]
En 1985, la rencontre entre Ronald Reagan et Mikahil Gorbatchev à Genève marquait le début de la fin de la Guerre froide. / 19h30 / 1 min. / le 25 mai 2021

>> Lire aussi: "Le risque nucléaire est plus élevé que pendant la guerre froide"

08h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations et analyses consacrées au sommet Biden-Poutine:

Le dossier consacré à la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine à Genève