Modifié

Les États-Unis vont acheter 500 millions de vaccins pour les redistribuer - Le suivi du Covid dans le monde

Les Etats-Unis vont distribuer 500 millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech aux pays qui en ont besoin. [Martial Trezzini - keystone]
Les Etats-Unis vont distribuer 500 millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech aux pays qui en ont besoin. [Martial Trezzini - keystone]
Les Etats-Unis vont acheter 500 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech pour les donner à d'autres pays, ont rapporté mercredi le New York Times et le Washington Post. La France a de son côté poursuivi son déconfinement, avec notamment la réouverture des restaurants à l'intérieur.

La pandémie de coronavirus a fait au moins 3'750'028 morts dans le monde depuis que son apparition fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP mercredi à la mi-journée. Plus de 173'909'210 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués.

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils excluent les révisions réalisées a posteriori par certains organismes statistiques, qui concluent à un nombre bien plus important de morts.

L'OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 598'326 décès devant le Brésil avec 476'792 morts, l'Inde avec 353'528, le Mexique avec 229'100 et le Pérou avec 187'157 morts.

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> L'incidence du Covid-19 en Europe:

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS

VACCINATION MONDIALE - Les États-Unis achèteront 500 millions de doses

Les Etats-Unis vont acheter 500 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech pour les donner à d'autres pays, ont rapporté mercredi le New York Times et le Washington Post. Washington a été vivement critiqué ces derniers mois pour avoir tardé à partager ses vaccins.

Le président américain Joe Biden devrait faire cette annonce lors du sommet du G7 cette semaine, selon le Washington Post, qui cite trois personnes proches du dossier. Peu avant son départ pour l'Angleterre mercredi, Joe Biden a indiqué qu'il "avait une stratégie" pour la distribution des vaccins dans le monde, et qu'il "allait l'annoncer".

Selon le New York Times, les premières 200 millions de doses seront distribuées cette année, et les 300 autres millions l'année prochaine.

Vivement critiquée pour avoir tardé à partager ses vaccins contre le Covid-19 avec le reste du monde, la Maison Blanche tente désormais se poser en leader sur ce dossier. "Les Etats-Unis sont déterminés à travailler sur la vaccination internationale avec le même sens de l'urgence dont nous avons fait preuve dans notre pays", martèle Joe Biden.

Washington vient d'annoncer que 75% des 80 millions de doses de vaccins promises à des pays étrangers d'ici fin juin seraient distribuées via le dispositif de partage Covax. Ce dernier a été mis en place pour assurer une distribution équitable des vaccins, notamment aux pays à faibles revenus.

FRANCE - Deuxième vague de déconfinement

Reprendre le sport en salle ou la natation en piscine couverte, déguster son café à l'intérieur en cas de pluie ou aller au bowling... tout ceci redevient possible mercredi, après sept mois de privations dues à l'épidémie de Covid-19.

Trois semaines après la réouverture des terrasses, des cinémas et musées et des commerces spécialisés avec des jauges réduites, c'est la deuxième étape du déconfinement, avec en prime un couvre-feu qui passe à 23h00 au lieu de 21h00. Cela permettra notamment aux spectateurs de profiter des matches nocturnes du tournoi de Roland Garros.

A partir de mercredi, les cafés et restaurants peuvent à nouveau accueillir du public en intérieur, à 50% de leur capacité, ce qui permettra à bon nombre de petits établissements dépourvus de terrasse ou d'une taille insuffisante pour être rentable, de rouvrir. Ils doivent tenir, à l'instar des salles de sport, un cahier de rappel pour recontacter les clients en cas de contamination.

En parallèle, les terrasses des cafés, restaurants et hôtels peuvent rouvrir complètement avec comme seule limite des tablées de six personnes au maximum. La relance du secteur de l'hôtellerie-restauration aura un impact important sur l'économie du pays, avec plus d'un million d'emplois en jeu. Même si la clientèle étrangère fait encore défaut.

Autres assouplissements

Contrairement aux discothèques dont la situation sera réexaminée le 21 juin, parcs d'attraction, casinos et centres de thalassothérapie font aussi partie des heureux élus de la deuxième phase, avec des protocoles sanitaires stricts. Au bureau, le télétravail est assoupli, tout comme les règles dans les cantines et pour les pots entre collègues.

La jauge des cinémas, musées, théâtres monte à 65% de la capacité initiale, près du double de ce qui est autorisé depuis le 19 mai (35%) avec un maximum de 5000 personnes. Mêmes limites de fréquentation et jauge pour les festivals autorisés uniquement en configuration assise et en plein air.

ESPAGNE - Tests PCR désormais exigés uniquement dès 12 ans

Les autorités espagnoles ont relevé mercredi à 12 ans, contre 6 ans jusqu'ici, l'âge minimum à partir duquel un test négatif au Covid-19 est nécessaire pour entrer en Espagne. L'Espagne acceptera aussi bien les tests PCR que les tests antigéniques pour les populations de plus de 12 ans.

Prenant en compte les recommandations de la Commission européenne qui, afin de relancer le tourisme, conseille d'harmoniser les mesures auxquelles seront soumis les voyageurs au sein de l'Union européenne, l'Espagne s'aligne ainsi sur l'âge minimum pour accéder à la vaccination et sur les limites établies par les pays voisins.

NORVEGE - Vaccin Janssen offert aux volontaires

La Norvège va proposer, à certaines conditions, le vaccin anti-Covid Janssen aux personnes volontaires à compter de la mi-juin, a annoncé mercredi le gouvernement, contre l'avis de plusieurs instances sanitaires qui jugent que les risques surpassent les bénéfices.

Le pays nordique, qui a aussi renoncé au vaccin d'AstraZeneca incriminé dans des cas de thromboses atypiques, avait suspendu l'utilisation du sérum de l'américain Johnson & Johnson, également à adénovirus et lui aussi mis en cause pour des effets secondaires similaires.

Le gouvernement avait toutefois annoncé le 12 mai qu'il envisageait d'offrir ce vaccin - qui a la particularité d'être unidose - aux seuls volontaires, en dehors du programme officiel d'immunisation.

UNION EUROPEENNE - Feu vert final au certificat Covid

Les députés européens ont largement donné leur feu vert final au certificat numérique Covid européen, destiné à faciliter les déplacements cet été au sein de l'Union européenne (UE), à charge désormais aux Etats de le mettre en place d'ici au 1er juillet.

Lors d'un vote mardi dont le résultat a été dévoilé mercredi, les eurodéputés, dont au moins la moitié sont présents à Strasbourg, tandis que les autres ont voté à distance, ont adopté, par 546 voix pour, ce système de certificat commun pour 12 mois. 93 ont voté contre, 51 se sont abstenus.

Ces certificats attestent qu'une personne a été vaccinée contre le Covid-19, qu'elle a passé un test négatif ou qu'elle est immunisée après une infection. Ils sont délivrés gratuitement, en format numérique ou papier, et doivent permettre d'éviter de faire des quarantaines dans les pays de destination.

RUSSIE - Le nombre de cas repart à la hausse

Le nombre d'infections quotidiennes en Russie a dépassé les 10'000, une première depuis mars sur fond de campagne de vaccination qui patine, selon les statistiques publiées lundi. Au total, 10'407 cas ont été recensés à travers le pays dont 4124 à Moscou, un record pour la capitale russe depuis le mois de janvier et la fin d'une deuxième vague meurtrière de l'épidémie.

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine a relevé que la situation empirait dans la capitale, principal foyer épidémique russe depuis le début de la crise sanitaire. La ville va rouvrir "dans les jours à venir" des hôpitaux de campagne dédiés pour accueillir ces patients, a-t-il ajouté. Il a cependant assuré ne pas "avoir l'intention d'ordonner un confinement".

ETATS-UNIS - Hôpital poursuivi par son personnel obligé de se faire vacciner

Plus d'une centaine d'employés d'un des hôpitaux les plus importants du Texas ont lancé une action en justice contre leur employeur, décidé à renvoyer ses salariés non-vaccinés contre le Covid-19. Le Houston Methodist, le groupe hospitalier en question, leur avait donné jusqu'à lundi pour prouver qu'ils avaient reçu leur dose.

Les 117 plaignants estiment cette exigence illégale attendu que les vaccins n'ont été approuvés par l'administration américaine que dans le cadre d'une procédure d'utilisation d'urgence. "Nous ne sommes pas contre le vaccin. Nous voulons simplement être plus à l'aise et bénéficier de davantage de recherches avant de nous le faire inoculer", a déclaré il y a quelques semaines à la presse locale l'infirmière Jennifer Bridges.

Passée l'échéance, une note interne à l'hôpital précise que les récalcitrants sont suspendus deux semaines sans être payés, puis renvoyés s'ils ne se plient toujours pas à l'exigence de l'employeur.

Avertissement aux voyageurs assoupli pour plusieurs pays

Les Etats-Unis ont assoupli leur avertissement aux voyageurs souhaitant se rendre dans plusieurs pays dont la France, l'Allemagne, le Canada mais aussi le Japon à un mois et demi des Jeux olympiques.

Ces pays, ainsi que de nombreux autres, qui étaient frappés par la mise en garde maximale de niveau 4 ("ne pas s'y rendre") en raison de la crise sanitaire, sont ramenés au niveau 3 ("éviter de s'y rendre si possible"), selon le site internet de la diplomatie américaine, qui doit publier prochainement la liste complète de ces nouveaux avertissements. La Suisse se trouve aussi dans le groupe de niveau 3.

AUSTRALIE - Bientôt la fin du confinement de Melbourne

Le confinement des cinq millions d'habitants de Melbourne, la deuxième plus grande ville d'Australie, prendra fin jeudi peu avant minuit, les autorités estimant que le respect des mesures de restriction a permis de juguler l'épidémie de Covid-19. Un seul nouveau cas de contamination a été enregistré mardi.

"C'est une bonne journée. Tout le monde peut être fier de ce que nous avons accompli", a déclaré mercredi James Merlino, Premier ministre par intérim de l'Etat de Victoria. "Mais nous savons que nous n'en avons pas encore fini et, tant que la vaccination ne sera pas généralisée dans tout l'Etat de Victoria et dans tout le pays, le virus sera toujours parmi nous", a mis en garde James Merlino.

Les habitants de Melbourne ne seront cependant pas autorisés à s'éloigner de plus de 25 kilomètres de leur domicile ou à recevoir des visiteurs. Ils pourront cependant accueillir plus de dix personnes à l'extérieur. Les écoles, les cafés et les instituts de beauté pourront rouvrir alors que les salles de gymnastique et les boîtes de nuit resteront fermées au moins une semaine supplémentaire.

INDE - Des éléphants testés après la mort d'une lionne

Vingt-huit éléphants ont été soumis à des tests de dépistage du Covid-19 dans une réserve forestière du sud de l'Inde, ont annoncé mercredi les autorités, après la mort d'une lionne d'Asie attribuée au virus.

La lionne de neuf ans, dont l'espère est menacée, est morte début juin dans le parc zoologique Arignar Anna à Chennai (ancienne Madras), dans l'État méridional du Tamil Nadu,, selon la presse locale. Il s'agit du premier décès d'un animal en Inde imputé au virus.

Des tests de dépistage ont révélé que la lionne et huit autres félins, dont deux dans un état préoccupant, étaient porteurs du virus, a rapporté la semaine dernière le journal The New Indian Express de Chennai.

RTSinfo et les agences

Publié Modifié

Accord à l'OMC pour discuter d'un texte sur la levée des brevets

Les membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ont avancé d'une étape après des mois de divisions sur une levée de la propriété intellectuelle pour les vaccins et technologies contre le coronavirus, à laquelle la Suisse est opposée. Ils ont accepté mercredi à Genève de négocier un texte.

Au terme d'une réunion formelle du comité de l'accord sur la propriété intellectuelle mardi et mercredi, les 164 membres ont dit vouloir "dès que possible" aboutir à un accès équitable aux technologies contre la pandémie, selon une source proche des discussions commerciales à Genève. Pour autant, il faudra désormais se mettre d'accord sur le contenu.

La décision début mai de l'administration américaine de soutenir de tels pourparlers a débloqué la situation. L'Inde et l'Afrique du Sud, qui avaient lancé cette initiative, ont ensuite révisé celle-ci. L'Union européenne a elle fait des propositions pour avancer. Un rapport pourrait être relayé fin juillet auprès du Conseil général, organe le plus élevé de l'OMC.