Modifié

Israël veut intensifier ses frappes sur Gaza, des roquettes visent Tel Aviv

Des pompiers israéliens à l'oeuvre sur le site d'impact d'une roquette à Tel Aviv, le 11 mai 2021. [Heidi Levine - Keystone]
Israël va "intensifier" ses attaques contre le Hamas / Le Journal horaire / 33 sec. / le 11 mai 2021
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a menacé d'intensifier ses attaques contre le Hamas, après une pluie de roquettes sur l'Etat hébreu, notamment à Tel Aviv, qui a tué trois Israéliennes. Le déluge de feu sur la bande de Gaza a lui coûté la vie d'au moins 30 Palestiniens.

Dix enfants et deux commandants du Djihad islamique figurent parmi les victimes enregistrées du côté palestinien, selon le ministère de la santé de Gaza et le second groupe armé de l'enclave. Les attaques israéliennes menées avec des avions de chasse et des hélicoptères de combat ont également fait près de 125 blessés.

Mardi soir, une frappe israélienne a complètement détruit un immeuble d'une dizaine d'étages situé dans le centre de la ville de Gaza, dans lequel des responsables du Hamas avaient leur bureau, a  constaté l'AFP.

Attaques "intensifiées"

En réaction à la destruction de cet édifice, le mouvement islamiste palestinien a affirmé mardi soir avoir lancé 130 roquettes en direction de Tel-Aviv où des sirènes d'alarme retentissaient en soirée. Une femme a été tuée près de la métropole israélienne.

Ce décès porte à trois le nombre de personnes tuées mardi en Israël par des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza. Selon l'armée israélienne, plus de 500 roquettes ont été lancées depuis lundi soir vers Israël par différents groupes armés palestiniens depuis Gaza.

"Depuis hier (lundi), l'armée a mené des centaines d'attaques contre le Hamas et le Jihad islamique à Gaza (...) Et nous allons encore intensifier la puissance de nos attaques", a-t-il dit dans une vidéo diffusée par ses services. Selon lui, le Hamas "va se prendre une raclée à laquelle il ne s'attend pas".

Le ministre de la Défense Benny Gantz a approuvé une demande de l'armée de mobiliser 5000 réservistes, mais il n'était pas clair dans l'immédiat quand cette décision serait appliquée.

Prêts à "un long confliT"

Israël et le Hamas se sont dits prêts à un long conflit. Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a prévenu mardi soir que les frappes israéliennes sur la bande de Gaza n'étaient "que le début" et qu'il y a "encore beaucoup de cibles dans le viseur".

Le mouvement islamiste Hamas est "prêt" à affronter une intensification des frappes israéliennes dans la bande de Gaza, a affirmé mardi soir son chef dans une allocution télévisée.

"Si (Israël) veut une escalade, la résistance est prête et si (Israël) veut arrêter, nous sommes prêts aussi", a répliqué le chef du mouvement Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans une allocution télévisée. Il a appelé les forces de l'ordre israéliennes à se retirer de l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, théâtre depuis plusieurs jours de violents affrontements.

Depuis 2019

Les frappes israéliennes sur Gaza sont les plus importantes depuis novembre 2019. A l'époque, l'Etat hébreu avait tué un haut commandant du Jihad islamique, responsable de nombreuses attaques en Israël. Le mouvement islamiste avait alors tiré 500 roquettes vers Israël qui avait pilonné les positions du Jihad, tout en tentant d'épargner celles du Hamas.

Mais une source au sein du Hamas a annoncé lundi soir qu'un commandant de la branche armée, Muhammad Fayyad, avait été tué à Beit Hanoun, dans le nord de Gaza, peu après le début des frappes israéliennes.

agences/jfe/kkub

Publié Modifié

Condamnations internationales

L'ONU a fait part de sa "profonde inquiétude" face à l'escalade des violences en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, a déclaré mardi un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme.

De son côté, Amnesty International a dénoncé un "usage illégal et abusif de la force" par Israël contre des manifestants palestiniens "en grande partie pacifiques" lors de heurts à Jérusalem-Est qui ont blessé des centaines de Palestiniens et des dizaines de policiers.

>> Plus d'informations: L'ONU "condamne toute violence" entre Israël et Gaza