Modifié

Moscou réfute toute implication dans la cyberattaque aux Etats-Unis

Cyberattaque d’un oléoduc américain: Interview de Steven Meyer [RTS]
Cyberattaque d’un oléoduc américain: Interview de Steven Meyer / Forum (vidéo) / 3 min. / le 12 mai 2021
L'ambassade russe aux Etats-Unis a démenti mardi un quelconque rôle de Moscou dans l'attaque informatique qui a paralysé l'un des plus grands opérateurs d'oléoducs américains. Joe Biden a imputé l'opération à un groupe criminel basé en Russie.

L'attaque a visé vendredi dernier l'un des premiers distributeurs de carburants aux Etats-Unis, la société Colonial Pipeline. L'approvisionnement de la côte est américaine a été lourdement perturbé.

>> Lire: Une cyberattaque provoque la fermeture du plus grand oléoduc américain

"La Russie ne mène pas d'activités 'malveillantes' dans le cyberespace", a rétorqué mardi l'ambassade russe aux Etats-Unis sur sa page Facebook, dénonçant également les "affabulations sans fondements de certains journalistes" ayant accusé Moscou. "La Russie a toujours plaidé pour un dialogue professionnel avec les Etats-Unis sur les questions de sécurité informatique internationale", a poursuivi l'ambassade.

Le président américain n'a pas directement accusé le Kremlin d'être à l'origine de cette attaque, disant ne pas avoir de preuve d'une implication étatique "à ce stade". Mais le groupe incriminé se trouvant en Russie, Joe Biden a estimé que les autorités russes avaient "une certaine responsabilité."

Groupe spécialisé dans les rançongiciels

Washington a imputé l'opération au groupe Darkside, apparu l'an dernier et spécialisé dans les attaques au rançongiciel contre les moyennes et les grandes entreprises. Il leur réclame de très grosses sommes pour débloquer leurs systèmes.

Darkside dérobe aussi au passage des données confidentielles à ses victimes, essentiellement basées dans des pays occidentaux, et menace de les rendre publiques si la rançon n'est pas versée.

La Russie a été accusée de plusieurs vagues massives de cyberattaques ces dernières années, surtout aux Etats-Unis et en Europe.

afp/oang

Publié Modifié