Modifié

Pas de répit dans les manifestations en Colombie malgré l'appel du président

De grandes manifestations sont organisées quotidiennement dans les grandes villes de Colombie (ici à Medellin). [Ernesto Guzman Jr. - EPA/Keystone]
Pas de répit dans les manifestations en Colombie malgré l'appel du président / Le 12h30 / 2 min. / le 8 mai 2021
Le président colombien exige la levée des barrages routiers érigés lors des manifestations qui durent depuis dix jours contre les réformes économiques. Mais la protestation va se poursuivre samedi, malgré le couvre-feu lié à la pandémie.

Ivan Duque a exigé vendredi la levée des barrages qui se sont multipliés ces derniers jours alors que les manifestations étaient violemment réprimées dans plusieurs villes du pays.

"Oui au dialogue, oui pour construire, mais définitivement non aux barrages parce que les barrages ne sont pas pacifiques, ils portent atteinte aux droits d'autres personnes", a déclaré Ivan Duque lors d'une rencontre avec des journalistes vendredi au palais présidentiel à Bogota.

Approvisionnement mis à mal

Le chef de l'Etat, qui a fait état de 733 barrages depuis le début du mouvement le 28 avril, a exigé la fin de ces actions affectant l'approvisionnement dans différentes régions, notamment en carburants, médicaments et aliments.

Sous la pression sociale, le gouvernement a lancé cette semaine une série de réunions avec diverses organisations, commençant par des partis politiques, des magistrats et des médias.

Ivan Duque, dont la popularité est en berne à 33% et qui achèvera son mandat de cinq ans en août 2022, s'est dit disposé à rencontrer aussi le comité national de grève, initiateur du mouvement et qui rassemble des secteurs divers.

>> Ecouter dans Forum l'interview de Jorge Charry, Colombien vivant en Suisse:

Environ 500 personnes, selon le décompte de la police, étaient réunies devant les Nations Unies à Genève en soutien au peuple colombien. [Guillaume Rey - RTS]Guillaume Rey - RTS
Les Colombiens de Suisse craignent un bain de sang: interview de Jorge Charry / Forum / 5 min. / le 8 mai 2021

Plus de 20 morts et 1500 blessés

Selon le bilan communiqué par le gouvernement lors de la rencontre avec la presse, ces dix jours se soldent par 26 morts, dont huit ne sont pas liés aux manifestations, ainsi que 1506 blessés, parmi lesquels 680 civils et 826 agents des forces de l'ordre, tandis que 90 personnes sont portées disparues.

Ce mouvement de protestation massif intervient alors que la Colombie se reconfine peu à peu pour faire face à la troisième vague de Covid-19.

>> Les précisions dans le 12h30:

De grandes manifestations sont organisées quotidiennement dans les grandes villes de Colombie (ici à Medellin). [Ernesto Guzman Jr. - EPA/Keystone]Ernesto Guzman Jr. - EPA/Keystone
Pas de répit dans les manifestations en Colombie malgré l'appel du président / Le 12h30 / 2 min. / le 8 mai 2021

Rassemblement à Genève

Environ 500 personnes, selon le décompte de la police, étaient réunies devant les Nations Unies à Genève en soutien au peuple colombien. [Guillaume Rey - RTS]Environ 500 personnes, selon le décompte de la police, étaient réunies devant les Nations Unies à Genève en soutien au peuple colombien. [Guillaume Rey - RTS]De nouvelles manifestations sont prévues samedi dans les grandes villes comme Bogota et Medellin, malgré le confinement obligatoire entré en vigueur vendredi soir et prévu jusqu'à 5h00 du matin lundi.

Des membres de la communauté colombienne de Suisse - environ 500 selon la police - se sont rassemblés samedi après-midi près des Nations Unies à Genève. Des manifestations étaient également prévues en France et au Mexique notamment.

oang avec afp

Sujet diffusé dans le Journal de 12h30

Publié Modifié

Réactions internationales

La répression des manifestations en Colombie a été condamnée par la communauté internationale, notamment l'ONU, l'Union européenne, les Etats-Unis et des ONG de défense des droits humains.

Le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, s'est joint vendredi aux critiques, en condamnant les actes de "torture et assassinats commis par les forces de l'ordre".

Mais le ministère colombien des Affaires étrangères a rejeté vendredi ces "prises de position extérieures qui manquent d'objectivité et qui cherchent à aggraver la polarisation" de la société.

>> Voir le sujet du 12h45:

La communauté internationale dénonce la violence de la répression en Colombie [RTS]
La communauté internationale dénonce la violence de la répression en Colombie / 12h45 / 1 min. / le 5 mai 2021

Récession aggravée par la pandémie

La pandémie de Covid-19, avec près de trois millions de cas en Colombie, dont plus de 76'000 décès, sur 50 millions d'habitants, a aggravé la récession dans ce pays, l'un des plus inégalitaires du continent.

La 4e économie d'Amérique latine pâtit d'une chute de 6,8% de son produit intérieur brut (PIB) en 2020, d'un chômage de 16,8% et d'une pauvreté à 42,5%, alors que près de la moitié de la population active vit d'emplois informels.