Modifié

Les hôpitaux continuent d'être attaqués dans les pays en conflit

Un hôpital pris pour cible à Alep en Syrie en mars 2021. [Ministry of National Defence of / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP]
Le CICR constate que la communauté internationale ne parvient pas à protéger les blessés / La Matinale / 1 min. / mardi à 06:00
Il y a cinq ans, le Conseil de sécurité de l'ONU demandait la fin de l’impunité des attaques contre le système de santé dans les pays et régions en conflit. Le CICR constate que presque rien n’a changé depuis.

Entre 2016 et 2020, 3780 attaques contre des services de santé ont été recensés dans 33 pays, dont les deux tiers en Afrique et au Moyen-Orient, selon des chiffres du Comité international de la Croix Rouge. Une statistique qui montre que la communauté internationale n'est pas parvenue à faire de la protection des malades, des blessés et des mourants une priorité.

Ce que déplore bien évidemment Ana Elisa Medeiros Barbar, conseillère de l’unité santé au CICR et spécialiste de ce dossier, interrogée mardi dans La Matinale: "Le CICR a constaté que très peu de choses avaient finalement été mises en place pour éviter les attaques contre les services de santé. Il y a encore beaucoup à faire pour s'assurer que ceux-ci soient protégés dans les contextes de conflits."

Des chiffres sans doute sous-évalués

Meurtres, viols, violences physiques, bombardements, pillages, attaques d’ambulances ou interruption de campagnes de vaccination, la liste des obstructions et des attaques au système de santé est longue.

Parmi les pays où le CICR a enregistré le plus grand nombre d'incidents figurent notamment l'Afghanistan, la République démocratique du Congo, Israël et les territoires occupés, ainsi que la Syrie. En raison des difficultés liées à la collecte de ce type de données dans les zones de conflit, le chiffre global avancé par le CICR pourrait être sous-évalué par rapport au nombre réel d'attaques. Et la situation s’est encore compliquée avec la pandémie de Covid-19.

>> A lire: En Syrie, l'aide humanitaire dénonce des attaques sur les hôpitaux

Lueur d'espoir en Asie du Sud

Le CICR dénonce les atteintes au droit international humanitaire. "Il manque une volonté politique et une certaine inventivité pour protéger les prestataires de soins et les personnes malades ou blessées. Les États qui souhaitent faire progresser cette question devraient montrer l'exemple", indique Maciej Polkowski, responsable de l'initiative du CICR, dans un communiqué de presse.

Petites lueurs d’espoir, des progrès sont constatés en Asie du Sud. Là où, par exemple, des programmes pour réduire le nombre d’armes entrant dans les services d’urgence ont été établis.

Sujet radio: Nicolas Vultier

Adaptation web: Andréanne Quartier-la-Tente

Publié Modifié