Modifié

Le président russe Vladimir Poutine montre les muscles face à l'Occident

Vladimir Poutine lors de son discours à la Nation, 21.04.2021. [Maxim Shipenkov - EPA/Keystone]
Vladimir Poutine dénonce les demandes de l'Occident d'un ton implacable / Forum / 2 min. / le 21 avril 2021
Vladimir Poutine a mis mercredi en garde ses rivaux étrangers de ne pas "franchir de ligne rouge" avec la Russie, sur fond de tensions croissantes avec l'Occident sur une multitude de dossiers. Le président russe a dénoncé "des grossièretés flagrantes".

Dans son discours annuel à la Nation, Vladimir Poutine a promis une riposte "dure" si ses rivaux tentaient de s'en prendre à la Russie, sur fond de tensions croissantes avec l'Occident et avant des manifestations d'opposition menacées de répression.

"Nous nous comportons dans l'ensemble avec retenue et de manière modeste, souvent ne répondant même pas aux actions inamicales voire même à des grossièretés flagrantes", a souligné le président russe.

Mettant en garde ceux qui prendraient "nos bonnes intentions pour une faiblesse", il a dit espérer "que personne n'aura l'idée de franchir une ligne rouge avec la Russie". "Mais nous déterminerons nous-mêmes par où elle passe", a-t-il déclaré, une allusion à ses multiples passes d'armes avec les Occidentaux, mais sans préciser de quelles limites il est question.

Un "sport" de s'en prendre à la Russie

Selon Vladimir Poutine, pour certains pays "s'en prendre à la Russie pour tout et n'importe quoi est devenu une sorte de sport". Il n'a cependant pas fait dans ce discours de références précises aux gros dossiers l'opposant à Washington et l'UE.

Il n'a pas dit un mot du sort de l'opposant Alexeï Navalny, emprisonné et mourant selon ses proches, du déploiement de dizaines de milliers de troupes russes aux frontières de l'Ukraine, des accusations d'espionnage et d'ingérence électorale aux Etats-Unis ou encore du récent scandale impliquant selon Prague des agents du renseignement militaire en République tchèque.

>> Lire: L'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a été transféré à l'hôpital

Le "silence" des Occidentaux sur la Biélorussie

Le président russe a en revanche dénoncé le silence des Occidentaux sur ce qu'il a présenté comme une "tentative de coup d'Etat" en Biélorussie, où le dirigeant Alexandre Loukachenko a assuré avoir déjoué un assassinat le visant. Evoquant cette "tentative d'organiser un coup d'Etat et l'assassinat du président" biélorusse, Vladimir Poutine a soutenu qu'en Occident, "tout le monde prétend qu'il ne se passe rien du tout".

afp/oang

Publié Modifié

Aides à la population russe

Sur le plan domestique, la crise économique et sanitaire due au Covid-19 a figuré en bonne place du discours du président russe, d'autant que des législatives sont prévues en septembre.

Vladimir Poutine a promis des aides supplémentaires aux familles ou encore de freiner la hausse des prix alimentaires.

"Le plus important maintenant est d'assurer la croissance des revenus des citoyens, les rétablir", a-t-il dit, alors que le pouvoir d'achat des Russes est en berne depuis des années, sous l'effet de sanctions internationales et désormais aussi de la pandémie.

Sur le plan sanitaire, il a salué les succès scientifiques russes, avec l'élaboration de vaccins anti-Covid nationaux, qui doivent "permettre à l'immunité collective de se développer à l'automne".

Menace d'interdiction sur les réseaux sociaux étrangers

En Russie, la menace d'une interdiction plane sur les réseaux sociaux étrangers. Twitter ou TikTok ont reçu des amendes parce qu'ils n'avaient pas retiré des contenus violant le droit russe. La semaine dernière encore, le porte-parole du Kremlin évoquait une possible interdiction des plates-formes qui violent la loi.

>> Les explications de Jean-Didier Revoin dans l'émission Tout un Monde:

Feu vert des députés russes à deux mandats supplémentaires pour Vladimir Poutine. [Alexei Druzhinin - AP]Alexei Druzhinin - AP
Quand la Russie tente de limiter Internet / Tout un monde / 4 min. / le 20 avril 2021