Modifié

L'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a été transféré à l'hôpital

Alexeï Navalny lors d'une audience devant un tribunal de Moscou, 20.02.2021. [Maxim Shemetov - Reuters]
L'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a été transféré à l'hôpital / Le Journal horaire / 27 sec. / le 19 avril 2021
Les autorités carcérales russes ont décidé de transférer lundi Alexeï Navalny à l'hôpital. La santé de l'opposant emprisonné et en grève de la faim s'était sérieusement dégradée ces derniers jours, selon ses proches.

Les services carcéraux russes ont décidé lundi de transférer vers un hôpital pour prisonniers l'opposant russe Alexeï Navalny, en grève de la faim depuis environ trois semaines, tout en jugeant son état de santé "satisfaisant".

"Une commission de médecins (...) a décidé du transfert d'A. Navalny vers une unité hospitalière pour les condamnés qui se trouve sur le territoire de la colonie pénitentiaire n°3 de la région de Vladimir", a indiqué le service carcéral de cette région dans un communiqué. Celui-ci précise qu'Alexeï Navalny a accepté de recevoir "des vitamines".

Appel pressant de l'Union européenne

Les Européens, "très inquiets" pour la santé de l'opposant russe, avaient annoncé plus tôt dans la matinée qu'ils demandaient à Moscou de le faire hospitaliser.

"Les relations avec la Russie ne s'améliorent pas. Au contraire, la tension s'accroît dans différents domaines", a déploré le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell au début d'une réunion informelle en visioconférence avec les ministres des Affaires étrangères des 27.

"Les Européens ont demandé aux autorités russes de lui fournir des soins de santé. Notre demande n'a pas été prise en compte. Maintenant que la situation s'aggrave, nous rendons les autorités russes responsables de la santé de M. Navalny", a averti Josep Borrell.

Le porte-parole du Kremlin a rejeté ces mises en garde. "Nous ne pouvons pas accepter de telles déclarations de la part de représentants d'autres gouvernements" a-t-il déclaré aux journalistes, estimant que ce thème "ne doit pas avoir d'intérêt" pour eux. "Nous ne suivons pas l'état de santé des prisonniers russes", a-t-il ajouté.

Le transfert d'Alexei Navalny est "sans doute" le signe d'une volonté de Moscou de faire redescendre la pression dans le dossier Navalny, analyse Jean Radvanyi, professeur émérite de géographie à l’INALCO et spécialiste de la Russie. "Ce qu'on espère, c'est que ses médecins, qui le connaissent bien, puissent lui rendre visite dans cet hôpital", ajoute-t-il, se référant aux problèmes de santé déjà rencontrés par l'opposant russe après son empoisonnement.

>> L'interview de Jean Radvanyi, professeur émérite de géographie à l’INALCO et spécialiste de la Russie, dans Forum:

L'état de santé de Navalny, un enjeu politique majeur: interview de Jean Radvanyi [RTS]
L'état de santé de Navalny, un enjeu politique majeur: interview de Jean Radvanyi / Forum / 6 min. / le 19 avril 2021

En grève de la faim depuis le 31 mars

Alexeï Navalny a arrêté de s'alimenter le 31 mars pour protester contre ses mauvaises conditions de détention. Il accuse l'administration pénitentiaire russe de lui refuser l'accès à un médecin et des médicaments alors qu'il souffre d'une double hernie discale, selon ses avocats.

>> Lire: L'opposant russe Alexeï Navalny pourrait avoir un arrêt cardiaque "d'une minute à l'autre"

Ses médecins ont indiqué dimanche qu'ils avaient été empêchés de lui rendre visite.

afp/oang

Publié Modifié

Le DFAE réclame la libération d'Alexeï Navalny

Les dernières informations sur la détérioration de l'état de santé de l'opposant russe Alexeï Navalny sont inquiétantes, a déclaré lundi le DFAE. Les autorités russes ont le devoir de garantir sa sécurité et son bien-être, ajoute-t-il, réclamant sa libération.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) considère comme problématique qu'Alexeï Navalny ait été condamné dans le cadre d'une procédure que la Cour européenne des droits de l'homme a qualifiée en 2017 d'"arbitraire et manifestement inadéquate", écrit-il dans une prise de position diffusée lundi soir. La Russie viole ainsi les conventions qu'elle s'est engagée à respecter, souligne le DFAE.

Les États sont en outre soumis à des obligations particulières à l'égard des personnes dont ils ont la garde. Il existe des contacts entre le DFAE et divers interlocuteurs russes sur cette question, mais ils n'ont pas lieu au niveau du Conseil fédéral, précise le DFAE.

Appel à manifester mercredi

Les soutiens d'Alexeï Navalny en Russie ont appelé dimanche les Russes à manifester le 21 avril pour "sauver la vie" de l'opposant.

Ces manifestations, fixées à 19h00 (18h00 heure suisse) mercredi, doivent être organisées le même jour que le discours annuel du président Vladimir Poutine devant les deux Chambres du Parlement.

Mais le ministère russe de l'Intérieur a mis en garde lundi contre toute participation. "Les unités du ministère de l'Intérieur et des autres forces de l'ordre ne permettront pas une déstabilisation de la situation et prendront toutes les mesures qui s'imposent pour le maintien de l'ordre", a indiqué le ministère dans un communiqué.

>> Lire: Appel à manifester le 21 avril pour sauver l'opposant Alexeï Navalny