Modifié

La barre des 100'000 morts franchie en France - Le suivi du Covid dans le monde

La France a franchi la barre des 100'000 morts. [YOAN VALAT - EPA]
La France a franchi la barre des 100'000 morts. [YOAN VALAT - EPA]
La France a dépassé jeudi les 100'000 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19, en pleine troisième vague qui dure et laisse ouvertes les questions sur une réouverture du pays à partir de la mi-mai.

La pandémie de coronavirus a fait au moins 2'974'651 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à la mi-journée. Plus de 138'213'350 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 564'405 décès pour 31,4 millions de cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Viennent ensuite le Brésil avec 361'884 morts et 13,7 millions de cas, le Mexique avec 210'812 morts (2,3 millions de cas), l'Inde avec 173'123  morts (14,1 millions de cas) et le Royaume-Uni avec 127'161 morts (4,4 millions de cas).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS

FRANCE - La barre des 100'000 morts franchie

La France a dépassé jeudi le lourd bilan des 100'000 morts depuis le début de la pandémie de Covid-19, en pleine troisième vague qui dure et laisse ouvertes les questions sur une réouverture du pays à partir de la mi-mai.

Le nombre de personnes atteintes de Covid-19 dans les services de réanimation a continué à progresser à 5924 patients, soit 22 de plus que la veille. Un tel niveau de patients en réanimation n'avait plus été atteint depuis la première vague de l'épidémie en avril 2020, où plus de 7000 personnes étaient en soins critiques.

En franchissant cette barre symbolique, le pays rejoint en Europe la Grande-Bretagne (127'000 morts) et l'Italie (115'000 morts), mais d'autres pays (Belgique, Portugal) ont une mortalité plus élevée par habitants.

Le président Emmanuel Macron a néanmoins indiqué jeudi soir à une quinzaine de maires qu'il comptait toujours rouvrir des musées et des terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", ont indiqué plusieurs participants à cette visioconférence.

Forfait psy pour les enfants en détresse

Face à une montée de la détresse due à la crise du Covid-19 chez les enfants et les adolescents, le président français Emmanuel Macron a annoncé mercredi la mise en place d'un forfait de prise en charge de dix séances de psychologue.

"Nous avons aujourd'hui un problème de santé qui touche nos enfants et adolescents, qui se rajoute à l'épidémie", a déclaré le chef de l'Etat au cours d'une rencontre avec des soignants dans le service de pédopsychiatrie d'un hôpital de Reims (est).

Le forfait permettra le remboursement à 100% de 10 séances de psychologue en ville pour des enfants et adolescents de 3 à 17 ans, tout au long de la crise.

>> Les explications et l'interview de Philip Jaffé, directeur du Centre interfacultaire en droits de l'enfant et professeur à l'Université de Genève, dans Forum:

La France offre 10 séances de psy aux 3-17 ans : interview de Philippe Jaffé [RTS]
La France offre 10 séances de psy aux 3-17 ans : interview de Philip Jaffé / Forum / 8 min. / le 15 avril 2021

BELGIQUE - Réouverture des terrasses dès le 8 mai

La Belgique va autoriser à partir du 8 mai la réouverture des terrasses des bars et restaurants, fermés depuis fin octobre, après un confinement de quatre semaines qui a permis de réduire les contaminations sans pour autant réduire significativement la pression hospitalière.

Le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé que le gouvernement adoptait une approche "prudente". "L'apparence de l'épidémie a changé. Nous ne combattons pas le même virus qu'il y a un an. Le virus et ses variants sont désormais plus virulents, plus contagieux et plus agressifs", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

D'autres allègements des restrictions interviendront dans les prochaines semaines, avec notamment la réouverture des écoles lundi prochain. L'interdiction des voyages à l'étranger non impérieux sera également levée à compter de la semaine prochaine, même si le Premier ministre a invité les Belges à voyager le moins possible.

ALLEMAGNE - Les Länder pressés de renforcer les restrictions

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a exhorté jeudi les 16 Länder du pays à renforcer rapidement les restrictions pour tenter de ralentir la troisième vague de l'épidémie de Covid-19, sans attendre que les autorités fédérales ne puissent légiférer à ce sujet.

Cet appel du ministre intervient alors que le nombre de nouvelles contaminations par le coronavirus SARS-CoV-2 a bondi à 29'426 au cours des dernières 24 heures, un niveau sans précédent depuis le 8 janvier.

"Nous avons vu l'automne dernier ce qui se passait lorsque nous ne réagissons pas assez vite", a déclaré Jens Spahn aux journalistes.

L'Allemagne peine à contenir la propagation du variant dit britannique, beaucoup plus contagieux que la forme non mutée du SARS-CoV-2.

La frustration croissante au sein de la population allemande sur la gestion de la crise sanitaire pèse sur la cote de popularité du camp conservateur d'Angela Merkel à cinq mois d'élections fédérales qui marqueront le retrait de la chancelière du pouvoir après quatre mandats.

PORTUGAL - Nouvelle étape du déconfinement lundi

A l'exception d'une dizaine de municipalités, le Portugal poursuivra son plan de déconfinement comme prévu, avec la réouverture lundi des restaurants, des centres commerciaux, des salles de spectacle, des lycées et des universités, a annoncé jeudi le gouvernement.

Il s'agit de la troisième étape sur quatre d'une levée progressive des restrictions sanitaires entamée à la mi-mars, après deux mois d'un confinement général qui avait permis d'endiguer une violente troisième vague de l'épidémie de coronavirus. Après la réouverture des écoles primaires, il y a un mois, s'est suivi début avril celle des collèges, des terrasses de cafés et restaurants puis des commerces de rue.

GRECE - Touristes vaccinés autorisés

La Grèce a l'intention de supprimer la quarantaine pour les touristes vaccinés en provenance de certains pays à partir de la semaine prochaine, a indiqué jeudi le gouvernement, qui cherche à relancer l'industrie du tourisme frappée de plein fouet par la pandémie.

L'initiative fait partie d'un programme "pilote" qui autorisera l'entrée des personnes disposant du soi-disant passeport vaccinal avant l'ouverture officielle de la saison touristique en Grèce prévue à la mi-mai. Ce projet concerne les visiteurs en provenance des pays européens ou d'autres pays qui disposent soit d'un certificat vaccinal ou des tests de dépistage PCR.

ETATS-UNIS - Le vaccin Johnson & Johnson toujours sur pause

La pause dans l'administration du vaccin Johnson & Johnson aux Etats-Unis est prolongée d'au moins une semaine. Un groupe d'experts réunis mercredi a dit avoir besoin de plus de temps pour évaluer ses possibles liens avec la formation de graves caillots sanguins.

Cette analyse est effectuée à la demande des Centres américains de lutte et de prévention des maladies, principale agence américaine de santé publique, après la découverte de six cas de femmes, dont une est décédée, ayant développé de graves de caillots sanguins en association avec des bas niveaux de plaquettes après leur injection, aux Etats-Unis.

>> Lire également: Washington recommande "une pause" avec le vaccin de Johnson & Johnson

Le vaccin Johnson & Johnson a déjà été administré à 7,5 millions de personnes aux Etats-Unis, et un septième cas, celui d'une femme de 28 ans, a été évoqué pendant la réunion.

Les experts auraient pu décider d'une restriction du vaccin à certaines parties de la population, mais la plupart d'entre eux ont déclaré avoir besoin d'étudier plus de données avant de trancher.

BRESIL - Une "catastrophe humanitaire", selon MSF

Selon Médecins sans Frontières (MSF), le Brésil est plongé dans une "catastrophe humanitaire". L'ONG dénonce une gestion chaotique de la crise du Covid-19 par les autorités du pays. "L'absence de volonté politique pour agir de manière adaptée face à cette pandémie est responsable de la mort de milliers de Brésiliens", a affirmé l'ONG dans un communiqué.

En un peu plus d'un an, le coronavirus a fait plus de 360'000 morts au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé au monde après les Etats-Unis.

La crise sanitaire s'est fortement aggravée ces dernières semaines, avec plus de 66'000 morts lors du seul mois de mars et plus de 3000 décès par jour en moyenne.

Pour l'ONG, "ces chiffres illustrent l'incapacité des autorités à gérer la crise sanitaire et humanitaire dans le pays et à protéger les Brésiliens, en particulier les plus vulnérables, contre le virus".

Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro n'a cessé de minimiser l'ampleur de la pandémie et de critiquer les mesures restrictives prises au niveau local par les maires et les gouverneurs des différents Etats.

Les spécialistes relèvent qu'en l'absence d'une coordination nationale, ces mesures sont souvent confuses, insuffisantes et finalement peu respectées par la population.

ARGENTINE - Les écoles vont fermer

Le gouvernement argentin va renforcer les restrictions liées à la pandémie dans et autour de la capitale Buenos Aires afin d'endiguer une forte hausse des cas de Covid-19, notamment en fermant les écoles et en imposant un couvre-feu à partir de 20 heures pour limiter l'activité sociale.

Le président Alberto Fernandez a déclaré que le pays sud-américain devait "gagner du temps" dans la lutte contre le Covid-19 après que les cas quotidiens ont atteint un record cette semaine. Les mesures supplémentaires prévoient la fermeture des écoles à partir de lundi, ainsi que la suspension des activités sportives, récréatives, religieuses et culturelles en salle jusqu'au 30 avril.

Dans certains quartiers de la ville, les citoyens ont klaxonné et tapé sur des casseroles pour exprimer leur désaccord avec les mesures, ont montré des images de la télévision locale.

JAPON - L'annulation des Jeux reste une option

Un haut responsable du parti au pouvoir au Japon a déclaré que l'annulation des Jeux olympiques de cette année est une option si la crise du coronavirus devient trop grave, a rapporté l'agence de presse Kyodo, à moins de 100 jours du début prévu des Jeux.

Si une hausse des cas de coronavirus signifie "que (la tenue des JO) est impossible, nous devrions renoncer", a déclaré Toshihiro Nikai, secrétaire général du Parti libéral démocrate.

Le Japon est aux prises avec une augmentation des infections, avec des chiffres en hausse à Tokyo après la levée de l'état d'urgence par le gouvernement, et un nombre record de cas à Osaka.

Le gouvernement poursuit ses préparatifs en intégrant des mesures de distanciation sociale et des restrictions sur les spectateurs pour les Jeux qui doivent commencer le 23 juillet.

INDE - Records de cas en 24 heures

L'Inde a enregistré un record de 200'000 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, selon des données officielles publiées jeudi, alors qu'une deuxième vague de contaminations massive prend encore de l'ampleur dans le pays de 1,3 milliard d'habitants.

Le nombre de contaminations quotidiennes a plus que doublé depuis début avril. L'Inde, qui a enregistré au total plus de 14,1 millions de cas, a déploré aussi 1038 décès en 24 heures, soit près de 175'000 morts au total, selon les données du ministère de la Santé.

CAMBODGE - Le pays "au bord de la mort" selon le Premier ministre

La hausse des cas de contaminations au Covid-19 place le Cambodge "au bord de la mort", a mis en garde le Premier ministre Hun Sen, après que le royaume a imposé un confinement de deux semaines des habitants dans la capitale Phnom Penh et dans la ville voisine de Ta Khmau afin d'endiguer la propagation de l'épidémie, mettant un coup d'arrêt à la circulation de plus de deux millions de personnes.

Les habitants ne peuvent plus quitter leur domicile, sauf pour se rendre à l'hôpital ou acheter des médicaments, et seuls deux membres du foyer ont le droit de sortir acheter de la nourriture.

"S'il vous plaît, mon peuple, joignez vos efforts pour mettre fin à cette dangereuse situation", a exhorté le Premier ministre dans un message enregistré, diffusé tard mercredi soir sur la télévision publique. "Nous sommes déjà au bord de la mort. Si nous ne nous unissons pas, nous nous dirigeons vers la vraie mort", a-t-il ajouté.

RTSinfo avec agences

Publié Modifié

Google participe aux efforts pour la vaccination

Google a annoncé jeudi une série de dons financiers et de mesures pour aider les campagnes de vaccination aux Etats-Unis et dans le monde, y compris un "agent virtuel" pour orienter les personnes qui n'ont pas ou peu accès à internet.

Accessible par texto, "chat" en ligne ou téléphone, il doit permettre de prendre rendez-vous pour se faire vacciner ou de poser des questions basiques sur son éligibilité, dans 28 langues différentes. La branche de "cloud" (informatique à distance) du géant des technologies a mis au point cet outil avant tout pour "les personnes ayant un accès limité à internet", explique un communiqué. Google affirme vouloir faciliter la vaccination des communautés défavorisées en termes d'accès à la santé.

La firme californienne a promis de fournir 250'000 doses de vaccins aux pays dans le besoin, d'aider à financer des sites temporaires de vaccination aux Etats-Unis et d'accorder 250 millions de dollars en subventions publicitaires pour aider des gouvernements et organisations de santé, y compris l'Organisation mondiale de la Santé, à communiquer sur les campagnes en cours.

Le patron de Pfizer défend le prix élevé de son vaccin

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNTech, actuellement l'un de ceux vendus le plus cher, n'est pas plus coûteux qu'un repas et sera proposé sans faire de bénéfices aux pays pauvres, notamment en Afrique, a déclaré jeudi le patron du laboratoire américain.

"Les vaccins ont un prix inestimable", a assuré Albert Bourla, patron de Pfizer, dans un entretien commun aux quotidiens français Les Echos, allemand Handelsblatt, italien Corriere Della Serra et espagnol El Mundo. "Ils sauvent des vies humaines, ils permettent de rouvrir les économies, mais nous les vendons au prix d'un repas", a-t-il insisté.