Modifié

Cap des 25 millions de cas franchi en Amérique latine - Le suivi du Covid dans le monde

L'inquiétude monte au Brésil. Les scientifiques redoutent que le pays devienne l'épicentre de nouveaux variants mortels. [RTS]
L'inquiétude monte au Brésil. Les scientifiques redoutent que le pays devienne l'épicentre de nouveaux variants mortels. / 19h30 / 2 min. / le 2 avril 2021
Théâtre d'une flambée épidémique depuis février, l'Amérique latine a franchi vendredi le seuil des 25 millions de cas déclarés de Covid-19 selon un décompte de l'AFP. En France, les annulations de festival se multiplient.

La pandémie de SARS-CoV-2 a fait plus de 2'829'000 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à midi.

Plus de 129'564'500 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 553'120 décès pour 30,5 millions de cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Viennent ensuite le Brésil avec 325'284 morts et 12,8 millions de cas, le Mexique avec 203'664 morts (2,2 millions de cas), l'Inde avec 163'396 morts (12,3 millions), et le Royaume-Uni avec 126'764 morts (4,3 millions).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS

AMERIQUE LATINE: le cap des 25 millions de cas franchi

L'Amérique latine a franchi le seuil des 25 millions de cas déclarés de Covid-19, au moment où elle est confrontée à une augmentation alarmante du nombre des contaminations conduisant plusieurs pays à renforcer à nouveau les restrictions.

La région Amérique latine et Caraïbes a enregistré 25'001'533 contaminations vendredi en fin de journée, selon un comptage de l'AFP à partir de chiffres officiels. Le nombre des morts y est désormais de 788'721 pour 600 millions d'habitants.

BRESIL - Rio prolonge ses restrictions face à la flambée épidémique

La ville de Rio de Janeiro a annoncé vendredi un prolongement de certaines restrictions contre le Covid-19. "Il faut se donner un peu plus de temps, même si c'est dur pour les entreprises, pour ceux qui cherchent un emploi pour vivre. La diminution des contacts entre les gens commence à donner des résultats", a plaidé le maire de la ville, Eduardo Paes, en conférence de presse.

Le Brésil, deuxième pays le plus endeuillé au monde en chiffres absolus (321'000) derrière les Etats-Unis, est confronté à une flambée épidémique sans précédent depuis l'apparition d'un premier cas de coronavirus fin février 2020.

Les hôpitaux sont saturés dans la quasi-totalité des Etats et le mois de mars a été de loin le plus mortel : le pays de 212 millions d'habitants a enregistré plus de 66.000 décès, deux fois plus qu'en juillet 2020, le pire mois jusque-là.

>> Voir le reportage du 19h30:

L'inquiétude monte au Brésil. Les scientifiques redoutent que le pays devienne l'épicentre de nouveaux variants mortels. [RTS]
L'inquiétude monte au Brésil. Les scientifiques redoutent que le pays devienne l'épicentre de nouveaux variants mortels. / 19h30 / 2 min. / le 2 avril 2021

>> Plus de précisions: Le Covid-19 flambe au Brésil, les experts craignent de nouvelles souches

CHILI - Frontières fermées et nouvelles restrictions

Le Chili a fermé jeudi ses frontières et renforcé davantage les restrictions sanitaires afin d'enrayer la propagation du coronavirus et les ravages des nouveaux variants, alors que le nombre d'infections confirmées dans le pays a dépassé le million en dépit de la vitesse du déploiement des vaccins.

Ces mesures drastiques ont été décidées après que les hôpitaux ont prévenu qu'ils étaient proches de la rupture, le nombre de jeunes patients infectés par le Covid-19 s'étant multiplié ces dernières semaines après les vacances estivales dans l'hémisphère Sud.

FRANCE - Les festivals d'été de nouveau en mode mineur

Coup sur coup, le Festival international de la bande dessinée à Angoulême et celui des Eurockéennes de Belfort ont annoncé jeter l'éponge, et donné rendez-vous aux festivaliers en 2022.

Celui d'Angoulême, qui se tient traditionnellement en janvier, a renoncé à une édition grand public exceptionnelle fin juin 2021, et "a pris la décision de vous donner à tous rendez-vous fin janvier 2022", a expliqué sa direction vendredi. La 49e édition est programmée du 27 au 30 janvier.

Même déception du côté des Eurockéennes, un pilier de l'été des festivals. "Après avoir tant espéré, nous avons décidé de ne pas sacrifier l'esprit des Eurocks sur l'autel de la pandémie", ont écrit les organisateurs.

Les "Eurocks" (128'000 personnes en 2019) rejoint la liste des évènements qui n'avaient déjà pas pu se tenir en 2020 en France, promettant un nouvel été en sourdine pour les gros festivals de musiques actuelles. On y trouve déjà Solidays, Hellfest, Garorock, Le Main Square, Art Rock ou encore le Lollapalooza à Paris.

Pour l'heure, parmi les festivals majeurs de musiques actuelles, Les Vieilles Charrues (270'000 spectateurs en 2019) et les Francofolies (150'000 en 2019) ont promis de se dérouler en s'adaptant. Le Printemps de Bourges, prévu début mai (200'000 personnes en 2019) a été décalé du 22 au 27 juin.

>> Lire aussi: Couvre-feu généralisé et fermeture des écoles en France pour juguler le Covid

Ailleurs en Europe

A Barcelone, les festivals Sonar de musique électronique et Primavera Sound de musiques actuelles - l'un des plus grands d'Espagne et d'Europe - ont également renoncé à leurs éditions prévues en juin.

En Grande-Bretagne, les organisateurs du festival de Glastonbury, annulé pour la deuxième année consécutive, ont annoncé la tenue d'un grand concert le 22 mai, sans public mais diffusé en direct, avec une pléiade d'artistes, dont Coldplay.

ITALIE - Personnels soignants contraints de se faire vacciner

En Italie, tous les personnels soignants du pays vont devoir se faire vacciner contre le coronavirus. Alors que l'épidémie a déjà causé près de 110'000 morts dans le pays, le gouvernement de Mario Draghi a en effet adopté par décret cette mesure drastique pour contraindre les réfractaires.

La mesure est controversée. Certains la jugent illégale. Mais les autorités estiment indispensable de protéger les agents médicaux et paramédicaux qui pourraient être davantage exposés au risque d'infection et transmettre le virus aux malades. Les réfractaires risquent une suspension, avec perte de salaire, jusqu'à la fin de l'année.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

En Italie, tous les personnels soignants du pays vont devoir se vacciner contre le coronavirus. [Mauro Ujetto - AFP]Mauro Ujetto - AFP
Le personnel soignant italien contraint de se faire vacciner / Le Journal horaire / 1 min. / le 2 avril 2021

ESPAGNE - Quarantaine prolongée à l'arrivée de plusieurs pays

L'Espagne a prolongé jusqu'au 19 avril la quarantaine imposée aux voyageurs en provenance de la Colombie, du Pérou et de huit pays africains pour freiner la propagation des variants du coronavirus, d'après un décret publié vendredi.

Cet isolement de dix jours s'applique aussi aux voyageurs venant du Brésil et d'Afrique du Sud, depuis lesquels seuls les ressortissants et résidents espagnols ou andorrans ont le droit de venir en Espagne.

Les pays africains concernés sont le Botswana, les Comores, le Ghana, le Kenya, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe.

Les voyageurs en provenance de ces douze pays doivent respecter une quarantaine de dix jours, ou sept s'ils présentent un test PCR négatif au terme de cette période, et ce depuis le 2 mars.

ANGLETERRE - Frontières fermées à quatre nouveaux pays

Le gouvernement britannique a annoncé vendredi fermer les frontières de l'Angleterre aux non-résidents arrivant de quatre nouveaux pays, dont le Kenya et le Pakistan, afin d'éviter l'importation de variants du coronavirus susceptibles de compromettre la campagne de vaccination.

Cette mesure, qui vise également les Philippines et le Bangladesh, entrera en vigueur le 9 avril, a précisé le ministère des Transports dans un communiqué.

Elle ne s'appliquera pas aux ressortissants britanniques et irlandais, ni aux personnes résidant au Royaume-Uni, qui devront toutefois se soumettre à leur arrivée en Angleterre à une quarantaine de dix jours à l'hôtel, à leurs frais.

Plus de 500 millions de francs pour la culture

Le gouvernement a annoncé par ailleurs vendredi qu'il allait débloquer une enveloppe d'environ 400 millions de livres (521 millions de francs) pour accompagner la réouverture, après le confinement, de 2700 organisations culturelles mises à mal par le coronavirus, dont le festival de Glastonbury.

PAYS-BAS - Plus de vaccin d'AstraZeneca pour les moins de 60 ans

Les Pays-Bas suspendent les injections de vaccin AstraZeneca pour les moins de 60 ans à la suite de quelques cas de caillots sanguins, ont indiqué vendredi les autorités sanitaires.

"La cause immédiate pour cette décision est la notification de cas de thromboses associées à de faibles numérations plaquettaires après des vaccinations", a précisé le service de santé publique GGD.

Cette décision intervient après cinq nouveaux cas aux Pays-Bas touchant des femmes âgées de 25 à 65 ans, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

ETATS-UNIS - Les théâtres rouvrent à New York

Les New-Yorkais retrouvent vendredi le plaisir des spectacles vivants. Théâtres et salles de concerts de la capitale culturelle américaine, fermés depuis le 12 mars 2020, rouvrent leurs portes, avec une capacité limitée à 100 personnes. Le président Joe Biden a toutefois appelé la population des Etats-Unis à respecter les mesures sanitaires, en particulier le port du masque, et demandé aux clubs sportifs de ne pas rouvrir les stades à leur pleine capacité.

Et les fans des New York Yankees sont revenus jeudi dans leur stade pour la première fois depuis octobre 2019, au moment du lancement de la saison de baseball aux Etats-Unis.

Voyages facilités pour personnes vaccinées

Les personnes vaccinées contre le Covid-19 peuvent recommencer à voyager tout en prenant des précautions, c'est-à-dire en portant un masque et en respectant la distanciation physique, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires américaines.

A l'intérieur des Etats-Unis, aucune quarantaine ou test de dépistage Covid-19 ne sera requis de leur part après le voyage. En revanche, pour les voyageurs internationaux, un test négatif sera toujours réclamé avant l'embarquement dans un avion, et une quarantaine devra malgré tout être observée si elle est réclamée par les autorités locales.

CANADA - Ontario et Québec serrent la vis

Confrontées à une troisième vague de coronavirus, les deux provinces les plus peuplées du Canada, l'Ontario et le Québec, ont durci les restrictions pour ralentir la propagation du virus alors que la vaccination peine à décoller malgré des centaines de millions de doses précommandées.

L'Ontario va activer un "frein d'urgence" à compter de samedi pendant au moins quatre semaines. Les écoles resteront ouvertes et les 14 millions d'habitants n'ont pas reçu l'ordre de rester chez eux, mais les commerces jugés non essentiels ne pourront accueillir que 25% de leurs clients habituels.

AUSTRALIE - Cas suspect de thrombose

Les autorités australiennes ont annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête après un cas de thrombose signalé vendredi chez une personne ayant reçu une dose du vaccin contre le Covid-19 développé par AstraZeneca, relançant les inquiétudes sur ce produit qui doit être administré largement à la population.

La campagne vaccinale de masse a été lancée en Australie en février et doit permettre d'injecter à la plupart des 25 millions d'habitants du pays le vaccin développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford.

RTSinfo avec agences

Publié Modifié

Le Spoutnik V pas autorisé dans l'UE avant fin juin, selon Paris

Le vaccin russe Spoutnik V ne pourra pas être autorisé au sein de l'Union européenne "avant la fin du mois de juin", a averti jeudi le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, alors que certains pays européens avancent cette piste pour accélérer leur campagne de vaccination.

"Il y a une première étape d'examen du dossier de validation qu'on appelle revue scientifique qui sans doute, nous dit-on, s'écoulera au moins jusqu'à la mi-juin", a déclaré Clément Beaune devant la Commission des Affaires européennes du Sénat.

"Et ensuite il y a une dernière étape qui est l'avis de l'Agence européenne des médicaments sur l'autorisation de mise sur le marché, qui prend encore quelques semaines. Donc ce n'est pas un vaccin qui est autorisable vraisemblablement avant la fin du mois de juin", a-t-il ajouté.

L'OMS critique la lenteur "inacceptable" de la vaccination en Europe

"Le rythme lent de la vaccination prolonge la pandémie", déplore la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en soulignant que le nombre de nouveaux cas en Europe a fortement progressé ces cinq dernières semaines.

"Les vaccins sont notre meilleure voie pour sortir de la pandémie. Non seulement ils fonctionnent, mais ils sont aussi très efficaces pour limiter les infections. Néanmoins, le déploiement de ces vaccins est d'une lenteur inacceptable", a tancé le directeur de l'OMS Europe, Hans Kluge, cité dans le communiqué.

Dans la zone Europe de l'OMS, qui inclut une cinquantaine de pays dont la Russie et plusieurs Etats d'Asie centrale, le nombre de nouveaux décès a dépassé les 24'000 la semaine passée et se rapproche "rapidement" de la barre du million, selon l'organisation. Le nombre de nouveaux cas hebdomadaire a lui atteint 1,6 million, alors qu'il était tombé sous le million il y a seulement cinq semaines, pointe l'OMS.