Modifié

Les aéroports internationaux doivent se repenser avec la crise actuelle

L'aéroport de Francfort, le plus grand et plus important hub d'Allemagne [DPA/A3471/_Boris Roessler]
Quel avenir pour les grands aéroports internationaux? / Tout un monde / 4 min. / le 29 mars 2021
Si la crise du coronavirus menace les petits aéroports de faillite, les grands hubs européens doivent repenser leur modèle économique et faire face aux pressions écologiques. D’autres régions comme l’Asie sont plus confiantes sur l’avenir de ce secteur après la pandémie.

Les compagnies aériennes ne sont pas les seules en crise suite à la pandémie de coronavirus. Les aéroports en souffrent également. Certains petits aéroports, déjà dans le rouge, vont sans doute disparaître en raison du manque de passagers, estime John Strickland, consultant dans l'industrie aérienne, lundi dans l'émission Tout un Monde. "La question de savoir s’ils vont survivre ou mourir dépend de l’argent et de la volonté publique."

Mais quel sera l'avenir pour les grands aéroports internationaux qui auront survécu lorsque les vols reprendront? Vont-ils poursuivre leur expansion? Le nouvel aéroport de Berlin, inauguré sans fanfare en octobre dernier, a déjà fermé l'une de ses aérogares.

La pression écologique

Ces aéroports, dont les actionnaires sont souvent les Etats ou les collectivités publiques, étaient déjà mis sous pression bien avant la crise par la montée des revendications environnementales. Ainsi, le projet d’une troisième piste à l’aéroport de Heathrow, à Londres, était déjà controversé avant la crise et sa réalisation encore incertaine.

>> Lire aussi: La justice retoque la troisième piste à Heathrow pour des motifs écologiques

Celui d’une quatrième gare à Paris Charles de Gaulle a lui été tout bonnement annulé, relate John Strickland. Le gouvernement français exige du groupe ADP, propriétaire de cet aéroport, de proposer un nouveau projet intégrant le développement d'avions électriques ou propulsés par hydrogène, ce qui risque de prendre de nombreuses années.

La concurrence entre compagnies aériennes

Les pressions écologiques ne sont pas les seules à vouloir freiner ces projets d'extension. Certaines compagnies aériennes elles-mêmes s’y opposent pour protéger leur marché, explique Andreas Wittmer, responsable du département aviation à l'université de Saint-Gall.

"Par exemple, la moitié des vols qu’une nouvelle piste à l'aéroport d'Heathrow permettrait d'opérer devrait, selon les accords, aller à de nouvelles compagnies, donc des concurrentes de British Airways. Or, la compagnie britannique a un quasi-monopole et risque ainsi de perdre des parts de marché, de devoir augmenter ses tarifs, ce qu'elle ne peut pas se permettre par les temps qui courent." Même Easyjet, qui opère pourtant sur Gatwick, s'oppose pour les mêmes raisons à cette troisième piste.

Réinventer un modèle économique

Les aéroports doivent trouver d’autres modèles économiques et poursuivre une mue déjà entamée avant la crise. "On va voir les aéroports se développer plutôt côté ville que côté piste avec la multiplication des centres commerciaux", explique Andreas Wittmer.

"L'aéroport de Zurich, par exemple, vient de terminer un Centre de conventions et de magasins qui se projette comme un second centre-ville, destiné à tout le monde, et non seulement aux passagers, afin de ne pas concentrer tous les risques dans le business de l'aviation."

Le potentiel de croissance en Asie

Les aéroports asiatiques, eux, n’ont pas les mêmes craintes qu’en Europe. Avant la crise, le trafic aérien y augmentait deux fois plus vite que sur le Vieux continent et le potentiel y est encore grand. Andreas Wittmer rappelle qu'actuellement, seule 10% de la population indienne prend l'avion, un chiffre qui va sans doute croître fortement lorsque la demande reprendra.

"La demande globale pour le transport aérien est énorme. En Europe, nous sommes une quantité négligeable. En Asie notamment, la croissance de la classe moyenne va faire augmenter les chiffres du trafic aérien de la Turquie à la Chine, de Dubaï au Moyen-Orient en passant par l'Éthiopie, afin de connecter le reste du continent africain."

Ainsi, des hubs à sept ou huit pistes sont en construction pour accueillir tous ces nouveaux passagers, lorsque des solutions, technologiques peut-être, permettront de régler les problèmes de foule et de distanciation sociale.

Francesca Agriroffo/mh

Publié Modifié

Un nouvel aéroport contesté en Albanie

En Albanie, le projet d’un nouvel aéroport international est vivement contesté par les associations environnementales. Le lieu choisi par le gouvernement est celui de Narta, une zone protégée essentielle aux oiseaux migrateurs d’Europe qui y font escale.

"Les lagunes représentent seulement 1,7% de notre territoire, mais elles rendent de nombreux services écologiques, explique un ornithologue. Elles servent aussi les populations humaines, avec la pêche ou en assurant une protection contre les inondations. Mais ces lagunes jouent surtout un rôle primordial pour les oiseaux: beaucoup d’espèces présentent ici bénéficient d’un statut de protection européen."

Une partie de la population locale, elle, soutient le projet qui pourrait lui permettre une croissance économique et touristique.

"Il faut construire, cela va ramener de la vie au pays", soutient un ouvrier agricole qui tient une épicerie dans la région. "Des gens de France, d’Allemagne vont venir. Ils vont dépenser leurs euros ici, et comme ça, nous on pourra manger. Plus il en viendra, plus on en profitera."

>> Ecouter le reportage complet dans le sud de l’Albanie dans Tout un Monde:

Le projet de construction de l'aéroport de Vlorë en Albanie. [Vlora Airport]Vlora Airport
Un projet de construction d'aéroport contesté en Albanie / Tout un monde / 4 min. / le 29 mars 2021