Modifié

L'ONU a accédé à deux camps de réfugiés érythréens "entièrement détruits" au Tigré

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) est "très inquiet" pour les réfugiés érythréens qui ont dû fuir le Tigré. [International Rescue Committee - Keystone]
Deux camps de réfugiés érythréens "entièrement détruits" au Tigré / Le Journal horaire / 23 sec. / le 26 mars 2021
Les camps de réfugiés érythréens de Shimelba et Hitsats, dans la région éthiopienne du Tigré, "sont totalement détruits", a affirmé vendredi le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU, qui a pu se rendre sur place pour la première fois depuis novembre.

Les équipes de l'ONU "ont trouvé les deux camps totalement détruits, et toutes les installations humanitaires pillées et vandalisées", a indiqué un porte-parole du HCR, Boris Cheshirkov, lors d'un point de presse à Genève, confirmant ainsi ce qui avait pu être déduit d'images satellite au mois de février.

20'000 déplacés

Le HCR a aussi fait part de son inquiétude pour les quelques 20'000 réfugiés érythréens qui vivaient là et ont tous fui les camps.

Un nombre indéterminé est disséminé aux alentours de la ville de Shiraro, a précisé le HCR, indiquant qu'une prochaine mission menée avec l'Agence éthiopienne pour les réfugiés (ARRA), doit évaluer leur nombre, leurs besoins et leur souhait d'être éventuellement relocalisés.

Le HCR rappelle que plus de 7000 des réfugiés qui se trouvaient initialement dans les camps détruits se sont rendus dans les deux autres camps de réfugiés érythréens au Tigré, Mai Aini et Adi Harush. Environ 1000 autres ont fui ailleurs en Ethiopie.

Saison des pluies

L'aide humanitaire a pu parvenir aux réfugiés dans les camps de Mai Aini et Adi Harush mais ils sont surpeuplés, note l'agence onusienne, qui cherche de nouveaux emplacements pour installer les réfugiés, ce qui est d'autant plus pressant que la saison des pluies approche.

A ces réfugiés érythréens viennent s'ajouter quelque 95'000 Ethiopiens déplacés qui se trouvent dans le district de Shiraro. La très grande majorité d'entre eux vivent dans les communautés locales.

ats/fgn

Publié Modifié

L’armée érythréenne va quitter le Tigré

Plus tôt vendredi, à l'issue d'une rencontre avec le président érythréen, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a assuré que l'armée érythréenne allait bientôt se retirer du Tigré, où elle a pénétré après le début du conflit en novembre dans cette région du nord de l'Ethiopie.

Cette annonce fait suite à la reconnaissance mardi, pour la première fois depuis le début de l'opération militaire au Tigré, de la présence de troupes érythréennes sur le sol tigréen par Abiy Ahmed, qui s'est rendu à Asmara jeudi.

Pendant des mois, les autorités d'Asmara et d'Addis Abeba ont démenti la présence de forces érythréennes au Tigré, qui était pourtant largement rapportée par des habitants, des humanitaires, des diplomates et même certains responsables civils et militaires éthiopiens.