Modifié

Vers des Jeux de Tokyo sans spectateurs étrangers - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Les JO de Tokyo pourraient se dérouler sans spectateurs étrangers. [Eugene Hoshiko - Keystone/AP]
Les JO de Tokyo pourraient se dérouler sans spectateurs étrangers. [Eugene Hoshiko - Keystone/AP]
Les JO de Tokyo pourraient se dérouler sans spectateurs venant de l'étranger en raison des craintes liées à la pandémie de Covid-19, selon des médias japonais. En Russie, le phénomène du tourisme vaccinal prend de l'ampleur.

La pandémie de coronavirus a fait au moins 2'600'802 morts depuis le débat de la pandémie, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à la mi-journée.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 525'816 décès, suivis par le Brésil (266'398), le Mexique (190'923), l'Inde (157'930) et le Royaume-Uni (124'566).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

JAPON - Des Jeux sans spectateurs étrangers?

Le gouvernement japonais a décidé que les Jeux olympiques de Tokyo, prévus cet été, se dérouleraient sans la présence de spectateurs étrangers en raison de la pandémie due au nouveau coronavirus, rapporte l'agence de presse Kyodo, citant des sources proches du dossier.

Les autorités sont parvenues à la conclusion qu'il ne serait pas possible d'accueillir le public venu de l'étranger pour ces Jeux au regard des inquiétudes des Japonais et de la découverte de variants du coronavirus, jugés plus contagieux, dans plusieurs pays, explique l'agence.

La cérémonie du relais de la flamme olympique, prévue le 25 mars, se tiendra également sans la présence de spectateurs, ajoute Kyodo. Les JO de Tokyo, reportés l'année dernière en raison de la pandémie, ont été reprogrammés à partir du 23 juillet.

RUSSIE - "Tourisme vaccinal" dans les cliniques russes

Prendre un avion pour aller se faire vacciner en Russie, la tendance se développe parmi les visiteurs du pays, parfois lors de voyages familial ou d'affaires.

En Russie, la majorité de la population se méfie toujours du vaccin. Les hôpitaux en profitent donc pour écouler leurs doses auprès des volontaires. Pour les étrangers, il suffit de prendre rendez-vous dans une clinique privée et le tour est joué, une trentaine de minutes pour une soixantaine de francs. Le plus compliqué est d’obtenir un visa pour la Russie.

La Russie a par ailleurs vivement dénoncé mardi les propos d'une responsable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui a comparé l'autorisation en urgence du vaccin Spoutnik V par certains pays européens à de la "roulette russe".

>> Ecouter les précisions dans La Matinale:

Une infirmière présente une fiole du vaccin russe Sputnik V contre le Covid-19, le 16 février en Carélie. [Dmitri Lovetsky - AP/Keystone]Dmitri Lovetsky - AP/Keystone
Le tourisme vaccinal se développe avec la Russie et son vaccin Sputnik V / La Matinale / 1 min. / le 9 mars 2021

UKRAINE - Kiev dénonce une "hystérie anti-vaccin"

Le ministre ukrainien de la Santé a dénoncé mardi une "hystérie anti-vaccin" dans son pays, déplorant la lenteur de la vaccination contre le Covid-19 et exhortant les soignants à accepter l'injection.

L'ex-république soviétique de quelque 40 millions d'habitants a commencé sa campagne d'immunisation le 24 février, à la traîne de la plupart des pays européens, et a couvert à ce jour environ 19'000 personnes, essentiellement des soignants et militaires.

Le ministre Maksym Stepanov a dénoncé "une campagne anti-vaccin" qui consiste à diffuser de "fausses informations" sur le seul produit disponible en Ukraine, le Covishield, qui est le vaccin AstraZeneca produit en Inde et dont l'Ukraine a acquis 500'000 doses.

Selon lui, les informations dénigrant le Covishield pourraient avoir été commanditées par des partisans de vaccins russes, bannis en Ukraine, car la Russie a annexé la Crimée en 2014 et est considérée comme le parrain d'un conflit séparatiste dans l'Est ukrainien.

REPUBLIQUE TCHEQUE - Lutte contre la désinformation sur les vaccins

La République tchèque lutte contre les infections au coronavirus dont le taux dans ce pays reste le plus élevé au monde, mais un raz-de-marée de désinformations et une réaction bâclée du gouvernement entravent les efforts de vaccination.

Des vidéos pseudo-scientifiques expliquant comment les vaccins peuvent "modifier votre ADN" ou des histoires horrifiantes sur l'hécatombe des personnes âgées mortes après la piqûre, les fausses informations ont submergé les médias sociaux, les messageries et les courriels tchèques.

Selon les traqueurs de l'infox, la majorité des fausses nouvelles en République tchèque proviennent de fermes de trolls russes, même si elles sont ultérieurement modifiées ou imitées par des sources locales.

ITALIE - Production du vaccin Spoutnik à partir de juillet

Le vaccin russe Spoutnik V contre le Covid-19 sera produit en Italie à partir de juillet, a indiqué mardi à l'AFP la Chambre de commerce italo-russe, une première dans l'Union européenne qui ne l'a pas encore autorisé.

Le vaccin sera produit dans les usines de l'entreprise pharmaceutique italo-suisse Adienne en Lombardie à Caponago, dans le nord de l'Italie. "Dix millions de doses seront produites entre le 1er juillet et le 1er janvier 2022", a précisé la Chambre du commerce, soulignant qu'il s'agit du "premier accord au niveau européen pour la production sur le territoire de l'UE du vaccin Spoutnik".

Spoutnik V n'est pas encore autorisé dans l'Union européenne, mais a franchi la semaine dernière une étape clé pour son déploiement dans cette zone, avec le début de son examen par l'Agence européenne des médicaments (AEM). Après cette annonce, les autorités russes se sont dites prêtes à fournir des vaccins à 50 millions d'Européens à partir de juin.

ROYAUME-UNI - Fermeture en avril des hôpitaux de campagne

Le Royaume-Uni va fermer en avril ses hôpitaux de campagne mis sur pied au printemps pour ouvrir des milliers de lits supplémentaires face à la pandémie de coronavirus et finalement peu utilisés, ont annoncé mardi les autorités sanitaires.

Dans une vidéo sur Twitter, le ministre de la Santé Matt Hancock a salué un "moment important" et salué ces établissements comme un "monument" traduisant "la capacité de ce pays à agir vite quand ça compte vraiment".

Grâce aux effets du confinement et le la campagne de vaccination - plus de 22 millions de personnes ont reçu une première dose - les hôpitaux britanniques comptent à présent moins de 10'000 patients infectés par le virus, contre 40'000 il y a encore sept semaines, a-t-il souligné.

FRANCE - Pas de confinement en vue en Ile-de-France

"Le confinement de l'Ile-de-France n'est pas d'actualité", a assuré mardi le directeur général de la santé Jérôme Salomon sur RTL, malgré une "très forte tension" dans les hôpitaux liée au virus du Covid-19.

La France a enregistré 23'302 nouvelles contaminations au coronavirus en vingt-quatre heures, montrent les données publiées mardi par Santé publique France (SPF), qui fait état également de 368 décès supplémentaires Le bilan de la crise sanitaire dans le pays s'élève désormais à 89'301 décès, selon les données officielles.

Plus de 4 millions de personnes ont reçu par ailleurs une première dose de vaccin contre le Covid-19, alors que la campagne de vaccination s'est accélérée le week-end dernier.

ESPAGNE - Entrée restreinte

Le gouvernement espagnol a annoncé mardi qu'il avait décidé de prolonger les restrictions aux arrivées de passagers en provenance du Royaume-Uni, d'Afrique du Sud et du Brésil jusqu'au 30 mars, en raison des craintes liées aux variants du coronavirus.

Depuis plusieurs semaines, l'Espagne, comme d'autres pays, interdit les arrivées de passagers en provenance de ces trois pays, sauf pour les ressortissants espagnols et les résidents étrangers en Espagne ou en Andorre, en raison des nouvelles souches du coronavirus, soupçonnées d'être plus contagieuses.

Le ministère espagnol de la Santé a fait état mardi de 4013 nouvelles contaminations et de 291 décès supplémentaires imputés au Covid-19. Le bilan s'élève désormais à 71'727 morts depuis le début de la pandémie.

Les patients atteints occupaient mardi 7,54% des lits disponibles dans les hôpitaux, contre 7,81% lundi. Dans les unités de soins intensifs, le pourcentage était de 23,24%, contre 24,27% la veille.

PAYS-BAS - Le coronavirus, enjeu majeur des élections

Les électeurs néerlandais se rendront aux urnes la semaine prochaine, à l'occasion du premier test majeur de la politique sur le coronavirus d'un gouvernement européen en 2021, le chef d'Etat libéral Mark Rutte étant en passe de remporter un quatrième mandat.

Bien que les Pays-Bas aient été récemment marqués par de violentes émeutes en raison d'un couvre-feu controversé, en vigueur pour lutter contre le Covid-19, le Premier ministre néerlandais s'affiche en tête des sondages.

Plus d'un an après son commencement, la pandémie a dominé le débat en marge des élections législatives du 17 mars, laissant peu de place à d'autres enjeux, comme la politique eurosceptique et anti-immigration du leader d'opposition Geert Wilders. Certains bureaux de vote ouvriront également les 15 et 16 mars pour les personnes âgées et celles vulnérables au virus.

ALLEMAGNE - Berlin mise sur le dépistage massif

L’Allemagne mise sur une stratégie de dépistage massif et régulier pour mieux contrôler la progression de l’épidémie. Pour y parvenir, Berlin a lancé cette semaine les tests rapides antigéniques hebdomadaires et gratuits pour tous et mise sur le déploiement massif des autotests dans le commerce.

Cette stratégie doit permettre de repérer les asymptomatiques qui passent entre les mailles du filet.

>> Le reportage d'Anne Mailliet dans le 19h30:

L'Allemagne lance les tests de dépistage du Covid-19 à large échelle. Objectifs: plus de contrôles et plus de libertés. [RTS]
L'Allemagne lance les tests de dépistage du Covid-19 à large échelle. Objectifs: plus de contrôles et plus de libertés. / 19h30 / 2 min. / le 9 mars 2021

Deux députés conservateurs soupçonnés de corruption

La CDU/CSU de la chancelière Angela Merkel est de plus en plus critiquée en Allemagne: deux députés conservateurs sont soupçonnés de corruption dans l'achat de masques et cette affaire attise les critiques contre le gouvernement, qui est accusé aujourd'hui de très mal gérer la pandémie.

>> Les précisions de Blandine Milcent dans le 12h30:

La chancelière allemande Angela Merkel photographiée 3 octobre 2020. [ EPA/ANDREAS GORA - Keystone] EPA/ANDREAS GORA - Keystone
Deux députés conservateurs sont soupçonnés de corruption dans une affaire d’achat de masques en Allemagne / Le 12h30 / 1 min. / le 9 mars 2021

Le nombre de cas confirmés de contamination au coronavirus en Allemagne a grimpé à 2'509'445, soit 4252 cas de plus que la veille, selon les données rapportées mardi par l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses.

L'institut fait aussi état de 255 décès supplémentaires, ce qui porte le total à 72'189 morts depuis le début de l'épidémie dans le pays.

AMERIQUE LATINE - Plus de 700'000 morts depuis le début de la pandémie

Plus de 700'000 décès du Covid-19 ont été officiellement enregistrés en Amérique latine et aux Caraïbes depuis le début de la pandémie en décembre 2019, selon un comptage d'AFP mardi. Les 34 pays de la région totalisent 700'022 décès pour plus de 22 millions de cas.

Le bilan reste toutefois inférieur à celui de l'Europe, qui compte 876'511 décès, mais supérieur à ceux de la région Etats-Unis/Canada (547'986) et de l'Asie (259'925).

La région est le second continent à atteindre ce seuil, après l'Europe qui l'a franchi le 25 janvier. Le Brésil et le Mexique concentrent deux tiers des décès de la région.

BRESIL - Presque 2000 morts de plus en un jour

Le Brésil a enregistré un nombre record de décès quotidiens depuis le début de la crise sanitaire, avec 1972 morts supplémentaires en vingt-quatre heures, selon les données communiquées mardi par le ministère de la Santé. Par ailleurs, 70'764 nouveaux cas de contamination ont été confirmés dans le pays.

Deuxième pays au monde le plus touché par la crise sanitaire après les Etats-Unis en nombre de décès, avec 268'370 morts, le Brésil a recensé aussi plus de 11 millions d'infections jusqu'à présent.

ETATS-UNIS - Moins de 1000 morts quotidiens, une première depuis novembre

Le ralentissement de l'épidémie se poursuit dans le pays le plus endeuillé au monde. Le bilan de la pandémie aux Etats-Unis s'élève mardi à 524'695 morts, soit 845 morts de plus que la veille, ont déclaré les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), responsables du suivi des épidémies dans le pays. Le nombre de cas de contamination frôle les 29 millions, ont-ils ajouté.

Plus de 61 millions d'Américains ont une première dose de vaccin et plus de 32 millions ont reçu une deuxième injection, selon les chiffres fournis par les CDC.

RTSinfo avec agences

Publié Modifié

Les personnes migrantes discriminées dans la lutte contre le Covid-10

Les personnes migrantes n'ont pas un accès équitable aux dispositifs de la lutte contre le coronavirus. Selon une étude publiée mardi à Genève, elles ont davantage souffert en raison des fermetures et des autres restrictions liées à la pandémie.

Elles n'ont souvent pas eu accès aux prestations indispensables, estime cette étude de la Croix-Rouge australienne auprès de près de 3300 migrants et 150 acteurs dans plusieurs pays. Beaucoup de ces personnes ont perdu leur activité et leurs revenus, ajoute ce rapport soutenu par la Fédération internationale des sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Egalement pour les vaccins

Ces personnes migrantes ont été confrontées à une insécurité alimentaire inquiétante et ont vu leur santé se détériorer. Même dans les pays où elles ont été associées à la réponse contre le coronavirus, elles ont fait face à des contraintes supplémentaires pour accéder aux tests ou aux soins parce qu'elles ne pouvaient montrer des composantes d'identité ou de sécurité sociale.

La FICR redoute que cette situation ne se répète avec les vaccins. Autre problème: certains migrants n'ont pas pu être soignés parce qu'ils ne souhaitent pas partager leurs données, de crainte d'être arrêtés ou expulsés. Une association de ces personnes à la réponse est non seulement une question humanitaire mais aussi dans l'intérêt de chaque pays, affirme le secrétaire général Jagan Chapagain.