Modifié

De crocodiles à sacs de luxe, ces élevages décriés en Australie

Un bébé crocodile qui vient d'éclore à la ferme de Coolibah, dans le Territoire du Nord de l'Australie. [Grégory Plesse - RTS]
LVMH et Hermès ont acheté la quasi-totalité des fermes à crocodiles d'Australie / Tout un monde / 5 min. / le 8 mars 2021
Devant le succès de leurs sacs, chaussures et accessoires en peaux exotiques, les géants français de luxe LVMH et Hermès ont racheté presque toutes les fermes de crocodiles en Australie. Visite guidée inédite dans l'un de ces élevages fortement controversés.

Dans le Territoire du Nord, la ferme de Coolibah est isolée du reste du monde. En pleine saison des pluies, elle n'est accessible qu'en hélicoptère. Ici, le supermarché le plus proche est à 220 kilomètres. C'est actuellement la période d'éclosion des oeufs. Des dizaines de bébés crocodiles naissent ainsi chaque jour.

Vue aérienne de la ferme de Coolibah, dans le Territoire du Nord de l'Australie, appartenant au groupe de luxe LVMH. [Grégory Plesse - RTS]Vue aérienne de la ferme de Coolibah, dans le Territoire du Nord de l'Australie, appartenant au groupe de luxe LVMH. [Grégory Plesse - RTS]

Ben Hindle, directeur des deux fermes que possède Louis Vuitton en Australie, assure la visite. "Lorsqu'ils éclosent, vous les entendrez pousser un petit cri", explique-t-il. "Ils font ce bruit pour appeler leurs frères à sortir de leurs oeufs, pour qu'ils naissent tous en même temps."

Une vie de croco d'élevage

A peine nés, certains de ces bébés crocodiles sont déjà très vivaces. "Dès l'instant où ils éclosent, ils sont prêts à tuer. Celui-ci est prêt à vous manger le doigt!" explique Annabelle Olsson, une vétérinaire qui veille à la bonne santé des animaux.

L'incubateur, qui baigne dans la vapeur, maintient une chaleur de 33 degrés. "Ils sont très sensibles à la température et nous la maintenons toujours au même niveau afin d'obtenir des mâles, parce qu'ils grandissent plus vite."

Une fois éclos ces bébés sont transférés dans un couvoir, où ils sont nourris six fois par semaine, avec de la viande hachée de kangourou. A l'âge de neuf mois, lorsqu'ils font environ un mètre d'envergure, les crocodiles sont placés dans des enclos à l'air libre par groupes de trente à quarante individus.

Des bébés crocodiles éclosent dans une ferme thaïlandaise. [Athit Perawongmetha - Reuters]Des bébés crocodiles éclosent dans une ferme thaïlandaise. [Athit Perawongmetha - Reuters]

Puis un an plus tard, ils sont mis dans des enclos individuels, dont les dimensions limitent très fortement leurs mouvements. "Pour un crocodile, plus grand n'est pas forcément mieux", explique la vétérinaire. "Ils ont besoin de murs, d'une structure grillagée pour se sentir en sécurité. Si on met le même crocodile dans un enclos deux fois plus grand, son niveau de stress va exploser simplement car son champ de vision sera trop dégagé."

Mais l'intérêt des enclos individuels est aussi économique. "Les enclos individuels ont été adoptés par l'industrie au cours de la dernière décennie, comme un moyen de permettre à la peau de guérir des morsures et griffures mais aussi pour éviter aux animaux de se blesser les uns les autres."

Une pratique décriée

L'exploitation de ces animaux, dans un but qui n'est pas alimentaire, est de plus en plus critiqué. Début mars, à l'appel de l'association PETA, trois jeunes femmes en bikini et arborant un masque de crocodile ont manifesté à l'extérieur du magasin Hermès de Sydney.

"Pour chaque sac, ceinture ou chaussure fabriquée avec du cuir de crocodile, un animal très intelligent et sensible est placé en captivité, soumis à une vie horrible et à de multiples souffrances avant d'être tué", explique la militante Aleesha Jones.

Des activistes de l'organisation PETA ont manifesté devant le magasin Hermès à Sydney, le 4 mars 2021, contre l'exploitation de crocodiles. [DAVID GRAY - AFP]Des activistes de l'organisation PETA ont manifesté devant le magasin Hermès à Sydney, le 4 mars 2021, contre l'exploitation de crocodiles. [DAVID GRAY - AFP]

L'organisation PETA a révélé, vidéos à l'appui, des conditions d'élevage déplorables dans certaines fermes asiatiques. Suite à quoi de grandes marques comme Chanel ont renoncé à utiliser des cuirs exotiques.

Selon LVMH, c'est pour éviter ce genre de problèmes que le groupe a décidé d'intégrer l'ensemble de la chaîne de production. "Si vous voulez vraiment savoir ce qu'il se passe dans les fermes, changer les pratiques en matière d'élevage au quotidien, savoir comment l'éleveur se comporte avec les animaux, il faut devenir éleveur soi même", explique Marc Mauclair, dirigeant d'une tannerie de Singapour qui fournit en cuir toutes les marques du groupe.

Des peaux de crocodiles dépecés dans une tannerie en Thailande, en 2017. [Athit Perawongmetha - Reuters]Des peaux de crocodiles dépecés dans une tannerie en Thailande, en 2017. [Athit Perawongmetha - Reuters]

De leur côté, les scientifiques estiment que ces élevages ne menacent pas l'espèce, au contraire. D'après Grahame Webb, qui préside le groupe "Crocodiles" au sein de l'Union internationale pour la conservation de la nature, le modèle appliqué dans le Territoire du Nord, qui encourage le prélèvement des oeufs dans la nature plutôt que l'élevage en circuit fermé, inciterait la population locale à protéger les crocodiles mais aussi leur habitat.

"Vous n'arriverez jamais à faire aimer les crocodiles, les serpents ou les araignées aux gens qui vivent à leur proximité", argumente-t-il. "En revanche, si cette même communauté peut en tirer un avantage économique, alors elle sera prête à les supporter."

>> Lire aussi: Différencier deux espèces de crocodiles pour mieux pouvoir les protéger

Un marché en essor

Ainsi, l'industrie du crocodile dans le Territoire du Nord rapporte plus de 70 millions de francs par an, et des milliards au niveau mondial.

Malgré les polémiques, le secteur a plus que jamais le vent en poupe. Le marché mondial du luxe devrait s'accroître de plus de 50% d'ici à 2025. C'est pourquoi Hermès a fait l'acquisition en novembre dernier d'une nouvelle ferme en Australie, qui deviendra à terme la plus grande ferme de crocodiles du pays.

Grégory Plesse / mh

Publié Modifié

Crocodiles en cavale en Afrique du Sud

Début mars, un nombre inconnus de crocodiles se sont échappés d'une ferme d'élevage de la région du Cap, dans le Sud de l'Afrique du Sud. La ferme élève 5000 crocodiles.

Jusqu'à présent, 34 crocodiles du Nil, mesurant entre 1,2 et 1,5 mètre, ont été capturés, a indiqué vendredi CapeNature, un service gouvernemental de protection de la nature. Le nombre exact de ces crocodiles qui ont disparu à travers un trou dans le grillage d'une ferme d'élevage située à plus de 150 km à l'est du Cap, reste à déterminer, de l'aveu même des autorités.

La plupart des crocodiles échappés, qui sont élevés pour leur peau, sont soupçonnés de s'être faufilés dans la rivière Breede toute proche, où la végétation envahissante autour des rives compliquent les recherches. Selon CapeNature, des cages-pièges avec appâts ont été mises en place mais s'avèrent peu efficaces, les crocodiles ayant "accès à une abondante nourriture dans la rivière".

La police a mis en place une "équipe dédiée" pour retrouver les reptiles, avec le soutien de membres d'associations environnementales et de fermiers locaux.Une opération impliquant huit plongeurs de la police et quatre bateaux a permis de capturer sept crocodiles jeudi soir. Six autres sauriens ont été euthanasiés de "manière très humaine" et leurs cadavres retirés de la rivière, selon CapeNature.