Modifié

Le Sénat américain adopte un plan de relance de 1900 milliards de dollars – Le suivi du Covid-19 dans le monde

Le Capitole de Washington, où siège le Sénat américain. [Alex Wong - Getty Images via AFP]
Le Capitole de Washington, où siège le Sénat américain. [Alex Wong - Getty Images via AFP]
Après des heures de débats, de négociations frénétiques et un vote marathon sur de nombreux amendements, le Sénat américain a finalement approuvé samedi le plan de 1900 milliards de dollars voulu par Joe Biden pour relancer la première économie mondiale, frappée par la pandémie.

La pandémie de SARS-CoV-2 a fait au moins 2'581'034 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à midi.

Plus de 116'031'470 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de la pandémie.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 522'879 décès pour 28'895'047 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 262'770 morts et 10'869'227 cas, le Mexique avec 189'578 morts (2'119'305 cas), l'Inde avec 157'656 morts (11'192'088 cas), et le Royaume-Uni avec 124'261 morts (4'207'304 cas).

La République tchèque est le pays déplorant le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 201 décès pour 100'000 habitants, suivi par la Belgique (192), la Slovénie (187), le Royaume-Uni (183) et le Monténégro (167).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

ÉTATS-UNIS - Le Sénat adopte un plan de relance de 1900 milliards de dollars

Après des heures de débats, de négociations frénétiques et un vote marathon sur de nombreux amendements, le Sénat américain a finalement approuvé samedi le plan de 1900 milliards de dollars voulu par Joe Biden pour relancer la première économie mondiale, frappée par la pandémie. 

Le projet de loi a été adopté grâce aux seules voix des sénateurs démocrates, par 50 votes contre 49.

Le texte repartira la semaine prochaine à la Chambre des représentants, où les démocrates, majoritaires, devraient l'approuver rapidement pour que Joe Biden puisse le promulguer d'ici le 14 mars, avant la suspension prévue du versement d'allocations chômage.

"Cette loi va accorder plus d'aides à plus de gens que tout ce que le gouvernement fédéral a fait pendant des décennies", a affirmé le chef des démocrates, Chuck Schumer, juste avant le vote final.

Jamais auparavant le Congrès n'avait dépensé autant d'argent "de façon aussi incohérente ou après un processus aussi peu rigoureux", a rétorqué le chef de la minorité républicaine, Mitch McConnell.

ALLEMAGNE - Les tests antigéniques pour sortir de la crise

Le gouvernement allemand compte sur la pratique massive des tests antigéniques pour mener sa stratégie de déverrouillage progressif du dispositif anti-Covid, face au mécontentement croissant de l'opinion, alors que le rythme des vaccinations demeure lent.

A parti de lundi, tous les Allemands auront droit à un test antigénique gratuit par semaine, effectué par des professionnels dans les pharmacies ou les centres de test agréés. Plusieurs fabricants ont également reçu le feu vert pour des kits de tests à domicile.

L'objectif est de donner plus de liberté à la population après des mois de restrictions, mais les experts soulignent que les tests rapides sont moins fiables que les tests PCR et que les mesures de protection doivent être maintenues même en cas de test négatif.

La chaîne Aldi limite la vente à un paquet de cinq tests par personne, d'un coût de 24,99 euros. Le test est effectué par prélèvement nasal et le résultat apparaît en 15 minutes. Lidl propose également des paquets de cinq tests pour 21,99 euros.

Les tests seront également mis à la vente dans les principales pharmacies et d'autres établissements à travers le pays dans les prochains jours.

UE - Bruxelles lorgne les vaccins AstraZeneca produits aux USA

L'Union européenne va exhorter les États-Unis à autoriser l'exportation de millions de doses du vaccin d'AstraZeneca contre le coronavirus pour faire face à ses difficultés d'approvisionnement, rapporte samedi le Financial Times.

L'UE souhaite également que Washington garantisse la libre circulation de substances essentielles à la production européenne de vaccins, ajoute le quotidien.

"Nous sommes convaincus que nous pouvons travailler avec les États-Unis pour garantir que les vaccins produits ou mis en flacons aux États-Unis pour le respect des obligations contractuelles des producteurs de vaccins avec l'UE seront pleinement honorés", a déclaré la Commission européenne selon le FT.

Les pays de l'UE ont commencé leurs campagnes de vaccinations fin décembre mais les mettent en oeuvre bien moins rapidement que des pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis, ce que les fonctionnaires européens attribuent à des difficultés d'approvisionnement auprès des fabricants.

AUTRICHE - Milliers de manifestants contre les restrictions

Plusieurs milliers de manifestants ont de nouveau défilé dans le centre de Vienne samedi pour protester contre les restrictions destinées à endiguer l'épidémie de Covid-19.

La police a annoncé avoir procédé à "quelques" arrestations tandis que des heurts isolés ont été signalés entre des manifestants et des contre-manifestants de gauche.

La plupart des participants ne portaient pas de masque et n'observaient pas de distance physique en traversant le centre-ville en direction du parc du Prater où le parti d'extrême droite FPÖ les avait appelés à se rassembler.

SUÈDE - Six policiers blessés lors d'une manifestation contre les mesures

En Suède, deux personnes ont été arrêtées en marge d'une manifestation à Stockholm organisée en protestation contre les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus, lors de laquelle six policiers ont été blessés, a annoncé la police.

Vers 14h00, en présence de nombreux journalistes et policiers, plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées dans le centre de Stockholm derrière le slogan "pour la liberté et la vérité". Certains participants portaient un masque sur lequel était inscrit "idiotie", a constaté un journaliste de l'AFP.

La police avait rapidement décidé de dissoudre le rassemblement, non autorisé, mais de nombreux manifestants avaient alors commencé une marche à travers la ville. Malgré les interventions des forces de l'ordre pour le stopper, le tumultueux défilé a atteint Kungsträdgården, sa destination finale.

FRANCE - Premier week-end confiné pour le Pas-de-Calais

Le Pas-de-Calais vit samedi son premier week-end d'un nouveau confinement pour endiguer l'épidémie de Covid-19, "toujours préoccupante" selon Santé publique France, sur fond d'accélération de la campagne nationale de vaccination.

Face à la propagation du virus et de variants, le gouvernement mise sur l'extension d'une mesure déjà en vigueur dans les agglomérations de Dunkerque et Nice.

Pour plus de deux millions de personnes, cela signifie une attestation dérogatoire pour tout déplacement, et la limite de 5 km et une heure autour du domicile.

Paraguay - Violentes manifestations contre la gestion de la pandémie

De violentes manifestations ont éclaté vendredi au Paraguay pour protester contre la manière dont le pouvoir politique gère la crise du coronavirus. Le ministre de la Santé a démissionné.

Des affrontements dans le centre de la capitale Asuncion entre des manifestants qui réclamaient la démission du président paraguayen Mario Abdo et des policiers ont fait une vingtaine de blessés, a constaté l'AFP.

Des commerces ont été saccagés et pillés, des voitures incendiées, et la police a tiré des balles en caoutchouc et utilisé du gaz lacrymogène dans les rues d'Asuncion.

Le ministre de la Santé Julio Mazzoleni, durement attaqué ces derniers jours par des parlementaires, dont certains membres du parti au pouvoir, et par des syndicats de personnels de santé, a fini par présenter sa démission, qu'il a rendue publique vendredi après une rencontre avec le président Abdo.

ETATS-UNIS - La Californie assouplit les critères de réouverture de Disneyland

La Californie a annoncé vendredi qu'elle assouplissait ses critères sanitaires liées à la pandémie de Covid-19. Disneyland et autres parcs de loisirs, ainsi que les stades à ciel ouvert, pourront commencer à rouvrir à compter du 1er avril si certaines conditions sont réunies.

Cette décision fait suite à d'intenses pressions des opérateurs de parcs d'attractions ainsi qu'à un rapide déclin des cas de coronavirus dans l'Etat, durement touché par l'épidémie durant l'hiver.

Grâce à ces améliorations, "la Californie peut commencer progressivement et de manière sûre à rouvrir certaines activités, particulièrement celles qui se déroulent en extérieur et où le port du masque est possible", a déclaré le responsable de la Santé de Californie, Mark Ghaly, dans un communiqué.

Des primates du zoo de San Diego vaccinés

Des grands singes pensionnaires du zoo de San Diego sont devenus les premiers primates non humains à recevoir une injection contre le Covid-19. Un vaccin conçu spécifiquement pour les animaux leur a été administré, ont indiqué les responsables du zoo sur Twitter.

Début janvier, plusieurs gorilles de ce zoo du sud de la Californie, l'un des plus grands au monde, avaient été testés positifs au nouveau coronavirus et placés en quarantaine après avoir manifesté des symptômes. Il s'agissait du premier cas connu de transmission naturelle du virus à des grands singes. Ils se sont rétablis depuis lors.

AUSTRALIE - Gay Pride presque ordinaire à Sydney

Le Mardi Gras de Sydney, l'une des plus importantes Gay Prides du monde, s'est déroulé comme prévu samedi. L'événement s'est déroulé en dépit d'un changement de lieu lié aux mesures sanitaires anti-coronavirus prises par les autorités.

Cette marche des libertés, qui célèbre la communauté LGBTQ (lesbiens, gays, bisexuels, trans, queers) et se déroule traditionnellement dans le centre-ville, était organisée cette année au Sydney Cricket Ground (SCG), le grand stade de Sydney.

Quelque 36'000 spectateurs étaient réunis dans l'enceinte pour assister à la parade de quelque 5000 fêtards formant un cortège haut en couleur et fort en musique.¨

Présent au coeur du défilé, le Dr Bushan Joshi, l'un des professionnels de santé en première ligne dans la crise sanitaire, a expliqué à l'AFP combien il était "incroyable de voir autant de personnes réunies pour faire la fête et en toute sécurité au SCG".

RTSinfo avec agences

Publié Modifié