Modifié

L'abandon de la viande dans les cantines à Lyon crée la polémique

A Lyon, un seul menu sans viande sera servi dans les cantines scolaires (image d'illustration). [Gaëtan Bally - Keystone]
A Lyon, un menu unique sans viande dans les cantines scolaires soulève la polémique / Le 12h30 / 1 min. / le 22 février 2021
La mairie de Lyon a annoncé la semaine dernière l'abandon de la viande dans les menus servis par les cantines scolaires. La décision, justifiée par la pandémie, suscite de vives réactions politiques à droite et au sein du gouvernement.

Dans un courriel daté du 15 février et adressé aux élus d'arrondissement, l'adjointe chargée de l'Education Stéphanie Léger a annoncé la mise en place d'un "menu unique sans viande pour pouvoir servir plus rapidement les élèves et fluidifier les repas". Il sera servi au moins jusqu'aux vacances de Pâques.

"Le nouveau protocole sanitaire impose une distanciation de deux mètres dans la restauration scolaire. Le menu unique va nous permettre d'accélérer le service et ainsi nous permettre d'accueillir tous les enfants", a expliqué l'adjointe au maire écologiste Grégory Doucet.

"Pas d'idéologie dans l'assiette"

Eleveurs protestant devant la mairie de Lyon, lundi 22.02.2021. [Olivier Chassignole - AFP]Eleveurs protestant devant la mairie de Lyon, lundi 22.02.2021. [Olivier Chassignole - AFP]"Arrêtons de mettre de l'idéologie dans l’assiette de nos enfants", s’est notamment insurgé le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie. Ce dernier a annoncé dans la foulée qu'il saisissait le préfet du Rhône.

"On voit bien que la politique moraliste et élitiste des Verts exclut les classes populaires. De nombreux enfants n'ont souvent que la cantine pour manger de la viande", avait déjà tweeté samedi soir le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, en dénonçant une "idéologie scandaleuse".

Avant d'enfler au sein du gouvernement, la polémique avait été déclenchée la semaine dernière par l'opposition de droite lyonnaise.

Attaques contre une équipe écologiste

Pourtant, la mairie actuelle fait la même chose que l’ancien maire Gérard Collomb lors du premier confinement. Et à l'époque, la décision n'avait suscité aucune réaction.

Le gouvernement estime que le contexte a changé depuis mars dernier, où il fallait s'organiser en urgence. Mais la question est avant tout politique alors qu'une équipe Verte est désormais aux commandes de la métropole: les écologistes avaient fait un carton aux dernières élections municipales et depuis, certaines prises de position de leurs élus ont déjà suscité des attaques - comme le refus du sapin de Noël en ville.

Le menu scolaire est ainsi le dernier terrain en date des passes d’armes qui caractérisent le débat politique français.

oang avec Alexandre Habay et l'afp

Publié Modifié