Publié

Le secrétaire général de l'ONU veut une action mondiale contre les suprémacistes

Les mouvements suprémacistes blancs et néonazis deviennent une menace internationale, selon le chef de l'ONU. [B.A. VAN SISE - AFP]
Le secrétaire général de l'ONU veut une action mondiale contre les suprémacistes / Le Journal horaire / 31 sec. / le 22 février 2021
Les mouvements suprémacistes blancs et néonazis deviennent une menace internationale, selon le secrétaire général de l'ONU. En ouvrant lundi le Conseil des droits de l'homme, Antonio Guterres a demandé une action mondiale contre eux.

Moins de deux mois après l'assaut sur le Capitole aux Etats-Unis (lire encadré), le secrétaire général de l'ONU a accusé les mouvements extrémistes blancs et néonazis d'utiliser la pandémie et les divisions sociales et politiques pour s'élargir.

>> Relire: L’attaque du Capitole racontée de l’intérieur par les correspondants du podcast Washington d’ici

Ceux-ci constituent "la plus grande menace pour la sécurité intérieure de plusieurs pays", a-t-il dit, sans nommer aucun de ces Etats. "Bien trop souvent, ces groupes haineux sont encouragés par des personnes occupant des postes à responsabilités", a-t-il ajouté.

Bien trop souvent, ces groupes haineux sont encouragés par des personnes occupant des postes à responsabilités

Antonio Guterres a été régulièrement ciblé, récemment par des ONG et d'anciens hauts responsables onusiens, pour un manque de résolution à défendre les droits de l'Homme. [Salvatore Di Nolfi - Keystone ]
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU

Là aussi, il n'a mentionné personne, notamment pas l'ancien président américain Donald Trump, accusé d'avoir attisé les violences récentes dans son pays. Et Antonio Guterres de cibler collectes de dons, discussions en ligne et collaboration entre ces mouvements. "Ce n'est que par une action concertée à l'échelle mondiale que nous pourrons mettre fin à cette menace" qui s'étend "de jour en jour", ajoute-t-il encore.

Le racisme systémique doit à nouveau être discuté au Conseil qui est réuni pour un mois et s'annonce plus polarisé que jamais.

ats/vajo

Publié

Assaut du Capitole: la justice veut juger les responsables

Le juge Merrick Garland, nommé ministre de la Justice par le président Joe Biden, s'est engagé à traduire en justice les partisans de Donald Trump ayant attaqué le Capitole le 6 janvier. Il souhaite aussi garantir "l'indépendance" du ministère.

"Je vais piloter les poursuites judiciaires contre les suprémacistes blancs et les autres personnes qui ont pris d'assaut le Capitole le 6 janvier", a assuré Merrick Garland dans un discours préparé pour son grand oral devant les sénateurs américains lundi et mardi qui décideront de sa confirmation à la tête du ministère de la Justice.

Au moins 230 personnes ont déjà été inculpées pour leur implication dans l'attaque mortelle du Congrès, et des enquêtes visent des centaines d'individus.