Modifié

Le Royaume-Uni va rouvrir ses commerces non essentiels ‒ Le suivi du Covid-19 dans le monde

Le plan de déconfinement du Premier ministre Boris Johnson prévoit quatre grandes étapes, à commencer par la réouverture des écoles le 8 mars. Londres, le 22 février 2021. [Matt Dunham - Keystone/AP photo]
Le plan de déconfinement du Premier ministre Boris Johnson prévoit quatre grandes étapes, à commencer par la réouverture des écoles le 8 mars. Londres, le 22 février 2021. [Matt Dunham - Keystone/AP photo]
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a présenté un plan de sortie très progressive du confinement en Angleterre, dans l'espoir qu'il s'agisse du dernier, avec pour commencer la réouverture des écoles le 8 mars. Par ailleurs, les enfants ont repris lundi le chemin de l'école dans dix des seize Länders allemands.

La pandémie de Covid-19 a fait 2'466'453 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi lundi à 12h par l'AFP. Plus de 111 millions personnes ont été officiellement diagnostiqués positives depuis le début de l'épidémie

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis (1311 nouveaux morts), le Brésil (527) et la Russie (337). Au total, 498'901 personnes sont mortes aux Etats-Unis, 246'504 au Brésil, 180'107 au Mexique, 156'385 en Inde et 120'580 au Royaume-Uni.

En tenant compte de la population, le pays qui déplore le plus grand nombre de décès est cependant la Belgique avec 1,89 mort pour 1000 habitants, suivie par la Slovénie (1,82), la République tchèque (1,80), le Royaume-Uni (1,77) et l'Italie (1,59). La Suisse, elle, déplore 1,14 décès pour 1000 habitants.

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS

ROYAUME-UNI ‒ Réouverture des commerces non essentiels à partir du 12 avril

Le gouvernement britannique a annoncé lundi viser une réouverture à partir du 12 avril en Angleterre des commerces non essentiels, des pubs et des restaurants en extérieur et des musées fermés actuellement en raison de la pandémie.

Le plan de déconfinement présenté par le Premier ministre Boris Johnson devant les députés prévoit quatre grandes étapes, à commencer par la réouverture des écoles le 8 mars, avec comme objectif de lever les dernières restrictions fin juin.

Première étape le 8 mars

Ce même 8 mars, les résidents de maisons de retraite pourront accueillir un visiteur à l'intérieur, sous réserve que celui-ci soit testé négatif au Covid-19 et porte un masque. Certains secteurs économiques, notamment l'hôtellerie-restauration, risquent par contre de devoir patienter quelques semaines supplémentaires, au grand désespoir des propriétaires de pubs.

Après avoir culminé à plus de 60'000 par jour début janvier en raison de la progression du variant britannique du Covid-19, plus contagieux, le nombre de nouveaux cas a nettement chuté et atteint désormais 11'000. Les décès quotidiens, qui avaient franchi la barre des 1000 les deux dernières semaines de janvier, ont eux repassé sous la barre des 500.

ALLEMAGNE ‒ Les écoles à nouveau ouvertes

Ecoles et garderies ont rouvert après deux mois de fermeture dans une grande partie de l'Allemagne, malgré la crainte d'une troisième vague épidémique provoquée par la diffusion du variant britannique du SARS-CoV-2.

La plupart des écoles allemandes ont rouvert lundi [Annegret Hilse - Reuters]La plupart des écoles allemandes ont rouvert lundi [Annegret Hilse - Reuters]"Il est bon que de nombreuses écoles reprennent progressivement l'enseignement en face à face", a estimé la ministre de l'Education Anja Karliczek. "Les enfants, surtout les plus jeunes, ont besoin les uns des autres". Les cours reprennent toutefois dans des conditions sanitaires drastiques, avec des classes alternant en demi-groupes ou des effectifs fixes qui ne pourront croiser les autres élèves. Le gouvernement prévoit en outre d'accélérer la vaccination des enseignants et éducateurs.

Malgré des restrictions drastiques régulièrement prolongées depuis deux mois, l'Allemagne peine à endiguer la pandémie. Certains experts jugent même que le pays est au début d'une troisième vague.

L'Allemagne est partiellement confinée depuis novembre et avait réussi, ces dernières semaines, à faire baisser le taux d'infection au SARS-CoV-2. Mais les nouvelles contaminations ont désormais atteint un plateau et ont commencé à légèrement augmenter la semaine dernière, passant de 7000 à 7500 par jour environ (en moyenne sur sept jours). Cette évolution est attribuée à la propagation rapide du variant britannique de la maladie, jugé plus contagieux. Le nombre de décès, lui, poursuit sa baisse. Il a passé de 900 par jour mi-janvier à environ 400 actuellement.

FRANCE ‒ Nice et les Alpes-Maritimes confinés le week-end

Des mesures de confinement vont être mises en oeuvre les deux prochains week-ends dans les communes du littoral des Alpes-Maritimes pour lutter contre la propagation du Covid-19, a annoncé lundi le préfet du département Bernard Gonzalez.

Seules des sorties d'une heure seront autorisées dans un rayon de 5km du domicile du vendredi 18h au lundi 6h dans une zone s'étendant de Théoule-sur-Mer à Menton (qui concentre près de 90% de la population du département), uniquement pour des raisons valables, comme une promenade ou visite chez le médecin. Une telle mesure de confinement limitée à une seule région est une première en France depuis le début de la crise sanitaire sur le territoire métropolitain.

De plus, à partir de mardi 23 février et pour 15 jours, les commerces de plus de 5000m2 (hors pharmacies et commerces alimentaires) seront fermés dans le département. Pour les commerces de plus de 400m2, la jauge passera de 10 à 15 m2 par visiteur. Les contrôles à la frontière italienne seront également renforcés, de même que ceux dans les aéroports, a poursuivi le préfet, évoquant la possibilité de faire passer un test PCR à l'ensemble des passagers d'un vol.

BELGIQUE ‒ Pas d'assouplissement en vue

Le gouvernement belge a exclu lundi tout assouplissement de ses restrictions anti-Covid au cours du mois à venir en raison des craintes sur la propagation des nouveaux variants du virus, notamment du variant britannique. "Il faut rester très prudent pour éviter une troisième vague", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo au cours d'une conférence de presse convoquée le matin même.

Il s'exprimait alors que les appels se multiplient, jusqu'au sein de sa propre majorité, pour donner des perspectives de réouverture aux secteurs du spectacle et de la restauration, privés de toute activité depuis près de quatre mois.

Les nouvelles contaminations ont repassé la barre des 2000 par jour en moyenne ce lundi, chiffre autour duquel elles oscillent depuis décembre sans marquer de net déclin. Le nombre de décès poursuit en revanche sa baisse. Il est passé de 200 par jour mi-novembre à moins de 40 actuellement. La pandémie a toutefois causé, au total, près de 22'000 décès dans le pays, faisant de la Belgique le pays d'au moins un million d'habitants le plus endeuillé d'Europe proportionnellement à sa population, avec 1,89 décès pour 1000 habitants.

ITALIE ‒ Prolongation de l'interdiction de déplacement entre régions

Le gouvernement italien a annoncé lundi qu'il étendait l'interdiction des déplacements non-essentiels entre les différents régions italiennes jusqu'au 27 mars, dans l'espoir de ralentir la propagation des variants hautement contagieux du SARS-CoV-2. Entrée en vigueur juste avant Noël, cette interdiction était censée prendre fin le 25 février, mais les responsables craignent qu'un éventuel relâchement des mesures entraîne une résurgence des contaminations au variant dit britannique.

Les premières mesures du nouveau président du Conseil italien Mario Dragui concernent également les visites aux proches: pas plus de deux adultes invités en même temps, et aucun dans les "zones rouges" où les restrictions les plus strictes sont en place. Si aucune région entière n'est considérée comme étant "rouge", quelques provinces, villes et villages le sont néanmoins.

Depuis le pic de contaminations enregistré au cœur de la deuxième vague (35'000 cas par jour mi-novembre), le nombre de nouveaux cas a chuté à quelque 12'000 par jour, mais il ne baisse plus depuis fin janvier. Le nombre de décès quotidiens, lui, s'approche de la barre des 300 après avoir culminé à plus de 700 début décembre.

ISRAËL ‒ La moitié de la population a été vaccinée

Israël a commencé dimanche à rouvrir son économie et le gouvernement a estimé qu'un retour à la normale a été rendu possible grâce à la campagne de vaccination. Selon les autorités israéliennes, près de la moitié de ses 9 millions d'habitants est désormais vaccinée et le risque de contamination au Covid-19 a diminué de 95,8% chez les personnes ayant reçu les deux doses du vaccin.

Les magasins ont rouvert pour tout le monde. Toutefois, l'accès aux établissements de loisirs comme les salles de sports, les hôtels et les théâtres reste limité à ceux ayant reçu deux doses de vaccin il y a plus d'une semaine ou à ceux ayant guéri du Covid-19 avec une probable immunité.

Ces personnes obtiennent une sorte de passeport sanitaire affiché sur une application du ministère de la Santé. Le port du masque et les mesures de distanciation sociale restent en vigueur. La danse reste interdite dans les salles de banquet et les lieux de culte doivent avoir une jauge réduite de moitié.

>> Le reportage du 19h30:

Israël lance un déconfinement massif et un "passeport vert" donnant accès à certains lieux et événements publics. [RTS]
Israël lance un déconfinement massif et un "passeport vert" donnant accès à certains lieux et événements publics. / 19h30 / 2 min. / dimanche à 19:30

CANADA ‒ Des tests à la frontière

Inquiet de la progression des variants du Covid-19, le Canada impose depuis ce lundi des tests de dépistage à sa frontière terrestre avec les Etats-Unis. Celle-ci ne peut actuellement être franchie que pour les déplacements "essentiels", une mesure qui vient d'être prolongée jusqu'au 21 mars.

La pandémie est en nette régression dans les deux pays, avec un nombre de décès quotidiens passé de 160 (fin janvier) à 50 (actuellement) au Canada et de 3450 (fin janvier) à moins de 2000 (actuellement) aux Etats-Unis.

ÉTATS-UNIS ‒ Le cap des 500'000 morts presque franchi

Les Etats-Unis se préparent à franchir le sombre cap des 500'000 morts du Covid-19, soit l'équivalent de la population de la ville de Sacramento, la capitale de l'Etat de Californie.

"C'est terrible, c'est horrible", a réagi dimanche l'immunologue Anthony Fauci, conseiller de Joe Biden. "Nous n'avons rien connu de tel depuis plus de cent ans, depuis la pandémie de 1918". Le président américain a également déploré vendredi ce terrible décompte: "500'000! C'est près de 70'000 de plus que tous les Américains morts pendant la Seconde Guerre mondiale".

Joe Biden observera un moment de silence lundi soir en hommage aux victimes de la maladie et il ordonnera également la mise en berne des drapeaux sur l'ensemble des bâtiments fédéraux pour commémorer le passage imminent à ce demi-million de décès. L'abaissement des étendards durera cinq jours.

Selon les chiffres de l'université Johns Hopkins, qui fait référence, le décompte s'élevait à 498'879 décès lundi à 2h30 du matin.

AUSTRALIE ‒ Les anti-vaccin font du bruit

La campagne de vaccinations australienne est entrée lundi dans le vif du sujet. Quelque 60'000 doses sont prêtes à être injectées cette semaine auprès des personnels soignants, des policiers, employés d'hôtels de quarantaine ou encore résidents de foyers pour personnes âgées. Dimanche, le Premier ministre australien Scott Morrison avait été un des premiers à se faire vacciner dans le cadre d'une opération destinée à renforcer la confiance de la population.

Ce lancement a toutefois été assombri par les manifestations anti-vaccins tenues dans certaines grandes villes australiennes, et par les réactions hostiles exprimées dimanche durant la dernière journée de l'Open d'Australie de tennis, où des spectateurs ont bruyamment manifesté leur opposition lors de la cérémonie de clôture.

INDE ‒ Priorité aux besoins du pays en matière de vaccin

Le plus grand fabricant de vaccins au monde, Serum Institute of India (STI), a appelé lundi les pays en attente d'approvisionnement en vaccins contre le Covid-19 à être "patients". Il a reçu l'ordre d'accorder la priorité aux "énormes besoins" de l'Inde.

STI produit des centaines de millions de doses du vaccin AstraZeneca sur son vaste site de Pune (ouest). Nombre de pays, en particulier les plus pauvres, dépendent considérablement de l'entreprise indienne pour accéder aux vaccins. Des millions de doses ont déjà été expédiées à l'étranger.

L'objectif de l'Inde de vacciner 300 millions de personnes d'ici juillet a pris beaucoup de retard,avec un peu plus de 11 millions de doses administrées jusqu'à présent. Le problème semble toutefois résider davantage dans le manque de candidats à la vaccination que dans l'approvisionnement en vaccins.

ONU ‒ La pandémie, un "prétexte" pour certains Etats en vue de réprimer

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a déploré lundi que l'épidémie de Covid-19 soit utilisée par certains pays, qu'il n'a pas cités, pour faire taire les "voix dissonantes" et les médias.

"Brandissant la pandémie comme prétexte, les autorités de certains pays ont pris des mesures de sécurité sévères et des mesures d'urgence pour réprimer les voix dissonantes, abolir les libertés les plus fondamentales, faire taire les médias indépendants et entraver le travail des organisations non gouvernementales", a regretté le chef de l'ONU dans son discours annuel devant la 46e session du Conseil des droits humains (CDH), qui se déroulera entièrement en ligne, jusqu'au 23 mars.

Le chef de l'ONU a consacré une large part de son discours à la pandémie, déplorant que les restrictions qui y sont liées "servent d'excuse pour miner les processus électoraux, affaiblir les voix des opposants et réprimer les critiques".

Ainsi, a-t-il ajouté, "des défenseurs des droits humains, des journalistes, des avocats, des militants et même des professionnels de la santé ont fait l'objet d'arrestations, de poursuites et de mesures d'intimidation et de surveillance pour avoir critiqué les mesures ‒ ou le manque de mesures ‒ prises pour faire face à la pandémie".

En outre, "l'accès à des informations vitales a parfois été entravé, tandis que la désinformation mortelle a été amplifiée, y compris par quelques dirigeants", a-t-il poursuivi, sans dire lesquels.

Antonio Guterres a aussi dénoncé "le nationalisme vaccinal", soulignant qu'"à eux seuls, dix pays se sont partagés plus de trois-quarts des doses de vaccin contre le Covid-19 administrées à ce jour".

>> Lire aussi: Le secrétaire général de l'ONU veut une action mondiale contre les suprémacistes

RTSinfo avec les agences

Publié Modifié

Une nouvelle étude de Sanofi

Le groupe français Sanofi et son partenaire britannique GSK ont annoncé lundi le lancement de la nouvelle étude de phase II concernant leur vaccin contre le Covid-19 après une première étude qui avait donné des résultats insuffisants chez les personnes les plus âgées.

"Ces dernières semaines, nos équipes se sont employées à affiner la formulation d’antigènes de notre vaccin à protéine recombinante, sur la base des leçons tirées de notre étude initiale de phase I/II", a indiqué Thomas Triomphe, vice-Président Exécutif et Responsable de Sanofi Pasteur.

"Nous avons confiance dans le solide potentiel de notre candidat-vaccin et les dernières données précliniques que nous avons obtenues sont très encourageantes", a-t-il ajouté dans un communiqué.