Modifié

De retour devant la justice, Benjamin Netanyahu réfute les accusations de corruption

Benjamin Netanyahu à son procès à Jérusalem. [AP Photo/Reuven Castro - Keystone]
De retour devant la justice, Benjamin Netanyahu nie les accusations de corruption / Le Journal horaire / 25 sec. / le 8 février 2021
De retour devant ses juges, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a une nouvelle fois clamé son innocence lundi, réfutant les accusations de corruption qui pèsent contre lui. Le dirigeant est notamment accusé d'avoir reçu des cadeaux à hauteur de 265'000 dollars.

"Je réitère les réponses écrites soumises en mon nom", a déclaré le chef du gouvernement qui comparaissait devant trois magistrats, faisant référence à un document adressé à la justice par ses conseils dans lequel il se dit innocent des accusations de corruption, fraude et abus de confiance.

L'audience de lundi intervient au lendemain d'un allègement des mesures sanitaires pour lutter contre la pandémie de Covid-19 et après un report de l'audience initialement prévue en janvier.

Trois accusations différentes

Benjamin Netanyahu a été inculpé en 2019, une première pour un Premier ministre israélien en exercice. Son épouse Sara et lui sont soupçonnés d'avoir accepté pour 265'000 dollars de cadeaux de la part du producteur hollywoodien Arnon Milchan et du magnat australien James Packer.

Le dirigeant est également soupçonné d'avoir tenté d'obtenir une couverture plus clémente de la part du Yedioth Ahronoth en proposant au propriétaire du plus grand journal israélien de faire adopter une loi défavorable à un titre concurrent.

Il aurait agi de même avec la compagnie Bezeq Telecom Israel, lui accordant des privilèges en échange d'une couverture plus favorable de la part d'un site d'information contrôlé par l'entreprise de télécoms.

Un contexte différent

Son dernier passage devant la justice, en mai dernier, a été écourté en raison de la pandémie de coronavirus. Ses avocats avaient alors demandé à la justice plusieurs mois pour étudier les éléments de preuve contre le Premier ministre de 71 ans.

Lors de sa première comparution, Benjamin Netanyahu, qui ne bénéficie d'aucune immunité, venait de former un gouvernement d'union avec son rival Benny Gantz. Mais depuis, les manifestations contre le Premier ministre, que les protestataires nomment le "Crime minister" (ministre du crime), se sont multipliées et la coalition au pouvoir a éclaté.

Résultat, le procès de Benjamin Netanyahu est relancé à 45 jours de nouvelles élections (23 mars), les quatrièmes en moins de deux ans, ce qui soulève des craintes quant à un possible impact sur le vote.

Yariv Levin, président de la Knesset (le Parlement israélien) et proche de Benjamin Netanyahu, a déclaré dimanche dans le Israel Hayom craindre une "interférence sans précédent du système judiciaire dans les élections" si la cour présentait "dès à présent" ses éléments de preuve contre le Premier ministre.

agences/boi

Publié Modifié