Publié

Les victimes d'inceste "plus jamais seules", déclare Emmanuel Macron

Les victimes d'inceste "plus jamais seules", déclare Emmanuel Macron. [Christian Hartmann - Keystone/AP]
La France va mieux protéger les victimes d'inceste et de violences sexuelles / Le Journal horaire / 25 sec. / le 23 janvier 2021
Emmanuel Macron a promis samedi aux victimes de violences sexuelles sur mineurs qu'elles ne seraient "plus jamais seules" et annoncé des mesures pour lutter contre ce fléau, au moment où la parole se libère en France avec des milliers de témoignages.

"On est là. On vous écoute. On vous croit. Et vous ne serez plus jamais seules", a déclaré le président français dans une vidéo postée sur son compte Twitter.

"La honte aujourd'hui change de camp", a ajouté le chef de l'Etat en se félicitant que "la parole, partout en France, se libère" et que "le silence construit par les criminels et les lâchetés successives, enfin, explose".

L'affaire Duhamel, déclencheur

La parution au début du mois du livre "La familia grande" de Camille Kouchner, la fille du fondateur des French doctors Bernard Kouchner, dans lequel elle accuse son beau-père, le politologue réputé Olivier Duhamel, d'avoir abusé de son frère jumeau, a créé une onde de choc en France.

>> Lire aussi: Une nouvelle affaire de viols secoue l'intelligentsia française

Depuis, des milliers de témoignages sous le mot-dièse #Metooinceste ont été postés sur les réseaux sociaux.

"Ces témoignages, plus personne ne peut les ignorer", déclare Emmanuel Macron dans sa vidéo. "Il nous faut entendre, recueillir les témoignages des victimes même des années, des décennies après, il nous faut les accompagner, il nous faut punir les criminels pour leurs actes passés et pour empêcher toute récidive", a-t-il ajouté.

>> Lire aussi: Sur les réseaux sociaux, déferlante de témoignages autour de l'inceste

Délai de prescription allongé

"Il nous faut adapter notre droit pour mieux protéger les enfants victimes d'inceste et de violences sexuelles", a encore précisé le chef de l'Etat sur Twitter.

En France, le délai de prescription pour les crimes sexuels sur les mineurs a été allongé en 2018 à trente ans, mais certaines voix réclament leur imprescriptibilité.

afp/jfe

Publié